Woody Herman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Herman.

Woody Herman

Description de l'image  Woody Herman.jpg.
Informations générales
Nom Woodrow Charles Herman
Naissance
Milwaukee (Wisconsin)
Décès (à 74 ans)
Los Angeles (Californie)
Genre musical Jazz
Instruments clarinette, saxophone soprano, saxophone alto, chant
Site officiel http://www.woodyherman.com

Woody Herman (1913-1987) de son vrai nom Woodrow Charles Herman, était un clarinettiste, saxophoniste (alto & soprano), chanteur et chef d'orchestre de jazz américain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en 1913 dans une famille travaillant dans le vaudeville, Woody Herman apprend le saxophone à 11 ans et la clarinette à 14. A l'âge de 15 ans, il devient professionnel et joue dans de nombreuses formations dont les Isham Jones Juniors. C'est avec cinq des anciens musiciens de ce groupe, qu'en 1936 il forme son premier orchestre. Ce big band, vite appelé The band That plays the Blues, enregistre Woodchopper's ball en 1939, un titre qui le rendra célèbre.

Après un remaniement de personnel, l'orchestre devient The First Herd (le premier troupeau). C'est pour cette formation qu'Igor Stravinski écrit Ebony concerto. En février 1942, le morceau Blues in the Night (My Mama Done Tol' Me) est n°1 aux États-Unis. L'orchestre est dissous en 1946. De 1947 à 1949, Woody Herman dirige le "Second Herd". La section de saxophones de cet orchestre, composée de Stan Getz, Zoot Sims, Herbie Steward (saxophone ténor) et de Serge Chaloff (saxophone baryton) et connue sous le nom des Four Brothers, est l'une des plus remarquables de l'histoire du jazz. Fin 1949, des difficultés financières poussent Woody Herman à dissoudre ce big band pour se produire en petite formation.

En 1950, il forme le Third Herd qui connait de fréquents changements de personnel et de dimension. À partir des années 60, Woody Herman va diriger d'autres grands orchestres : les Thunderings Herds. L'époque « héroïque » des big bands est révolue et le clarinettiste, pour faire survivre sa formation, engage essentiellement de jeunes musiciens issus des orchestres universitaires. Woody Herman, ruiné par les malversations de son manager, meurt d'une attaque cardiaque en 1987.

Instrumentiste limité, il se considérait lui-même comme un « soliste moyen », fut surtout un exceptionnel meneur d'hommes. Il fit toujours preuve d'une grande ouverture d'esprit. En témoigne le répertoire de ses derniers Thundering Herds où se côtoyaient ses anciens succès de l'époque swing (Apple honey, Caldonia) et des compositions de John Coltrane ou Chick Corea.

Il est évoqué dans le 280e des 480 souvenirs cités par Georges Perec dans Je me souviens.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • William D. Clancy. "Woody Herman : chronicles of the Herds", Prentice Hall, 1995
  • Woody Herman. "The woodchopper's ball : the autobiography of Woody Herman", Limelights, 1994
  • Robert C. Kriebel. "Blue flame : Woody Herman life in music", Purdue university press, 1995
  • Gene Lee. "Leader of the band : the life of Woody Herman", Oxford university press, 1995
  • Dexter Morill. "Woody Herman", Greenwood press, 1990
  • Steve Voce. "Woody Herman", Apollo, 1986.

Liens externes[modifier | modifier le code]