Fritz Todt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Todt.
Fritz Todt
Image illustrative de l'article Fritz Todt
Fonctions
Ministre du Reich pour l'Armement et les Munitions
17 mars 19408 février 1942
Gouvernement Cabinet Hitler
Prédécesseur Poste créé
Successeur Albert Speer
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Pforzheim (Empire allemand)
Date de décès (à 50 ans)
Lieu de décès Espace aérien allemand (Reich allemand)
Profession Ingénieur
Le tombeau de Todt au cimetière des Invalides de Berlin.

Fritz Todt, né le à Pforzheim et mort accidentellement le , est un ingénieur allemand de travaux publics et une figure national­-­­socialiste importante, fondateur de l'Organisation Todt. De 1940 à 1942, il est nommé ministre du Reich pour l'Armement et les Munitions.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un petit propriétaire d'usine, il étudie l'ingénierie à Karlsruhe et à l'École pour les techniques avancées à Munich.

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Il prend part à la Première Guerre mondiale d'abord comme lieutenant dans l'infanterie (110e régiment) puis comme observateur pour l'aviation.
Il conduit une escadrille et est blessé au combat, ce qui lui vaut d'obtenir la croix de fer.

L'entre deux-guerres[modifier | modifier le code]

Après l'armistice, il finit ses études et rejoint la société civile d'ingénierie Sager & Woerner.

Il devient membre du Parti national-socialiste dès 1922. Il devient Oberführer dans les SA en 1931 et complète à la même époque son doctorat (« Sources d'erreurs lors du revêtement des routes en asphalte »).

À la suite de la nomination de Hitler comme chancelier, Todt devient inspecteur général pour les routes allemandes (Generalinspektor für das deutsche Straßenwesen) et est impliqué dans la nouvelle société pour construire le réseau autoroutier du Reich (Reichsautobahnen). Plus tard, il devient chef du Bureau central pour la technique (Leiter des Hauptamts für Technik in der Reichsleitung der NSDAP) et mandataire général pour le règlement de l'industrie du bâtiment (Generalbevollmächtigter für die Regelung der Bauwirtschaft).

En 1938 il fonde l'organisation Todt, dans laquelle sont associées des entreprises d'État, des entreprises privées et le Service du travail du Reich (Reichsarbeitsdienst).

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

En 1940 il est nommé ministre du Reich pour l'Armement et les Munitions (Reichsminister für Bewaffnung und Munition).

Il a été chargé de la mise en oeuvre de la politique de fabrication des armements et des munitions. Il a une très grande connaissance des Etats-Unis et lorsqu'il comprend en décembre 1941 que deux choses se produisent simultanément : l'échec de l'armée allemande devant Moscou et l'entrée en guerre des Etats-Unis après Pearl Harbor, Todt a compris que l'Allemagne nazi allait perdre. Donc il devient un personnage qui dans l'entourage d'Hitler préconise un changement d'orientation, préconise un arrêt de la guerre contre les alliés occidentaux de façon à concentrer l'effort de guerre sur la Russie et selon toute vraisemblance, même si jamais aucune preuve n'en sera apportée, l'accident d'avion dont il est victime en février 1942 n'avait pas que des causes techniques[1].

En 1941, après l'invasion de l'Union soviétique, il est chargé de la restauration des infrastructures. 1000 kilomètres d'autoroute seront construits par Fritz TODT et son organisation.

Il devient de plus en plus distant des commandants de la Wehrmacht et d'Hermann Göring en 1941. Après une tournée d'inspection sur le front oriental, il se plaint à Hitler de la mauvaise qualité de l'équipement et des fournitures qu'il reçoit, suggérant qu'il valait mieux finir la guerre avec les Soviétiques.

Décès et obsèques nationales[modifier | modifier le code]

Après la cérémonie organisée avec divers chefs militaires et des personnalités publiques allemandes à la nouvelle chancellerie du Reich, sur la route qui conduit le corps de Fritz Todt au cimetière, cette photo montre de nombreux Berlinois faisant le salut nazi devant le cercueil transporté sur un affût de canon. Ce cercueil est suivi par le Feldmarschall Wilhelm Keitel, le Grand amiral Raeder et le Feldmarschall Milch. Derrière eux, marchent des personnalités gouvernantes du Reich, dont selon la légende de cette photo d'archive, le ministre des Affaires étrangères, des Gauleiters, des secrétaires permanents et généraux du régime.

Le , alors qu'il vient de quitter une réunion avec Hitler au Wolfsschanze, le quartier-général du Führer près de Rastenbourg en Prusse-orientale, son avion explose en vol et s'écrase. Son successeur comme ministre du Reich est Albert Speer, qui faillit prendre le même appareil.

Une cérémonie mortuaire officielle est organisée à Berlin, où des dignitaires nazis et du gouvernement suivent son cercueil jusqu'au cimetière des Invalides de la ville.

Les Alliés en 1945 ordonnent de détruire les monuments funéraires des anciens dignitaires du national-socialisme. Celle de Todt est donc détruite, mais sa dépouille est toujours en terre au cimetière des Invalides.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Basé sur le recit de Yves Le Maner (Historien) : Documentaire : Les armes miracles d'Hitler d'André Annosse