Débardeur (vêtement)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Débardeur.
Un homme habillé en « marcel »

Le débardeur ou la camisole[1] (en Amérique du Nord et en Suisse romande) est un vêtement porté à même la peau, décolleté devant, dans le dos et sur les épaules. C'est à l'origine un sous-vêtement en jersey, en côtes ou en mailles filets ; quand il a cet aspect de jersey blanc, il est familièrement appelé en France un marcel. Comme le tee-shirt, c'est un tricot de corps initialement caché, avant de devenir un vêtement avec l'évolution de la mode. Le nom de « débardeur » vient du fait qu'il reproduisait, lors de son adoption par le prêt-à-porter vers 1973, la forme des tricots des dockers.

Le débardeur aurait été inventé par les Forts des Halles de Paris au milieu du XIXe siècle. Voulant dégager leurs bras mais protéger les reins des courants d'air, ils ont créé un tee-shirt sans manche. Suite à sa commercialisation par les « Établissements Marcel », de Marcel Eisenberg, il prend le surnom du fabricant[2].

Quand il est destiné aux femmes, il peut être désigné par le terme top.

Le débardeur dans le domaine vestimentaire possède un homonyme, fameux costume féminin du Carnaval de Paris au XIXe siècle, qui a donné son nom à un personnage typique du Carnaval de Paris, immortalisé par Gavarni.

Au cinéma[modifier | modifier le code]

Le débardeur blanc est entré dans la culture populaire avec le concours, entre autres, de Marlon Brando, qui le portait dans le film Un tramway nommé Désir (A Streetcar Named Desire). Certains cinéphiles arguent que le mot wifebeater découlerait justement du personnage, un homme violent, interprété par Brando dans le film.[réf. nécessaire]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Grand Dictionnaire Terminologique
  2. l’objet : le marcel