Pollution radioactive

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Pollution radioactive (liée à une contamination radioactive) est l'une des formes de pollution, désignant la contamination produite par la radioactivité.

Bien que présentant des spécificités, les pollutions radioactives sont souvent accompagnées d'autres pollutions, avec des synergies toxiques et écotoxiques possibles. Elles ne doivent donc pas faire l’objet d’une gestion séparée ignorant l’existence éventuelle d’autres types de pollutions, rappellent l'ASN et l'IRSN[1] qui ajoutent que « La coexistence de risques, notamment chimiques et radiologiques, peut non seulement résulter de la présence simultanée de polluants chimiques (HAP, PCB, métaux….) et de polluants radioactifs mais également de la présence de polluants présentant à la fois une toxicité chimique et une toxicité radiologique. » (ex : l'Uranium a à la fois une toxicité chimique en tant que métal lourd et induite par sa radioactivité).

Éléments de définition[modifier | modifier le code]

La Pollution radioactive est définie par une norme ISO 11074-4[2], reprise par le nouveau (2011) Guide sur la Gestion des sites potentiellement pollués par des substances radioactives[1]. Il s'agit de l'« Introduction, directe ou indirecte, par l’activité humaine, de substances radioactives dans l'environnement, susceptibles de contribuer ou de causer un danger pour la santé de l’homme, des détériorations aux ressources biologiques, aux écosystèmes ou aux biens matériels, une entrave à un usage légitime de l’environnement »[2].

On parle de « Radioactivité naturelle renforcée » (NORM/TENORM) pour désigner les « Matières premières naturellement riches en radionucléides exploitées pour leurs propriétés non radioactives (naturally occuring radioactive material). Les procédés industriels mis en oeuvre peuvent contribuer à augmenter l’activité massique ou volumique des radioéléments jusqu’à atteindre des niveaux qui nécessitent la mise en place de précautions spéciales (Technologically enhanced naturally occuring radioactive material). A titre d’exemple, il s’agit de la production d’engrais phosphatés, de la combustion de charbon en centrale thermique, les établissements thermaux… »[1].

Les mines produisant des radionucléïdes, les Installations Nucléaires de Base (INB), Installations classées pour la protection de l'environnement (ICPE) sont soumises à des dispositions spécifiques qui peuvent varier selon les pays.

Enjeux[modifier | modifier le code]

Ce sont des enjeux de santé publique et de santé environnementale, et plus largement environnementaux, mais aussi d'information et d'implication des parties prenantes, qui s'évaluent via des diagnostics et évaluations environnementales, quantitatives (des expositions radiologiques et à la toxicité chimique des radionucléides).
Ils concernent à la fois l'évaluation des risques (immédiats et différés, dans l'espace et le temps), ce qui implique de considérer la toxicité chimique et la décroissance radioactive au regard d'éventuels phénomènes de bioconcentration, bioturbation et au regard des voies de transferts existantes ou potentielles dans le futur, dont accidentelles. « L’identification des voies de transfert actives participe à la définition du périmètre sur lequel la démarche de gestion doit être conduite. Il peut être largement supérieur aux limites foncières du lieu sur lequel a été mise en oeuvre l’activité à l’origine de la pollution. Il pourra s’affiner dans le temps en fonction des connaissances acquises » rappelle l'IRSN dans son guide[1].

Origines[modifier | modifier le code]

Elle peut avoir plusieurs origines. Il s'agit surtout de[1] :

Origines des polluants et contaminants radioactifs :

  • Naturelle (ex. : Radon)
  • Industrielle (« activités nucléaires », en France définies par le code de la santé publique (L1333-1), ou activités impliquant la « radioactivité naturelle renforcée » (voir arrêté du 25 mai 2005[3]) :
    • pour la production d'électricité nucléaire, il y a pollution lors de la production d'électricité, lors du retraitement des déchets, lors du stockage des déchets radioactifs
    • dans le domaine médical qui crée également un certain nombre de déchets radioactifs
    • dans un certain nombre d'industries créatrices de déchets radioactifs (autres que la production d'électricité)
    • autres
  • Militaire : notamment lors d'essais de bombes atomiques qui ont été pendant longtemps faits en altitude, mais aussi par les épaves de chars laissées dans le désert après avoir été détruits par la fusion eutectique des obus à uranium appauvri, la pollution en mer par le rejet des bidons radioactifs ainsi que les sous-marins nucléaires épaves, russes, américaines et autres.
  • Médicale à recherche : l'utilisation de substances radioactives pour des examens médicaux ou biologiques (ex: scintigraphie) pourrait contaminer les eaux via les urines des patients, provoquant une variation faible mais sensible de la radioactivité mesurée ;
  • Accidentelle : lors d'accidents nucléaires comme ceux de Tchernobyl ou Fukushima, un certain nombre d'éléments radioactifs peuvent se disperser dans l'atmosphère et/ou le sol et/ou le réseau hydrographique (fleuves, nappes phréatiques, etc.).
Article détaillé : Retombées radioactives.

Diagnostic[modifier | modifier le code]

Il est nécessaire pour évaluer la gravité de la pollution, les solutions possibles, le plan d'action et un éventuel plan de suivi dans le temps ; Il doit être orienté en fonction de la pollution avérée et/ou suspectée. Il doit être exhaustif et porter sur des zones d'intérêt (« zone sur laquelle la présence d’une pollution est avérée ou suspectée ») et sur un périmètre plus large, mais « adéquat » (L'IRSN rappelle dans son guide que « le retour d’expérience montre en effet que lorsque la phase de diagnostic est menée avec une exigence d’exhaustivité insuffisante, elle conduit fréquemment à une analyse lacunaire des situations et à l’adoption de décisions inadaptées »[1]).
Il se fait sur trois bases :

  • un état de référence (le site tel qu'il devrait être). C'est sur cette base que sera établi l'Objectif qualitatif de restauration ; un projet de dépollution de site radioactif peut seulement viser à respecter une norme minimale, ou plus "proactivement" viser à retrouver le bon état écologique (théoriquement obligatoire en Europe pour la qualité de l'eau, de par la directive cadre sur l'eau (avant 2015, sauf dérogation)).
    L'objectif de « bonne qualité » est généralement « calé » sur un état de référence ou "milieu de référence" (« Environnement considéré comme n’étant pas affecté par les activités du site étudié, mais situé dans la même zone géographique et dont les caractéristiques (géologiques, hydrogéologiques, climatiques,...) sont similaires à celles du site pollué. L’analyse comparative de ces deux situations doit permettre de distinguer les pollutions attribuables au site, des pollutions anthropiques n’impliquant pas le site et des substances naturellement présentes dans les milieux ».)[4]. Ce dernier doit parfois être modélisé à partir d'études de l'écopotentialité du site (qui précise ce qui « devrait être » en matière de richesse et d'état de la faune, flore, fonge et des écosystème). Dans la réalité, en zone historiquement anthropisée ou touchée par des retombées radioactives, il est parfois difficile de différentier les pollutions anthropiques du fond pédogéochimique naturel (en réalité contaminé par exemple par des apports en engrais et/ou les retombées d'exploitations minières, d'essais nucléaires, puis des centrales, des centres de retraitement, de Tchernobly, de Fukushima, etc.). Souvent on recherche la teneur de référence en uranium 238 et thorium 232[1] ; « Les efforts de caractérisation de l’environnement témoin doivent être menés de manière à définir une valeur ou un intervalle de valeurs de référence par grandeur physique étudiée (débit d’équivalent de dose, activité volumique des différents radionucléides d’intérêt dans les eaux, activité massique de ces mêmes radionucléides dans les sols, les végétaux…) »[1] ;
  • étude documentaire (historique du site, contexte biogéopédologique, occupation, projets d'aménagement, importance patrimoniale, dont pour l'environnement et la trame verte et bleue...). Elle permet de poser des hypothèses sur la nature, l'importance et la localisation ou cinétique des contaminants ; Elle comprend nécessairement une « étude historique » et permet une première étude de vulnérabilité ; Outre BASIAS et BASOL, il est utile de consulter l'inventaire national des matières et déchets radioactifs, la base de données Mimausa (anciens sites miniers d’uranium en France) et, recommande l'IRSN, l'étude sur la radioactivité naturelle renforcée produite par l'ONG Robin des bois, ainsi que le réseau national de mesure de la radioactivité de l’environnement (RNMRE[5], pour les données post-2009) et toutes autres données ou sources localement disponibles.
  • investigations de terrain (observations in situ) avec recherche d'indices de pollution, avec échantillonnages pour analyse quantitative et qualitative de la pollution. Il s'agit de préciser l'étendue de la pollution et la cinétique des polluants (ce qui implique une analyse fine des « facteurs de transferts de polluants » ;
  • établissement d'un état de la situation (schéma conceptuel) sur la base de l'évaluation globale des risques et des dangers ;
    En France, la doctrine retenue depuis les années 1990, veut que l'interprétation de l’état des milieux et le diagnostic doit fournir « les éléments permettant d’évaluer la compatibilité entre le niveau de pollution et les usages constatés ». On peut alors produire un « Modèle de fonctionnement » défini en France comme « Schéma conceptuel intégrant les résultats de la surveillance des pollutions résiduelles lorsqu’un plan de gestion est mis en œuvre sur le site. Il permet ainsi de passer de l’état des lieux « statique » à une vision évolutive et dynamique de la gestion mise en place »[6].
  • cartographie des risques et danger (cartes de surface et tridimensionnelle) avec éventuellement modélisation du « panache de pollution » et de sa cinétique[7] et modélisation des retombées (au vu notamment des données météorologiques, en tenant compte des vents, mais aussi des pluies qui lessivent les particules de l'air en les rabattant au sol ou en mer[8].

L'IRSN recommande que le diagnostic fasse l'objet, chemin faisant d'une « information continue et adaptée des différentes parties prenantes »[1].

  • calculs d'exposition (directe et indirecte, par contact, ingestion ou inhalation), avec comparaison aux « valeurs limites » (OMS, normes nationales, règlement Euratom [9], Codex alimentarius... Attention certaines normes sont plus « dures » (pour les nourrissons ou femmes enceintes) ou plus « laxistes » (en cas d'accident nucléaire)[1] ;
  • Mesure et évaluation de la radioactivité dans le réseau trophique et plus spécifiquement dans la chaîne alimentaire aboutissant aux aliments consommés par l'Homme (dont gibier, poissons et champignons qui peuvent fortement bioconcentrer certains radionucléides)

Les niveaux de contamination des produits situés en bas de chaîne alimentaire sont généralement faiblement contaminé, nécessitant d'adapter la quantité analysée et d'utiliser les méthodes analytiques les plus sensibles pour les polluants considérés.

Ce travail permet aussi de prévoir les conditions d'un chantier, afin que ce chantier ne contribue pas lui-même à exposer au risque ou à diffuser des radionucléides dans l'environnement.

Après une première phase de diagnostic, « la définition des options de réaménagement et des objectifs d’assainissement associés peut conduire à engager de nouvelles phases de diagnostic, prenant généralement la forme d’investigations complémentaires. La démarche de diagnostic devient alors itérative »[1].

Toxicologie[modifier | modifier le code]

La pollution radioactive est nocive pour l'homme : en effet, les radioéléments ont une durée de vie plus ou moins longue et se désintègrent en émettant des rayonnements dangereux.
Lorsque des radio-éléments sont fixés dans le corps humain, ils peuvent être dangereux même si la quantité totale de rayonnements émis est relativement faible, car ils atteignent les cellules environnantes de manière très concentrée, pouvant créer des tumeurs (Cf. caractère mutagène des radiations).

Le corps humain peut être amené à fixer des radio-éléments de plusieurs manières :

  • Par inhalation et via la respiration : par exemple si des particules de gaz radon se désintègrent alors qu'elles sont dans les poumons, elles se transforment en élément lourds qui se fixent, et continuent leur "vie radioactive" et leurs émissions nocives jusqu'à leur fin de vie.
  • Par ingestion via l'alimentation : si un organisme est contaminé par une pollution radioactive, les végétaux et les animaux mangeant ces végétaux courent le risque d'une contamination radioactive. Certains végétaux sont particulièrement radio-accumulants : lavande, champignons.
    Certains organes sont aussi plus radio-sensibles : par exemple, la thyroïde fixe l'iode, (iode 131). C'est pourquoi, en cas de contamination radioactive, on distribue des pastilles d'iode stable, naturellement non radioactive, à la population avant l’exposition ou l’inhalation de fumées. L’iode stable, ainsi se fixe sur la thyroïde, la sature, empêchant l'iode 131 issue de la radioactivité, de s'y accumuler.

Solutions pour protéger la population et l'environnement des alentours[modifier | modifier le code]

Elles se font souvent en deux temps

  • Premières actions de mise en sécurité (réduction de l'exposition, par l'information, la pose de clôture, le contrôle des accès au site, et éventuellement avec restriction ou interdiction de pêche, chasse, cueillette de champignons et culture/pâturage, baignade, jardinage, irrigation, utilisation d'eau de puits, etc.) Si des risques d'envol de poussières existent, un bâchage du sol est possible, de même qu'un rabattement de nappe peut parfois protéger la nappe. L'inertage du sol ou une phytostabilisation peuvent aussi limiter la lixiviation ou l'envol de particules. L'évacuation ou mise en sécurité transitoire de sols ou objets radiocontaminés sont parfois possibles ou nécessaires (avec l'ANDRA en France) ;
  • Décontamination des sols, et le cas échéant décontamination de la radioactivité dans le milieu et l'écosystème.

En France[modifier | modifier le code]

  • En termes d'information environnementale, deux premières bases de données publiques d'inventaire ont été BASOL (sites faisant l’objet de mesures de gestion)[10] et BASIAS (sites ayant autrefois accueilli une activité industrielle ou de service à risque)[11]. Dans les années 1990, des outils et objectifs d'évaluation affinée et de hiérarchisation ont accompagné l'émergence d'une politique de gestion des sites et sols pollués, souvent selon leur destination future ou leur usage actuel[12].
  • Un guide publié en 2001 (Guide méthodologique de gestion des sites industriels potentiellement contaminés par des substances radioactives) et mis à jour en 2008[13] et en 2011 aide l'action des parties prenantes.
  • L’Autorité de Sûreté Nucléaire et l’IRSN accompagnent ou cadrent ces démarches.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k IRSN, Gestion des sites potentiellement pollués par des substances radioactives, 2011, PDF, 122 pages
  2. a et b Norme ISO 11074-4 "Qualité du sol - Vocabulaire - Partie 4 : termes et définitions relatifs à la réhabilitation des sols et sites", décembre 1986.
  3. Arrêté du 25 mai 2005 relatif aux activités professionnelles mettant en oeuvre des matières premières naturellement radioactives mais non exploitées en raison de leurs propriétés radioactives
  4. IRSN, Gestion des sites potentiellement pollués par des substances radioactives, 2011, PDF, 122 pages
  5. Réseau national de mesure de la radioactivité de l’environnement, lancé en février 2010, par l’ASN et l’IRSN ; www.mesure-radioactivite.fr/public/
  6. Annexes 2 et 3 de la Note ministérielle "Sites et sols pollués - Modalité de gestion et de réaménagement des sites pollués" du 8 février 2007
  7. Baklanov , A., Mahura , A., Sørensen , J. H., Rigina , O. et Bergman , R. (2002). Methodology for risk analysis based on atmospheric dispersion modelling from nuclear risk sites. Rapport technique 02-16, DMI, Danemark
  8. Belot , Y., Caput , C. et Guenot , J. (1988), Étude bibliographique du lavage par la pluie des radionucléides particulaires et gazeux émis en situation accidentelle. Rapport technique, IRSN et EDF, France
  9. Euratom n°2218-89 du 18 juillet 1989 modifiant le règlement n°3945-87 du 22 décembre 1987.
    Voir aussi : règlement Euratom n°770-90 du 29 mars 1990
  10. BASOL, Inventaire des sites faisant l’objet de mesures de gestion pour prévenir les risques pour les populations riveraines et les atteintes à l’environnement
  11. Basias, Inventaire des sites qui ont accueilli par le passé une activité industrielle ou de service
  12. Circulaire ministérielle du 3 avril 1996 relative à la réalisation de diagnostics initiaux et de l’évaluation simplifiée des risques sur les sites industriels en activité Circulaire du 10 décembre 1999 relative aux sites et sols pollués et aux principes de fixation des objectifs de réhabilitation
  13. Guide méthodologique de gestion des sites industriels potentiellement contaminés par des substances radioactives (mai 2001 : version 0 puis mai 2008 : version 1 intégrant une modification de certains coefficients de dose).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) A. Oudiz, B. Cessac, J. Brenot,J.P. Maigné, P. Santucci, M.C. Robé,P. Charbonneau, Gestion des sites industriels potentiellement contaminés par des substances radioactives. Version 0. Réalisé par l’IPSN pour le compte des ministères de l'Environnement et de la Santé. Octobre 2000.
  • (fr) A. Oudiz, J. Brenot, B. Cessac,J.P. Maigné, P. Santucci, Methodology for the remediation of contaminated industrial sites in France 20 to 24/02/2000 Arlington, VA (UnitedStates of America).
  • (fr) A. Oudiz, J. Brenot, B. Cessac,J.P. Maigné, A guide for risk management of sitescontaminated with radionuclides ; Proceedings of the Symposium Foresightand Precaution. 14 to 17/05/2000 ; Edinburgh (United Kingdom).
  • (fr) A. Oudiz, J. Brenot, B. Cessac,P. Charbonneau, J.P. Maigné,P. Santucci, Methodological guide for risk assessment and management of industrial sites contaminated with radionuclides IRPA 10, may 2000, Hiroshima, Japan.
  • (en) Baklanov (1999), Parameterisation of the deposition processesand radioactive decay : A review and some preliminary results withthe DERMA model. Rapport technique 99-4, DMI, Danemark</ref>
  • (en) Brandt, J. (1998), Modelling Transport, Dispersion and Deposition ofPassive Tracers from Accidental Releases. Thèse de doctorat, National Environmental Research Institute, Roskilde, Danemark
  • (en) Brandt , J., Christensen , J. et Frohn , L. (2002), Modelling transport and deposition of caesium and iodine from the Chernobyl accident using the DREAM model. Atmospheric Chemistry and Physics , 2:397–417
  • (en) Chamberlain , A. C. (1991). Radioactive aerosols . Cambridge University Press.
  • (en) Clark , M. et Smith , F. B. (1988).Wet and dry deposition of Chernobyl releases. Nature , (332):245–249.
  • (en) Cooper , J., Randle , K. et Sokhi , R. (2003). Radioactive Releases in the Environment. Impact and Assesment. John Wiley & Sons, Lt d, England.
  • (en) Crabol , B., Eberbach , F., Manesse , D., Mabmeyer , K., Monfort , M., Nester , K. et Schandt , H. (1999). Modèle franco-allemand pour le calcul de la dispersion atmospherique en cas d’accident nucleaire - Commission franco-allemand chargée des probemes de sûreté des installations nucléaires. Rapport technique 99-077, IPSN, DPEA/SECRI, France
  • (en) Davoine , X. (2006). Modélisation inverse de rejets accidentels dans l’atmosphère : application à des cas réels (ETEX, Tchernobyl). Mémoire de D.E.A., ENSTA
  • (en) De Cort, M., Dubois , G., Fridman , S., Germenchuk , M., Izrael , Y., Janssens , A., Jones , A., Kelly , G., Kvasnikova , E., Matveenko , I., Nazarov , I., Pokumeiko , Y., Sitak , V., Stukin , E., Tabachnyi , L., Tsaturov , Y. et Avdyushin , S. (1998). Atlas of caesium deposition on Europe after the Chernobyl accidentv. Rapport technique 16733 E N-RU, Commission européenne.
  • (en) Drews , M. (2005). Data assimilation on atmospheric dispersion of radioactive materials. Thèse de doctorat, Technical University of Denmark and Risø National Laboratory, Danemark
  • (en) Dubois , G. et Bossew , P. (2003). Spatial analysis of 137 Cs in the environment : an overview on the current experience. In Mapping radioactivity in the environmentv. Spatial Interpolation Comparison 1997 , numéro EUR 20667 E N, pages 21–36
