Liquéfaction du sol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec solifluxion ni sables mouvants.
Immeuble endommagé à la suite de la liquéfaction du sol lors du séisme du 22 février 2011 en Nouvelle-Zélande.

La liquéfaction du sol est un phénomène géologique généralement brutal et temporaire par lequel un sol saturé en eau perd une partie ou la totalité de sa portance, permettant ainsi l'enfoncement des objets lourds situés en surface[1]. Ce phénomène se produit en présence d'eau souterraine remontant en surface au point de faire perdre la cohésion des particules du sol qui se comporte alors comme une roche meuble[1]. Une fois les conditions propices à la liquéfaction du sol disparues, celui-ci expulse une partie de l'eau qu'il contient et retrouve ainsi sa consistance. Certains séismes, par les vibrations qu'ils provoquent, entraînent de tels phénomènes allant parfois jusqu'à l'expulsion brutale de jets d'eau en dehors du sol et l'enfoncement de bâtiments sur plusieurs mètres d'épaisseur[1]. Les sables mouvants sont un type particulier de liquéfaction du sol.

Le phénomène de liquéfaction concerne les formations géologiques peu compactes à la granulométrie faible (entre 0,05 et 1,5 mm) et uniforme. Les formations susceptibles de liquéfaction sont les sables, limons et vases[2], ainsi que les argiles.

Immeubles partiellement enfouis et ayant basculé à la faveur d'une liquéfaction du sol lors du séisme de 1964 à Niigata, au Japon.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) « What is soil liquefaction? », université de Washington
  2. « Liquéfaction », BRGM (consulté en 5 octobre 2012).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :