Nicholas Brothers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Nicholas Brothers étaient de célèbres danseurs de claquettes afro-américains. Les deux frères Fayard Nicholas (19142006) et Harold Nicholas (19212000) possédaient une technique hors du commun et acrobatique de surcroît, un sens artistique des plus développés et un don pour l'innovation. Ils sont considérés par beaucoup comme les meilleurs danseurs de claquettes de leur génération. Ils débutent leurs carrières dans les années 1930 et continuent à se produire, sur scène, à la télévision et au cinéma jusque dans les années 1990.

Biographies[modifier | modifier le code]

Fayard Antonio Nicholas est né le 20 octobre 1914 à Mobile en Alabama et son frère cadet Harold Lloyd Nicholas le 27 mai 1921 à Winston-Salem, en Caroline du Nord. Ils ont tous deux grandi à Philadelphie, dans une famille de musiciens qui jouaient dans leur propre groupe dans le vieux Standard Theater ; leur mère était pianiste et leur père batteur. Quand il avait trois ans, Fayard était toujours assis au premier rang pendant que ses parents travaillaient. À dix ans, il avait déjà vu les plus grands noirs américains du spectacle comme Alice Whitman, Willie Bryant et Bill Robinson. Ni Fayard ni Harold n'ont de formation de danseur.

Ils sont devenus les stars du célèbre Cotton Club de Harlem en 1932, Harold n'avait alors que 11 ans et Fayard 18. Ils étaient alors les seuls noirs américains à être autorisés à se mélanger avec les patrons blancs.

Dans ce mélange grisant de claquettes, de ballet et d'acrobaties, ils jouissaient d'une popularité et d'une influence auprès des autres danseurs que personne n'égala jamais. En 1938 eut lieu un concours de danse au Cotton Club entre les Nicholas Brothers et les Berry Brothers (un trio de danseurs acrobatiques noirs américains). La confrontation fut historique ; ce fut une sorte de lutte pour la suprématie : les Berry Brothers étaient plus athlétiques mais les Nicholas Brothers maîtrisaient mieux l'ensemble des domaines qui font le spectacle, la foule leur donna raison.

Deux ans plus tard, les Nicholas Brothers étaient à Hollywood et resteront pendant plusieurs décennies, jouant à la fois dans des films, des clubs, en concert, à Broadway, à la télévision et des tournées en Amérique du Sud, en Afrique et en Europe.

Les Nicholas Brothers enseignaient aussi à la master class de claquettes de l'université d'Harvard et au Radcliffe College. Parmi leurs étudiants les plus célèbres, on trouve Debbie Allen, Janet Jackson, et Michael Jackson. D'autres grands noms ont aussi travaillé ou appris auprès des Nicholas Brothers : Dianne Walker, Sam Weber, Lane Alexander, Mark Mendonca, Terry Brock, Channing Cook Holmes, Chris Baker, Artis Brienzo, Chester Whitmore, Tobius Tak, Carol Zee and Steve Zee…

En 1998, ils reçoivent un American Dance Festival Award pour l'ensemble de leur carrière.

Vie Privée[modifier | modifier le code]

Fayard s'est marié trois fois; sa dernière femme était Katherine Hopkins (2000 - 2006, décès de Fayard) ; avant elle, Barbara January était Mme Nicholas (1967 - 1998, date de son décès) avec qui il eut un enfant. La première femme se nommait Geraldine Pate (? - 1942, divorcés, avec deux enfants : Tony et Paul Nicholas)

Deux des petites filles de Fayard s'appellent les Nicholas Sisters.

Harold s'est d'abord marié avec l'actrice Dorothy Dandridge de 1942 à 1951. Le couple eut un enfant : Harolyn Nicholas, malheureusement né sévèrement handicapé mentalement. Harold s'est aussi marié trois fois.

Style[modifier | modifier le code]

Leur signature consistait à danser en montant et descendant un escalier dont les marches étaient géantes, l'une des descentes se faisant en sautant l'un par dessus l'autre et en atterrissant en grand écart deux marches plus bas. C'est, entre autres, le final de leur film le plus célèbre Stormy Weather (1943). Fred Astaire a même dit au Nicholas Brothers que ce numéro était le plus grand moment de comédie musicale qu'il avait jamais vu. Les Nicholas Brothers remontait de la position grand écart sans utiliser les mains, ce qui finissait d'affirmer leur signature. Gregory Hines a déclaré que si un jour un film autobiographique leur était consacré, les numéros devraient être faits en image de synthèse car personne ne pourra jamais leur ressembler. Les hommages venaient aussi de personnalités issues d'autres milieux de la danse comme George Balanchine ou Mikhail Baryshnikov.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]