  • (en) Gudiksen , P. et Lange , R. (1986). Atmospheric dispersion modeling of radioactivity releases from the Chernobyl event. Rapport technique UCRL-95363, Lawrence Livermore National Laboratory, Etats-Unis.
  • (en) Hass , H., Memmesheimer , M., Geiß , H., Jakobs , H. et Ebel , A. (1990). Simulation of the Chernobyl radioactive cloud over Europe using the EURAD model. Atmospheric Environm ent , 24A(3):673–692.
  • (en) Hourdin , F. et Issartel , J.-P. (2006). Subsurface nuclear tests monitoring throug h the CTBT xenon network. Geophysical Research Letters, 27(15):2245–2248
  • (en) Isnard , O., Krysta , M., Bocquet , M., Dubiau , P. et Sportisse , B. (2005). vData assimilation of radionuclides atmospheric dispersion at small scale : a tool to assess the consequences of radiological emergencies. In Proceedings of the IAEA Conference
  • (en) Issartel , J.-P. et Baverel , J. (2003). Inverse transport for the verification of the Comprehensive Nuclear Test Ban Treaty. Atmospheric Chemistry and Physics , 3:475–486
  • (en) Kanevsky , M., Arutyunyan , R., Bolshov , L., Chernov , S., Demyanov , V., Koptelova , N., Linge , I., Savelieva , E., Haas , T. et Maignan , M. (1997). Chernobyl fallout : Review of advanced spatial data analysis. In A.Soaresetal, ́editeur : geoENVI-Geostatistics for Environmental Applications , pages 389–400. Kluwer Academic Publishers, the Netherlands.
  • (en) Klug , W., Graziani , G., Grippa , G., Pierce , D. et Tassone , C. (1992). Evaluation of long-range atmospheric transport models using environmental radioactivity data from the Chernobyl accident. The ATMES Report . Elsevier, Amsterdam
  • (en) Krysta , M. et Bocquet , M. (2006). Source reconstruction of an accidental radionuclide release at European scale. Soumis à Q.J.R.Meteorol.Soc.
  • (en) Mahura , A., Baklanov , A. et Sørensen , J. H. (2003). Long-term probabilistic atmospheric transport and deposition patterns from nuclear risk sites in Euro-Arctic region. Rapport technique 03-14, DMI, Danemark
  • (en) Maryon , R. et Best , M. (1995). Estimating emissions from a nuclear accident using observations of radioactivity with dispersion model products. Atmospheric Environm ent , 29(15):1853–1869
  • (en) M ́ ejean , P. (2003). Dispersion atmosphérique sur le site de la centrale EDF de Bugey - Essais en soufflerie. Rapport technique, LMFA, Franc e
  • (en) Politis , K. et Robertson , L. (2004). Bayesian up dating of atmospheric dispersion after a nuclear accident. Appl. Statist., 53(4):583–600.
  • (en) Puch , R., Astrup , P., Smith , J., Wynn , H., Turcanu , C. et Rojas-Palma , C. (2002). A data assimilation methodology for the plume phase of nuclear accident. In Brebbia , A. et Zannetti , P., Editeurs : Developments and Application of Computer Techniques to Environmental Studies IX , pages 129–138. Wessex Institute of Technology Press, Southam pton, UK
  • (en) Pudykiewicz , J. (1989). Numerical simulation of the transport of radioactive cloud from the Chernobyl nuclear accident. Tellus , 40B:241–259
  • (en) Quéelo , D., Sportisse , B. et Isnard , O. (2005). Data assimilation for short range atmospheric dispersion of radionuclides : a case study of second-order sensitivity. Journal of Environmental Radioactivity , 84(3):393–408.
  • (en) Raes , F., Caterina , T., Gianni , G., Nicolas , Z. et Graziani , G. (1991). Updating long range transport model predictions using real time monitoring data in case of nuclear accidents with release to the atmosphere. Atmospheric Environment , 25A(12):2807–2814

Articles connexes[modifier | modifier le code]