MQ-1 Predator

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis RQ-1 Predator)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Predator.
Pix.gif General Atomics MQ-1B Predator[1] Su-27 silhouette.svg
MQ-1 Predator unmanned aircraft.jpg
MQ-1 Predator en vol

Constructeur Drapeau : États-Unis General Atomics Aeronautical Systems
Rôle Drone de reconnaissance armé
Mise en service mars 2005 (pour l'USAF)
Date de retrait Toujours en service
Coût unitaire 20 millions de dollars en 2009 (pour quatre drones et leur station au sol)
Équipage
Aucun équipage à bord. Un pilote et un opérateur des capteurs au sol.
Motorisation
Moteur Rotax 914F
Nombre 1
Type Moteur à explosion à quatre cylindres
Puissance unitaire 115 ch
Dimensions
Predator MQ-1B.svg
Envergure 16,8 m
Longueur 8,22 m
Hauteur 2,1 m
Masses
À vide 512 kg
Maximale 1 020 kg
Performances
Vitesse de croisière 130 km/h
Vitesse maximale 222 km/h
Plafond 7 620 m
Rayon d'action 1 250 km
Armement
Externe 2 missiles AGM-114 Hellfire

Le MQ-1 Predator est un drone militaire d'altitude de croisière moyenne et de longue autonomie[2] entré en service en 1995, au terme d'un programme qui aura coûté 2 387 millions de dollars[3]. Son coût unitaire est estimé à 4,5 millions de dollars[4].

Historique[modifier | modifier le code]

Predator[5] tirant un missile Hellfire
  • 1994, Premier vol.
  • 1995, En opération au-dessus des Balkans au départ de l'Albanie à partir de mai (deux appareils perdus).
  • 1996, Poursuite des opérations sur les Balkans, cette fois au départ de la Hongrie. Au total, 600 missions auront lieu sur ce théâtre d'opération, incluant 50 sorties de combat durant la guerre du Kosovo en 1999.
  • 1997, l'US Navy annonce son intention d'en acquérir afin de les utiliser au départ de ses porte-avions et bâtiments amphibies. Cela ne fut finalement pas réalisé.
  • 2000, À partir de septembre, un Predator de la CIA effectue une quinzaine de vols au-dessus de l'Afghanistan pour obtenir des renseignements sur Oussama ben Laden et Al-Qaida[6].
  • 2001, En février ont lieu les premiers tests de la version armée de missiles AGM-114C Hellfire.
  • 2001, à la suite des attentats du 11 septembre, des drones Predator (sans armement) effectuent des vols au-dessus de l'Afghanistan le 18 septembre. Après autorisation du pays où sont déployés les Predator, des vols de Predator armés ont lieu à partir du 7 octobre[7].
    • En novembre 2001, un Predator aurait participé au bombardement qui tua le « numéro 3 » d'Al-Qaida, Mohammed Atef
    • Le 4 février 2002, une frappe de Predator tue trois hommes près de Zhawar Kili dans l'est de l'Afghanistan. Un d'entre eux était soupçonné d'être Ben Laden mais il s'agissait de villageois ramassant de la ferraille[8]
    • Le 4 mars 2002, un Predator détruit un bunker qui bloquait un groupe de Rangers lors des combats du Takur Ghar. C'est la première utilisation connue du Predator en appui aérien rapproché[9]
    • le 6 mars 2002, la CIA tente de tuer par une frappe de Predator le chef tribal Gulbuddin Hekmatyar, qui avait annoncé son intention de renverser le gouvernement Karzaï. C'est la première tentative de tuer une personne qui ne fait pas partie de l'ancien gouvernement taliban ou d'Al-Qaida[10].
  • 2002, 50 RQ-1/MQ-1 sont en service au sein de l'US Air Force.
  • 2002, Le 3 novembre, la CIA détruit une voiture transportant six membres d'Al-Qaida au Yémen à la suite d'un tir d'AGM-114 Hellfire depuis un MQ-1.
  • 2002, Le 23 décembre, un MiG-25 irakien détruit un drone RQ-1 Predator alors que celui-ci à riposté en tirant un missile air-air. Il s'agit du premier combat aérien d'un drone de combat.
  • 2003, l'US Air Force commande 22 exemplaires supplémentaires.
  • 2003, fin mars, un RQ-1 détruit un ZSU-23-4 de lutte antiaérienne durant la guerre d'Irak.
  • 2004, Le 18 juin 2004, première frappe d'un drone américain dans le cadre du conflit armé du Nord-Ouest du Pakistan tuant le chef taliban Nek Mohammad.
  • 2005, Le 1er décembre 2005, une seconde frappe tue Abu Hamza Rabia à l'origine de plusieurs attentats contre Pervez Musharraf.
  • 2006, trois frappes en territoire pakistanais tuant 120 membres d'Al-Qaida et des Talibans et vingt civils.
  • 2007, cinq frappes en territoire pakistanais tuant 73 membres d'Al-Qaida et des Talibans.
  • 2008, 36 frappes en territoire pakistanais tuant 286 membres des Talibans et d'Al-Qaida et 31 civils.
  • 2008, le 15 avril, premier vol du MQ-1C Sky Warrior[11].
  • 2009, au 30 septembre, 42 frappes en territoire pakistanais tuant 404 membres des Talibans et d'Al-Qaida, le chef du Mouvement islamique d'Ouzbékistan Tohir Yo‘ldosh et 41 civils[12].
  • 2010, en avril, la flotte de Predator passe le cap du million d'heures de vol qui ont été réalisées en 80 000 missions, dont 85 % en combat.
  • Avril 2011, utilisation en Libye.
  • Février 2013, utilisation au Mali[13].

