Transports en commun de l'agglomération nantaise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

TAN
Image illustrative de l’article Transports en commun de l'agglomération nantaise

Image illustrative de l’article Transports en commun de l'agglomération nantaise
Rame de tramway Incentro arrivant à la station « Duchesse Anne - Château » (ligne 1).

Situation Unité urbaine de Nantes
Type Tramway, autobus, Bateau-bus
Fréquentation 136,128 millions de voyages (2017)
Propriétaire Nantes Métropole
Exploitant Semitan, SNCF, sous-traitants
Site internet http://www.tan.fr
Slogan Ma vie sans arrêt.
Lignes du réseau
Réseaux connexes Aléop

Image illustrative de l’article Transports en commun de l'agglomération nantaise
Réseau du tramway en octobre 2012

Le réseau TAN (pour Transports en commun de l'agglomération nantaise) est le nom commercial du réseau de transport en commun desservant l'agglomération de Nantes Métropole. Il est constitué de 3 lignes de tramways, 1 ligne de bus à haut niveau de service (Busway), de 53 lignes de bus (dont 9 lignes de chronobus), de 2 liaisons fluviales (Navibus), 1 navette Aéroport et d'un service de transport à la demande (Proxitan).

Il est principalement exploité par la Société d'économie mixte des transports en commun de l'agglomération nantaise (SEMITAN), tandis que quelques lignes sont affrétées à des sous-traitants (Brodu / Quérard, Keolis Atlantique et CTA Transdev).

Nantes a par ailleurs reçu le Civitas Award 2009[3], récompense de 30 ans d'engagement en faveur des transports en commun.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1960, les transports en commun sont gérés par la CNTC (Compagnie nantaise des transports en commun), entreprise de statut privé, mais subventionnée par la municipalité, qui effectue 50 millions de voyages[4]. Durant cette période le nombre de voyage s'effondre pour atteindre en 1973 le chiffre de 24 millions[4].

En 1975 est créé le Syndicat Intercommunal des Transports Publics de l'Agglomération Nantaise (SITRAN) qui donne naissance à la Société des Transports de l'Agglomération Nantaise (STAN). La gestion des transports collectifs s'étend au-delà de la ville de Nantes. En 1979, la STAN devient la Société d'économie mixte des transports en commun de l'agglomération nantaise (SEMITAN)[4],[5],[6]

Financement des transports collectifs à Nantes[7]
M€ 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013
Versement transport perçu par la métropole 89 95 100 103 109 110 111 119 131 138
Fonctionnement : versé par la métropole à la TAN 62 66 70 76 83 80 85 85 91 90
Investissement réalisé par la métropole 60 69 47 50 37 33 24 48 79 67
Abonnements 15 16 17.9 20 21.1 23 26 28.2 30 31.9
Tickets 15 16 17.2 17 17.9 18 18 18.8 20 22.1
Budget global 152 167 152 163 159 154 153 180 220 211

Le Budget primitif 2015 de Nantes Métropole indique un versement transport de 144,6 M€ et un budget alloué aux déplacements de 139,9 M€[8].

Le Budget annexe Transport primitif 2019 de Nantes Métropole indique un budget de fonctionnement de 223,8 M€ incluant un versement transport de 130,4 M€, des recettes de transports de voyageurs de 71,6 M et d'autres recettes; ainsi que des dépenses d'investissement réelles de 87,5 M€, financées principalement par 69,5 M€ d'emprunts[9].

Identité visuelle commerciale[modifier | modifier le code]

Slogans[modifier | modifier le code]

  • « TAN : Nous allons d'abord vers vous »
  • « TAN : On y va ! »
  • « TAN : Ma ligne de ville ! »
  • « TAN : Et vous êtes d'humeur voyageuse »
  • « TAN : Partageons nos humeurs voyageuses »
  • « TAN : Ma vie sans arrêt »

Réseau routier[modifier | modifier le code]

Lignes de bus[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des lignes de bus de Nantes.
Bus Graffiti n°X13

Au total, une cinquantaine de lignes de bus desservent les 24 communes membres de Nantes Métropole, y compris la commune du Cellier pourtant adhérente à la Communauté de communes du Pays d'Ancenis.

Une importante flotte de véhicules de type standard et articulé, dont 90 % sont motorisés au GNV composent le parc du réseau TAN, le reste étant aussi bien au diesel que hybride[10].

Évolution du nombre du voyageurs transporté par bus en millions
2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017
112,7[11] 113,1 116,5 121,3 126,6 130,4 132,6 133,5 136,1

Les lignes de bus de la Semitan se divisent en 6 types de service[12] :

  • 1 ligne de Busway
  • 9 lignes de chronobus
  • 44 lignes de bus régulières dont 4 lignes « express »
  • une navette aéroport (ex-Tan Air, effectue des allers-retours entre l'aéroport de Nantes-Atlantique et la Gare SNCF (accès Sud), le Lieu Unique, Hôtel Dieu et la place du Commerce)
  • un réseau de « bus de nuit » circulant en soirée comptant 8 des 9 lignes de chronobus (la C20 ne circule pas la nuit mais jusqu'à 22h30) et 7 lignes régulières, ainsi que le service « Luciole » (dessert les lieux incontournables de la nuit nantaise tous les jeudis et les samedis soirs).

Ligne de Busway[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Busway de Nantes.
Véhicule BusWay

Le 6 novembre 2006, la Semitan a inauguré sa première ligne de Busway (ligne 4) reliant le centre de Nantes (station Foch Cathédrale), au sud-est de l'agglomération (station Porte de Vertou).

La ligne 4 compte 15 stations sur 7 km de trajet réalisés en 20 minutes. 9,5 millions de voyageurs ont emprunté la ligne en 2017[12],[13].

La ligne est complétée par 4 parkings relais P+R (stations : Gréneraie, Bourdonnières, Chapeau Verni et Porte de Vertou).

Lignes de Chronobus[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Chronobus.

Le 1er octobre 2012, furent mises en service les quatre premières lignes de « Chronobus », bus à haut niveau de service, proposant un service intermédiaire entre le BusWay et les autres lignes régulières (C1 à C4). Un an plus tard, trois lignes supplémentaires sont inaugurées (C5 à C7). Deux nouvelles lignes sont inaugurées à la rentrée de septembre 2018 (C9 et C20).

L'ensemble des 9 lignes de chronobus totalisent près de 90 km desservant près de 270 arrêts.

Proxitan[modifier | modifier le code]

La Tan dispose également d'un service de transport à la demande pour les communes de Basse-Goulaine, Vertou et La Chapelle-sur-Erdre. Sur simple appel, un minibus conduit les habitants des quartiers isolés vers le pôle d'échange ou la station la plus proche.

Ce service concerne également les personnes à mobilités réduite titulaires d'une carte d'invalidité à 80 % minimum. Ce service est assuré de portes à portes sur les 24 communes de Nantes Métropole.

Transport scolaire[modifier | modifier le code]

La Tan organise le transport entre les différents établissements scolaires de l'agglomération avec 285 circuits scolaires (services affrétés) et 41 lignes scolaires.

Réseau ferroviaire[modifier | modifier le code]

Lignes de tramway[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tramway de Nantes.
Rame de tramway (technologie Adtranz).

Ville pionnière du tramway en France, Nantes est la première métropole française à relancer une ligne de tramway moderne en 1985.

Le réseau de tramway de la ville de Nantes est désormais, avec ses trois lignes comptabilisant environ 46 km de voies, le troisième plus important de France. Les rames sont équipées de plancher bas permettant une accessibilité aux personnes à mobilité réduite. En outre, les lignes du réseau tramway détiennent toutes le label NF Service.

En 2017, les rames de tramways circulant sur le réseau ont transporté au total 70,6 millions d'usagers.

La ligne 1 en chiffres
  • 34 stations
  • 18,4 km de longueur
  • 29 Millions de voyageurs en 2009[11]
  • 45 minutes de trajet entre
    Beaujoire / Ranzay ↔ François Mitterrand / Jamet
    (renfort entre les stations Hôpital Bellier et Jamet aux heures de forte affluence).
La ligne 2 en chiffres 
  • 25 stations
  • 13,5 km de longueur
  • 24,1 millions de voyageurs en 2008
  • 35 minutes de trajet entre
    Orvault Grand Val ↔ Gare de Pont Rousseau
    (renfort entre les stations École Centrale Audencia et Hôtel-Dieu aux heures de forte affluence).
ligne 3 en chiffres 
  • 32 stations
  • 14 km de longueur
  • 17,6 millions de voyageurs en 2008
  • 45 minutes de trajet entre
    Marcel Paul ↔ Neustrie

Stations de tramway[modifier | modifier le code]

Voir également les articles sur les lignes concernées.

Le TER et le tram-train de l'agglomération nantaise[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tram-train de Nantes.

Depuis 2002, un accord passé avec la SNCF, permet également aux usagers du réseau TAN, grâce à leurs titres de transport habituels, d'utiliser normalement, les TER Pays de la Loire desservant les 16 gares de l'agglomération nantaise réparties sur 5 lignes en « étoile ».
Parmi ces quatre lignes, deux d'entre d'elles allant jusqu'à La Chapelle-sur-Erdre et Vertou s'effectuent respectivement par les lignes de tram-train Nantes à Clisson (depuis juin 2011) et Nantes à Châteaubriant (depuis février 2014).

Les dessertes actuellement en service sont :

Bien qu’aucune interconnexion entre le tram-train et le réseau de tramway ne soit prévue dans l'immédiat, des pôles d'échanges multimodaux sont aménagés afin d'assurer la correspondance entre les deux modes de transport (la station Haluchère-Batignolles par exemple).

Réseau maritime et fluvial Navibus[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Navibus.

Le service Navibus de la TAN propose des liaisons via les voies maritimes et fluviales de la ville de Nantes (la Loire et l'Erdre). Ce service permet de proposer une nouvelle alternative dans les modes de déplacements des Nantais, qui en 2009 ont été près de 500 000 à embarquer sur les différents navires de la flotte.

Navibus Loire[modifier | modifier le code]

C'est le 18 juin 2005 qu'est lancée à bord du navire Trentemoult la toute première ligne « Navibus Loire » entre « Gare Maritime » à Nantes et « Trentemoult-Roquios » à Rezé (7 minutes de traversée). Aujourd'hui, après de nombreuses améliorations sur cette ligne (acquisition de deux nouveaux navires : Chantenay et Île de Nantes), deux fréquences sont disponibles : 10 minutes aux heures de pointe matin et soir et 20 minutes en heures creuses en semaine et pendant les vacances scolaires. Deux parkings relais à l'embarcadère « Trentemoult-Roquios » au sud et une correspondance directe à la « Gare Maritime » avec la ligne 1 de tramway au nord, contribuent au succès grandissant de cette ligne fluviale.

Navibus Passeur de l'Erdre[modifier | modifier le code]

Le Navibus Passeur de l'Erdre créé en avril 1995[14] permet aux étudiants du lycée maritime ou aux habitants de Port-Boyer de rejoindre la ligne 2 du tramway, et le campus du Tertre en 2 minutes. Cette navette qui transporte les usagers « à la demande », a d'abord été assurée La Mouette, puis par un catamaran à hydrogène (le premier de ce type en France) baptisé Jules Verne 2 qui a été mis en service le [15].

Navibus passeur de Loire[modifier | modifier le code]

Le Navibus passeur de Loire est un service mis en place depuis 2007 (à l'occasion de la manifestation Estuaire 2007) entre la Gare maritime et le ponton de l'île de Nantes (site des anciens chantiers navals) de fin juin à début septembre. Il permet aux touristes de rejoindre les Machines de l'île ou encore le hangar à bananes sur l'île de Nantes, sans faire le long détour par le pont Anne-de-Bretagne. Ce service de passeur saisonnier est assuré par l'Esther III.

Exploitants[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (août 2009)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

La Société d'économie mixte des transports en commun de l'agglomération nantaise (SEMITAN) est le principal exploitant du réseau, puisqu'il gère les lignes de tramway et la plupart des lignes du réseau d'autobus (dont celles de Busway et de Chronobus). Une vingtaine de lignes de bus sont affrétées à des entreprises de transport de personnes telles que Compagnie des Transports de l'Atlantique (CTA, filiale de Transdev), Kéolis Atlantique, Brodu ou Quérard (groupe Fast). Le service navibus est assuré par la compagnie Finist'mer sous le nom de Marine & Loire croisières.

Fréquentation[modifier | modifier le code]

La fréquentation du réseau a augmenté d'environ 70 % entre 2000 et 2017 :

Année 2000 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017
Nombre de
voyages annuel
(en millions)
80[16] 109,535[17] 112,793[17] 112,720[18] 113,127[18] 116,557[19] 121,336[20] 126,599[21] 130,428[22] 132,607[23] 133,550[24] 136,128[25]

Projets de développement[modifier | modifier le code]

Tramway[modifier | modifier le code]

Réseau de tramway prévu vers 2015

Connexion des lignes 1 et 2 au nord[modifier | modifier le code]

La mise en œuvre de la connexion se poursuit depuis le début des années 2010 même si celle-ci a pris du retard au fil des ans notamment pour des raisons budgétaires[26].

En effet, la mise en service du premier tronçon en 2012 entre le pôle multimodal Haluchère-Batignolles et le nouveau terminus Ranzay ne fut pas suivit d'un prolongement de la ligne 1 vers la gare de Babinière alors les travaux d'élargissement du tablier du Pont de la Jonelière venaient d'être réalisés. Ce second tronçon devrait mise en en service en 2024 avec la construction d'un nouveau dépôt de tramway[27].

Le , Nantes Métropole annonçait le lancement des études concernant le troisième et dernier tronçon entre Babinière et la station Recteur Schmitt, cette interconnexion devrait être intégrée par la suite à la future ligne 6 de tramway[28].

Nouvelles lignes sur l'Île de Nantes[modifier | modifier le code]

Le , Nantes Métropole annonce la création de trois lignes de tramway (6, 7 et 8) desservant l'Île de Nantes et le futur CHU[28].

Busway, Chronobus et bus[modifier | modifier le code]

Le , Nantes Métropole annonce le prolongement de la ligne 4 du Busway au delà du périphérique jusqu'au bourg de Vertou pour 2027[28].

Lors de cette conférence de presse, la restructuration de la ligne de Chronobus C5 afin de la transformer en ligne 5 du Busway dès le printemps 2020 est également décidé[28].

Une nouvelle ligne structurante desservant le sud-ouest de l'agglomération (dont Bouguenais) depuis les pôles d'échange de Gréneraie et Pirmil est également envisagé avant 2026, reprenant ainsi le parcours effectué pour partie par la ligne E8. Le choix du mode de transport (Busway ou chronobus) destiné à circuler sur cet axe n'est pas encore décidé[28].

Navibus[modifier | modifier le code]

En , Nantes métropole prend la décision de mettre en place trois nouvelles navettes sur la Loire[29] :

  • Hangar à Bananes - Bas-Chantenay (mise en service début 2020)
  • Trentemoult Aval - Bas-Chantenay (mise en service prévue en 2022)
  • Trentemoult Aval - Gare Maritime (mise en service prévue en 2022)

Une 4e navette à vocation touristique, sera mise en service en 2023 pour desservir, de manière saisonnière, les grands sites d’attraction du cœur de la métropole[29] :

  • Parc des Chantiers - Gare Maritime - Hangar à bananes - Arbre aux hérons - Trentemoult Roquios

Tram-train[modifier | modifier le code]

De nombreuses autres dessertes sont actuellement à l'étude, et les sections desservant d'éventuelles nouvelles gares situées sur le territoire de Nantes Métropole se verront adopter la tarification TAN en vertu de l'accord de 2002 avec la SNCF[30] :

Toutefois, en janvier 2017, aucun de ces projets n'est programmé dans l'immédiat.

Navettes autonomes[modifier | modifier le code]

Le , la ministre des Transports Élisabeth Borne annonçait le projet de la mise en place de deux navettes autonomes dans l'agglomération nantaise[31] :

  • la première entre le terminus de la ligne 3 Neustrie et l'aéroport de Nantes-Atlantique (la prolongation de la ligne 3 jusqu'à l'aéroport n'étant pas envisagé dans l'immédiat, une desserte TER passant par la gare de Rezé serait néanmoins plus cohérente selon Bertrand Affilé, vice-président de Nantes Métropole en charge des déplacements[32]) ;
  • la seconde entre la gare de Doulon et celle de Carquefou, sur la section désaffectée de l'ancienne plate-forme ferroviaire de la ligne de Segré à Nantes-État qui sera préalablement déferrée pour être transformée en voie routière exclusivement dédiée à la circulation de ces véhicules.

Les modalités d'exploitation de ce mode de transport ne semble pas encore avoir été défini entre Nantes Métropole et l'État.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. TAN - Les chiffres clés 2017
  2. TAN - Dessertes scolaires Établissements et horaires
  3. « 2009 Winner: Nantes (France) », sur civitas-initiative.org, (consulté le 6 janvier 2017)
  4. a b et c [PDF]Société Académique de Nantes et de la Loire-Atlantique, « L'Histoire des Transports à Nantes », sur archives.nantes.fr, (consulté le 6 janvier 2017)
  5. « Le statut », sur semitan.tan.fr (consulté le 6 janvier 2017)
  6. « Une histoire forte avec Nantes », sur semitan.tan.fr (consulté le 6 janvier 2017)
  7. « Mobilo'scope », Nantes Métropole, , p. 24
  8. « BUDGET PRIMITIF 2015 », Nantes Métropole,
  9. « Budget annexe Transport primitif 2019 », Nantes Métropole, , p. 187-220
  10. Webmaster, « Semitan - Transporter. Progresser. Partager. - Objectif mobilité durable », sur Semitan - Transporter. Progresser. Partager. (consulté le 11 mars 2019)
  11. a et b « La crise fait patiner le tram », sur nantes.maville.com, (consulté le 12 juillet 2014)
  12. a et b « Les chiffres clés », sur semitan.tan.fr (consulté le 6 janvier 2017)
  13. « Chiffres clés de 2017 », (consulté le 1er mars 2019)
  14. [PDF]Henri Bourgeau, « Saisine Plan de déplacements urbains », sur nantes-citoyennete.com, (consulté le 6 janvier 2017)
  15. « Nantes. Le premier bateau-bus à hydrogène en France bientôt en service », ouest-france.fr (consulté le 28 juillet 2017).
  16. COLLECTIF TRANSPORT, EVALUATION DU P.D.U. Par le COLLECTIF TRANSPORT, 16 septembre 2009, p. 3
  17. a et b CERTU, Transports collectifs urbains évolution 2007-2012, 2014, p. 294
  18. a et b « La situation des transports en Pays de la Loire - La fréquentation des transports collectifs urbains en 2010 », (consulté le 9 décembre 2018)
  19. « La situation des transports en Pays de la Loire - La fréquentation des transports collectifs urbains en 2011 », (consulté le 9 décembre 2018)
  20. « La situation des transports en Pays de la Loire - La fréquentation des transports collectifs urbains en 2012 », (consulté le 9 décembre 2018)
  21. « La situation des transports en Pays de la Loire - La fréquentation des transports collectifs urbains en 2013 », (consulté le 9 décembre 2018)
  22. « La situation des transports en Pays de la Loire - La fréquentation des transports collectifs urbains en 2014 », (consulté le 9 décembre 2018)
  23. « La situation des transports en Pays de la Loire - La fréquentation des transports collectifs urbains en 2015 », (consulté le 9 décembre 2018)
  24. « La situation des transports en Pays de la Loire - La fréquentation des transports collectifs urbains en 2016 », (consulté le 9 décembre 2018)
  25. « La situation des transports en Pays de la Loire - La fréquentation des transports collectifs urbains en 2017 », (consulté le 9 décembre 2018)
  26. Article Nantes Maville.com du 13 décembre 2008
  27. « Nantes métropole étudie l'extension de la ligne 1 vers la Chapelle-sur-Erdre », sur 20 minutes, (consulté le 19 décembre 2016)
  28. a b c d et e Nantes Métropole | Ville de Nantes, « 5 annonces fortes pour les transports publics nantais », sur metropole.nantes.fr (consulté le 7 juin 2019)
  29. a et b Rodolphe Delaroque, « Nantes Métropole - [Vidéo] De nouvelles navettes fluviales feront bientôt leur apparition sur la Loire - Transport et déplacements », sur www.nantesmetropole.fr (consulté le 15 avril 2018)
  30. « Nantes Passion n°217 - page 30 », sur zmags.com pour nantesmetropole.fr, (consulté le 6 janvier 2017)
  31. « A Nantes, une navette autonome bientôt en test pour aller à l'aéroport », sur www.20minutes.fr (consulté le 25 avril 2019)
  32. « Nantes: Le tramway a peu de chance d'être prolongé jusqu'à l'aéroport », sur www.20minutes.fr (consulté le 22 juin 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]