Horloger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

horloger

Watchmaker Thailand.JPG

Un horloger réparant une montre en Thaïlande

Appellation
Horloger
Secteur d'activité
Compétences requises
précision, minutie
Niveau de formation
Professions voisines
Code ROME (France)
B1604

Un horloger est un artisan qui fabrique, vend ou répare des objets issus de l'horlogerie (montres, pendules, horloges, etc.). Aujourd'hui, le métier d'horloger s'exerce presque exclusivement dans un contexte industriel.

Il s'agit d'un métier qui nécessite des aptitudes dans divers domaines :

L'horloger peut se spécialiser dans un ou plusieurs de ces domaines avec des options selon la formation.

Formation[modifier | modifier le code]

Suisse[modifier | modifier le code]

En Suisse, un apprentissage permet de devenir horloger. La formation peut avoir lieu en entreprise ou dans des écoles spécialisées. La Convention patronale de l'industrie horlogère suisse mentionne le métier d'horloger (rhabillage, industrie) et d'opérateur en horlogerie (assemblage, posage, réglage).

D'autres métiers sont liés à l'habillage : cadranographe, électroplaste, polisseur, termineur en habillage horloger.

Divers centres de formation existent en Suisse:

Depuis peu, une formation spécialisée de vendeur en horlogerie a aussi été mise en place.

Statue de l'horloger de Jean Cuypers (XIXe siècle) - Bruxelles.

France[modifier | modifier le code]

L'ancienne école d'horlogerie de Besançon est maintenant tournée vers les microtechniques. Mais le Doubs et la France possèdent de nombreuses écoles horlogères :

  • le lycée Edgar-Faure de Morteau
  • Afpa de Besançon
  • École Charles-Édouard Guillaume de Fougères
  • Lycée Diderot de Paris
  • Lycée Marcel-Dassault de Mérignac
  • Lycée technique de Saint-Sébastien-sur-Loire, près de Nantes
  • Lycée Léonard de Vinci de Marseille
  • Lycée Jean-Jaurès de Rennes
  • Lycée des métiers d'art et de la mécanique de précision Pasteur de Nice
  • CFA de la chambre de métiers de l'Indre-et-Loire de Joué-lès-Tours
  • L'École d'Horlogerie d'Anet a Dreux de 1870 a 1986. C’était la seule École Française de Pendulerie.

Canada[modifier | modifier le code]

Au Canada, la seule formation en horlogerie disponible est donnée au niveau professionnel à Trois-Rivières, Québec.

Emploi[modifier | modifier le code]

Suisse[modifier | modifier le code]

Historiquement, l'industrie horlogère helvétique s'est développée d'abord à Genève, puis dans le Jura (en particulier dans les Montagnes neuchâteloises : Le Locle et La Chaux-de-Fonds), et dans la région de Bienne. Après un sévère recul provoqué par la crise du quartz dans les années 1970 et 1980, l'horlogerie connaît un fort renouveau, accompagné par un boum de l'emploi horloger. La firme Rolex a ainsi été le plus gros employeur du canton de Genève en 2007. Parmi les vingt-cinq plus gros employeurs du canton, on trouve plusieurs autres firmes horlogères prestigieuses : Patek Philippe, Chopard et Richemont.

De nombreuses firmes horlogères consentent de très gros investissements pour améliorer les capacités de leurs outils de productions (Swatch Group et Rolex à Bienne, Jaeger-Lecoultre au Sentier par exemple). À Genève, la petite commune limitrophe de Plan-les-Ouates a connu de très nombreuses implantations d'entreprises de la branche et est devenue en quelques années une nouvelle capitale horlogère.

Philosophie[modifier | modifier le code]

« Le grand horloger » est une expression employée par René Descartes dans ses Méditations métaphysiques pour renseigner sur une connaissance purement rationnelle de Dieu, sans recours à la révélation, dans le cadre de la théologie naturelle.

Cette idée sera souvent reprise par la suite, par exemple dans un célèbre distique par Voltaire :

« L'univers m'embarrasse, et je ne puis songer
Que cette horloge existe et n'ait point d'horloger. »

— Voltaire, Les Cabales, 1772

Histoire[modifier | modifier le code]

Selon les annales d'Eginhard, les premiers horlogers apparaissent en Orient au IXe siècle.[réf. nécessaire] Ce sont les premiers à créer des machines mécaniques, capables de marquer l'heure, associées à des sonneries et des personnages.

Charlemagne reçut les ambassadeurs d'Aroun-al-Raschid qui lui firent don d'une horloge faite de telle sorte que douze hommes armés sortaient de douze fenêtres différentes et qu'elle laissait tomber des poids sur des cymbales à chaque heure. On peut la voir encore de nos jours à Strasbourg ou à Besançon.

Toutefois, l'honneur de cette invention est généralement décerné au moine Gerbert d'Aurillac plus connu sous le nom du pape Sylvestre II. En effet, il a su perfectionner des horloges mécaniques articulées et réglées qui sauront remplacer les clepsydres et les horloges à eau.

L'horlogerie connaît son essor grâce à la création des pendules, grâce à Galilée et son étude sur les systèmes oscillants qui composent tout pendule. De plus, la création du ressort à spirale par Huygens en 1675, a permis aux horlogers d'atteindre leur apogée. Ce système implique la création des « micro pendules », qui seront appelées : la montre.

Durant cette période, les horlogers font travailler leur imagination pour améliorer ces objets, les embellir et en faire commerce.

De nos jours, l'horlogerie ne représente plus qu'un segment du marché (généralement haut de gamme), les montres mécaniques ont fait place aux montres digitales.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]