Lachute

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lachute
Image illustrative de l'article Lachute
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec[1]
Région Laurentides
Comté ou équivalent Argenteuil
Statut municipal Ville
Maire
Mandat
Carl Péloquin
2013 - 2017
Code postal J8H
Constitution 30 avril 1966
Démographie
Gentilé Lachutois, e
Population 12 904 hab. (2014)
Densité 118 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 39′ 00″ N 74° 20′ 00″ O / 45.650005, -74.33333845° 39′ 00″ Nord 74° 20′ 00″ Ouest / 45.650005, -74.333338  
Superficie 10 920 ha = 109,2 km2
Divers
Fuseau horaire Est (-5)
Indicatif 450, 579
Code géographique 76020
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Lachute

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte topographique du Québec
City locator 14.svg
Lachute
Liens
Site web http://www.ville.lachute.qc.ca/

Lachute est une ville située dans la municipalité régionale de comté d’Argenteuil et dans la région des Laurentides, au Québec, au Canada[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation de Lachute dans la MRC d'Argenteuil

Lachute est située à 75 kilomètres au nord-ouest de Montréal.

Histoire[modifier | modifier le code]

Parc municipal

En 1682, Charles-Joseph d'Ailleboust reçoit du comte de Frontenac, gouverneur général de la Nouvelle-France, une seigneurie de 186 km2 de forêt vierge. Ce fief est borné par la rivière des Outaouais au sud, une ligne traversant le centre du hameau de Carillon à l'ouest, et le lac Clair au nord. Possédant déjà un château à Argenteuil, près de Paris, Charles-Joseph d'Ailleboust nomme ces terres la seigneurie d'Argenteuil[3].

En 1697, Le seigneur d'Ailleboust et son épouse Catherine Le Gardeur vendent la seigneurie à leur fils Pierre. Au fil des ans, le fief passe de Louis Panet au major Murray.

En 1753, Antoine Brunet est le premier Canadien-français à s'installer à Lachute. Après la conquête de la Nouvelle-France par l'armée britannique, les Anglais implantent leurs lois mais respectent néanmoins certains droits seigneuriaux français.

À partir de 1776, la population de Lachute commence à croitre alimentée entre autres, par une immigration en provenance des États-Unis (Les loyalistes), d’Anglais de Bytown (aujourd’hui Ottawa) et des îles britanniques.

En 1796, Jedediah Lane, de Jericho au Vermont, achète du major Murray plusieurs milliers d'acres de terres situées des deux côtés de la rivière du Nord, là où Lachute se trouve aujourd'hui. La même année, Hezekiah Clark et sa famille, également de Jericho, s'installent près de la chute de la rivière du Nord. Le village s'appelle The Chute qui réfère à la chute de la rivière du Nord. En 1803, On compte 30 familles éparpillées sur les deux rives de la rivière du Nord.

Une meunerie est construite sur la chute en 1804. Thomas Barron est le premier colon écossais à s'établir dans Argenteuil. Il achète en 1809 toutes les terres du territoire qui deviendra le centre-ville de Lachute. Le premier magasin général ouvre ses portes en 1813. Un an plus tard, Sir John Johnson achète le reste de la seigneurie d'Argenteuil. Il fait construire une scierie et donne du terrain pour qu'on y érige des églises, ce qui contribue à attirer de nouveaux colons dans Argenteuil.

Thomas Barron devient le premier magistrat, puis le premier maire de Lachute en 1825.

En 1829, le cultivateur Canadien-français Pierre Robert s'installe dans Argenteuil. D'autres colons francophones l'avaient précédé, mais ils ont ensuite quitté la région.

Le Parlement du Canada-Uni abolit le système seigneurial en 1854 et le comté d'Argenteuil est créé l'année suivante. À partir de 1870 Lachute prend de l'expansion : le chemin de fer reliant Montréal à Ottawa passe au cœur de la petite agglomération où La Canadian Pacific Railway y construit une gare (1887). Félix Hamelin et Thomas Henry Ayers implantent la première industrie, une fabrique de laine appelée Ayers ltée. Le développement économique et social se poursuit, lorsque l'Irlandais James Crocket Wilson ouvre la papeterie J.C. Wilson Mills ltée (aujourd'hui Cascades, division Groupe Tissu).

En 1885, la Ville de Lachute est incorporée. Vers la fin du siècle, la population compte 35 % de francophones. En 1901, l'électricité est établie.

Le maire J.-Évariste Valois fait établir en 1950, le principe de l'alternance des maires anglophones et francophones aux deux ans. Cette règle sera maintenue jusqu'au début des années 1970. Lachute continue de prendre de l'expansion tout au long des années 1950. La construction de son hôtel de ville est terminée, et les services médicaux et pharmaceutiques de la région se concentrent dans la municipalité. L'aéroport international de Lachute célèbre son ouverture en 1956 tandis que les francophones comptent pour plus de 66 % de la population.

L’usine de filtration d'eau est construite (1961). L'hôpital d'Argenteuil ouvre ses portes au début des années 1960. Suivent un centre d'art et des écoles secondaires francophone et anglophone.

En 1966, Lachute et le village d'Ayersville fusionnent, pour former la Cité de Lachute et en 1971, une partie de la paroisse Saint-Jérusalem (Mirabel) est annexée à Lachute. En 2000, Une autre partie du territoire de Mirabel est annexée à Lachute.

La Maison de la culture ouvre ses portes en 1992 suivi en 1995 par le Centre récréatif Kevin-Lowe-Pierre-Pagé, le poste de police et de pompiers.

Dans la foulée de la réforme policière menée à l'échelle du Québec, le Service de police municipale de Lachute est transféré en 2002 à la Sûreté du Québec.

Depuis le début des années 1990, Lachute est devenue le siège mondial de l’Ordre de la Rose-Croix A.M.O.R.C..

Administration[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal se compose du maire et de six conseillers élus par districts tous les quatre ans[2]. À l'élection de 2013, Carl Péloquin devient maire avec 45,6% des voix contre 39,5 % pour le maire sortant Daniel Mayer, avec un taux de participation de 52,2 %[4].

Composition du conseil municipal[5],[4]
2009-2013 2013-2017
Maire Daniel Mayer Carl Péloquin
District 1 Marcelle Lafleur Louis-Seize Marcelle Lafleur Louis-Seize
District 2 Mario Beaudin Mario Beaudin
District 3 Guy Léger Denis Richer
District 4 Stéphane Braney Alain Lanoue
District 5 Guy Desforges Guy Desforges
District 6 Paul Cleary Hugo Lajoie

Aux fins de représentation politique nationale, Lachute fait partie de la circonscription électorale d'Argenteuil à l'Assemblée nationale du Québec[2],[6] et à la circonscription d'Argenteuil—Papineau—Mirabel à la Chambre des communes du Canada[7].

Jumelage[modifier | modifier le code]

Tous les ans depuis 1992, deux jeunes de la municipalité partent travailler pour l’été dans la ville de Cluses, en France (Haute-Savoie) alors que deux Français sont accueillis à Lachute. Cet échange est mis en place par les deux communes grâce à l’impulsion de l’association “Alpes Léman Québec”, membre du réseau national “France Québec” et son homologue Québécois “Québec France”[8].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les informations de la fiche proviennent de Gouvernement du Québec, « Répertoire des municipalités : Lachute », 76020, sur Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire du Québec (consulté le 30 août 2013), sauf exceptions suivantes :
    a. Superficie terrestre : Statistique Canada. Lachute, Québec (Code 2476020) (tableau). Profil du recensement, produit no 98-316-XWF au catalogue de Statistique Canada. Ottawa. Recensement 2011, diffusé le 24 octobre 2012. Consulté le 5 octobre 2013.

    b. Code postal : Postes Canada, « Nombre et carte des secteurs de livraison rurale et urbaine », Québec,‎ 13 septembre 2013 (consulté le 17 mai 2013).
  2. a, b et c Gouvernement du Québec, « Lachute », Répertoire des municipalités, sur Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire.
  3. Commission de toponymie du Québec.
  4. a et b Gouvernement du Québec, « Élections municipales 2013, Candidatures et résultats pour Lachute », 76020, Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire du Québec,‎ 21 novembre 2013 (consulté le 24 novembre 2013).
  5. Ville de Lachute, « Les membres du Conseil » (consulté le 5 octobre 2013).
  6. Commission de la représentation électorale du Québec, « La carte électorale du Québec : Les 125 circonscriptions électorales 2011 », Directeur général des élections du Québec (consulté le 20 juin 2013).
  7. Gouvernement du Canada, « Proclamation donnant force de loi au décret de représentation électorale à compter de la première dissolution du Parlement postérieure au 25 août 2004 (TR/2003-154), Annexe: Loi sur la révision des limites des circonscriptions électorales - Décret de représentation », Ministère de la Justice du Canada (consulté le 20 juin 2013).
  8. http://www.ledauphine.com/haute-savoie/2011/06/16/depart-pour-lachute-imminent

Liens externes[modifier | modifier le code]

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Gore Saint-Colomban Rose des vents
Brownsburg-Chatham N Mirabel
O    Lachute    E
S
Saint-André-d'Argenteuil