Transports en commun de l'agglomération nantaise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
TAN
Image illustrative de l'article Transports en commun de l'agglomération nantaise

Image illustrative de l'article Transports en commun de l'agglomération nantaise
Rame de tramway Incentro arrivant à la station « Duchesse Anne - Château » (ligne 1).

Situation Unité urbaine de Nantes
Type Tramway, autobus, navette fluviale
Propriétaire Nantes Métropole
Exploitant Semitan, SNCF, sous-traitants
Site internet http://www.tan.fr
Slogan Ma vie sans arrêt
Lignes du réseau Tramway   1     2     3  
BusWay
60 lignes de bus dont 7 lignes de Chronobus
2 lignes de Navibus
Réseaux connexes TER Pays de la Loire
Réseau Lila

Image illustrative de l'article Transports en commun de l'agglomération nantaise
Réseau du tramway en octobre 2012

Le réseau TAN est le nom commercial du réseau de transport en commun desservant la communauté urbaine de Nantes Métropole. Il est constitué de 3 lignes de tramways, une ligne de bus à haut niveau de service (Busway), de nombreuses lignes de bus (dont les chronobus), de 3 liaisons fluviales (Navibus), 5 portions de lignes ferroviaires appartenant au réseau du TER Pays de la Loire et d'un service de transport à la demande (Proxitan).

Il est principalement exploité par la Société d'économie mixte des transports en commun de l'agglomération nantaise (SEMITAN), tandis que quelques lignes sont affrétées à des sous-traitants.

En 2015, 132,6 millions de voyageurs ont été transportés sur les lignes commerciales du réseau TAN[1].

Nantes a par ailleurs reçu le Civitas Award 2009[2], récompense de 30 ans d'engagement en faveur des transports en commun.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1960, les transports en commun sont gérés par la CNTC (Compagnie nantaise des transports en commun), entreprise de statut privé, mais subventionnée par la municipalité, qui effectue 50 millions de voyages[3]. Durant cette période le nombre de voyage s'effondre pour atteindre en 1973 le chiffre de 24 millions[3].

En 1975 est créé le Syndicat Intercommunal des Transports Publics de l'Agglomération Nantaise (SITRAN) qui donne naissance à la Société des Transports de l'Agglomération Nantaise (STAN). La gestion des transports collectifs s'étend au-delà de la ville de Nantes. En 1979, la STAN devient la Société d'économie mixte des transports en commun de l'agglomération nantaise (SEMITAN)[3],[4],[5]

Identité visuelle commerciale[modifier | modifier le code]

Slogans[modifier | modifier le code]

  • « TAN : Nous allons d'abord vers vous »
  • « TAN : On y va ! »
  • « TAN : Ma ligne de ville ! »
  • « TAN : Et vous êtes d'humeur voyageuse »
  • « TAN : Partageons nos humeurs voyageuses »
  • « TAN : Ma vie sans arrêt »

Réseau routier[modifier | modifier le code]

Lignes de bus[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Lignes de bus de Nantes.
Bus Graffiti n°X13

Au total, une cinquantaine de lignes de bus desservent les 24 communes membres de Nantes Métropole, y compris la commune du Cellier pourtant adhérente à la Communauté de communes du pays d'Ancenis.

Une importante flotte de véhicules de type standard et articulé, motorisés aussi bien au diesel (et hybride) qu'au GNV composent le parc du réseau TAN.

En 2009, les bus de la TAN ont transporté 41,8 millions de voyageurs[6]

Les lignes de bus de la Semitan se divisent en 6 types de service[1] :

  • 1 ligne de BusWay
  • 7 lignes de chronobus
  • 41 lignes de bus régulières
  • 4 lignes « express » (relient directement ou presque les communes extérieures au pôle d'échange Tramway ou BusWay le plus proche)
  • une navette aéroport (ex-Tan Air, effectue des allers-retours entre l'aéroport Nantes Atlantique et la Gare SNCF (accès Sud), le Lieu Unique, Hôtel Dieu et la place du Commerce)
  • un réseau de « bus de nuit » en soirée (les 7 lignes de chronobus et 6 lignes régulières), ainsi que le service « Luciole » (dessert les lieux incontournables de la nuit nantaise tous les jeudis et les samedis soirs).

Ligne de Busway[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Busway de Nantes.
Véhicule BusWay

Le 6 novembre 2006, la Semitan a inauguré sa première ligne de Busway (ligne 4) reliant le centre de Nantes (station Foch Cathédrale) à (station Porte de Vertou), au sud-est de l'agglomération.

La ligne 4 compte 15 stations sur 7 km de trajet réalisés en 20 minutes. 8,6 millions de voyageurs ont emprunté la ligne en 2013[1],[7].

La ligne est complétée par 4 parkings relais P+R (stations : Gréneraie, Bourdonnières, Chapeau Verni et Porte de Vertou).

Lignes de Chronobus[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Chronobus.

Le 1er octobre 2012, furent mises en service les quatre premières lignes de « Chronobus », bus à haut niveau de service, proposant un service intermédiaire entre le BusWay et les autres lignes régulières. Un an plus tard, trois lignes supplémentaires sont inaugurées.

Les 7 lignes de chronobus totalisent près de 70 km desservant près de 200 arrêts.

Proxitan[modifier | modifier le code]

La Tan dispose également d'un service de transport à la demande pour les communes de Basse-Goulaine, Vertou et La Chapelle-sur-Erdre. Sur simple appel, un minibus conduit les habitants des quartiers isolés vers le pôle d'échange ou la station la plus proche.

Ce service concerne également les personnes à mobilités réduite titulaires d'une carte d'invalidité à 80 % minimum. Ce service est assuré de portes à portes sur les 24 communes de Nantes Métropole.

Réseau ferroviaire[modifier | modifier le code]

Lignes de tramway[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tramway de Nantes.
Rame de tramway (technologie Adtranz).

Ville pionnière du tramway en France, Nantes est la première métropole française à relancer une ligne de tramway moderne en 1985.

Le réseau de tramway de la ville de Nantes est désormais, avec ses trois lignes comptabilisant environ 42 km de voies, le troisième plus important de France. Les rames sont équipées de plancher bas permettant une accessibilité aux personnes à mobilité réduite. En outre, les lignes du réseau tramway détiennent toutes le label NF Service.

En 2009, les 79 rames circulant sur le réseau ont transporté au total 65.8 millions d'usagers[6].

La ligne 1 en chiffres
  • 34 stations
  • 18,4 km de longueur
  • 29 Millions de voyageurs en 2009[6]
  • 45 minutes de trajet entre
    Beaujoire / Ranzay ↔ François Mitterrand / Jamet
    (renfort entre les stations Hôpital Bellier et Jamet aux heures de forte affluence).
La ligne 2 en chiffres 
  • 25 stations
  • 13,5 km de longueur
  • 24,1 millions de voyageurs en 2008
  • 35 minutes de trajet entre
    Orvault Grand Val ↔ Gare de Pont Rousseau
    (renfort entre les stations Orvault Grand Val et Hôtel-Dieu aux heures de forte affluence).
ligne 3 en chiffres 
  • 32 stations
  • 14 km de longueur
  • 17,6 millions de voyageurs en 2008
  • 45 minutes de trajet entre
    Marcel Paul ↔ Neustrie

Stations de tramway[modifier | modifier le code]

Voir également les articles sur les lignes concernées.

Le TER et le tram-train de l'agglomération nantaise[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tram-train de Nantes.

Depuis 2002, un accord passé avec la SNCF, permet également aux usagers du réseau TAN, grâce à leurs titres de transport habituels, d'utiliser normalement, les TER Pays de la Loire desservant les 16 gares de l'agglomération nantaise réparties sur 5 lignes en « étoile ».
Parmi ces quatre lignes, deux d'entre d'elles allant jusqu'à La Chapelle-sur-Erdre et Vertou s'effectuent respectivement par les lignes de tram-train Nantes à Clisson (depuis juin 2011) et Nantes à Châteaubriant (depuis février 2014).

Les dessertes actuellement en service sont :

Bien qu’aucune interconnexion entre le tram-train et le réseau de tramway ne soit prévue dans l'immédiat, des pôles d'échanges multimodaux sont aménagés afin d'assurer la correspondance entre les deux modes de transport (la station Haluchère-Batignolles par exemple).

Réseau maritime et fluvial Navibus[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Navibus.

Le service Navibus de la TAN propose des liaisons via les voies maritimes et fluviales de la ville de Nantes (la Loire et l'Erdre). Ce service permet de proposer une nouvelle alternative dans les modes de déplacements des Nantais, qui en 2009 ont été près de 500 000 à embarquer sur les différents navires de la flotte.

Navibus Loire[modifier | modifier le code]

C'est le 18 juin 2005 qu'est lancé à bord du navire Trentemoult la toute première ligne « Navibus Loire » entre « Gare Maritime » à Nantes et « Trentemoult-Roquios » à Rezé (7 minutes de traversée). Aujourd'hui après de nombreuses améliorations sur cette ligne (acquisition de deux nouveaux navires : Chantenay et Île de Nantes) deux fréquences sont disponibles : 10 minutes aux heures de pointe matin et soir et 20 minutes en heures creuses en semaine et pendant les vacances scolaires. Deux parkings relais à l'embarcadère « Trentemoult-Roquios » au sud et une correspondance directe à la « Gare Maritime » avec la ligne 1 de tramway au nord, contribuent au succès grandissant de cette ligne fluviale.

Navibus Passeur de l'Erdre[modifier | modifier le code]

Le Navibus Passeur de l'Erdre créé en avril 1995[8] permet aux étudiants du lycée maritime ou aux habitants de Port-Boyer de rejoindre la ligne 2 du tramway, et le campus du Petit-Port en 2 minutes. Cette navette baptisée La Mouette transporte les usagers « à la demande ».

Navibus passeur de Loire[modifier | modifier le code]

Le Navibus passeur de Loire est un service mis en place depuis 2007 (à l'occasion de la manifestation Estuaire 2007) entre la Gare maritime et le ponton de l'île de Nantes (site des anciens chantiers navals) de fin juin à début septembre. Il permet aux touristes de rejoindre les Machines de l'île ou encore le hangar à bananes sur l'île de Nantes, sans faire le long détour par le pont Anne-de-Bretagne. Ce service de passeur saisonnier est assuré par l'Esther III.

Exploitants[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (août 2009)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

La Société d'économie mixte des transports en commun de l'agglomération nantaise (SEMITAN) est le principal exploitant du réseau, puisqu'il gère les lignes de tramway et la plupart des lignes du réseau d'autobus (dont celles de Busway et de Chronobus). Une vingtaine de lignes de bus sont affrétées à des entreprises de transport de personnes telles que Compagnie des Transports de l'Atlantique (CTA, filiale de Transdev), Kéolis Atlantique, Brodu ou Quérard (groupe Fast). Le service navibus est assuré par la compagnie Finist'mer sous le nom de Marine & Loire croisières.

Projets de développement[modifier | modifier le code]

Tramway[modifier | modifier le code]

Réseau de tramway prévu vers 2015

Connexion des lignes 1 et 2 au nord[modifier | modifier le code]

Ce projet était articulé en deux phases :

  • Phase 1 :

La Connexion des lignes 1 et 2 par le pont de la Jonelière au nord, initialement prévue pour septembre 2011, est reportée sine die, notamment pour des raisons budgétaires[9]. Ce projet comprendrait la création de deux pôles multimodaux, communs avec le tram-train Nantes - Châteaubriant : Haluchère-Batignolles et Babinière, ainsi que 2 autres nouvelles stations : Ranzay (initialement baptisée Route de Saint-Joseph) et Martin-Luther King, sur un tracé de 3 km. Ainsi, environ une rame sur deux de la ligne 2 ferait son terminus à Haluchère-Batignolles, tandis que sur la ligne 1, une rame sur deux environ ferait son terminus à Facultés.

Le , le conseil communautaire de Nantes Métropole a confirmé l'exécution de la première phase de ce projet[10].

Les travaux ont débuté en janvier 2011, afin de réaliser une première section de 800 mètres reliant la nouvelle station-terminus Ranzay, ainsi que le nouveau pôle d'échange Haluchère-Batignolles. Ce chantier se poursuivra avec succès jusqu'au 1er octobre 2012, date d'ouverture du nouveau tronçon[11].

  • Phase 2 :

Les travaux d'élargissement du tablier du Pont de la Jonelière permettant d'accueillir à la fois, une voie pour le tram-train et une autre pour l'interconnexion des lignes de tram, ont débuté courant 2010 et ont pris fin en octobre 2011[12]. La création dans le même moment du pôle d'échange de la Babinière, réservé dans un premier temps aux correspondances entre bus et tram-train, pouvait préfigurer l'arrivée du tram à cette station dans un avenir proche.

Cependant, le projet d'interconnexion étant reporté sine die[9], ces aménagements pourrait servir à l'éventuelle prolongement de la ligne 1 vers la gare de Babinière[13].

Prolongement de la ligne 1[modifier | modifier le code]

Un prolongement de la ligne 1 à l'est jusqu'à Saint-Joseph de Porterie et la Chantrerie est envisagé depuis 2001. Néanmoins ce projet ne semble plus à l'ordre du jour[14],[15]. Cependant, en 2017, la Métropole, doit lancer une étude sur la prolongation de la ligne jusqu'à la gare de Babinière via la traversée du pont de la Jonelière et la construction d'un nouveau dépôt du tramway pouvant accueillir des rames plus longues que celles circulant actuellement sur le réseau (48 mètres au lieu de 40)[13].

Ligne 5 du tramway[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Ligne 5 du tramway de Nantes.

Une ligne 5 de transport en commun en site propre est envisagée depuis les années 2000 pour desservir notamment l'île de Nantes depuis la gare SNCF via le quartier de Malakoff, le futur centre d'affaires Euronantes et le nouveau CHU. Le mode de transport qui a été retenu est celui d'un tramway dont la mise en service ne devrait pas intervenir avant 2020[16]. A l'occasion de ses vœux du , la présidente de Nantes Métropole Johanna Rolland précisait que cette ligne suivra un axe Nord-Sud : elle traversera la Loire au niveau du pont Anne-de-Bretagne, longera le futur CHU en empruntant le nouveau boulevard transversal qui reliera le boulevard Léon-Bureau au pont des Trois-Continents et repassera le fleuve par ce dernier pour traverser la ZAC des Isles, au nord de Rezé[17]. Lors de ses vœux du , Johanna Rolland indique que le mode de transport retenu pour la ligne franchissant la Loire sera bien un tramway et que les études concernant le tracé débuteront dès le mois suivant[18].

Bus et Chronobus[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (août 2009)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Après avoir énormément développé son réseau tramway, puis innové le Busway en 2006, la TAN mise désormais sur la refonte de son réseau bus. Ainsi, le traitement de 7 axes très fréquentés par les usagers qui ont été convertis en « Chronobus nouvelle génération » pour les rentrées 2012 et 2013, auquel viendront s'ajouter 3 autres lignes avant 2020[19].

Avant la mise en place progressive de ces lignes, une remise à plat de l'offre actuelle a été entreprise entre 2009 et 2012. Parallèlement à la mise en service des lignes « Chronobus nouvelle génération », de nombreuses liaisons (principalement péri-urbaines) ont été remaniées. Ainsi, les communes de Sautron, Orvault, Saint-Herblain, Sainte-Luce-sur-Loire, Thouaré ou Mauves ont vu leurs dessertes améliorées. Aussi, les lignes Express (Carquefou, Vertou, Couëron et Le Pellerin) seront perfectionnées et 7 autres seront créées[réf. nécessaire].

Navibus[modifier | modifier le code]

Dans le cadre de la restructuration progressive du réseau, s'étalant jusqu'en 2020, il existe de nombreux projets :

À l'étude
  • Création d'un passeur sur la Loire entre la Cité internationale des Congrès et le futur quartier Tripode sur l'île de Nantes
  • Nouvel itinéraire de la ligne de Navibus Loire, dont le potentiel d'exploitation peut être amélioré par la desserte du quartier Chantenay, ainsi que de la pointe de l'île de Nantes, et le transfert de l'appontement de Trentemoult-roquios en aval, de manière à permettre la création d'un pôle multimodal. De plus, la pérennisation de la desserte du ponton des Chantiers sur l'île de Nantes est envisagée.
  • Création d'une ligne rapide entre les communes de Le Pellerin, Couëron, Indre, Bouguenais, Rezé et Nantes.

Tram-train[modifier | modifier le code]

De nombreuses autres dessertes sont actuellement à l'étude, et les sections desservant d'éventuelles nouvelles gares situées sur le territoire de Nantes Métropole se verront adopter la tarification TAN en vertu de l'accord de 2002 avec la SNCF[20] :

Toutefois, en janvier 2017, aucun de ces projets n'est programmé dans l'immédiat.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Les chiffres clés », sur semitan.tan.fr (consulté le 6 janvier 2017)
  2. « 2009 Winner: Nantes (France) », sur civitas-initiative.org, (consulté le 6 janvier 2017)
  3. a, b et c [PDF]Société Académique de Nantes et de la Loire-Atlantique, « L'Histoire des Transports à Nantes », sur archives.nantes.fr, (consulté le 6 janvier 2017)
  4. « Le statut », sur semitan.tan.fr (consulté le 6 janvier 2017)
  5. « Une histoire forte avec Nantes », sur semitan.tan.fr (consulté le 6 janvier 2017)
  6. a, b et c « La crise fait patiner le tram », sur nantes.maville.com, (consulté le 12 juillet 2014)
  7. « Chiffres clés de 2009 », sur tan.fr archivé par wikiwix, (consulté le 6 janvier 2017)
  8. [PDF]Henri Bourgeau, « Saisine Plan de déplacements urbains », sur nantes-citoyennete.com, (consulté le 6 janvier 2017)
  9. a et b « Lignes 1 et 2 du tramway : la connexion reportée à plus tard », sur nantes.maville.com, (consulté le 6 janvier 2017)
  10. « La connexion ligne 1-ligne 2 redémarre », sur 20minutes.fr, (consulté le 6 janvier 2017)
  11. « Haluchère-Batignolles : une gare polyvalente », sur nantes.maville.com, (consulté le 6 janvier 2017)
  12. « Le pont de la Jonelière fermera un an », sur 20minutes.fr, (consulté le 6 janvier 2017)
  13. a et b « Nantes métropole étudie l'extension de la ligne 1 vers la Chapelle-sur-Erdre », sur 20 Minutes, (consulté le 19 décembre 2016)
  14. « Une pause dans les projets d'extension », sur 20 minutes, (consulté le 3 mai 2016)
  15. « À quoi ressembleront le réseau et les rames de demain ? », sur 20 minutes, (consulté le 3 mai 2016)
  16. « Île de Nantes : le tracé du futur tram dévoilé », sur nantes.maville.com, (consulté le 3 mai 2016)
  17. « Nantes Transports et stationnement : ce que prévoit la métropole », sur presseocean.fr, (consulté le 27 juillet 2016).
  18. « Nantes Le tramway franchira le pont Anne-de-Bretagne », sur presseocean.fr, (consulté le 3 décembre 2017).
  19. « Chronobus, le bus nouvelle génération », sur nantesmetropole.fr, (consulté le 6 janvier 2017)
  20. « Nantes Passion n°217 - page 30 », sur zmags.com pour nantesmetropole.fr, (consulté le 6 janvier 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]