Liste des voies de Nantes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Cet article recense les voies de Nantes, en France, qui sont actuellement existantes.

Historique[modifier | modifier le code]

Les premières plaques indiquant les noms de rues sont apposées en 1720. Lors de la Révolution française, en 1791, les noms faisant référence à la féodalité, aux saints et aux anciens gouverneurs de la ville sont changés ; certaines rues retrouvent leur nom d'origine en 1818, après la Restauration[1].

En 1809, l'administration de la police décide que la numérotation des rues partira de l'extrémité la plus proche de l'hôtel de ville, les numéros pairs figurant à droite de la chaussée[1]. En 1818, les plaques des noms de rue et des numéros de maison sont en tôle. L'administration municipale décide, en 1837, d'utiliser des plaques en faïence vernissée, en caractères noirs sur fond blanc ; celles des numéros de maison sont ovales. Un nouveau changement est effectué en 1845, les nouvelles plaques sont cette fois en fonte[2].

À l'occasion de ce changement de plaques, il est décidé d'adopter une règle homogène pour la numérotation des rues : les numéros sont progressifs par rapport au sens d'écoulement de la Loire, pour les rues perpendiculaires au fleuve le premier numéro doit être situé le plus près du cours d'eau. Le côté gauche se voit attribuer les numéro pairs, le droit les impairs[2].

Jusqu'en 1958, date à laquelle ils furent supprimés, les plaques de rues mentionnaient également le numéro de l'arrondissement municipal dans lequel la voie se trouvait (cette indication à cependant tendance à disparaitre au fur et mesure du remplacement de ces plaques). Depuis la fin des années 1990, on peut y mentionner désormais le nom de l'un quartiers de la ville, comme c'est le cas notamment sur l'Île de Nantes.

Depuis le , les plaques de rue mentionnant le nom de la rue du Château sont devenues bilingues avec l'ajout de sa dénomination en breton : Straed ar'Chastell. L'objectif, à terme, pour la municipalité, est de multiplier ce type d'initiative pour toutes les voies du quartier historique du Bouffay, ainsi que pour les rues situées à proximité des écoles bilingues français-breton comme Diwan[3],[4].

Liste[modifier | modifier le code]

Sommaire : Haut - A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

A[modifier | modifier le code]

B[modifier | modifier le code]

C[modifier | modifier le code]

D[modifier | modifier le code]

E[modifier | modifier le code]

F[modifier | modifier le code]

G[modifier | modifier le code]

H[modifier | modifier le code]

I[modifier | modifier le code]

J[modifier | modifier le code]

K[modifier | modifier le code]

L[modifier | modifier le code]

M[modifier | modifier le code]

N[modifier | modifier le code]

O[modifier | modifier le code]

P[modifier | modifier le code]

Q[modifier | modifier le code]

R[modifier | modifier le code]

S[modifier | modifier le code]

T[modifier | modifier le code]

U[modifier | modifier le code]

V[modifier | modifier le code]

W[modifier | modifier le code]

X[modifier | modifier le code]

Y[modifier | modifier le code]

  • Rue Yves-Bodiguel
  • Avenue Yves-Even
  • Rue Yves-Marie : Yves-Marie Morault, fils du docteur Joseph Morault, médecin nantais, est mort le 3 avril 1916 dans le bois de la Caillette, près de Verdun. À l'occasion de la création d'un lotissement sur un terrain lui appartenant, Joseph Morault a attribué en hommage à son fils le prénom de celui-ci à une rue. La graphie et le classement alphabétique officiels laissent penser qu'il s'agit d'un prénom suivi d'un patronyme[5].

Z[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Les Noms des rues de Nantes, p. 3
  2. a et b Michel Aussel, Nantes sous la Monarchie de Juillet : 1830-1848 : du mouvement mutualiste aux doctrines politiques, Nantes, Ouest éditions, , 256 p. (ISBN 2-908261-78-2), p. 232-233.
  3. Pascal Roche, « Une plaque de rue en breton : une première à Nantes », sur francebleu.fr, (consulté le 26 janvier 2017)
  4. Pascal Roche, « Nantes. La première plaque de rue bilingue français-breton dévoilée ce jeudi », sur lepeuplebreton.bzh, (consulté le 26 janvier 2017)
  5. Xavier Trochu, 1914-1918 La Grande Guerre (deuxième partie), Montreuil-Bellay, Éditions C.M.D., coll. « Les Dossiers de la mémoire », (ISBN 9782844770622), p. 36

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri de Berranger, Évocation du vieux Nantes, Paris, Les Éditions de Minuit, (réimpr. 1994), 2e éd. (1re éd. 1960), 300 p. (ISBN 2-7073-0061-6, OCLC 312748431).
  • Stéphane Pajot, Nantes histoire de rues, Les Sables d'Olonne, d'Orbestier, , 215 p. (ISBN 978-2-84238-126-4).
  • Jacques Sigot et Jean-Pierre Rault, Les Noms des rues de Nantes - Additif, Montreuil-Bellay, Éditions CMD, coll. « Découverte », , 111 p. (ISBN 9782909826998).
  • Jean-Pierre Rault et Jacques Sigot, Les Noms des rues de Nantes, Montreuil-Bellay, Éditions CMD, coll. « Découverte », , 400 p. (ISBN 9782909826363).
  • Université de Nantes. Service formation continue dont université permanente, Çà et là par les rues de Nantes, Nantes, Reflets du passé, , 207 p. (ISBN 2-86507-016-6).
  • Édouard Pied, Notices sur les rues de Nantes, éd. A. Dugas, Nantes, 1906.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :