Special Activities Division

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
CIA.svg

La Special Activities Division (traduisible en Division des Activités Spéciales) ou SA Division[1], est un service de la Central Intelligence Agency (CIA), en charge de ses actions clandestines (covert actions) telles que propagande, l'action politique et les opérations paramilitaires.

Son activité a démarré à la sortie de la Deuxième Guerre mondiale, en prenant la relève de l'Office of Strategic Services (OSS) pour les activités paramilitaires clandestines.

Le service paramilitaire de la CIA a porté divers noms au cours de son histoire. Il a agi en Corée, en République populaire de Chine, au Tibet, au Congo, en Indonésie, en Bolivie (traque de Che Guevara), en Asie du Sud-Est, etc. Suite à l'échec du débarquement de la baie des Cochons en 1961, la plupart des programmes paramilitaires en cours de la CIA furent confiées à l'armée. Au Viêt-nam, la CIA avait mené diverses opérations d'infiltration d'agents au Nord-Viêt Nam et de formation d'unités irrégulières du Civilian Irregular Defense Group (CIDG) via son unité paramilitaire, la Military Operations Section (MOS) - aussi appelée Combined Studies Group (CSG) et Combined Studies Division (CSD). L'autorité sur ces missions fut transférée de la station de la CIA au Military Assistance Command, Vietnam dans le cadre de l'opération Switchback (voir aussi l'article sur le Military Assistance Command, Vietnam – Studies and Observations Group). Au Laos, la CIA finança une « armée secrète » issue du peuple Hmong et commandée par Vang Pao.

Le service d'action secrète de la CIA fut réduit après la fin de la guerre du Viêt Nam. Il fut toutefois largement utilisé sous la présidence de Jimmy Carter ; à l'époque il s'appelait Covert Action Staff (CAS)[2]. Sa branche paramilitaire était appelée Special Operations Group et dirigée par James Glerum en 1978[3].

Au cours des années 1980, appelé International Activities Division (IAD) et dirigée par Robert Magee, il fut impliqué en Amérique Latine dans l'assistance secrète aux Contras du Nicaragua[4], notamment via sa branche paramilitaire, dirigée par Rudy Enders[5]. Un agent de l'IAD, Keith Hall, fut envoyé à Beyrouth pour traquer les terroristes responsables de l'attentat contre l'ambassade américaine en avril 1983[6]. L'IAD s'occupait aussi d'assistance secrète aux services gouvernementaux de pays alliés tels que le Maroc[7].

Dans la deuxième moitié des années 1980, le service d'action clandestine avait été renommé Special Activities Staff (SAS), et sa branche paramilitaire, Special Operations Group (SOG). Le SAS comprenait par ailleurs une Air Branch, une Maritime Branch, une Ground Branch et une Contracts Branch[8]. La branche paramilitaire de la CIA a également été mise à contribution dans le cadre du programme afghan. Un de ses officiers impliqués dans le programme était Michael G. Vickers[9].

À la fin de la guerre froide, la CIA réduisit ses forces d'action clandestine et en particulier paramilitaires. En 1993, le Special Activities Staff comptait 190 personnels et gérait un budget de 70 millions de dollars. Cela ne changea qu'en 1997 lorsque George Tenet devint directeur de la CIA et décida d'augmenter les moyens de son agence[10]. En 1997, à un colloque intitulé Does America Need the CIA? (« Est-ce que l'Amérique a besoin de la CIA ? »), le directeur de la CIA George Tenet défendit (entre autres) le maintien des capacités d'action secrète de la CIA « parce que chaque Président depuis Truman a voulu que cette option soit disponible. De surcroît, le Congrès a voulu que le Président ait cette option[11] ».

Au milieu des années 1990, le SAS a été renommé Special Activities Division[12]. De novembre 1995 à juin 1997, le directeur adjoint de cette division était le général de brigade William G. Boykin. Un de ses rôles à l'époque était de coordonner la collecte et l'analyse de renseignement sur des personnes inculpées de crimes de guerre dans les Balkans en vue d'arrestations de vive force[13].

Un autre nom porté par ce service est Military and Special Programs Division[14]. En 1996, elle signal un accord de soutien mutuel avec le Defense POW/Missing Personnel Affairs Office (DPMO) en matière de récupération de personnel[15]. Elle fut aussi impliquée dans un programme de lutte contre le trafic de drogue au Pérou à partir de 1997[16].

Au début de la guerre d'Afghanistan, la CIA envoya des équipes pour établir le contact avec les chefs de guerre afghans opposés aux Talibans. La première équipe, nom de code Jawbreaker, dirigée par Gary Schroen, arrivée dans la vallée du Pandjchir le 27 septembre, fut la première force américaine déployée en Afghanistan. Ces équipes comprenaient des officiers paramilitaires de la Special Activities Division[17]. Sa présence en Afghanistan fut le sujet d'une certaine couverture médiatique, notamment à cause de la révélation de la mort d'un officier paramilitaire de la CIA lors de la mutinerie de Qala-e-Jangi[18].

À cette époque, la Special Activities Division comptait environ 200 personnes et était apparemment organisée en plusieurs groupes[19] :

  • le Special Operations Group qui mène les opérations paramilitaires
  • le Foreign Training Group chargé de la formation de services de police et de renseignement étrangers
  • le Propaganda and Political Action Group chargé de la désinformation
  • le Computer Operations Group qui s'occupe de la guerre de l'information
  • le Proprietary Management Staff qui gère les compagnies fictives servant de couvertures aux activités secrètes

Au début de la guerre d'Afghanistan, la Special Activities Division ne comptait plus que quelques dizaines d'officiers paramilitaires. Beaucoup étaient entraînés dans une autre spécialité telle qu'officiers traitants ou officiers d'opérations, mais la plupart manquaient de connaissances linguistiques utiles, de connaissance de l'Asie Centrale ou d'expérience en contre-terrorisme[20]. Lors des premières opérations en Afghanistan, le chef de la Special Activities Division était Rod Smith[21]. Un de ses successeurs fut John D. Bennett[22].

La CIA a également envoyé des équipes paramilitaires au Kurdistan irakien avant le début de la guerre d'Irak, qui créera notamment le réseau DBROCKSTARS[23].

Dans son rapport final (2004), la Commission nationale sur les attaques terroristes contre les États-Unis a recommandé de placer toutes les opérations paramilitaires sous l'autorité du département de la Défense et de fusionner toutes ces activités avec celle de l'United States Special Operations Command, les opérations devant être planifiées de manière commune. Les arguments sont qu'avant le 11 septembre la CIA n'avait gardé qu'une capacité limitée d'action clandestine, et que ces capacités font doublon avec celles du département de la défense. Les ressources seraient plus efficaces et moins coûteuses si elles étaient regroupées en une seule entité[24]. Cette idée soulève plusieurs problèmes, dont la question de la supervision de ces opérations (les lois qui régissent les actions secrètes sont différentes de celles encadrant les opérations de l'armée) et la crainte d'une perte de flexibilité de la CIA qui était un de ses points forts par rapport aux forces spéciales militaires[25]. Le secrétaire à la Défense Donald Rumsfeld et le directeur de la CIA Porter Goss se sont tous deux opposés à une fusion. Cette recommandation de la commission est une des rares à ne pas avoir été suivie[26].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Souvent appelée SAD dans la littérature populaire, mais plusieurs auteurs spécialistes du domaines parlent de Special Activities (SA) Division ; par ailleurs, le "D" des divisions de la CIA n'est habituellement pas abrégé. ((en) Jeffrey T. Richelson, The US Intelligence Community, Boulder, Colorado, Westview Press,‎ 2008, 5e éd. (1re éd. 1985), 592 p. (ISBN 0-8133-4362-3 et 978-08133-4362-4), p. 22 ; (en) Loch K. Johnson, Secret agencies: U.S. Intelligence in a Hostile World, New Haven, Yale University Press, 1996, (ISBN 0-300-06611-2) p. 133)
  2. (en) Robert M. Gates, From the Shadows : The Ultimate Insider's Story of Five Presidents and How They Won the Cold War, New York, Simon & Schuster,‎ 1996, p. 91
  3. (en) Ted Gup, The Book of Honor : Covert Lives & Classified Deaths at the CIA, New York, Doubleday,‎ 2000 (ISBN 0-385-49293-6 et 978-0-385-49293-5), p. 239-240
  4. (en) Duane R. Clarridge et Digby Diehl, A Spy For All Seasons : My Life in the CIA, New York, Scribner,‎ 1997 (ISBN 0-7432-4536-9 et 978-0-7432-4536-4), p. 230, 265, 268
  5. (en) Steven Emerson, Secret Warriors : Inside the Covert Military Operations of the Reagan Era, New York, G.P. Putnam's Sons,‎ 1988, 256 p. (ISBN 0-399-13360-7, présentation en ligne), p. 124, 150
    Il existe une traduction française de ce livre : CIA : Les guerriers de l'ombre, éditions Economica, Paris, 1991 ISBN 2-7178-2075-2
     ; (en) Duane R. Clarridge et Digby Diehl, A Spy For All Seasons, p. 271
  6. (en) Mark Bowden, « The Dark Art of Interrogation », The Atlantic Monthly,‎ octobre 2003 (lire en ligne) ; + correction apportée dans « Letters to the Editor », décembre 2003 [lire en ligne]
  7. Bob Woodward (trad. Jérôme Verdier), CIA : Guerres secrètes 1981-1987 [« Veil: the secret wars of the CIA 1981-1987 »], Paris, Stock,‎ 1987, 606 p. (ISBN 2-234-02086-7 et 978-2-234-02086-3), p. 358-359
  8. Investigations Staff, Allegations of Connections Between CIA and The Contras in Cocaine Trafficking to the United States (1) (96-0143-IG) - Volume II: The Contra Story, CIA Office of Inspector General Other Individuals Involved in the Contra Program, Pilots, Companies and Other Individuals Working for Companies Used to Support the Contra Program, Glossary of Terms: The Contra Story ; (en) Duane R. Clarridge et Digby Diehl, A Spy For All Seasons, p. 263
  9. (en) George Crile, Charlie Wilson's War: The Extraordinary Story of How the Wildest Man in Congress and a Rogue CIA Agent Changed the History of Our Times, Grove Press, New York, 2003 (1re éd. 2003) (ISBN 0-8021-4124-2 et 978-0-8021-4124-8) p. 289
  10. (en) Andrew Koch, « US Central Intelligence Agency Forces: Covert Warriors », Jane's Defence Weekly,‎ 19 mars 2003
  11. George Tenet, « DCI Remarks: Does America Need the CIA? », Gerald R. Ford Library, Ann Arbor, Michigan, 19 novembre 1997 [lire en ligne]
  12. (en) Loch K. Johnson, Secret agencies: U.S. Intelligence in a Hostile World, New Haven, Yale University Press, 1996, (ISBN 0-300-06611-2) p. 4, 133 semble être la plus ancienne source à dévoiler le nom de Special Activities Division
  13. (en) LTG (Ret.) William G. Boykin et Lynn Vincent, Never Surrender : A Soldier's Journey to the Crossroads of Faith and Freedom, New York, FaithWords,‎ 2008, 350 p. (ISBN 0-446-58215-8 et 978-0-446-58215-5), p. 297-302
  14. (en) Jeffrey T. Richelson, The US Intelligence Community, p. 22. Un de ses anciens chefs est William Rooney [1], et un de ses chefs adjoints militaires était le colonel Joseph S. Lahnstein [2]
  15. Department of Defense Personnel Recovery Update
  16. son chef fut auditionné par le Congrès : (en) US Senate Select Committee on Intelligence, Report on a Review of United States Assistance to Peruvian Counter-Drug Air Interdiction Efforts and the Shootdown of a Civilian Aircraft on April 20, 2001, 107th Congress, 1st Session, S. Prt. 107-64, Washington, D.C., U.S. Government Printing Office, octobre 2001, [lire en ligne], p. 1
  17. (en) Bob Woodward, « Secret CIA Units Playing a Central Combat Role », The Washington Post,‎ 18 novembre 2001, A01 (lire en ligne). Le rôle des équipes de la CIA au début du conflit afghan a notamment été décrit dans les livres suivants : Bob Woodward, Bush s'en va-t-en guerre ; Gary Schroen, First In ; Billy Waugh, Hunting the Jackal ; Henry A. Crumpton, « Intelligence and War: Afghanistan, 2001-2002 », dans Jennifer E. Sims et Burton L. Gerber, Transforming U.S. intelligence ; Gary Berntsen, Jawbreaker ; et George Tenet, At the center of the storm
  18. (en) Robert Windrem, « CIA operatives a shadowy war force : Death casts spotlight on role of CIA’s Special Activities agents », NBC News,‎ 28 novembre 2001 (lire en ligne) ; Les commandos paramilitaires de la CIA restent clandestin ; (en) Douglas Waller, « The CIA's Secret Army », Time,‎ 3 février 2003
  19. (en) Robert Windrem, « CIA operatives a shadowy war force »
  20. (en) Henry A. Crumpton, « Intelligence and War: Afghanistan, 2001-2002 », dans Jennifer E. Sims et Burton L. Gerber, Transforming U.S. intelligence, Washington, Georgetown University Press,‎ 2005, broché, 285 p. (ISBN 1589010698), chap. X, p. 169-170
  21. (en) Gary C. Schroen, First In : An Insider's Account of How the CIA Spearheaded the War on Terror in Afghanistan, New York, Presidio Press,‎ 2005 (ISBN 0-89141-872-5), p. 16. Le nom complet de Smith est donné dans CIA’s brain drain: Since 9/11, some top officials have moved to private sector
  22. Director Leon E. Panetta Announces New National Clandestine Service Chief, communiqué de la CIA, 21 juillet 2010
  23. Bob Woodward, Plan d'attaque. Un autre récit d'une de ces équipes est le livre de Mike Tucker et Charles S. Faddis, Operation Hotel California: The Clandestine War Inside Iraq
  24. Rapport final de la commission nationale sur les attaques terroristes contre les États-Unis, p. 415-416
  25. (en) Richard A. Best Jr. et Andrew Feickert, « Special Operations Forces (SOF) and CIA Paramilitary Operations : Issues for Congress », Congressional Research Service,‎ 4 janvier 2004 (mise à jour 3 août 2009, p. 9 (lire en ligne)
  26. (en) John J. Lumpkin, « Rumsfeld, Goss oppose DoD assumption of CIA paramilitary covert operations », Army Times,‎ 29 juin 2005 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]