Lave torrentielle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lave (homonymie).
Lave torrentielle à Brienz en 2005

Une lave torrentielle est l'écoulement d'un mélange d'eau, de sédiments fins et d'éléments rocheux, de diverses grosseurs, depuis les graviers jusqu'aux rochers énormes. L'eau et les sédiments fins forment une boue d'une densité suffisante pour la mise en suspension et l'entraînement des éléments rocheux. Cette boue, appelée matrice, peut atteindre une densité élevée (1,8 à 2,2 t/m3) ce qui lui permet ainsi, avec une pente assez forte, de déplacer des blocs de plusieurs tonnes.

Le mélange n'est pas homogène : une sédimentation et ségrégation se produisent, permettant de distinguer :

  • un front et des bourrelets latéraux (généralement plus grossiers),
  • le corps même de la lave torrentielle, et enfin
  • une queue généralement plus fluide et, stricto sensu, qui se rapproche plus du charriage.

Dans le mélange, on peut également trouver de l'air sous forme de bulles (dont l'effet n'est peut être pas négligeable) et/ou des éléments végétaux (branches, arbres) qui eux peuvent jouer un rôle important en obstruant les parties étroites des chenaux. Cependant ce sont les trois éléments principaux (eau et matières minérales (sédiments et blocs)) qui déterminent les propriétés générales de ces écoulements, leurs proportions se traduisant par des modes différents d'écoulement.

Il existe de multiples dénominations vernaculaires, mais on observe un certain consensus pour différencier une coulée de boue d'une lave torrentielle : la première se déclenche en pleine pente sans existence préalable d'un chenal (ravine ou torrent), alors que la seconde est liée au système hydrographique. Bien que présentant chacune leurs particularités propres, coulée et lave torrentielle sont des manifestations d'un même phénomène géophysique.

Ressources WEB[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]