Route nationale 4 (Belgique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir N4 et Route nationale 4.
Route nationale 4
Longueur : 195 km
{{#if:
La N4 au niveau d'Assesse
La N4 au niveau d'Assesse
Liste des croisements
BABKirche.svg
  Bruxelles
Ceinture.svg
  Porte de Namur
RWB-RWBA Autobahn.svg
A4 2 Jezus-Eik
BABKirche.svg
  Overijse
RWB-RWBA Autobahn.svg
A4 7 Wavre
BABKirche.svg
  Louvain-la-Neuve
BABKirche.svg
  Gembloux
RWB-RWBA Autobahn.svg
A15 12 Namur-Ouest
BABKirche.svg
  Namur
RWB-RWBA Autobahn.svg
A4 18 Courrière
BABKirche.svg
  Marche-en-Famenne
AB-Kreuz.svg
  Barrière de Champlon
RWB-RWBA Autobahn.svg
A26 54 Bastogne
BABKirche.svg
  Bastogne
BABKirche.svg
  Arlon
BAB-Grenze.svg
  Frontière luxembourgeoise, prolongée par la N6

La route nationale 4 est une route belge reliant Bruxelles à Luxembourg en passant notamment par Namur.

Avant le développement massif d'autoroutes, la N4 était une artère principale pour le trafic se rendant au sud-est de Bruxelles ou vers l'Ardenne et plus globalement une liaison du centre de la Région wallonne avec Bruxelles. Elle traverse aujourd'hui un chapelet presque ininterrompu de villes, villages et banlieues jusqu'à Namur, entrecoupé de brefs tronçons à 2 × 2 voies rapides limités à 90 km/h. Au-delà de la capitale wallonne, la route comporte presque toujours 2 × 2 bandes limitées à 90 ou 120 km/h, sauf exception sur le territoire de communes ayant développé une politique de sécurité routière. La N4 est en effet l'épicentre économique de nombreux villages-rues.

Elle a pour particularité de faire office de frontière entre la Belgique et le Luxembourg à hauteur de Martelange / Rombach.

Elle fut rendue tristement célèbre par de la catastrophe de Martelange, le 21 août 1967.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

La Nationale 4 démarre à Bruxelles où elle se confond avec la chaussée de Wavre, avant de prendre son matricule une fois sortie de l'agglomération de la capitale. À Namur, elle descend des hauteurs de Belgrade jusqu'à la gare et le boulevard Mélot, enjambe la Meuse par le pont des Ardennes et continue sa route vers le sud par Jambes, Erpent et Naninne.

Elle s'engouffre ensuite dans le massif ardennais en longeant Marche-en-Famenne, puis Bastogne. Au sud, elle marque physiquement la frontière avec le Grand-Duché de Luxembourg à hauteur de Martelange, où un seul côté de la route, en territoire luxembourgeois, est occupé par de nombreuses stations-service proposant carburants, tabacs et spiritueux aux prix luxembourgeois plus avantageux qu'en Belgique.

Elle continue ensuite vers Arlon et la frontière avec le Grand-Duché, à Rosenberg (B) / Steinfort (L), où elle est prolongée pendant 30 km jusqu'à Luxembourg-ville, prenant le nom de route nationale luxembourgeoise N6.

Histoire[modifier | modifier le code]

Empierrée dans les années 1820 par l'occupant hollandais, la nationale 4 était à l'époque la principale voie reliant le centre des Pays-Bas méridionaux (dont Bruxelles en était alors la capitale administrative) au sud du territoire, vers la place forte de Luxembourg-ville. Il est difficile de déterminer quand elle reçut son numéro, mais il obéit à une certaine logique, les premiers numéros de routes nationales rayonnant à partir de Bruxelles vers les grandes villes du pays dans le sens des aiguilles d'une montre. Anvers, Genk, Liège, Namur ou Charleroi sont ainsi reliées à Bruxelles par une nationale portant respectivement les numéros 1, 2, 3, 4 et 5.

Le tronçon de la N4 allant de la frontière luxembourgeoise (Arlon-Rosenberg) à Bastogne fait partie de la voie de la Liberté, un itinéraire créé en 1947, délimité par une série de bornes et correspondant à des chemins suivis par les Alliés lors de la libération de la France, de la Belgique et du Luxembourg pendant la Seconde Guerre mondiale. Toutes ces bornes actuellement (2007) sur la N4 sont d'origine.

Dans les années 1960, la N4 a été pour les uns synonyme de vacances, de transport international pour les autres ou encore animation de la vie locale pour les habitants des communes traversées. Elle a été le seul axe rapide traversant la Région wallonne, vers l'Ardenne, la France ou l'Italie. Elle a été « doublée » par la création progressive (des années 1960 à la fin des années 1980) de l'autoroute A4/E411, également orientée du nord au sud, mais qui évite les centres urbains. Cette voie rapide quitte Bruxelles à hauteur de la station de métro Delta pour se terminer à la frontière du Luxembourg. À hauteur de Jezus-Eik (Notre-Dame-au-Bois), Wavre, Courrière et Arlon, les deux axes se croisent, offrant à chaque fois une alternative aux conducteurs.

Le 21 août 1967 survient la catastrophe de Martelange : un camion rempli de 47 000 litres de GPL rate un virage terminant la longue et sinueuse descente (depuis Bastogne) de la nationale 4 vers Martelange et Rombach (Grand-duché de Luxembourg) et s'encastre dans le parapet droit du pont de la Sûre, la rivière locale. Le camion explose en plein cœur des deux villages, anéantissant plusieurs maisons et allumant des dizaines d'incendies, notamment de stations-service jalonnant la route. Le bilan humain est lourd : 22 morts et 47 blessés.

Article détaillé : Catastrophe de Martelange.

Infrastructure[modifier | modifier le code]

La Nationale 4 à Martelange / Rombach, où elle fait office de frontière entre la Belgique et le Luxembourg et où eut lieu la catastrophe de Martelange, en 1967.

La N4 présente deux visages très différents selon qu'on se trouve au nord ou au sud de Namur.

Au nord de Namur, elle se présente sous la forme d'une chaussée à trois ou quatre bandes. Dans le premier cas, la bande centrale est affectée à l'un des deux sens de circulation ou aux véhicules qui tournent à gauche. Les deux parties de la chaussée sont presque toujours sans séparation physique et donnent lieu à des accidents mortels. La vitesse maximale autorisée y est le plus souvent de 50 ou 70 km/h, plus rarement 90 km/h.

Au sud de Namur, elle est la plupart du temps une voie express à chaussée séparée par soit des blocs en béton soit par une rambarde métallique sur une bande d'herbe. Les tronçons sans séparation physique des deux parties de la chaussée sont plus rares qu'au nord. La vitesse maximale autorisée y est le plus souvent de 90 ou 120 km/h.

À Namur même, la N4 se fond dans les artères de la ville et est donc limitée en permanence à 50 km/h de Belgrade à Jambes.

À Martelange, rétrécie sur deux bandes, elle fait frontière entre la Belgique et le Grand-Duché de Luxembourg. La partie orientale de la route, luxembourgeoise, est bordée de stations-essence, proposant également alcool et cigarettes, ces produits étant significativement moins chers au Grand-Duché du fait d'accises moins élevées.

Pour les conducteurs peu pressés, la N4 offre toujours une route plus agréable et bucolique pour atteindre le Sud de la Belgique ; elle est aussi utilisée lors de prévisions de gros trafic lors des vacances ou d'un grand nombre de personnes faisant la navette de Bruxelles à Luxembourg. Afin de préserver cette route, des tronçons sont toujours en rénovation.

Sorties, échangeurs, intersections[modifier | modifier le code]

Frontière belgo-luxembourgeoise à Rosenberg-Steinfort

Divers[modifier | modifier le code]

Images[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Les bustes des 4 rois figuraient sur les pilastres à l'entrée. En 2011 le buste de Léopold Ier est absent. Le buste du jeune roi Baudouin (5ème roi) figure sur le porche d'entrée.
  2. Une première maison orientable est à front de la Chaussée de Namur mais en 2011 elle est cachée par la végétation.

Voir aussi[modifier | modifier le code]