Nicolaus von Below

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Photo de groupe avec Hitler, 1940. von Below est le 2e à droite au premier rang
von Below en tant qu'adjudant, à gauche (lors de la remise de la croix de fer à Hanna Reitsch), 1941

Georg Ludwig Heinrich Nicolaus von Below (20 septembre 1907 - 24 juillet 1983) était officier de la Luftwaffe pendant la Seconde Guerre mondiale. Son dernier grade fut celui de colonel.

Né à Gut Jargelin, dans le Landkreis de Anklam, province de Poméranie, il fait partie de l'aristocratie allemande. Son père est Günther von Below et sa mère Mathilde von Below (cousine de ce dernier).

Il épouse Maria Kühne (née le 12 septembre 1918 à Magdeburg, fille de Stephan Kühne et Barbara Bennecke) le 26 juin 1937.

Officier d'ordonnance représentant la Luftwaffe auprès du Führer de 1937 à 1945, Below servit longtemps auprès d'Hitler malgré la méfiance éprouvée par celui-ci envers les membres de l'aristocratie. Entre Noël et le Nouvel an de 1944, Hitler dit à Below qu'il savait que la guerre était perdue d'avance, les Alliés étant trop forts. Mais il blâme les traîtres, pensant toujours au complot du 20 juillet 1944. Il déclare alors à Below que « Nous ne nous rendrons jamais ; nous disparaîtrons peut-être, mais nous emmènerons tout un monde avec nous. »[1].

Durant l'assaut final contre Berlin, Below se réfugie dans le Führerbunker, mais en sort au moins une fois, le 12 avril, lorsqu'il est invité par Albert Speer à assister au dernier concert de l'Orchestre philharmonique de Berlin[2]. Trois jours plus tard, le 15 avril, Eva Braun emménage dans la chambre voisine de celle de Hitler ; Below dira d'elle qu'« elle était charmante et obligeante et ne montra aucun signe de faiblesse jusqu'au dernier moment »[3]. Le 29 avril, après le mariage entre Hitler et Eva Braun, Below est témoin « non officiel » du dernier testament de Hitler (il ne signe pas le document). Il quitte le Führerbunker le 30 avril et parvient à rejoindre Gerhardt Boldt, Bernd Freytag von Loringhoven et le colonel Rudolf Weiss (qui avaient réussi à se faire envoyer comme messagers par Hitler vers le général Wenck) à Pichelsdorf (près du stade olympique de Berlin)[4].

Après la guerre, Below écrit ses mémoires sur son temps de service dans la Luftwaffe : Als Hitlers Adjutant 1937-1945[5].

Il décède à Detmold en Allemagne en 1983.

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Nicolaus von Below » (voir la liste des auteurs)

  1. (en) Antony Beevor ; Berlin: The Downfall 1945, Penguin Books, 2002, (ISBN 0670886955) ; page 8
  2. (en) Antony Beevor ; Berlin: The Downfall 1945, Penguin Books, 2002, (ISBN 0670886955) ; pages 188-189
  3. (en) Antony Beevor ; Berlin: The Downfall 1945, Penguin Books, 2002, (ISBN 0670886955) ; page 254
  4. Gerhardt Boldt, La fin d'Hitler, 1949
  5. (de) Nicolaus von Below ; Als Hitlers Adjutant 1937-1945 ; Mainz ; Verlag Hase & Köhler ; 1980 ; (ISBN 3775809988)