Pierre le Vénérable

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pierre le Vénérable
Image illustrative de l'article Pierre le Vénérable
Pierre le Vénérable et ses moines
Biographie
Naissance entre 1092 et 1094
Auvergne
Décès
Évêque de l’Église catholique
Abbé de Cluny
11221157
Précédent Hugues II de Semur Robert Le Gros Suivant
Autres fonctions
Fonction religieuse
Écolâtre de Vézelay
Prieur de l'abbaye de Vézelay

Pierre de Montboissier dit Pierre le Vénérable[1] était le neuvième abbé de Cluny dès 1122. Il est né entre 1092 et 1094 et mort le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Pierre le Vénérable est né dans la famille noble des Montboissier entre 1092 et 1094 en Auvergne. Il entre très jeune au monastère clunisien de Sauxillanges en Auvergne, puis gravit les échelons de la carrière clunisienne : il fut notamment nommé écolâtre et prieur à l'abbaye de Vézelay dans les années 1116/1117 par le nouvel abbé de Cluny, Pons de Melgueil. Certains lui ont attribué le programme iconographique des chapiteaux de l'abbatiale romane de Vézelay[2].

Il voyage beaucoup et joue un rôle diplomatique important, notamment lors de l’élection pontificale lorsqu’il reconnaît en 1130 le pape Innocent II contre l’antipape Anaclet II.

Son activité intellectuelle fait de lui un représentant de la renaissance du XIIe siècle[3]. Il fait traduire le Coran en latin[4], Lex Mahumet pseudoprophete. Connu comme polémiste, il rédigera ensuite des traités pour réfuter les doctrines israélites et musulmanes. En effet, il recommande d'établir des débats argumentés avec les théologiens des autres religions, plutôt que des Croisades.

Sa devise est : "La règle de saint Benoît est subordonnée à la charité". Les accusations de Bernard de Clairvaux (saint Bernard) contre Cluny avaient été violentes et Pierre y avait répondu avec une dignité qui lui avait assuré la victoire. Il s'est ensuite réconcilié avec Bernard dont il est devenu l'ami et parfois tout de même, son charitable critique. Quand Abélard, également dénoncé par le très contemplatif saint Bernard, est condamné comme hérétique à être enfermé dans un couvent, Pierre le Vénérable l'accueille à Cluny comme un frère[5]. À la mort d'Abélard, Pierre le Vénérable cède furtivement son corps à l'abbaye du Paraclet, dont Héloïse est abbesse, et rédige l'absolution plénière suivante : "Moi, Pierre, abbé de Cluny, j'ai reçu Pierre Abélard dans le monastère de Cluny et cédé son corps, furtivement apporté, à l'abbesse et aux religieuses du Paraclet. Par autorité de Dieu tout-puissant et de tous les saints, je l'absous d'office de tous ses péchés."[6]. Cette absolution fut, selon la coutume d'alors, gravée au-dessus du tombeau d'Abélard par l'abbesse.

Considéré par l'historiographie du XXe siècle comme le dernier des grands abbés de Cluny, il succède à son oncle Hugues II de Semur. Il combat également l’hérésie de Pierre de Bruys.

Il réforme l'abbaye de Cluny, en proie à des difficultés financières. Il réforme le domaine seigneurial pour assurer le train de vie des moines (Dispositio rei familiaris). Les inventaires qui sont constitués (Constitutio expense cluniaci) sont une précieuse source pour les historiens, avec des données sur les rendements, les semences, les techniques agricoles… À noter le rôle essentiel d'Henri de Blois, évêque de Winchester, dans cet ouvrage.

Pierre le Vénérable est l'auteur d'un Livre des merveilles de Dieu. L'expression « Livre des Merveilles » sera reprise par d'autres voyageurs, comme Marco Polo.

Il est aussi l'auteur d'un traité contre les juifs : Aduersus Iudœorum inueteratam duritiem. Selon Dominique Iogna-Prat, Pierre le Vénérable est un « représentant d'un antijudaïsme radical »[7].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Le livre des merveilles, trad. J.-P. Torrell et Denise Bouthillier, Cerf, 1992, 302 p. : Les Merveilles de Dieu
  • Lettre au reclus Gilbert, in L.-A. Lassus, Livre de vie des recluses, Beauchesne, 2003, p. 85-101.
  • Adversus judaeorum, édi. par Y. Friedman, Turnhout, Brepols, 1985
  • Contra Petrobrusianos hereticos (vers 1141), édi. par James Fearns, Turnhout (Belgique), Brepols, coll. "Corpus Christianorum Continuatio Mediaevalis", 1968, XVIII-179 p. Contre les Pétrobusiens, disciples de Pierre de Bruys, précurseurs de l'Église vaudoise.
  • Contra Sarracenos, édi. par J. Kritzek, Peter the Venerable and Islam, Princeton University Press, 1964.

Études sur Pierre le Vénérable[modifier | modifier le code]

  • Jean-Pierre Torrell et Denise Bouthillier, Pierre le Vénérable, abbé de Cluny, C.L.D., 2005, 173 p.
  • Dominique Iogna-Prat, Article « Pierre le Vénérable », dans Claude Gauvard, Alain de Libera, Michel Zink (dir.), Dictionnaire du Moyen Âge, Paris, Presses Universitaires de France, 2002, p. 1106
  • Dominique Iogna-Prat, Ordonner et exclure, Cluny et la société chrétienne face à l'hérésie, au judaïsme et à l'islam. 1000-1150, Paris, Aubier, 1998. (Sur Pierre le Vénérable et l'islam, p.332-359)
  • Pierre-Félix Mandonnet, Pierre le Vénérable et son activité littéraire contre l'islam, Revue Thomiste 1 (1893): 328-42
  • (en) James Kritzeck, Peter the Venerable and Islam, Princeton, Princeton University Press, 1964. Recension sur le site Persée.
  • Micòl Long, Pratiques et conceptions de l'amitié dans le recueil des lettres de Pierre le Vénérable (première moitié du XIIe siècle), in: Amitié, un lien politique et social en Allemagne et en France, XIIe–XIXe siècle hg. von / éd. par Bertrand Haan, Christian Kühne, discussions 8, en ligne sur perspectivia.net

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Surnom attribué par l'empereur Frédéric Barberousse ; Agnès Gerhards, L'abbaye de Cluny, éditions Complexe, 1992, (ISBN 2-87027-456-4), p.74
  2. Viviane Huys Clavel, Image et discours au XIIe siècle. Les chapiteaux de la basilique Sainte-Marie-Madeleine à Vézelay, L'Harmattan, Paris, 2009 (ISBN 978-2-296-10497-6)
  3. Agnès Gerhards, L'abbaye de Cluny, éditions Complexe, 1992, (ISBN 2-87027-456-4), p.75
  4. Unité mixte de recherche 5648, Histoire et archéologie des mondes chrétiens et musulmans médiévaux, Pays d'islam et monde latin, Xe ‑ XIIIe siècle Textes et documents, Presses universitaires de Lyon, p. 103
  5. Pierre Aubé, Saint Bernard de Clairvaux, Paris, Fayard, 2003, p. 423.
  6. Pierre Aubé, Saint Bernard de Clairvaux, Paris, Fayard, 2003, p. 425.
  7. Dominique Iogna-Prat, Ordonner et exclure. Cluny et la société chrétienne face à l'hérésie, au judaïsme et à l'islam 1000-1150, Paris, 1998, chapitre 10, pages 272-323.