Présentation[modifier | modifier le code]

Il a été conçu afin d'assurer le renseignement de combat et la surveillance de zone[2]. La lettre « Q » dans sa désignation signifie que c'est un drone, le chiffre « 1 » signifie que c'est le premier drone entré en service depuis l'introduction de la lettre Q dans le système de dénomination, et « R » signifie que sa mission principale est la reconnaissance.

La CIA en a développé une version armée, ensuite également commandée par l'US Air Force. En 2002, l'USAF changea officiellement la dénomination en « MQ-1 Predator », eu égard à son utilisation de plus en plus importante en tant que drone armé, la lettre « M » signifiant Multi-missions.

116 étaient en service en janvier 2009 dans l'USAF, qui prévoit d'en recevoir 38 durant l'année fiscale 2009[14].

Fin 2011, on compte 161 Predator et 61 stations de contrôle au sol en service[15].

Équipement[modifier | modifier le code]

Afin d'assurer sa mission de reconnaissance et d'observation, le Predator est équipé de différents capteurs :

  • Capteur électro-optique Versatron Skyball Model 1, opérant dans les bandes visible et infrarouge. Ce capteur est équipé d'une tête mobile pouvant regarder à 360 degrés sous le fuselage ;
  • Capteur radar Westinghouse 783R234 à ouverture synthétique ;
  • Transmission de données en temps réel par satellite.

Versions[modifier | modifier le code]

  • RQ-1K Predator, version de présérie, qui a aussi été employée opérationnellement ;
  • RQ-1L Predator, version de série avec des modifications mineures (système de dégivrage, moteur turbocompressé plus puissant) ;
  • MQ-1L Predator, version du RQ-1L armée pouvant emporter deux missiles AGM-114 Hellfire.

Les noms RQ-1A, RQ-1B et MQ-1B désignent les systèmes complets Predator, chacun de ces systèmes comprenant l'équipement au sol et quatre drones RQ-1K, RQ-1L ou MQ-1L respectivement[16].

  • MQ-1C Grey Eagle (précédemment appelé Warrior ou Sky Warrior) : dérivé du Predator destiné à l'US Army

Le constructeur General Atomics appelle « Predator A » la famille des Q-1, et réutilise le nom de Predator pour d'autres appareils :

  • « Predator B » : évolution du MQ-1 plus grand, motorisé avec un turbopropulseur, pouvant emporter plus d'armement. En service dans l'US Air Force sous le nom de MQ-9 Reaper.
  • « Predator C » : Drone de reconnaissance et de combat ayant des caractéristiques furtives: d’une longueur de 13,5 mètres pour une envergure de 22 m, il est propulsé par un réacteur Pratt&Whitney et non par un turbopropulseur comme son aîné. Il est ainsi capable d’évoluer à une vitesse de 740 km/h à une altitude d’environ 15 000 mètres. Également appelé General Atomics Avenger par le constructeur. Le premier vol du premier Avenger a eu lieu en avril 2009 et celui du deuxième prototype Predator C Avenger a lieu le 12 février 2012[17].

Utilisateurs[modifier | modifier le code]


Piratage[modifier | modifier le code]

Des insurgés irakiens ont réussi à intercepter les flux vidéo des drones Predator en utilisant des logiciels destinés à intercepter des flux de données de satellites, les flux vidéo des Predator n'étant pas chiffrés[18].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « MQ-1B Predator », sur http://www.af.mil/,‎ 20 juillet 2010 (consulté le 27 novembre 2013)
  2. a et b General Atomics MQ-1 Predator, sur le site aviation-militaire.kazeo.com
  3. MQ-1 Predator - dtic.mil [PDF]
  4. (en) The Problem With the Predator - cursor.org, 12 janvier 2003
  5. (en) Predator RQ-1 / MQ-1 / MQ-9 Reaper - Unmanned Aerial Vehicle (UAV), USA - airforce-technology.com (voir archive)
  6. (en) Commission Kean, Final Report of the National Commission on Terrorist Attacks Upon the United States, 2004, 585 p. (ISBN 978-0-393-32671-0) [lire en ligne] pp. 189-190 [PDF]
  7. George Tenet, Written Statement for the Record of the Director of Central Intelligence Before the National Commission on Terrorist Attacks Upon the United States, 24 mars 2004 [lire en ligne] p. 17 [PDF]
  8. February 4, 2002: Remote Drone Targeting Bin Laden Kills Three Innocent Civilians Instead, sur www.historycommons.org/
  9. (en) Sean Naylor, Not a Good Day to Die : The Untold Story of Operation Anaconda, New York, Berkley Caliber,‎ 2006 (1re éd. 2005), 352 p. (ISBN 0-425-20787-0 et 978-0-425-20787-1, présentation en ligne), p. 357
  10. (en) Thom Shanker et Carlotta Gall, « U.S. Attack on Warlord Aims to Help Interim Leader », New York Times,‎ 9 mai 2002 (lire en ligne)
  11. « Une semaine dans l'air & le cosmos », Air et Cosmos, no 2121,‎ 18 avril 2008, p. 6 (ISSN 1240-3113)
  12. (en) Bill Roggio, Alexander Mayer, « Analysis: A look at US airstrikes in Pakistan through September 2009 », sur www.longwarjournal.org, The Long War Journal,‎ 1er octobre 2009 (consulté le 12 octobre 2009)
  13. Les drones Predator entrent en action au Mali - Le Monde/AFP, 23 février 2013
  14. (en) Note from AFA President -- State of the Air Force - Air Force Association (AFA), 3 février 2009 [PDF] (voir archive)
  15. (en) Jeremiah Gertler, « US unmanned aerial systems », Service de recherche du Congrès,‎ 3 janvier 2012 (consulté le 10 janvier 2012) [PDF]
  16. General Atomics RQ/MQ-1 Predator, sur le site designation-systems.net
  17. Fiche technique de General Atomics
  18. (en) Insurgents Hack U.S. Drones Insurgents Hack U.S. Drones - Siobhan Gorman, Yochi J. Dreazen et August Cole, The Wall Street Journal, 17 décembre 2009

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]