Aller au contenu

La Montagne (Loire-Atlantique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Montagne
La Montagne (Loire-Atlantique)
Le Château d'Aux
Blason de La Montagne
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Arrondissement Nantes
Intercommunalité Nantes Métropole
Maire
Mandat
Fabien Gracia
2020-2026
Code postal 44620
Code commune 44101
Démographie
Gentilé Montagnards
Population
municipale
6 488 hab. (2021 en augmentation de 5,75 % par rapport à 2015)
Densité 1 782 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 11′ 00″ nord, 1° 41′ 00″ ouest
Altitude Min. 2 m
Max. 38 m
Superficie 3,64 km2
Type Centre urbain intermédiaire
Unité urbaine Nantes
(banlieue)
Aire d'attraction Nantes
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Saint-Brevin-les-Pins
Législatives Neuvième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
La Montagne
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
La Montagne
Géolocalisation sur la carte : Vendée
Voir sur la carte topographique de la Vendée
La Montagne
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
Voir sur la carte administrative des Pays de la Loire
La Montagne
Liens
Site web ville-lamontagne.fr

La Montagne est une commune de France, située dans le département de la Loire-Atlantique, en région Pays de la Loire, créée en 1877 par scission de la commune de Saint-Jean-de-Boiseau.

Ses habitants s'appellent les Montagnards et les Montagnardes.

La Montagne comptait 6488 habitants au recensement de 2021.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de la commune de la Montagne dans le département de la Loire-Atlantique

Situation[modifier | modifier le code]

La Montagne est située sur les coteaux de la rive sud de la Loire, à 12 km du centre de Nantes.

La Montagne est une des 24 communes de banlieue de l’unité urbaine de Nantes et fait partie du canton de Saint-Brevin-les-Pins.

Communes limitrophes de La Montagne
Indre
Saint-Jean-de-Boiseau La Montagne Bouguenais
Brains

Transports[modifier | modifier le code]

La Montagne est desservie par 3 lignes de bus (78, 88 et E8) du réseau TAN[1], et par la ligne 301 du réseau régional Aléop[2].

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique franc, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[3]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Bretagne orientale et méridionale, Pays nantais, Vendée, caractérisée par une faible pluviométrie en été et une bonne insolation[4].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 12,1 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 13,5 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 810 mm, avec 12,3 jours de précipitations en janvier et 6,2 jours en juillet[3]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Nantes-Bouguenais », sur la commune de Bouguenais à 5 km à vol d'oiseau[5], est de 12,7 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 819,5 mm[6],[7]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[8].

Statistiques 1991-2020 et records NANTES-BOUGUENAIS (44) - alt : 26m, lat : 47°08'59"N, lon : 1°36'31"O
Records établis sur la période du 01-05-1945 au 03-12-2023
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 3,4 3 4,9 6,6 9,8 12,7 14,3 14,2 11,8 9,5 5,9 3,7 8,3
Température moyenne (°C) 6,4 6,7 9,2 11,4 14,7 17,8 19,7 19,8 17,1 13,5 9,4 6,7 12,7
Température maximale moyenne (°C) 9,3 10,5 13,5 16,2 19,6 23 25,1 25,4 22,4 17,6 12,9 9,8 17,1
Record de froid (°C)
date du record
−13
16.01.1985
−15,6
15.02.1956
−9,6
01.03.05
−2,8
07.04.08
−1,5
01.05.1945
3,8
01.06.06
5,8
10.07.1948
5,6
07.08.1956
2,8
19.09.1952
−3,3
30.10.1997
−6,8
21.11.1993
−10,8
21.12.1946
−15,6
1956
Record de chaleur (°C)
date du record
18,2
27.01.03
22,6
27.02.19
24,2
30.03.21
28,3
30.04.05
32,8
26.05.17
39,1
18.06.22
42
18.07.22
39,6
07.08.20
35,4
09.09.23
30,4
09.10.23
21,8
01.11.15
18,4
04.12.1953
42
2022
Ensoleillement (h) 726 1 023 1 473 1 827 2 034 2 131 229 2 326 1 987 1 227 913 776 18 733
Précipitations (mm) 87,9 67,5 58,4 58,3 61 48,5 44,2 50,3 59,5 88,8 94,1 101 819,5
Source : « Fiche 44020001 », sur donneespubliques.meteofrance.fr, edité le : 06/12/2023 dans l'état de la base


Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Au , La Montagne est catégorisée centre urbain intermédiaire, selon la nouvelle grille communale de densité à sept niveaux définie par l'Insee en 2022[9]. Elle appartient à l'unité urbaine de Nantes[Note 1], une agglomération intra-départementale regroupant 22 communes, dont elle est une commune de la banlieue[Note 2],[10],[11]. Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Nantes, dont elle est une commune de la couronne[Note 3],[11]. Cette aire, qui regroupe 116 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[12],[13].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires artificialisés (62,9 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (54,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones urbanisées (57 %), prairies (15,7 %), zones agricoles hétérogènes (7,9 %), forêts (6,8 %), terres arables (6,7 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (5,9 %)[14]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de La Montagne a pour origine la villa éponyme construite entre 1839 et 1841, par Aristide Demangeat, fils cadet de l’ex-directeur de l’Arsenal d’Indret, qui se trouvait sur une hauteur de la future commune. Cette habitation abrite désormais la mairie.

La Montagne possède un nom en gallo, la langue d'oïl locale : La Montàeyn selon l'écriture ELG[15], ou La Mentagn selon l'écriture MOGA. En gallo, le nom de la commune se prononce [lamɑ̃taɲ][16].

Son nom est traduit Ar Menez en breton (sans trace historique de cette dénomination)[17].

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la Bretagne historique, dans le pays traditionnel du pays de Retz et dans le pays historique du Pays nantais.

Le territoire de la commune fait partie de la paroisse de Saint-Jean de Bouguenais, qui devient la commune de Saint-Jean-de-Boiseau en 1789. C'est une communauté essentiellement rurale, mais le développement de l'activité industrielle dès la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle, avec, en particulier, la création de l'arsenal d'Indret en 1777, modifie la donne : le secteur de la Montagne tout proche d'Indret connaît une forte croissance démographique liée à l'afflux d'ouvriers.

Il s'ensuit un certain nombre de problèmes entre la population traditionnelle et les nouveaux venus.

Les 2 et , pendant la guerre de Vendée, 209 habitants de Bouguenais sont fusillés par les Républicains près du château d'Aux.

En 1868, une nouvelle paroisse est créée pour le secteur de la Montagne, Notre-Dame. Neuf ans après, Saint-Jean-de-Boiseau est démembrée et la commune de la Montagne est créée, le .

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Montagne (La) Blason
D'or à trois mouchetures d'hermine à l'ancre de marine de sable brochant sur une roue dentée de gueules posée en abîme, soutenue d'un fasce ondée d'azur[18].
Détails
La fasce ondée d'azur est le symbole de la Loire, les mouchetures d'hermine montrent l'attachement à la Bretagne, l'ancre de Marine est le symbole des ouvriers de l'arsenal (auparavant fonderies royales). Ce blason est supporté par deux branches de laurier qui sont le symbole du drapeau républicain de 1848.
Blason présent sur le site de la commune.
Alias
Alias du blason de Montagne (La)
Alias du blason de Montagne (La)
Coupé : au premier, parti : au premier, d'or à la croix de sable, et au second, de gueules à l'ancre de sable ; au second, d'argent à la fasce ondée d'azur.
* Il y a là non-respect de la règle de contrariété des couleurs : ces armes sont fautives (sable sur gueules). Blason et blasonnement non conformes à ceux présentés sur le site officiel de la commune. Le blason représente : le blasonnement du pays de Retz (d'or à la croix de sable), rappelant l'appartenance de La Montagne au pays de Retz ; une ancre évoquant les chantiers navals ; une onde bleue représentant la Loire. Blason enregistré le 3 octobre 1981.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Pierre Blandin PCF  
Similien Guérin MRP[20] Contrôleur aux Forges de Basse-Indre
Décédé en fonction
Eugène Guérin    
Francis Lambourg DVD Industriel
Conseiller général du Pellerin (1964 → 1988)
Démissionnaire
Pierre Cadeau[N 1]
(1921-2008)
DVD Technicien à l'Établissement d'Indret
René Guillard[N 2],[21],[22]
(1925-2015)
PS Ajusteur
Démissionnaire
[23] Francis Lespinet[N 3]
(1954-2009)
PS puis DVG[24] Éducateur spécialisé[25]
Vice-président de Nantes Métropole
Démissionnaire
[26] Liliane Plantive[N 4] DVG (ex-PCF) Ancienne secrétaire correspondancière
Vice-présidente de Nantes Métropole
Maire honoraire (2014)[27]
[28],[29] Pierre Hay DVG Retraité[30]
[31] En cours
(au 8 octobre 2022)
Fabien Gracia[32] DVG-ECO Professeur d'éducation physique et sportive[33]
Co-président du groupe écologiste et citoyen
à Nantes Métropole

Politique de développement durable[modifier | modifier le code]

La commune a engagé une politique de développement durable en lançant une démarche d'Agenda 21 en 2008[34].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon le classement établi par l'Insee, La Montagne fait partie de l'aire urbaine, de l'unité urbaine, de la zone d'emploi et du bassin de vie de Nantes[11]. Toujours selon l'Insee, en 2010, la répartition de la population sur le territoire de la commune était considérée comme « intermédiaire » : 99 % des habitants résidaient dans des zones « intermédiaires » et 1 % dans des zones « peu denses »[35].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

La commune est créée en 1877, à partir de Saint-Jean-de-Boiseau.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1876. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[36]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[37].

En 2021, la commune comptait 6 488 habitants[Note 4], en augmentation de 5,75 % par rapport à 2015 (Loire-Atlantique : +6,78 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921
2 1062 3092 5562 4042 5952 9483 0803 1172 895
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
2 9403 2323 4413 9234 1364 4185 0255 1655 419
1990 1999 2004 2006 2009 2014 2019 2021 -
5 5555 8475 9746 0215 9975 9956 2906 488-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[38] puis Insee à partir de 2006[39].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 35,8 %, soit en dessous de la moyenne départementale (37,3 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 22,1 % la même année, alors qu'il est de 23,8 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 3 033 hommes pour 3 228 femmes, soit un taux de 51,56 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (51,42 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[40]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,9 
5,5 
75-89 ans
8,8 
13,3 
60-74 ans
14,0 
22,4 
45-59 ans
22,1 
19,7 
30-44 ans
20,1 
15,2 
15-29 ans
13,7 
23,5 
0-14 ans
19,4 
Pyramide des âges du département de la Loire-Atlantique en 2021 en pourcentage[41]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90 ou +
1,8 
75-89 ans
8,6 
15,1 
60-74 ans
16,4 
19,4 
45-59 ans
18,8 
20,1 
30-44 ans
19,3 
19,2 
15-29 ans
17,4 
19,5 
0-14 ans
17,6 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Le peintre Maurice Loirand (1922 - 2008)
  • Le groupe les Bouskidous.
  • Le militant Jean Cremet (1892-1973)
  • Le dramaturge et poète Bernard Bretonnière

Cinéma[modifier | modifier le code]

Cinéma le Montagnard - la salle en 2013
Cinéma le Montagnard - la salle

Le cinéma Le Montagnard est un cinéma Art et Essai bénévole. C'est dans la même salle que depuis 1919 les bénévoles, de l'association des « Montagnards », assurent régulièrement les projections du cinéma. Celui-ci est né de la volonté de l'abbé Guiho qui fait l'acquisition, en 1919, auprès des surplus de l'armée américaine, d'un appareil de projection Power. Les films muets de l'époque sont accompagnés au piano par un pianiste aveugle : il faut lui indiquer au fur et à mesure la nature des scènes et il joue alors un accompagnement en rapport avec le thème de ces dernières. La salle accueille en 1934 le cinéma parlant, puis le cinémascope en 1954, et témoigne de la grande activité des salles paroissiales de la région. La salle est régulièrement rénovée, pour résister aux crises que traverse le cinéma associatif. Aujourd'hui la salle est équipée en numérique, pour les personnes en situation de handicap, avec une capacité d'accueil de 228 places.

Jumelages[modifier | modifier le code]

La Montagne est jumelée avec :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une unité urbaine est, en France, une commune ou un ensemble de communes présentant une zone de bâti continu (pas de coupure de plus de 200 mètres entre deux constructions) et comptant au moins 2 000 habitants. Une commune doit avoir plus de la moitié de sa population dans cette zone bâtie.
  2. Dans une agglomération multicommunale, une commune est dite de banlieue lorsqu'elle n'est pas ville-centre, à savoir que sa population est inférieure à 50 % de la population de l’agglomération ou de la commune la plus peuplée. Dans le cas de l'unité urbaine de Nantes, il y a une ville-centre et 21 communes de banlieue.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

- - - - -

  1. Réélu en 1971.
  2. Réélu en 1983 et 1989.
  3. Réélu en 1995 et 2001.
  4. Réélue en 2008.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte interactive du réseau TAN
  2. Carte interactive du réseau Aléop
  3. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  4. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  5. « Orthodromie entre La Montagne et Bouguenais », sur fr.distance.to (consulté le ).
  6. « Station Météo-France « Nantes-Bouguenais », sur la commune de Bouguenais - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  7. « Station Météo-France « Nantes-Bouguenais », sur la commune de Bouguenais - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  9. « La grille communale de densité », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  10. « Unité urbaine 2020 de Nantes », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  11. a b et c Insee, « Métadonnées de la commune de La Montagne ».
  12. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Nantes », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  13. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  14. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  15. « Villes bretonnes, noms gallo », Geobreizh (consulté le ).
  16. « ChubEndret — Motier d non d'endret », Chubri (consulté le ).
  17. Office Public de la Langue Bretonne, « Kerofis ».
  18. « Blason… », sur armorialdefrance.fr.
  19. Notice TRAMBLAY Alphonse, Jean-Marie (orthographié parfois TREMBLAY Auguste) , version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 30 novembre 2010
  20. Candidat aux législatives de 1956 sur la « Liste du Mouvement républicain populaire et d'Action sociale familiale et rurale » conduite par Édouard Moisan.
  21. Notice GUILLARD René, Joseph, Pierre par François Prigent, version mise en ligne le 12 février 2010, dernière modification le 2 novembre 2020
  22. « L'ancien maire René Guillard est décédé », Ouest-France,‎ (lire en ligne)
  23. « La Montagne. Après l'élection du nouveau maire : La même équipe d'adjoints », Ouest-France (archives du journal),‎
  24. Exclu du Parti socialiste en 2001.
  25. « La Montagne. Francis Lespinet partant », Le Télégramme,‎ (lire en ligne)
  26. « La Montagne. Liliane Plantive est la première femme maire de la commune », Ouest-France (archives du journal),‎
  27. « Liliane Plantive a été promue maire honoraire », Ouest-France,‎ (lire en ligne)
  28. « Municipales à La Montagne : Pierre Hay nouveau maire de la Montagne », sur nantes.maville.com, Ouest-France, .
  29. « Pierre Hay entame son premier mandat municipal », Ouest-France,‎ (lire en ligne)
  30. « Une retraite active pour Pierre Hay », Ouest-France,‎ (lire en ligne)
  31. Michel Tanneau, « Fabien Gracia élu maire de La Montagne », Ouest-France,‎ (lire en ligne)
  32. Michel Tanneau, « Municipales. La Montagne. Le maire Fabien Gracia entouré de huit adjoints », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  33. [1]
  34. FICHE | Agenda 21 de Territoires - La Montagne, consultée le 26 octobre 2017
  35. « La grille communale de densité », Insee (consulté le ), données récupérées dans un fichier téléchargeable sous format Excel.
  36. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  37. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  38. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  39. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  40. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de la Montagne (44101) », (consulté le ).
  41. Insee, « Évolution et structure de la population en 2021 - Département de la Loire-Atlantique (44) », (consulté le ).