Cab Calloway

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cab et Calloway.

Cab Calloway

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Cab Calloway, photographié en 1933 par Carl van Vechten.

Informations générales
Nom de naissance Cabell Calloway III
Naissance 25 décembre 1907
Rochester (New York)
Décès 18 novembre 1994 (à 86 ans)
Hockessin (Delaware)
Genre musical Scat
Instruments Voix, batterie
Années actives 1930 à 1994

Cabell « Cab » Calloway III (né le 25 décembre 1907 à Rochester, mort le 18 novembre 1994 à Hockessin) est un chef d'orchestre et chanteur de jazz américain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il passe son enfance à Baltimore puis à Chicago, où en compagnie de sa sœur Blanche Calloway, il danse, chante, joue de la batterie et joue le rôle de « maître de cérémonie ».

Carrière[modifier | modifier le code]

Un des zoot suits de Cab Calloway exposé au Baltimore's City Hall (2007).
Minnie the Moocher (1932).
Cab Calloway (1947).

En 1928, il fait partie des Missourians et des Alabamians respectivement à Chicago et New York.

Il participe à la revue Hot Chocolate de Irving Mills (en). Il est à l'affiche du Savoy Ballroom de Harlem dès l'âge de 22 ans, où il remporte une battle of bands face à l'orchestre de Duke Ellington. Suite à cette entrée en matière, Irving Mills et Duke Ellington s'entendent avec Cab pour que les deux orchestres tournent alternativement dans le célèbre club de jazz le Cotton Club à New York sur Lenox Avenue.

Dès lors sa popularité grandit dans le Harlem noctambule, lorsqu'en 1931 sort dans le commerce le morceau qui, du jour au lendemain, lui apporte une renommée nationale et ensuite internationale : Minnie the Moocher. Succès emblématique de l'orchestre, cette chanson où il lance le célèbre Hi de Hi de Ho au cours d'un dialogue avec l'orchestre sur des onomatopées hululées et entrecoupées de gloussements et autres vocalises exotiques, fera sa gloire pendant plus de cinquante ans. En 1933, la chanson Zah Zuh Zaz va connaître un destin inattendu : en effet cinq ans plus tard, en France, le chanteur Johnny Hess reprend l'onomatopée comme adjectif dans son titre Je suis swing (« Je suis swing, je suis zah zuh »), ce qui marque l'origine du nom du mouvement Zazou durant l'Occupation allemande[réf. nécessaire].

En 1934, il parcourt l'Europe et deviendra en France l'inspirateur du mouvement zazou qui adopta son style vestimentaire à la fois chic et excentrique. En 1939, il engage un jeune trompettiste inconnu qui va révolutionner le jazz : Dizzy Gillespie.

L'orchestre recrute nombre de musiciens de tout premier plan : les saxophonistes ténors Chu Berry et Ben Webster, le trompettiste Jonah Jones, le contrebassiste Milton Hinton, les trombonistes Tyree Glenn et Quentin Jackson (en), et le batteur Cozy Cole. Suivent dans l'orchestre au long des années 1940 : le trompettiste Shad Collins (en) (1941-1946), le tromboniste Fred Robinson (de), le saxophoniste alto Hilton Jefferson (1941-1949), le saxophoniste ténor Ike Quebec, et les batteurs James Charles Heard et Panama Francis.

En 1943, l'orchestre fait une prestation dans le film Symphonie magique (Stormy Weather) d'Andrew L. Stone avec Lena Horne et Fats Waller aux côtés des danseurs de claquettes Bill Robinson et les Nicholas Brothers.

La fin des années 1940 sonnant le déclin des big bands, Cab Calloway dissout l'orchestre et se produit dans le cadre du sextet The Cabaliers avant de tenir le rôle de Sportin Life dans l'opéra Porgy and Bess de George Gershwin.

Dans les années 1950 et 1960, il apparaît en vedette dans quelques comédies musicales, notamment Hello, Dolly!. Il fait partie du show des Harlem Globe Trotters tout en se produisant dans différents festivals et clubs. Dans les années 1970 et 1980, sa popularité ne faiblit pas ; c'est le triomphe à chacune de ses apparitions.

Son apparition dans le film culte The Blues Brothers de John Landis en 1980 sera son chant du cygne. Le 18 novembre 1994, le Président des États-Unis Bill Clinton déclare : « le roi du Hi de Ho est mort, vive le Hi de Ho »[réf. nécessaire].

Quelques grands succès[modifier | modifier le code]

  • 1931 : Minnie The Moocher
  • 1931 : You, Rascal, You
  • 1932 : The Scat Song
  • 1933 : Zah Zuh Zah
  • 1935 : Nagasaki
  • 1938 : Hoy Hoy
  • 1939 : The Jumpin' Jive
  • 1942 : I'll Be Around
  • 1942 : I want to rock
  • 1947 : The Calloway Boogie
  • 1947 : Oh Grandpa
  • 1947 : Hi de Ho Man

Discographie[modifier | modifier le code]

  • 1930 : Cab Calloway vol.1 the chronological Classics 516
  • 1931 : Cab Calloway vol.2 the chronological Classics 526
  • 1932 : Cab Calloway vol.3 the chronological Classics 537
  • 1932 : Cab Calloway vol.4 the chronological Classics 544
  • 1934 : Cab Calloway vol.5 the chronological Classics 554
  • 1937 : Cab Calloway vol.6 the chronological Classics 568
  • 1938 : Cab Calloway vol.7 the chronological Classics 576
  • 1939 : Cab Calloway vol.8 the chronological Classics 595
  • 1940 : Cab Calloway vol.9 the chronological Classics 614
  • 1940 : Cab Calloway vol.10 the chronological Classics 629
  • 1941 : Cab Calloway vol.11 the chronological Classics 682

Artistes influencés[modifier | modifier le code]

La bande originale du film The Mask (1994) rend hommage à Cab Calloway en réadaptant le thème Minnie the Moocher dans la scène du gala de charité.

Le jazzman et crooner français Henri Salvador lui rend hommage dans sa chanson Armstrong, Duke Ellington, Cab Calloway.

Danny Elfman reprend également Minnie the Moocher et les mimiques de Cab Calloway dans son premier film en tant que compositeur et acteur, Forbidden Zone réalisé par son frère, Richard Elfman.

Dans l'album Hidden Chambers, Vol.6 (2000) du Wu-Tang Clan, la piste 6 Dirty the Moocher est interprétée par Ol' Dirty Bastard et intègre des parties originelles de Minnie the Moocher.

Dans son album Swings both ways (2013), Robbie Williams reprend Minnie the Moocher.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :