La Montagne (Loire-Atlantique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Montagne (homonymie) et La Montagne.
La Montagne
Le Château d'Aux
Le Château d'Aux
Blason de La Montagne
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Arrondissement Nantes
Canton Saint-Brevin-les-Pins
Intercommunalité Nantes Métropole
Maire
Mandat
Pierre Hay
2014-2020
Code postal 44620
Code commune 44101
Démographie
Gentilé Montagnards
Population
municipale
5 995 hab. (2014 en diminution de -0.03 % par rapport à 2009)
Densité 1 647 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 11′ 00″ nord, 1° 41′ 00″ ouest
Altitude Min. 2 m
Max. 38 m
Superficie 3,64 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte administrative de la Loire-Atlantique
City locator 14.svg
La Montagne

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte topographique de la Loire-Atlantique
City locator 14.svg
La Montagne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Montagne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Montagne
Liens
Site web ville-lamontagne.fr

La Montagne est une commune de France, située dans le département de la Loire-Atlantique, en région Pays de la Loire, créée en 1877 par scission de la commune de Saint-Jean-de-Boiseau.

Ses habitants s'appellent les Montagnards et les Montagnardes.

La Montagne comptait 5 995 habitants au recensement de 2014.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de la commune de la Montagne dans le département de la Loire-Atlantique

Situation[modifier | modifier le code]

La Montagne est située sur les coteaux de la rive sud de la Loire, à 12 km du centre de Nantes.

Les communes limitrophes sont Indre, Bouguenais, Bouaye, Brains et Saint-Jean-de-Boiseau.

La Montagne est une des 24 communes de banlieue de l’unité urbaine de Nantes et fait partie du canton de Saint-Brevin-les-Pins.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de La Montagne a pour origine la villa éponyme construit entre 1839 et 1841, par Aristide Demangeat, fils cadet de l’ex-directeur de l’Arsenal d’Indret, qui se trouvait sur une hauteur de la future commune. Cette habitation abrite désormais la mairie.

La Montagne possède un nom en gallo, la langue d'oïl locale : La Montàeyn (écriture ELG)[1].
Ar Menez en breton[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la Bretagne historique, dans le pays traditionnel du pays de Retz et dans le pays historique du Pays nantais.

Le territoire de la commune fait partie de la paroisse de Saint-Jean de Bouguenais, qui devient la commune de Saint-Jean-de-Boiseau en 1789. C'est une communauté essentiellement rurale, mais le développement de l'activité industrielle dès la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle, avec, en particulier, la création de l'arsenal d'Indret en 1777, modifie la donne : le secteur de la Montagne tout proche d'Indret connaît une forte croissance démographique liée à l'afflux d'ouvriers.

Il s'ensuit un certain nombre de problèmes entre la population traditionnelle et les nouveaux venus.

Les 2 et 3 avril 1794, pendant la guerre de Vendée, 209 habitants de Bouguenais sont fusillés par les Républicains près du château d'Aux.

Article détaillé : Massacre du château d'Aux.

En 1868, une nouvelle paroisse est créée pour le secteur de la Montagne, Notre-Dame. Neuf ans après, Saint-Jean-de-Boiseau est démembrée et la commune de la Montagne est créée, le .

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Montagne (La) Blason D'or à trois mouchetures d'hermine à l'ancre de marine de sable brochant sur une roue dentée de gueules posée en abîme, soutenue d'un fasce ondée d'azur[3].
Détails La fasce ondée d'azur est le symbole de la Loire, les mouchetures d'hermine montrent l'attachement à la Bretagne, l'ancre de Marine est le symbole des ouvriers de l'arsenal (auparavant fonderies royales). Ce blason est supporté par deux branches de lauriers qui sont le symbole du drapeau républicain de 1848.
Blason présent sur le site de la commune.
Alias
Alias du blason de Montagne (La)
Coupé : au premier, parti : au premier, d'or à la croix de sable, et au second, de gueules à l'ancre de sable ; au second, d'argent à la fasce ondée d'azur.

* Il y a là non-respect de la règle de contrariété des couleurs : ces armes sont fautives (sable sur gueules). Blason et blasonnement non conformes à ceux présentés sur le site officiel de la commune. Le blason représente : le blasonnement du pays de Retz (d'or à la croix de sable), rappelant l'appartenance de La Montagne au pays de Retz ; une ancre évoquant les chantiers navals ; une onde bleue représentant la Loire. Blason enregistré le 3 octobre 1981.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

L'article histoire des maires de France retrace l'évolution des modalités d'élection ou de nomination des maires de la commune.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1965 mars 1969 Francis Lambourg divers droite puis UDF conseiller général du canton du Pellerin
mars 1969 mars 1977 Pierre Cadeau divers droite  
mars 1977 René Guillard PS  
juin 1995 Francis Lespinet PS puis divers gauche  
mars 2014 Liliane Plantive[4] divers gauche (ex-PCF)  
mars 2014 en cours Pierre Hay divers gauche  
Les données manquantes sont à compléter.

Politique de développement durable[modifier | modifier le code]

La commune a engagé une politique de développement durable en lançant une démarche d'Agenda 21 en 2008[5].

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon le classement établi par l'Insee, La Montagne fait partie de l'aire urbaine, de l'unité urbaine, de la zone d'emploi et du bassin de vie de Nantes[6]. Toujours selon l'Insee, en 2010, la répartition de la population sur le territoire de la commune était considérée comme « intermédiaire » : 99 % des habitants résidaient dans des zones « intermédiaires » et 1 % dans des zones « peu denses »[7].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

La commune est créée en 1877, à partir de Saint-Jean-de-Boiseau.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1876. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[9],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 5 995 habitants, en diminution de -0,03 % par rapport à 2009 (Loire-Atlantique : 5,96 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921
2 106 2 309 2 556 2 404 2 595 2 948 3 080 3 117 2 895
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
2 940 3 232 3 441 3 923 4 136 4 418 5 025 5 165 5 419
1990 1999 2004 2009 2014 - - - -
5 555 5 847 5 974 5 997 5 995 - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11]. Pour le recensement 2004, base Cassini de l'EHESS.)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Les données suivantes concernent l'année 2013. La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (22 %) est en effet inférieur au taux national (22,6 %) et au taux départemental (22,5 %)[12],[13],[14]. À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,4 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %)[12],[13],[14].

Pyramide des âges à La Montagne en 2013 en pourcentage[12]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
1,2 
6,3 
75 à 89 ans
10,4 
12,1 
60 à 74 ans
13,5 
22,1 
45 à 59 ans
21,2 
20,0 
30 à 44 ans
20,8 
15,1 
15 à 29 ans
13,9 
24,0 
0 à 14 ans
18,9 
Pyramide des âges de la Loire-Atlantique en 2013 en pourcentage[13]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
1,3 
5,8 
75 à 89 ans
9,1 
13,5 
60 à 74 ans
14,6 
19,6 
45 à 59 ans
19,2 
20,8 
30 à 44 ans
19,6 
19,4 
15 à 29 ans
17,7 
20,5 
0 à 14 ans
18,5 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Cinéma le Montagnard - la salle en 2013
Cinéma le Montagnard - la salle

Le cinéma Le Montagnard est un cinéma Art et Essai bénévole. C'est dans la même salle que depuis 1919 les bénévoles, de l'association des « Montagnards », assurent régulièrement les projections du cinéma. Celui-ci est né de la volonté de l'abbé Guiho qui fait l'acquisition, en 1919, auprès des surplus de l'armée américaine, d'un appareil de projection Power. Les films muets de l'époque sont accompagnés au piano par un pianiste aveugle : il faut lui indiquer au fur et à mesure la nature des scènes et il joue alors un accompagnement en rapport avec le thème de ces dernières. La salle accueille en 1934 le cinéma parlant, puis le cinémascope en 1954, et témoigne de la grande activité des salles paroissiales de la région. La salle est régulièrement rénovée, pour résister aux crises que traverse le cinéma associatif. Aujourd'hui la salle est équipée en numérique, pour les handicapés, avec une capacité d'accueil de 228 places.

Jumelages[modifier | modifier le code]

La Montagne est jumelée avec :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Villes bretonnes, noms gallo », Geobreizh (consulté le 18 mars 2013)
  2. Office Public de la Langue Bretonne, « Kerofis »
  3. http://armorialdefrance.fr/page_blason.php?ville=11841
  4. Réélue en mars 2008.
  5. FICHE | Agenda 21 de Territoires - La Montagne, consultée le 26 octobre 2017
  6. « Commune de La Montagne (44101) », Insee (consulté le 31 août 2017).
  7. « La grille communale de densité », Insee (consulté le 31 août 2017), données récupérées dans un fichier téléchargeable sous format Excel.
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  12. a, b et c « Chiffres clés Évolution et structure de la population - La Montagne - POP T0-T3 - Population par sexe et âge en 2013 », sur insee.fr, Insee (consulté le 22 septembre 2016).
  13. a, b et c « Résultats du recensement de la population de la Loire-Atlantique - POP T0-T3 - Population par grandes tranches d'âges », sur insee.fr, Insee (consulté le 22 septembre 2016).
  14. a et b « Résultats du recensement de la population française - POP T0-T3 - Population par grandes tranches d'âges », sur insee.fr, Insee (consulté le 22 septembre 2016).