Mont-Saxonnex

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mont.
Mont-Saxonnex
Image illustrative de l'article Mont-Saxonnex
Blason de Mont-Saxonnex
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Bonneville
Canton Bonneville
Intercommunalité Communauté de communes Cluses-Arve et Montagnes
Maire
Mandat
Frédéric Caul-Futy
2014-2020
Code postal 74130
Code commune 74189
Démographie
Gentilé Dumonts
Population
municipale
1 590 hab. (2011)
Densité 61 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 03′ 17″ N 6° 29′ 06″ E / 46.0547222222, 6.485 ()46° 03′ 17″ Nord 6° 29′ 06″ Est / 46.0547222222, 6.485 ()  
Altitude Min. 580 m – Max. 2 438 m
Superficie 26,28 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte administrative de Haute-Savoie
City locator 14.svg
Mont-Saxonnex

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte topographique de Haute-Savoie
City locator 14.svg
Mont-Saxonnex

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mont-Saxonnex

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mont-Saxonnex
Liens
Site web mont-saxonnex.fr

Mont-Saxonnex est une commune française, située dans le département de la Haute-Savoie en région Rhône-Alpes.

La commune est également une station de sports d'hiver disposant de treize pistes de ski alpin.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le cœur du village (les quartiers du Bourgeal et de Pincru appelé la Villia par les anciens) est situé à 1 000 mètres d'altitude. Toutefois, le Mont-Saxonnex, dans son ensemble, s'étend sur les contreforts de la chaîne du Bargy, montagne des Bornes, culminant à 2 438 mètres d'altitude.

Mont-Saxonnex et la chaîne du Bargy.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le Mont-Saxonnex (prononcer Saxonney) tirerait son nom de mons saxorum nigrorum, ce qui signifie « mont des rochers noirs ». En effet, une légende veut qu'un incendie, au Moyen Âge, ait duré sept ans, rendant les rochers aussi noirs que du charbon. Une autre explication attribue le nom à un Romain dénommé Sersunay. Saxonnex pourrait aussi provenir d'une légende indo-européenne faisant intervenir Neptune (nay). Cette légende rapporte que le pays fut sauvé du débordement du lac Bénit par une procession de prêtres qui en firent trois fois le tour.

On retrouve également la racine celte ("bar" pour mont, montagne) dans Bargy.

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Mont-Saxonnex

Les armes de Mont-Saxonnex se blasonnent ainsi : Coupé d'azur et de sinople, à une chaine de montagne d'argent mouvante des flancs et brochante sur la partition, chargée à senestre d'une église du même brochante sur le tout,accompagnée en chef à dextre d'un écusson du Faucigny (palé d'or et de gueules)et en pointe à sénestre d'un écusson de Savoie ( de gueules à la croix d'argent).

Faits historiques[modifier | modifier le code]

La paroisse, semble-t-il déjà ancienne, est rattachée à l'abbaye de Sixt en 1170. D'abord Mons de Sersunay (XIIIe s.), du fait de transformations successives, ce nom devient Mont Sersonay (1365), Mont de Sarsonay (1495), Mont Sassonay ou Sassonex (1606) et enfin Mont Saxonnex (1652).

Croix de Mission

Mont-Saxonnex est une commune d'abord agricole mais également industrielle qui a, parmi les premières (avec Saint-Sigismond, Scionzier, Cluses… ), profité de l'essor de l'industrie horlogère, au XVIIIe siècle. La plupart des habitants alliant activité agricole et industrielle fabriquaient tout au long du XIXe siècle et jusqu'à la Seconde Guerre mondiale pignons, axes et autres pièces de montres qui se vendaient aux assembleurs genevois. Il en a résulté un type d'habitat caractéristique encore aisément observable où l'on voit des bâtiments de ferme dont un des côtés est percé de baies vitrées, éclairant un plan de travail où étaient réalisées les opérations minutieuses de façonnage de petites pièces. Les ouvrants de ces fenêtres pivotent vers l'extérieur, car le plan de travail était surmonté de courroies de transmission reliant un arbre en position haute à diverses petites machines. Ces ouvertures permettaient également de faciliter le chargement des barres de matière première dans les machines qui réalisaient les pièces métalliques.

L'histoire du village se confond avec celle du Faucigny, de la Haute-Savoie, de la France, du Royaume de Piémont Sardaigne, de l'Italie et de la ville de Genève.

Jadis le domaine agricole du Mont-Saxonnex s'étendait jusqu'à Vougy, Petit-Bornand, Brizon et Bonneville.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La Chapelle de Pincru.
L'église sur son promontoire, à 1 000 mètres d'altitude.
Le monument aux morts.
  • L'église Notre-Dame-de-l'Assomption (début XIXe siècle). Consacrée à Notre-Dame de l'Assomption, elle est posée sur un piton rocheux qui domine la vallée de l'Arve et offre un point de vue exceptionnel répondant au nom de Belvédère du Faucigny. Cet ensemble alliant site et monument en fait un point aisément reconnaissable des voyageurs empruntant la vallée de l'Arve.
  • La chapelle de Pincru, fondée en 1664 par un habitant ayant fait fortune en Allemagne, avec son clocher à bulbe, ses ardoises et son retable classé datant du XVIIe siècle (école italienne) est typiquement représentative du style de la région. Construite en rive droite du Bronze, près du Pont de la Villia, elle est le centre du hameau de Pincru, second pôle d'habitation de la commune. Classé au titre objet : l'autel et le tableau : le Mariage de la Vierge de 1665[1].
  • Le Lac Bénit, d'origine glaciaire, situé à 1 450 mètres au pied du pierrier du Bargy, un plan d'eau accompagné d'une légende, est le point de départ de nombreuses randonnées pédestres et d'escalades.
  • Pont du Buttex qui est surement le plus vieux monument du Mont-Saxonnex.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1977 1995 Michel Gros-Gaudenier ... ...
1995 en cours Jacques Martinelli ... Peintre
Les données manquantes sont à compléter.

BÉTEND Philippe DORIOZ Michel DELEMONTEX Jacques BOISIER Cristelle CALLIER Marie-France FONGEALLAZ Alain JACQUART Catherine SCHEVENEMENT Christian GUFFOND Marc CHAPON Chantal BONNAZ Étienne CAUL-FUTY Frédéric SARRAZIN Blandine PELLIER-CUIT Roger

Sports[modifier | modifier le code]

Été
  • Pôle sportif : stade de football, skatePark, terrain multisports
  • Randonnées, escalade, pêche
  • Télésiège ouvert du 14 juillet au 15 août
Hiver
  • Ski de fond à Morsullaz (prononcer Morsul) : 1 boucle de 5 km
  • Station de sports d'hivers disposant de 13 pistes de ski alpin, comprenant un télésiège, trois téléskis adultes et deux téléskis pour débutants, 1 fil neige et 1 jardin des neiges en libre accès
  • Randonnées et raquette pour toute la famille sur un domaine idéal pour tous niveaux.

Loisirs[modifier | modifier le code]

De nombreuses associations proposent des activités et des animations tout au long de l'année. Les plus connue sont: Le comité d'animation du Mont-Saxonnex, La bibliothèque du Mont-Saxonnex.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 590 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
949 1 119 1 112 1 255 1 308 1 345 1 282 1 292 1 332
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
1 399 1 442 1 464 1 424 1 443 1 399 1 408 1 441 1 371
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
1 224 1 075 951 900 810 748 755 675 625
1982 1990 1999 2005 2006 2010 2011 - -
645 880 1 150 1 477 1 486 1 593 1 590 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Galerie photo[modifier | modifier le code]

Du belvédère du Faucigny, situé derrière l'église, on voit le Jura, le Salève, Le Môle, le Pic de Marcelly, Les Hauts Forts, les Dents du Midi, les Dents Blanches, Le Grand Ruan, Tour Sallière, le Tenneverge, Le Buet, l'Aiguille Verte.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Abbé Joseph Rennard, Histoire du Mont Saxonnex des origines à 1815, Imprimerie commerciale d'Annecy, 1927
  • Collectif, Encyclopédie de Mont-Saxonnex, Association Album

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :