Explosion au gaz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Recherche de victimes avec chien dans les décombres l'explosion au gaz de Humberto Vidal (en) au Porto Rico en novembre 1996.

Une explosion au gaz ou explosion de gaz est un des accidents domestiques les plus dévastateurs. Elle se produit lorsque le mélange carburant-comburant se situe dans les limites d'explosivité dans l'air et que le mélange est mis à feu de manière fortuite (enclenchement du chauffage, allumage de l'éclairage, sonnerie…) ou intentionnelle (suicide ou attentat). Afin d'éviter ces catastrophes, on incorpore dans les gaz domestiques (gaz de ville, gaz naturel, butane, propane…) des molécules odorantes à l'état de traces (Éthanethiol, mercaptan éthyl). Le gaz qui peut s'accumuler dans les caves et les égouts en quantités importantes provoque des explosions dévastatrices qui peuvent détruire des quartiers entiers. La structure des bâtiments atteints est souvent déformée et ils doivent être détruits.

Explosions mémorables[modifier | modifier le code]

En Algérie[modifier | modifier le code]

  • À Tlemcen, le 25 mai 2012 , 7 étudiants de l'École Préparatoire en Sciences et Techniques aux Grandes Écoles d'Ingénieur (CPGE) et une employée des œuvres sociales ont été tués lors d’une explosion de gaz qui a soufflé littéralement le restaurant de la cité universitaire Bekhti-Abdelmadjid, située au centre-ville de Tlemcen, au moment où ils étaient attablés pour le dîner, à 19h40.L’accumulation de gaz au niveau du vide sanitaire situé près de la cuisine serait à l’origine de la très forte déflagration entendue d’ailleurs à plusieurs kilomètres à la ronde, provoquant l’effondrement total de l’édifice qui a enseveli les malheureux étudiants et la travailleuse affectée à la cuisine. Même les poutres et les murs des installations annexes ont été fissurés, ce qui démontre que l’explosion a été très forte, endommageant de nombreux équipements.Les étudiants, ayant senti l'odeur du gaz 15 jours avant la catastrophe, dénoncent un laisser-aller total de la part de la direction qui a été avertie.

[1] [2]

En Angleterre[modifier | modifier le code]

  • À Londres, en 1865, l'explosion du gazomètre de l'usine de Three Elms fit douze morts et de nombreux blessés, firent pour la première fois douter la population de la sécurité des installations du gaz d'éclairage tout récemment inventé[1].

En Autriche[modifier | modifier le code]

Après l'incendie du Ringtheater (en) le 8 décembre 1881
  • À Vienne, le 8 décembre 1881, 384 personnes périssent dans l'Incendie du Ringtheater (de) . Par défaillance des dispositifs d'allumage électro-pneumatique du gaz s'est échappé qui a explosé à la prochaine tentative d'allumage.

En Belgique[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

  • À Opéra de Nice en 1881, le gaz d'éclairage met le feu au décor. L'Opéra est entièrement détruit. Dans la panique, deux cents personnes meurent asphyxiées, brûlées ou étouffées. Après la catastrophe, les lampes à huiles feront leur retour dans certaines salles de spectacle[1].
  • À Marseille, le 5 février 1985, au carrefour des boulevards Périer et Michelet, une explosion de gaz provoque la mort de 6 personnes, dont 1 marin pompier, le quartier maître Repetto, et un policier, le brigadier Ferrante et en blesse 38 dont 18 marins pompiers[2].
  • À Villeurbanne, le 5 avril 2001, au no 1 de la rue Jubin, une importante fuite de gaz émanant d'une blanchisserie provoque une explosion alors que les services de secours sont sur les lieux. Un policier (Guillaume Viscaino) et un sapeur-pompier (Bernard Pauletto) trouvent la mort[3].
  • À Lyon, le 28 février 2008, au 117-119 Cours Lafayette, une entreprise procède au remplacement de canalisations d'eau. Une conduite de gaz est arrachée par erreur, la fuite est importante, le quartier est bouclé. À 12h15, l'explosion retentit et fait un mort chez les sapeurs-pompiers (Stéphane Abbes), un technicien GrDF est grièvement blessé, une quarantaine de riverains sont légèrement blessés.

En Espagne[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis[modifier | modifier le code]

En Géorgie[modifier | modifier le code]

  • le 2 décembre 1984, un immeuble de neuf étages à Tbilissi, en Géorgie et qui a tué au moins 100 personnes[4].

Au Japon[modifier | modifier le code]

  • Le 8 avril 1970, lors de travaux, suite à une explosion de gaz qui s'est produite dans la station Tenroku, ligne de métro Tanimachi, Kita-ku, (anciennement district Oyodo) Osaka, au Japon, 79 personnes sont mortes, 420 blessées. Destruction de 26 maisons, dégâts à 336 maisons à proximité : portes ou fenêtres de verre brisées par l'explosion [4].

En Corée du Sud[modifier | modifier le code]

  • Le 28 avril 1995, ligne de métro Daegu 1 Chapitre intervalle de gamme 1-2 est une explosion s'est produite sur les sites de construction. L'accident a causé la zone de l'accident dans le sud-ouest point de Daegu Department Store Merchant injection de nouveaux sites de construction pour percer un trou de 75 mm de forage 31 exercices par erreur par le gazoduc de la ville à travers les trous par poinçonnage de la fuite de gaz, près de drain à travers une construction du métro Site été introduit dans l'explosion par un incendie d'origine inconnue est le seul à acheter. De 50 m avec une explosion de feu explosé et tué 101 personnes, comprend 42 Dalseo lycéens Sangindong, 202 personnes ont été blessées dans Sangindong, Daegu, Corée du Sud[4].


Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]