Trentemoult

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Des informations de cet article ou section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans la bibliographie, sources ou liens externes (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des références à l'aide d'appels de notes.

Trentemoult
Maison du quartier des pêcheurs
Maison du quartier des pêcheurs
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Ville Rezé
Démographie
Gentilé Trentemousin, Trentemousine
Géographie
Coordonnées 47° 11′ 41″ Nord 1° 34′ 54″ Ouest / 47.194722, -1.581667
Transport
Bus Ligne de Navibus - Loire  30  36  97 
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nantes

Voir la carte administrative de Nantes
City locator 14.svg
Trentemoult

Géolocalisation sur la carte : Nantes

Voir la carte topographique de Nantes
City locator 14.svg
Trentemoult

Trentemoult est un ancien village de pêcheurs et de marins situé sur la rive gauche de la Loire, faisant partie de la commune de Rezé, au sud de Nantes, en Loire-Atlantique. Ses habitants sont appelés Trentemousins.

Histoire[modifier | modifier le code]

Une île dans les îles[modifier | modifier le code]

Trentemoult se situe dans un ancien ensemble insulaire : les îles de Rezé, cernées au nord par la Loire et au sud par le Seil. Le comblement de ce dernier a mis fin à cette insularité. Les îles de Rezé étaient constituées, de l'amont vers l'aval, de l'île des Chevaliers avec les villages de la Haute-Île et de la Basse-Île, du hameau de North House (appelé localement « Norkiouse ») et enfin de l'île de Trentemoult qui était séparée du reste de celles-ci par un petit cours d'eau : le Courtil-Brisset. Trentemoult concentrant l'essentiel de la population, le nom de l'île était souvent utilisé pour désigner l'ensemble des îles de Rezé, du reste habitées par les mêmes familles durant des siècles.

Selon la tradition, le village devrait son nom à un exploit guerrier qui eut lieu lors du siège de Nantes par les Normands au IXe siècle : trente braves auraient combattu contre des hommes du Nord. Moins épique mais peut-être plus crédible, « Trentemoult » pourrait être également issu de « trente moux » c’est-à-dire trente tertres.

L'île des pêcheurs[modifier | modifier le code]

Les trentemousins avaient la caractéristique, jusqu'au début du XIXe siècle, de vivre presque entièrement de la pratique de la pêche. Ils bénéficiaient notamment de ce privilège dans l'estuaire de la Loire, octroyé en 1397 par le duc de Bretagne Jean IV[1].

Les pêcheurs de Trentemoult embarquaient dans des petites barques à fond plat, appelées barges, à deux pour la pêche en Loire et à trois pour celle en mer[1]. Pour cette dernière, ils n'hésitaient pas à s'aventurer jusqu'à La Rochelle et Lorient. À l'automne, ils se rendaient dans la baie de Mesquer pour la pêche au hareng. Les années 1756 et 1757 furent exceptionnelles et auraient rapporté un produit cumulé de plus de 300 000 livres à la communauté, une véritable fortune.

L'île des capitaines[modifier | modifier le code]

Le port de plaisance en 2010
Publicité murale Lefèvre-Utile, Trentemoult

Au début du XIXe siècle, les marins trentemousins délaissent progressivement la pêche au profit du commerce maritime : cabotage puis long-cours. Trentemoult devient ainsi, et ce pendant tout le siècle, un des principaux foyers de recrutement d'officiers de commerce pour le port de Nantes[1]. Parmi ce grand nombre de capitaines trentemousins, on peut citer les noms de Julien Chauvelon, capitaine du Belem pendant 13 ans, ou de Georges Aubin, à qui l'on doit plusieurs récits de voyages maritimes.

Parallèlement, pour répondre à la demande de ces capitaines, des chantiers navals se développent dans les îles, à Trentemoult d'abord, puis à Norkiouse par manque de place : les principaux étant les chantiers Chauvelon et Lemerle dans la première moitié du XIXe siècle, Boju, Clergeau et Tillé dans la seconde moitié. À l'apogée des chantiers, ce sont des bricks et des trois-mâts qui sortent des cales trentemousines.

Déclin et renaissance[modifier | modifier le code]

À la fin du XIXe siècle, le village est un lieu prisé par les Nantais : la création de la ligne des roquios en 1887 permet d'accéder plus facilement aux régates, baignades et guinguettes. Mais, parallèlement, la population résidente est devenue ouvrière, principalement main d'œuvre pour les chantiers navals de Nantes. En 1946, Trentemoult est considéré comme insalubre, et en 1970 la ligne des roquios est abandonnée[1].

En 1979, la création d'un port de plaisance relance l'intérêt pour le site. Le tournage du film La Reine blanche, en 1990, rend le village de nouveau attractif et le prix de l'immobilier y augmente. La liaison fluviale avec Nantes est rétablie en 2005. Bien que le village dépende de Rezé, l'office de tourisme l'intègre dans ses propositions de visite, signe de l'attrait retrouvé de Trentemoult[1].

Habitat[modifier | modifier le code]

Maisons de capitaines à Trentemoult

Les maisons traditionnelles des pêcheurs, adaptées aux crues de la Loire, étaient généralement construites sur trois niveaux. Le premier, inondable, était occupé par le cellier, la pièce d’habitation étant au deuxième niveau. Le dernier niveau était occupé par un grenier qui pouvait parfois communiquer avec les greniers mitoyens, permettant ainsi aux voisins de se rencontrer sans avoir besoin d'utiliser des embarcations. Les escaliers étaient en principe extérieurs pour accéder directement à la pièce d'habitation lors des inondations. Ces derniers étaient cependant parfois doublés par un escalier intérieur. La construction des quais (« Surcouf » à partir de 1850, « Marcel-Boissard » entre 1860 et 1888) a réduit les risques de débordement du fleuve. Les dernières grandes crues mémorables sont celles de 1910 et 1935.

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, des capitaines, dont des Cap-horniers, se sentant à l'étroit dans les maisons de pêcheurs, se sont fait construire autour du vieux village des maisons bourgeoises, pourvues de jardins d'agréments caractérisés par la présence de plantes exotiques ramenées de leurs lointains voyages.

De nos jours, le quartier des pêcheurs a la particularité d'avoir des maisons colorées aux façades originales et personnalisées. Devenu un quartier « branché » de l'agglomération nantaise, nombre d'artistes et de familles relativement aisées s'y sont établis.[réf. nécessaire]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Le cinéaste Jean-Loup Hubert est venu y tourner La Reine blanche avec Catherine Deneuve en 1990. Certains vestiges de décoration mise en place pour l'occasion subsistent en 2009[2]. Claude Chabrol est également venu y tourner La Demoiselle d'honneur en 2005.

Trentemoult inspire encore les jeunes cinéastes, par exemple pour le court-métrage Trentemoult[3].

Navettes fluviales[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Ligne de Navibus - Loire.

En 1887, un steamer baptisé Roquio et venant de Nantes accoste pour la première fois au quai de Trentemoult. C'est le début d'une aventure qui va durer jusqu'en 1970.

Depuis 2005, deux Navibus (L'Ile de Nantes et le Chantenay) assurent à nouveau la liaison avec la gare maritime du centre de Nantes, rappelant l'époque où le Roquio était l'un des modes de traversée de la Loire.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e André Péron, « Tentemoult », dans Dominique Amouroux, Alain Croix, Thierry Guidet, Didier Guivarc'h (dir.) et al., Dictionnaire de Nantes, Nantes, Presses universitaires de Rennes, (ISBN 978-2-7535-2821-5), p. 981.
  2. Catherine Olart (photogr. Laurent Allenou), Nantes secret et insolite, Paris, Les Beaux Jours/Compagnie parisienne du livre, , 176 p. (ISBN 978-2-35179-040-3), p. 166.
  3. « Trentemoult » (consulté le 7 septembre 2011).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Daniel Auduc, Trentemoult et les îles, Nantes, Éditions du Petit véhicule, coll. « Le carré de l'imaginaire », , 141 p. (ISBN 2-84273-383-5).
  • Vincent Bugeaud, Quand les bargers se font monnayeurs : une "aristocratie" chez les pêcheurs de l'estuaire de la Loire au XVIIIe siècle, in Annales de Bretagne, tome 112, 2005, no 4, p. 43-84.
  • Vincent Bugeaud, Les bargers de Trentemoult et la pêche des harengs sur les côtes guérandaises au XVIIIe siècle, in Les cahiers du Pays de Guérande, no 46, 2007, p. 79-85.
  • Vincent Bugeaud, Trentemoult et Haïti au XIXe siècle : Un réseau familial dans le négoce du café , in L'Ami de Rezé, no 57, 2009, p. 2-26.
  • Michel Kervarec, Rezé pendant la Révolution et l'Empire, ACL Éditions, 1987.
  • Michel Kervarec, Rezé au XIXe siècle, ACL Éditions, 1987.
  • Serge Plat, Des roquios aux navibus, Coiffard édition, 2010.

Romans[modifier | modifier le code]

  • Georges Aubin, Les hommes en suroît, Flammarion, 1963.
  • Marcelle Gaston-Martin, La Belle Trentemousine, Rieder, 1934.
  • Jean-Claude Caron, Le trésor de Trentemoult, et autres histoires, Sargasses, 2010, lire en ligne.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :