Saint-Sigismond (Haute-Savoie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Sigismond.
Saint-Sigismond
Blason de Saint-Sigismond
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Arrondissement de Bonneville
Canton Canton de Cluses
Intercommunalité Communauté de communes Cluses-Arve et Montagnes
Maire
Mandat
Marie-Antoinette Métral
2014-2020
Code postal 74300
Code commune 74252
Démographie
Population
municipale
605 hab. (2011)
Densité 76 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 04′ 23″ N 6° 36′ 55″ E / 46.0730555556, 6.6152777777846° 04′ 23″ Nord 6° 36′ 55″ Est / 46.0730555556, 6.61527777778  
Altitude Min. 620 m – Max. 1 420 m
Superficie 7,92 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte administrative de Haute-Savoie
City locator 14.svg
Saint-Sigismond

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte topographique de Haute-Savoie
City locator 14.svg
Saint-Sigismond

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Sigismond

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Sigismond

Saint-Sigismond est une commune française, située dans le département de la Haute-Savoie en région Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Sigismond est située entre vallée de l'Arve et Vallée du Giffre. Elle est constituée d'une douzaine de hameaux dispersés. Son altitude varie entre 650 et 1400 mètres avec deux sommets, la pointe de Chevran et le plateau d'Agy, séparés par la vallée où s'écoule le ruisseau de l'Englenaz.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat y est de type montagnard.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1869 une partie de la commune de Saint-Sigismond en est séparée pour former la nouvelle commune de la Frasse[1].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Saint-Sigismond

Les armes de Saint-Sigismond se blasonnent ainsi : D'azur à deux potences d'argent mouvant des flancs et de la pointe, accompagné de trois étoiles du mème disposées en pal et en chef, toujours du mème, d'une roue à quatre rais à dextre et d'une lyre à sénestre.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 en cours Marie-Antoinette Metral UMP ...
Les données manquantes sont à compléter.

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune est jumélée avec :

  • ...

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 605 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
764 946 952 1 037 1 055 1 031 949 916 958
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
527 522 482 482 439 445 419 433 391
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
347 309 312 300 314 259 214 220 185
1982 1990 1999 2006 2011 - - - -
207 319 587 673 605 - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises de l'agglomération[modifier | modifier le code]

Commerce[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le bâti faucignerand[modifier | modifier le code]

La Mairie-Ecole[modifier | modifier le code]

La Scierie[modifier | modifier le code]

Monuments religieux[modifier | modifier le code]

L’église[modifier | modifier le code]
Église paroissiale de Saint Sigismond[modifier | modifier le code]

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Françoise Dutour, Eglises, chapelles et oratoires des paroisses de Corne, éd. Du groupe des propriétaires d'Arâches-les-Carroz-La Frasse, 1996

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :