Phrase

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Phrase (homonymie).

En grammaire, une phrase peut être considérée comme un ensemble autonome, réunissant des unités syntaxiques organisées selon différents réseaux de relations plus ou moins complexes appelés subordination, coordination ou juxtaposition.

D'un point de vue acoustique ou visuel, cependant (c'est-à-dire, aussi bien à l'oral qu'à l'écrit), la phrase apparaît comme une succession de mots (de même qu'un train apparaît comme une succession de wagons).
  • La phrase possède une unité sémantique (ou unité de communication), c'est-à-dire, un contenu transmis par le message (sens, signification…). Ce contenu se dégage du rapport établi entre les signes de la phrase, et dépend du contexte et de la situation du discours : chaque phrase a sa référence. Cette référence résulte de la mise en rapport avec une situation, même imaginaire, de discours. Selon Roman Jakobson, le mot seul n’est rien. Il ne se définit que par rapport aux autres éléments de la phrase.
  • Le sens ne dépend pas seulement des mots (aspect lexical). L’organisation grammaticale y est aussi très importante : c'est l'aspect syntaxique. Normalement, la syntaxe ne dépasse jamais les limites de la phrase.
  • Au-delà de la phrase, il existe cependant la grammaire de texte. Celle-ci étudie les énoncés (écrits, paroles, discours…) composés de plusieurs phrases enchaînées, avec, notamment, leurs connecteurs (adverbes permettant la transition logique entre les phrases d'un énoncé) et leurs représentants textuels (mots renvoyant à d'autres mots de l'énoncé). À la frontière de la morphosyntaxe, la grammaire de texte permet d'accéder à d'autres disciplines sortant du cadre de la grammaire stricte : littérature, stylistique, rhétorique, philologie, etc.
  • Il est nécessaire de bien différencier la phrase de l'énoncé. La phrase a une signification (toujours la même, quelle que soit la situation d'énonciation), celui produit par les choix lexicaux et syntaxiques (elle se situe plutôt du côté de la grammaire). L'énoncé a un sens, qui, en fonction de la situation d'énonciation, peut s'avérer différente du sens de la phrase. En conséquence, l'énoncé se situe plutôt du côté de la pragmatique (branche de la linguistique). C'est pourquoi, une phrase tirée de son contexte, c'est-à-dire, hors situation d'énonciation, conserve son sens mais peut perdre sa signification :
Il fait beau.
La phrase ci-dessus, quelle que soit la situation d'énonciation, signifie qu'il fait beau. Rien de plus, rien de moins. En tant qu'énoncé par contre, elle peut avoir des significations différentes. S'il fait vraiment beau, la signification de l'énoncé ci-dessus correspond au sens de la phrase. Si au contraire, le temps n'est pas beau, et que l'énonciateur s'exprime ironiquement, la signification de l'énoncé sera : « Il ne fait vraiment pas beau ! », tandis que le sens de la phrase restera inchangé : « Il fait beau ».
  • Il convient de déterminer trois choses : d'abord, où commence et où finit la phrase, ensuite, quelle est sa structure interne, enfin, quels sont les éléments éventuels qui échappent à sa syntaxe.

Délimitation de la phrase[modifier | modifier le code]

  • À l'oral, une phrase est habituellement identifiée par l'intonation : c'est la chute du ton de la voix dans son ultime segment qui nous indique qu'une phrase se termine.
  • À l'écrit, la limite habituelle de la phrase est un signe de ponctuation : le point, mais également, le point d'exclamation, le point d'interrogation, les trois points de suspension (parfois, le double point, ou encore, le point-virgule). Par ailleurs, la première lettre de la phrase est obligatoirement une majuscule.
  • Cependant, il peut arriver que ce cadre formel (phrase orale aussi bien que phrase écrite) ne coïncide pas avec la syntaxe. Deux cas peuvent alors se présenter : soit la syntaxe déborde du cadre de la phrase, soit celle-ci contient plusieurs syntaxes indépendantes.

Syntaxe débordant du cadre de la phrase[modifier | modifier le code]

En suivant les à-coups spontanés de la pensée et le jaillissement incontrôlé des émotions plutôt que la planification structurée de la syntaxe, un tel type de phrase permet de faire partager l'état d'esprit du locuteur. À l'écrit, il s'agit le plus souvent d'une figure de style :

Et j'ai connu un moment de désespoir absolu. Le premier de ma vie consciente. Un moment de haine pure, aussi, envers cette femme altière et ses manigances. (Françoise GIROUD, Leçons particulières. Fayard, 1990)
Ces trois phrases formelles n'en forment qu'une seule du point de vue syntaxique. Les deux dernières phrases (phrases nominales) sont en fait des appositions du nom « moment » de la première phrase.

Phrase pouvant contenir plusieurs syntaxes indépendantes[modifier | modifier le code]

La grammaire traditionnelle appelle de telles unités : des propositions indépendantes. Elles sont le plus souvent aérées par des signes de ponctuation, tels que virgule, point-virgule, double point, tiret, etc. ou encore, par un coordonnant :

C'est les vacances : je fais la grasse matinée.
Les deux segments séparés par le deux-point sont liés d'un point de vue sémantique (le second est la conséquence du premier) mais autonomes d'un point de vue syntaxique. C'est ainsi que, quoique appartenant à une même phrase formelle, ces deux segments peuvent parfaitement être analysés comme deux phrases indépendantes.
  • Remarquons que lorsqu'une proposition indépendante se confond avec la phrase, une telle phrase est dite monopropositionnelle :
Anatole dort.

Structure minimale de la phrase[modifier | modifier le code]

On sait qu'il existe des phrases privées de sujet (il s'agit principalement des phrases impératives), mais seule la phrase nominale constitue un véritable cas particulier. Le verbe forme avec le sujet le nœud sémantique de la phrase verbale, mais c'est le verbe seul qui en constitue le noyau syntaxique.

Phrase nominale[modifier | modifier le code]

La phrase nominale (ou phrase averbale) est une phrase privée de verbe. Elle peut être accompagnée ou non d'une exclamation. Elle est souvent constituée d'un seul et unique élément (le sujet le plus souvent) :

La mer. Les vacances. Le soleil. Le camping. Formidable !
C'est-à-dire (par exemple) « Nous voici au bord de la mer. Ce sont les vacances. Il y a du soleil. Nous faisons du camping. C'est formidable. »
  • Mais la phrase nominale peut également contenir deux éléments. Dans ce cas, on peut dire qu'il y a un début d'organisation (un début de syntaxe, donc), car on est en présence d'un sujet et d'un élément juxtaposé qui nous renseigne sur ce sujet. L'absence de verbe nous invite à deviner le type de lien existant entre ces deux éléments :
Habitude servitude.
C'est-à-dire « L'habitude est une servitude » ou encore, « On est l'esclave de ses habitudes ».
  • Quel que soit le nombre d'éléments, une phrase nominale est le plus souvent une phrase asyntaxique, c'est-à-dire, une phrase privée de syntaxe. Une phrase asyntaxique peut être néanmoins interprétable.

Couple sujet-verbe[modifier | modifier le code]

En dehors du cas particulier de la phrase nominale, le sujet et le verbe sont les deux constituants principaux de la phrase. La véritable syntaxe ne commence qu'à partir du moment où l'on a cette structure minimale, sujet et verbe :

Anatole dort.
  • On dit que le sujet (accompagné de tous les éléments qui en dépendent) constitue le thème de la phrase, c'est-à-dire, ce dont on parle :
Jean, l'ami que je vous ai présenté le mois dernier, dort.
  • On dit que le verbe (accompagné de tous les éléments qui en dépendent directement) constitue le propos de la phrase (ou prédicat), c'est-à-dire, ce que l'on dit du thème :
Jean dort profondément, sur le canapé blanc du salon.

Noyau de la phrase[modifier | modifier le code]

Cependant, si pour exister d'un point de vue sémantique, la phrase a besoin d'un sujet et d'un verbe, encore une fois, d'un point du vue strictement syntaxique, c'est le verbe, et lui seul, qui constitue le centre de celle-ci, car le sujet dépend du verbe (et ce, même si, du point de vue de la morphologie flexionnelle, le verbe s'accorde avec le sujet).

En résumé, abstraction faite des éléments hors syntaxe, une phrase est organisée autour du verbe (on l'appellera le noyau), et parmi les éléments qui dépendent de celui-ci (on appellera ces éléments, les satellites), le sujet a la primauté.

Les grammairiens actuels considèrent généralement que la phrase de base est : déclarative (donc, ni interrogative, ni exclamative, ni injonctive), affirmative (donc, pas négative), active (donc, ni passive, ni pronominale), enfin, constituée au moins d'un sujet et d'un verbe (donc, non nominale).

Éléments hors syntaxe[modifier | modifier le code]

Les éléments échappant aux règles de la syntaxe (dits éléments hors syntaxe), sont des mots ou des syntagmes, n'entretenant aucun rapport, direct ou indirect, avec le noyau de la phrase (c'est-à-dire, le verbe). Ils sont donc totalement indépendants du discours de niveau supérieur dans lequel ils sont insérés (on parle d'ailleurs d'insertion à leur sujet) :

Hier, j'en mettrais ma main au feu, je l'ai croisé sur le boulevard.
Sans la parenthèse, la phrase serait : « Hier, je l'ai croisé sur le boulevard ».
Je vous paierai, lui dit-elle, avant l'août, foi d'animal, intérêt et principal. (Jean de La Fontaine - La Cigale et la Fourmi)
Sans l'incise « lui dit-elle » et sans la parenthèse « foi d'animal », le plan principal du discours est le suivant : « Je vous paierai avant l'août, intérêt et principal. »
  • Mais ces éléments hors syntaxe peuvent évidemment, pour leur propre compte, générer un certain nombre de satellites, et par là, leur propre syntaxe.
Temps de cochon !
Phrase nominale ayant valeur d'interjection et pouvant être analysée ainsi : « temps » (nom commun) est le noyau, ne se rattachant à aucun autre élément ; « cochon » (nom commun), précédé de la préposition « de » est complément du nom temps. On peut également considérer cette phrase comme une locution nominale.
  • Une phrase contenant des éléments hors syntaxe n'est pas nécessairement asyntaxique. Cependant, lorsque l'organisation syntaxique se modifie au cours d'une phrase, on a alors affaire à une véritable rupture syntaxique. Une telle rupture peut être involontaire (et donc, fautive). Mais elle peut être également voulue par l'auteur. Dans ce cas, il s'agit d'une figure de style appelée anacoluthe, qui a pour but d'imiter la spontanéité du discours oral :
Mon voisin, son fils, il a eu un accident.
Pour : « Le fils de mon voisin a eu un accident. »
  • On distingue, d'une part les éléments archaïques, d'autre part les éléments appartenant à un autre discours.

Éléments archaïques[modifier | modifier le code]

Dans ces éléments archaïques (interjection, exclamation, apostrophe…), l'émotion passe avant l'organisation.

Interjection et exclamation[modifier | modifier le code]

Dans l'interjection (qui est une véritable catégorie grammaticale) comme dans l'exclamation (qui est une catégorie grammaticale quelconque employée comme interjection), on constate une très forte charge affective. Il s'agit d'un stade primitif, très souvent constitué d'un mot unique :

Aïe ! La porte ! Malheur !
La première phrase est une véritable interjection, la seconde et la troisième sont des exclamations utilisant des noms employés comme des interjections.

Apostrophe[modifier | modifier le code]

L'apostrophe ou invocation, constitue une fonction du nom ou du pronom. Ni satellite du verbe, ni satellite du sujet (tout au plus satellite de la phrase), l'apostrophe permet de nommer la personne (ou la chose personnifiée) à qui s'adresse le discours. Il s'agit le plus souvent d'un nom, ou d'un pronom personnel disjoint de la deuxième personne (toi ou vous). Sa place est relativement libre, mais on trouve habituellement l'apostrophe en début de phrase :

Salomé, sois sage ! Toi, viens ici.
  • L'apostrophe est parfois précédée de la particule interjective ô :
Ô temps, suspends ton vol ! (Alphonse de Lamartine)

Éléments appartenant à un autre discours[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'un discours inclus, enchâssé dans un autre discours, chacun de ces deux discours, ayant sa propre syntaxe, et parfois, sa propre énonciation. À l'oral, afin de bien faire sentir que les deux discours sont sur des plans différents, le discours secondaire (parfois appelé phrase incidente ou sous-phrase) est souvent énoncé avec une intonation plane.

Parenthèse[modifier | modifier le code]

La parenthèse, en tant que contenu (et non pas en tant que signe graphique), consiste le plus souvent en un supplément d'information (parfois, une digression quelconque), relatif à tout ou partie du discours de niveau supérieur :

Un mal qui répand la terreur, / […] La peste (puisqu'il faut l'appeler par son nom), / […] Faisait aux animaux la guerre. (Jean de La Fontaine - Les Animaux malades de la peste)
  • Elle peut être délimitée par le signe graphique des parenthèses, mais également, par des tirets ou parfois encore, par de simples virgules :
Cicéron a dit quelque part, c'est, je crois, dans son traité De la nature des dieux, qu'il y a eu plusieurs Jupiters […]. (Prosper Mérimée - Les Âmes du Purgatoire)
On aura remarqué que le « je crois » constitue un troisième plan de discours, à l'intérieur de la parenthèse.
  • Il convient de noter que, bien qu'étant incontestablement de nature syntaxique, l'apposition, toujours entre virgules, s'apparente la plupart du temps à une parenthèse :
Souvent, pour s'amuser, les hommes d'équipage / Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers, / Qui suivent, indolents compagnons de voyage, / Le navire glissant sur les gouffres amers. (L'Albatros - Charles Baudelaire)
Dans ce célèbre quatrain, l'essentiel de la phrase s'arrête au mot « albatros ». Tout ce qui suit n'est qu'une longue apposition à ce même mot. Mais à l'intérieur de cette apposition, est insérée une apposition secondaire « indolents compagnons de voyage », se rapportant au pronom relatif « qui », selon le principe des « poupées russes » ou de la « parenthèse dans la parenthèse ».

Parole rapportée du discours direct[modifier | modifier le code]

La parole rapportée (le discours direct proprement dit) est normalement délimitée par des guillemets.

  • La parole rapportée du discours direct possédant sa propre syntaxe (complètement indépendante de la syntaxe du discours de niveau supérieur), il faut éviter de céder à la tentation d'analyser ce discours comme un C.O.D. du verbe introducteur (le verbe aurait dit dans l'exemple ci-dessus).

Incise du discours direct[modifier | modifier le code]

Toujours concernant le discours direct, mais à l'intérieur de la parole rapportée, cette fois, on trouve l'incise. Celle-ci contient le verbe introducteur indiquant qui énonce le discours en question. Elle peut être intercalée entre virgules dans le corps de la phrase ou rejetée à la fin de celle-ci. Lorsque le sujet du verbe est un pronom personnel, celui-ci devient sujet inversé (placé après le verbe, avec un trait d'union).

Que faisiez-vous au temps chaud ? dit-elle à cette emprunteuse.  (Jean de La Fontaine - La Cigale et la fourmi)
Dans l'incise, on peut sans problème repérer le verbe « dit », le pronom sujet « elle », la préposition « à », le démonstratif « cette » et le nom C.A.T. « emprunteuse ».

Proposition généralement de peu d'étendue et syntaxiquement indépendante, intercalée entre virgules dans le corps de la phrase ou rejetée à la fin de celle-ci, utilisée pour indiquer que l'on rapporte les paroles ou les pensées de quelqu'un ou pour introduire diverses nuances (supposition, opinion, explication, interrogation).

Modalisateurs suppressibles[modifier | modifier le code]

Un modalisateur est un élément quelconque inséré dans le discours (mot, groupe, proposition…) exprimant un commentaire de l'énonciateur sur le contenu de son propre énoncé : ses jugements, ses réflexions, ses sentiments…

Or un modalisateur peut, soit être pleinement intégré à la syntaxe, soit être plus ou moins supprimable, soit avoir une valeur de parenthèse :

Stéphane prétend qu'il est malade.
Le verbe prétend est un modalisateur. Il est totalement intégré à la syntaxe, on ne peut donc le supprimer. La phrase équivaut à : « Stéphane dit qu'il est malade, mais moi, je n'en crois rien ».
Jean est malheureusement parti avant que je ne le voie.
L'adverbe « malheureusement » est un modalisateur. Du point de vue de la syntaxe il modifie le verbe « est parti », mais du point de vue sémantique, il se rapporte à l'énonciateur, et non pas à « Jean ». La phrase équivaut à : « Jean est parti avant que je ne le voie, et j'en suis malheureux ».
Antoine est, je le suppose, très compétent.
La proposition « je le suppose » est un modalisateur. Dans ce cas, jouant le rôle d'une parenthèse et n'appartenant pas au même plan de la syntaxe, ce modalisateur est entièrement suppressible.
  • Chaque fois qu'un modalisateur est suppressible, il appartenant à un autre plan du discours, il peut être considéré comme étant hors syntaxe.
  • Certains modalisateurs, lorsque l'identité de l'énonciateur et le contenu du discours restent indéterminés, s'apparentent à des incises. Il s'agit de verbes impersonnels avec inversion du sujet (paraît-il, semble-t-il, dirait-on, etc.) :
Il aurait, semble-t-il, quitté définitivement la ville…

Types de phrases[modifier | modifier le code]

Le type de phrase est la structure morphosyntaxique que revêt la phrase en fonction de la plus ou moins grande implication que l'énonciateur fait peser sur le destinataire. Selon ce critère, on regroupe traditionnellement les phrases en quatre types : exclamatif, déclaratif, injonctif et interrogatif.

  • Dans la pure exclamation, l'énonciateur se contente d'exprimer une émotion spontanée sans rien attendre du destinataire (le discours n'est pas forcément adressé à lui). Le rôle de ce dernier est donc relativement effacé dans ce type de phrase.
  • Dans la déclaration, l'énonciateur adresse nettement son discours au destinataire et lui demande de jouer le rôle de témoin.
  • Dans l'injonction et l'interrogation, non seulement l'énonciateur adresse nettement son discours au destinataire, mais en plus, le premier attend du second une réaction (une réponse, un geste, une action…). Dans ce cas, donc, le destinataire est plus fortement sollicité.

Phrase exclamative[modifier | modifier le code]

Une phrase exclamative (ou interjective) indique que l'énonciateur exprime ses sentiments et ses émotions. Elle contient une forte affectivité (joie, colère, surprise, effroi, enthousiasme, amour, haine… ). Ce type de phrase est plus fréquent à l'oral qu'à l'écrit. Souvent nominale, la phrase exclamative se termine toujours par un point d'exclamation :

Aïe ! Quelle belle journée ! Comme tu es courageux ! Vive la France, vive la démocratie !
  • Une interjection est bien sûr toujours de type exclamatif. Mais une exclamation indirecte est de type déclaratif :
Je vois qu'on se moque de moi ! Tu sais combien il est travailleur !
  • La phrase exclamative a pour particularité de pouvoir se combiner aux trois autres types de phrases. Dans ce cas, le destinataire sera nettement plus impliqué que dans la pure exclamation :
Je déteste quand tu me mens ! Comment, tu m'as encore menti ? ! Cesse de me mentir !
L'exclamation se fond successivement dans une phrase déclarative, une phrase interrogative, une phrase injonctive.

Phrase déclarative[modifier | modifier le code]

Une phrase déclarative (ou énonciative ou assertive) indique simplement que l'énonciateur communique une information, déclare un fait au destinataire. Se termine habituellement par un point, elle peut être plus ou moins complexe. C'est le type de phrase le plus répandu, et dont les grammairiens ont fait la phrase type, canonique, exemplaire :

Tu as une moto. Ce jour-là, Julien travaillait. Nous partirons en vacances en juillet. La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui.

Phrase injonctive[modifier | modifier le code]

Une phrase injonctive (ou de type impératif), indique que l'énonciateur communique au destinataire, un ordre, une interdiction, un conseil, une simple prière, etc., dans l'attente d'une action de la part de celui-ci. Elle se termine habituellement par un point (ou un point d'exclamation).

La phrase injonctive emploie normalement le mode impératif. Mais elle peut également employer un temps ayant la même valeur : infinitif, indicatif présent, futur, subjonctif présent… Elle peut être aussi une phrase nominale :

Prends ta moto. Ne pas stationner. Aidons-le. Qu'ils aillent au diable ! Trois cafés, l'addition !
  • Une phrase de type interrogatif peut quelquefois avoir valeur de phrase injonctive, mais d'un point de vue formel et syntaxique, il s'agit toujours d'une phrase de type interrogatif :
Voulez-vous vous taire ?
Pour : « Taisez-vous ».
  • De la même façon, une injonction indirecte est du type déclaratif :
Je souhaite qu'il s'en aille.

Phrase interrogative[modifier | modifier le code]

Article connexe : interrogation (linguistique).

Une phrase interrogative indique que l'énonciateur demande une information au destinataire, et attend une réponse de la part de celui-ci.

Forme de la phrase interrogative[modifier | modifier le code]

La phrase interrogative ne peut consister qu'en une interrogation directe. En effet, l'interrogation indirecte étant contenue dans une proposition subordonnée, celle-ci ne peut en conséquence être considérée comme une phrase interrogative.

Il existe trois formes d'interrogation directe :

  • La forme inversée, c'est-à-dire, la forme avec inversion du pronom sujet. Elle appartient au registre soutenu :
Viendront-ils ? Viendra-t-il ?
avec, dans ce dernier exemple, un -t- épenthétique pour des raisons d'euphonie (pour éviter le hiatus).
  • La forme longue, c'est-à-dire, la forme renforcée avec la locution « est-ce que ». Elle appartient au registre courant :
Est-ce qu'il viendra ?
  • La forme simple, courte ou intonative. Elle appartient au registre familier et seule la présence du point d'interrogation permet de la distinguer d'une phrase énonciative :
Il viendra ?

L'inversion du pronom sujet et l'emploi de la locution « est-ce que » s'excluent mutuellement, autrement dit, une phrase telle que « Est-ce qu'il viendra-t-il ? » est totalement incorrecte. On devrait dire : « Est-ce qu'il viendra ? » ou « Viendra-t-il ? »

Interrogation globale (ou totale) et interrogation partielle[modifier | modifier le code]

En fonction de la réponse attendue, on distingue habituellement l'interrogation globale et l'interrogation partielle.

  • L'interrogation globale (ou totale) est l'interrogation directe qui porte sur l'ensemble de l'énonciation. La réponse attendue peut normalement exprimer que l'affirmation ou la négation :
- Est-ce que Louis est parti pour le Maroc ? - Oui / - Non.
  • L'interrogation partielle est l'interrogation directe qui porte seulement sur un élément de l'énonciation. Dans ce cas, une infinité de réponses peuvent être attendues. On remarquera que lorsque l'interrogation porte sur le verbe, on a recours à un verbe dit vicaire, pro-verbe ou substitut (faire, fabriquer…), servant à représenter l'action désignée par le verbe inconnu :
- Qu'a fait Louis hier ? - Il est parti pour le Maroc.
- Pour quel pays Louis est-il parti hier ? - Le Maroc.
- Qui est parti pour le Maroc, hier ? - Louis.
- Quand est-ce que Louis est parti pour le Maroc ? - Hier.
- Comment est-ce que Louis est parti pour le Maroc ? - En avion.

Contraintes syntaxiques[modifier | modifier le code]

  • Présence obligatoire du point d'interrogation (à la différence de l'interrogation indirecte).
  • Présence d'un outil interrogatif (on dit aussi parfois, un marqueur interrogatif). L'interrogation directe globale n'a besoin d'aucun outil (mis à part la locution « est-ce que »). L'interrogation directe partielle par contre, en exige un. Cet outil fait obligatoirement partie de l'une des trois catégories suivantes :
- Pronoms interrogatifs (qui, que, quoi, où, lequel);
- Adjectifs interrogatifs (quel, combien de);
- Adverbes interrogatifs (combien, comment, pourquoi, quand, que) :
Qui est là ?/ Combien de sucres ?/ Pourquoi tu n'es pas venu ?
  • Mode du verbe principal. Dans l'interrogation directe, le verbe principal n'a pas de mode spécifique. L'indicatif est employé couramment, l'infinitif parfois, ainsi que les phrases nominales (mais jamais l'impératif, ni le subjonctif) :
Que faire ? Pourquoi se tracasserait-il ? Quoi de neuf ?

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]