Prophétie de saint Malachie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Édition du Lignum Vitæ, 1595,
p. 311.

La prophétie de saint Malachie ou prophétie des papes est un texte ésotérique, traduit en latin, de type prophétique et eschatologique, que son premier éditeur attribue à Malachie d'Armagh (1094-1148), évêque d'Irlande.

Historique[modifier | modifier le code]

Premier conclave de 1590[modifier | modifier le code]

Avant même l'apparition de ce texte, des « roues » avec gravures et devises énigmatiques avaient circulé pour influencer les participants à plusieurs conclaves[1].

Date de rédaction et inspiration[modifier | modifier le code]

Le père jésuite Claude-François Ménestrier publie en 1689 une Réfutation des prétendues prophéties de saint Malachie, s'interrogeant sur le fait que personne n'a entendu parler de cette prophétie pendant quatre siècles et demi avant son apparition en 1590 ; il observe qu'elle ne tient pas compte de tous les antipapes et que les devises antérieures à 1590 sont des jeux de mots précis sur le nom, l'origine ou les armes des papes, tandis que celles postérieures à 1590 ne sont que des évocations du type de règne que les papes vont mener[2].

L'historien Jacques Halbronn fait remarquer que l'un des chapitres du Siracide comporte de nombreux éléments ayant servi pour les dernières devises[3].

Importance[modifier | modifier le code]

Il est généralement admis par les historiens que la prophétie a en fait été créée de toutes pièces à la fin du XVIe siècle. Ni reconnue ni condamnée par l'Église[4], elle est régulièrement évoquée lors des élections pontificales et donne lieu à des spéculations variées notamment à propos de la fin de la papauté ou de la fin du monde[5].

Dernier pape[modifier | modifier le code]

Selon les hypothèses, Pierre le Romain est présenté comme le dernier pape (qui pourrait être le pape François[5], élu en 2013).

Attribution des devises[modifier | modifier le code]

Il semble que les devises et les explications aient en fait été écrites par la même personne, au XVIe siècle[6].

Papes et antipapes de 1143 à 1595[modifier | modifier le code]

O'Brien a affirmé que les papes suivants étaient ceux auxquels la prophétie faisait référence. Le texte original des devises (en gras), du nom du pape et des explications — y compris l'orthographe et la ponctuation — est reproduit dans les lignes bleues (grises pour les antipapes).

La ligne d'en dessous contient la numérotation, une traduction et des commentaires, non présents dans l'édition originale.

Papes et antipapes de 1143 à 1590 (pré-publication)
  Devise (Traduction) Nom de règne (dates) Nom Explication de Lignum Vitæ Armoiries
Ex caſtro Tiberis. Cœleſtinus. ij. Typhernas.
1. Du château du Tibre Célestin II
(1143–1144)
Guido de Castello Un habitant de Tifernum.
Célestin II est né à Città di Castello — anciennement appelée Tifernum-Tiberinum — sur les rives du Tibre[7].
Inimicus expulſus. Lucius. ij. De familia Caccianemica.
2. L'ennemi chassé Lucius II
(1144–1145)
Gherardo Caccianemici del Orso De la famille Caccianemici.
Selon Wion, cette devise fait référence au nom de famille de Lucius II, Caccianemici : en italien, « Cacciare » signifie « expulser » et « nemici » se traduit par « ennemis »[8]. Bien qu'on considère traditionnellement qu'il ait appartenu à cette famille, il est peu vraisemblable que ce soit réellement le cas. De plus, même s'il avait fait partie de cette famille, le surnom Caccianemici est certainement postérieur à sa mort[9].
Ex magnitudine mõtis. Eugenius. iij. Patria Ethruſcus oppido Montis magni.
3. De la grandeur de la montagne Eugène III
(1145–1153)
Bernardo dei Paganelli di Montemagno Toscan, de la ville de Montemagno.
Selon Wion, la devise se rapporte à la ville natale d'Eugène III, Montemagno, un village près de Pise[10]. D'autres sources indiquent qu'il est né à Pise, au sein d'une famille modeste[11],[12],[13].
Abbas Suburranus. Anaſtaſius. iiij. De familia Suburra.
4. L'abbé de Subure Anastase IV
(1153–1154)
Corrado di Suburra D'une famille de Subure[10].
Né à Rome, dans le quartier de Subure.
De rure albo. Adrianus. iiij. Vilis natus in oppido Sancti Albani.
5. De la campagne blanche Adrien IV
(1154–1159)
Nicholas Breakspear Né humblement dans la ville de St Albans
Référence au lieu de naissance d'Adrien IV, près de St Albans dans le Hertfordshire[14]. Adrien IV fut également évêque d'Albano. Bien que traditionnellement présenté comme le supérieur des chanoines de l'abbaye Saint-Ruf d'Avignon, plusieurs historiens ont depuis établi qu'il appartenait en fait au clergé séculier[15].
Ex tetro carcere. Victor. iiij. Fuit Cardinalis S. Nicolai in carcere Tulliano.
6. D'un affreux cachot Victor IV
(antipape)
(1159–1164)
Ottaviano Monticello Il était cardinal de Saint-Nicolas en prison.
Victor IV a été cardinal de San Nicola in Carcere, une basilique romaine dont le nom signifie Saint-Nicolas en prison, de 1138 à 1151[16]. Par ailleurs, soutenu par l'empereur Frédéric Ier, il fit jeter en prison le véritable pape, Alexandre III.
Via Tranſtiberina. Calliſtus. iij. [sic] Guido Cremenſis Cardinalis S. Mariæ Tranſtiberim.
7. La route au-delà du Tibre Calixte III
(antipape)
(1168–1178)
Giovanni de Struma Guido da Crema, cardinal de Sainte-Marie-du-Trastevere
Wion intervertit les noms et l'ordre des antipapes Calixte III (Giovanni de Struma) et Pashal III (Guido da Crema). C'est en effet Pascal, et non Calixte, qui est né Guido da Crema et qui a porté le titre de Sainte-Marie-du-Trastevere ; la devise s'applique donc à Pascal III[17].
De Pannonia Thuſciæ. Paſchalis. iij. [sic] Antipapa. Hungarus natione, Epiſcopus Card. Tuſculanus.
8. De la Pannonie de Toscane Pascal III
(antipape)
(1164–1168)
Guido da Crema Antipape. Hongrois de naissance, cardinal-évêque de Tusculum.
Comme mentionné ci-dessus, cette devise ne s'applique pas à Pascal III mais à Calixte III qui est peut-être né en Hongrie, ancienne Pannonie[17]. Toutefois, Calixte était cardinal-évêque d'Albano, pas de Tusculum[18].
Ex anſere cuſtode. Alexander. iij. De familia Paparona.
9. De l'oie protectrice Alexandre III
(1159–1181)
Rolando Bandinelli De la famille Paparoni.
Alexandre III est connu pour faire partie de la famille Bandinelli, connue plus tard sous le nom de famille Paparona, dont les armoiries représentaient une oie. Il existe toujours un débat au sujet de l'appartenance d'Alexandre III à cette famille[19].
Lux in oſtio. Lucius. iij. Lucenſis Card. Oſtienſis.
10. La lumière à la porte d'entrée (ou à l'embouchure) Lucius III
(1181–1185)
Ubaldo Allucingoli Un cardinal d'Ostie originaire de Lucques.
La devise est un jeu de mots sur « Lucius » ou « Lucca » — nom de la ville de Lucques en italien — et « Ostie ». Lucius III fut cardinal-évêque d'Ostie de 1158 à 1181[20].
Sus in cribro. Vrbanus. iij. Mediolanenſis, familia cribella, quæ Suem pro armis gerit.
11. Le porc sur un tamis Urbain III
(1185–1187)
Uberto Crivelli Un Milanais, de la famille Cribella (Crivelli), qui porte un cochon sur ses armoiries.
Le nom de famille d'Urbain III Crivelli signifie en italien « crible » ou « tamis ». Les armoiries de sa famille comportaient un crible et deux cochons[21].
Enſis Laurentii. Gregorius. viij. Card. S. Laurentii in Lucina, cuius inſignia enſes falcati.
12. Le glaive de Laurent Grégoire VIII
(1187)
Alberto di Morra Cardinal de San Lorenzo in Lucina, dont les armoiries sont des épées courbées.
Grégoire VIII était cardinal-prêtre de la basilique San Lorenzo in Lucina, et ses armoiries représentaient des épées entrecroisées[22]. De plus, en 1187, dans la bulle pontificale Audita tremendi[23], il exhorte la chrétienté à reprendre l'épée contre Saladin qui vient de reprendre Jérusalem et appelle à la troisième croisade.
De Schola exiet[24]. Clemens. iij. Romanus, domo Scholari.
13. Il sortira de l'école Clément III
(1187–1191)
Paolo Scolari Un Romain, de la maison de Scolari.
Cette devise est un jeu de mots sur le nom de famille de Clément III, « scolari » signifiant « élèves » en italien[25].
De rure bouenſi. Cœleſtinus. iij. Familia Bouenſi.
14. De la campagne aux bœufs (ou aux vaches) Célestin III
(1191–1198)
Giacinto di Pietro di Bobone De la famille Bovensi
La référence aux bœufs est un jeu de mot sur le nom de famille de Célestin III, Bobone[26].
Comes Signatus. Innocentius. iij. Familia Comitum Signiæ.
15. Le comte de Segni Innocent III
(1198–1216)
Lotario dei Conti di Segni Famille des comtes de Signia (Segni)
Référence directe au nom de famille d'Innocent III[27].
C o a Innocenzo III.svg
Canonicus de latere. Honorius. iij. Familia Sabella, Canonicus S. Ioannis Lateranensis.
16. Le chanoine issu du flanc (ou du côté) Honorius III
(1216–1227)
Cencio Savelli De la famille Savelli, chanoine de Saint-Jean-de-Latran
L'affirmation de Wion selon laquelle Honorius III a été chanoine de la basilique Saint-Jean-de-Latran est contestée par un certain nombre d'historiens[25]. La devise est un jeu de mots sur le nom de la basilique.
C o a Onorio IV.svg
Auis Oſtienſis. Gregorius. ix. Familia Comitum Signiæ Epiſcopus Card. Oſtienſis.
17. L'oiseau d'Ostie Grégoire IX
(1227–1241)
Ugolino dei Conti di Segni De la famille des comtes de Segni, cardinal-évêque d'Ostie.
Avant son élection à la papauté, Ugolino dei Conti était cardinal-évêque d'Ostie, et un aigle était représenté sur ses armoiries[28].
C o a Innocenzo III.svg
Leo Sabinus. Cœleſtinus iiij. Mediolanenſis, cuius inſignia Leo, Epiſcopus Card. Sabinus.
18. Le lion sabin Célestin IV
(1241)
Goffredo Castiglioni Milanais, dont les armes représentent un lion, cardinal-évêque de Sabina.
Célestin IV était cardinal-évêque de Sabina[29] et portait un lion sur ses armoiries[30].
C o a Celestino IV.svg
Comes Laurentius. Innocentius iiij. domo flisca, Comes Lauaniæ, Cardinalis S. Laurentii in Lucina.
19. Le comte Laurent Innocent IV
(1243–1254)
Sinibaldo Fieschi De la maison Flisca (Fieschi), comte de Lavagna, cardinal de San Lorenzo in Lucina.
Wion explique que la devise fait référence au père d'Innocent IV, le comte de Lavagna, et à son titre de cardinal-prêtre de la basilique San Lorenzo in Lucina[30]
C o a Adriano V.svg
Signum Oſtienſe. Alexander iiij. De comitibus Signiæ, Epiſcopus Card. Oſtienſis.
20. L'étendard d'Ostie Alexandre IV
(1254–1261)
Rinaldo Conti di Segni Des comtes de Segni, cardinal-évêque d'Ostie.
Alexandre IV était cardinal-évêque d'Ostie et membre de la famille Conti-Segni[30], comme son oncle Grégoire IX et le pape Innocent III.
C o a Innocenzo III.svg
Hieruſalem Campanię. Vrbanus iiii. Gallus, Trecenſis in Campania, Patriarcha Hieruſalem.
21. La Jérusalem de Champagne Urbain IV
(1261–1264)
Jacques Pantaléon Du pays de France, de Troyes en Champagne, Patriarche de Jérusalem.
La devise fait référence au lieu de naissance d'Urbain IV, Troyes en Champagne, ainsi qu'à son titre de Patriarche de Jerusalem[31].
C o a Urbano IV.svg
Draco depreſſus. Clemens iiii. cuius inſignia Aquila vnguibus Draconem tenens.
22. Le dragon abaissé Clément IV
(1265–1268)
Gui Foucois Dont le blason représente un aigle tenant un dragon dans ses serres.
Les armes de Clément IV représentent un aigle tenant un dragon dans ses serres[32].
C o a Clemente IV.svg
Anguinus uir. Gregorius. x. Mediolanenſis, Familia vicecomitum, quæ anguẽ pro inſigni gerit.
23. L'homme semblable au serpent Grégoire X
(1271–1276)
Tebaldo Visconti Un Milanais, de la famille Visconti, qui porte un serpent sur ses armoiries.
Le blason de la famille Visconti représente un serpent en train de dévorer un enfant mâle. Les sources divergent quant au fait que Grégoire X ait repris les armes de sa famille comme armoiries papales[33].
C o a Gregorio X.svg
Concionator Gallus. Innocentius. v. Gallus, ordinis Prædicatorum.
24. Le prédicateur français Innocent V
(1276)
Pierre de Tarentaise Un Français, de l'ordre des prédicateurs.
Innocent V naît dans les États de Savoie, actuellement le Sud-Est de la France, et fut professeur au collège de Sorbonne[34].
C o a Innocenzo V.svg
Bonus Comes. Adrianus. v. Ottobonus familia Fliſca ex comitibus Lauaniæ.
25. Le bon comte Adrien V
(1276)
Ottobono de Fieschi Ottobono, de la famille Fieschi, des comtes de Lavagna.
La famille Fieschi règne sur le comté de Lavagna. La devise comporte également un jeu de mots sur le prénom d'Adrien V, Ottobono[35].
C o a Adriano V.svg
Piſcator Thuſcus. Ioannes. xxi. antea Ioannes Petrus Epiſcopus Card. Tuſculanus.
26. Le pêcheur toscan Jean XXI
(1276–1277)
Pedro Julião Anciennement Jean Pierre, cardinal-évêque de Tusculum.
Jean XXI a reçu comme nom de baptême le prénom de saint Pierre, qui était pêcheur. Il a également été cardinal-évêque de Tusculum[36].
C o a Giovanni XXI.svg
Roſa compoſita. Nicolaus. iii. Familia Vrſina, quæ roſam in inſigni gerit, dictus compoſitus.
27. La rose bien arrangée Nicolas III
(1277–1280)
Giovanni Gaetano Orsini De la famille Ursina (Orsini), dont les armoiries portent une rose.
Nicolas III, membre de la famille Orsini, reprend comme armoiries papales les armes de sa famille, à peine modifiées, avec une rose sur le chef de son blason[36].
C o a Niccolo III.svg
Ex teloneo liliacei Martini. Martinus. iiii. cuius inſignia lilia, canonicus, & theſaurarius S. Martini Turonen[sis].
28. Du bureau de percepteur de Saint-Martin-des-Lys Martin IV
(1281–1285)
Simon de Brion Dont les armes sont des lys, chanoine et trésorier de Saint-Martin de Tours.
Martin IV était chanoine et trésorier de Saint-Martin de Tours, en France[37]. Toutefois, l'assertion de Wion concernant les fleurs de lys des armoiries de Simon de Brion est incorrecte[38].
C o a Martino IV.svg
Ex roſa leonina. Honorius. iiii. Familia Sabella inſignia roſa à leonibus geſtata.
29. De la rose du lion Honorius IV
(1285–1287)
Giacomo Savelli De la famille Sabella (Savelli), ses armes représentent un rose portée par des lions.
Les armoiries d'Honorius IV — celles de la famille Savelli dont il est issu — représentent au chef du blason une rose et deux lions[39].
C o a Onorio IV.svg
Picus inter eſcas. Nicolaus. iiii. Picenus patria Eſculanus[40].
30. Le griffon parmi les aliments Nicolas IV
(1288–1292)
Girolamo Masci Un Picénien, originaire d'Asculum (Ascoli).
Cette devise est vraisemblablement un obscur jeu de mots sur le lieu de naissance de Nicolas IV, Ascoli, dans le Picenum[39].
C o a Niccolo IV.svg
Ex eremo celſus. Cœleſtinus. v. Vocatus Petrus de morrone Eremita.
31. Issu du désert, d'où il a été élevé Célestin V
(1294)
Pietro de Morrone Appelé Pierre de Morrone, un ermite.
Avant son élection, Célestin V était un moine ermite (eremita, littéralement un habitant de l'eremus, le désert)[41].
C o a Celestino V.svg
Ex undarũ bn̑dictione. Bonifacius. viii. Vocatus prius Benedictus, Caetanus, cuius inſignia undæ.
32. De la bénédiction des flots Boniface VIII
(1294–1303)
Benedetto Caetani Anciennement nommé Benoît, de Gaeta, dont les armes portent des vagues.
Les armes de Boniface VIII sont traversées par « une jumelle ondée d'azur », deux lignes de vagues parallèles. La devise constitue également un jeu de mots sur le lieu de naissance de Boniface VIII — il a vu le jour à Gaeta, ville maritime du Latium — et sur son prénom — Benedetto signifie également béni[42].
C o a Bonifacio VIII.svg
Concionator patereus. Benedictus. xi. qui uocabatur Frater Nicolaus, ordinis Prædicatorum.
33. Le prêcheur de Patare Benoît XI
(1303–1304)
Niccolò di Boccassio Qu'on appelait Frère Nicolas, de l'ordre des Prêcheurs.
Benoît XI était membre de l'ordre des Prêcheurs, et son homonyme Nicolas de Myre (saint Nicolas) est né à Patara[6].
C o a Benedetto XI.svg
De feſſis aquitanicis. Clemens V. natione aquitanus, cuius inſignia feſſæ erant.
34. Des fasces d'Aquitaine Clément V
(1305–1314)
Bertrand de Got Aquitain de naissance, dont les armes sont des fasces.
Clément V était évêque de Saint-Bertrand-de-Comminges en Aquitaine, avant de devenir archevêque de Bordeaux, toujours en Aquitaine. Ses armoiries comportent trois barres horizontales, appelées « fasces » en langage héraldique[43],[44].
C o a Clemente V.svg
De ſutore oſſeo. Ioannes XXII. Gallus, familia Oſſa, Sutoris filius.
35. D'un cordonnier osseux Jean XXII
(1316–1334)
Jacques Duèze Un Français, de la famille Ossa, fils d'un cordonnier.
Le nom de famille de Jean XXII était Duèze ou d'Euse, le second pouvant être traduit en latin par « Ossa » (littéralement « des os »), le nom que Wion mentionne. La croyance populaire qui veut qu'Arnaud Duèze — le père de Jean XXII — ait été cordonnier ne s'appuie sur aucun élément tangible[45] : il était banquier.
C o a Giovanni XXII.svg
Coruus ſchiſmaticus. Nicolaus V. qui uocabatur F. Petrus de corbario, contra Ioannem XXII. Antipapa Minorita.
36. Le corbeau schismatique Nicolas V
(antipape)
(1328–1330)
Pietro Rainalducci di Corvaro Il était appelé Frère Pierre de Corbarium (Corvaro), l'antipape franciscain opposé à Jean XXII.
La devise est un jeu de mots qui fait référence au nom de famille de Pietro di Corvaro[46].
Frigidus Abbas. Benedictus XII. Abbas Monaſterii fontis frigidi.
37. L'abbé froid Benoît XII
(1334–1342)
Jacques Fournier Père abbé du monastère de la source froide.
Benoît XII était le supérieur de l'abbaye Sainte-Marie de Fontfroide, littéralement « la source froide »[47].
C o a Benedetto XII.svg
De roſa Attrebatenſi. Clemens VI. Epiſcopus Attrebatenſis, cuius inſignia Roſæ.
38. De la rose d'Arras Clément VI
(1342–1352)
Pierre Roger de Beaufort Évêque d'Arras, dont les armoiries sont des roses.
Clément VI fut évêque d'Arras (en latin, Episcopus Attrebatensis) et il y avait six roses sur les armoiries papales[48].
C o a Gregorio XI.svg
De mõtibus Pãmachii. Innocentius VI. Cardinalis SS. Ioannis & Pauli. T. Panmachii, cuius inſignia ſex montes erant.
39. Des montagnes de Pammaque Innocent VI
(1352–1362)
Étienne Aubert Cardinal de Saint-Jean-et-Saint-Paul, Titulus de Pammachus, dont les armes représentent six montagnes.
Innocent VI était cardinal-prêtre de la basilique Santi Giovanni e Paolo, fondée par Pammaque. Wion et Panvinio décrivent ses armes comme représentant six montagnes[49].
C o a Innocenzo VI.svg
Gallus Vicecomes. Vrbanus V. nuncius Apoſtolicus ad Vicecomites Mediolanenſes.
40. Le vicomte français Urbain V
(1362–1370)
Guillaume de Grimoard Nonce apostolique auprès des Visconti de Milan.
Urbain V était français[50]. Wion indique qu'il fut nonce apostolique auprès des Visconti de Milan[51].
C o a Urbano V.svg
Nouus de uirgine forti. Gregorius XI. qui uocabatur Petrus Belfortis, Cardinalis S. Mariæ nouæ.
41. L'homme nouveau né d'une jeune fille courageuse Grégoire XI
(1370–1378)
Pierre Roger de Beaufort Appelé Belfortis (Beaufort), cardinal de Sainte-Marie-la-Nouvelle.
La devise fait référence à la fois au nom de famille de Grégoire XI et à son titre de cardinal de Santa Maria Nuova[52].
C o a Gregorio XI.svg
Decruce Apoſtolica. [sic] Clemens VII. qui fuit Preſbyter Cardinalis SS. XII. Apoſtolorũ cuius inſignia Crux.
42. De la croix des apôtres Clément VII
(antipape)
(1378–1394)
Robert de Genève Qui était cardinal-prêtre des Saints-Apôtres, dont les armes étaient une croix.
Les armoiries de Clément VII représentent une croix, et il était cardinal-prêtre des Saints-Apôtres[53].
C o a Clemente VII (Avignone).svg
Luna Coſmedina. Benedictus XIII. antea Petrus de Luna, Diaconus Cardinalis S. Mariæ in Coſmedin.
43. La lune du Cosmedin Benoît XIII
(antipape)
(1394–1423)
Pedro de Luna Anciennement Pedro de Luna, cardinal-diacre de Sainte-Marie-du-Cosmedin.
La devise cite le nom de Benoît XIII, ainsi que son titre de cardinal-diacre de Sainte-Marie-du-Cosmedin[54].
C o a Benedetto XIII (Avignone).svg
Schiſma Barchinoniũ. Clemens VIII. Antipapa, qui fuit Canonicus Barchinonenſis.
44. Le schisme des Barcelonais Clément VIII
(antipape)
(1423–1429)
Gil Sanchez Muñoz y Carbón Antipape qui fut chanoine de Barcelone, nommée Barcino en latin[54].
De inferno prægnãti. Vrbanus VI. Neapolitanus Pregnanus, natus in loco quæ dicitur Infernus.
45. De l'enfer fécond Urbain VI
(1378–1389)
Bartolomeo Prignano Natif de Naples, né dans un lieu appelé l'Enfer.
Le nom de famille d'Urbain VI était Prignano, et il était né dans un quartier de Naples, appelé Inferno (l'Enfer). La devise est un double jeu de mots sur ces faits[55].
C o a Urbano VI.svg
Cubus de mixtione. Bonifacius. IX. familia tomacella à Genua Liguriæ orta, cuius inſignia Cubi.
46. Le cube formé d'un mélange Boniface IX
(1389–1404)
Pietro Tomacelli De la famille Tomacelli, qui vient de Gênes en Ligurie, dont les armes étaient des cubes.
Les armoiries de Boniface IX comportent une bande en damier[56]. Aucune source ne confirme les liens entre Boniface IX et la ville de Gênes en Ligurie.
C o a Bonifacio IX.svg
De meliore ſydere. Innocentius. VII. uocatus Coſmatus de melioratis Sulmonenſis, cuius inſignia ſydus.
47. D'un astre meilleur Innocent VII
(1404–1406)
Cosimo de' Migliorati Appelé Cosimo de Migliorati de Sulmona, dont les armes représentent une étoile.
La devise est un jeu de mots basé sur le nom d'Innoncent VII, « meilleur » (melior), et sur ses armoiries, sur lesquelles est représentée une étoile filante[56]. L'explication donne bien le lieu de naissance d'Innocent VII, Sulmona, ville italienne des Abruzzes.
C o a Innocenzo VII.svg
Nauta de Ponte nigro. Gregorius XII. Venetus, commendatarius eccleſiæ Nigropontis.
48. Le nautonier venu de Négrepont Grégoire XII
(1406–1415)
Angelo Correr Un Vénitien, commendataire de l'église de Negroponte.
Grégoire XII est né à Venise — d'où le terme marin, ici dans le sens qui vient de la mer. Il était également commendataire de Chalcis, ville alors appelée Negroponte (en français : Négrepont)[57].
C o a Gregorio XII.svg
Flagellum ſolis. Alexander. V. Græcus Archiepiſcopus Mediolanenſis, inſignia Sol.
49. Le fouet du soleil Alexandre V
(antipape)
(1409–1410)
Pietro Filargo da Candia Un Grec, archevêque de Milan, dont les armes sont un soleil.
On trouve un soleil sur les armes d'Alexandre V, la forme ondulée des rayons peut expliquer la référence au fouet[58],[59]. Il est archevêque de Milan de 1402 à 1409.
C o a Alexandre V (Pisa).svg
Ceruus Sirenæ. Ioannes XXIII. Diaconus Cardinalis S. Euſtachii, qui cum ceruo depingitur, Bononiæ legatus, Neapolitanus.
50. Le cerf de la sirène Jean XXIII
(antipape)
(1410–1415)
Baldassarre Cossa Cardinal-diacre de Saint-Eustache, qui est représenté avec un cerf, légat de Bologne, un napolitain.
Jean XXIII était cardinal-diacre de Saint-Eustache dont la basilique est dédiée à Eustache de Rome souvent représenté avec un cerf. Jean XXIII est originaire de Naples, ville autrefois symbolisée par les sirènes de l'Odyssée, et a été légat de Bologne[58].
C o a Giovanni XXIII (Pisa).svg
Corona ueli aurei. Martinus V. familia colonna, Diaconus Cardinalis S. Georgii ad uelum aureum.
51. La couronne du voile d'or Martin V
(1417–1431)
Oddone Colonna De la famille Colonna, cardinal-diacre de San Giorgio in Velabro.
La devise est une référence à la famille de Martin V, la famille Colonna, dont les armoiries représentent une colonne surmontée d'une couronne, et à son titre cardinalice de San Giorgio in Velabro, qu'on peut traduire par « Saint Georges du Voile d'or »[60],[61]
C o a Martino V.svg
Lupa Cœleſtina. Eugenius. IIII. Venetus, canonicus antea regularis Cœleſtinus, & Epiſcopus Senẽſis.
52. La louve céleste Eugène IV
(1431–1447)
Gabriele Condulmer Un Vénitien, ancien chanoine des Célestins, évêque de Sienne.
Si Eugène IV est bien né à Venise, et s'il a effectivement été évêque de Sienne de 1407 à 1409[62]— dont l'emblème est une louve, il n'a jamais appartenu à l'ordre des Célestins, mais bien à celui des augustins[63].
C o a Eugenio IV.svg
Amator Crucis. Felix. V. qui uocabatur Amadæus Dux Sabaudiæ, inſignia Crux.
53. L'amoureux de la croix Félix V
(antipape)
(1439–1449)
Amédée, duc de Savoie Qui était appelé Amédée, duc de Savoie, ses armes étaient une croix.
La devise est une référence au prénom de Félix V, Amadeus — en latin Amadeus, « celui qui aime Dieu » — ainsi qu'aux armoiries de Savoie, qui représentent une croix. Félix V les utilise comme armes papales[62].
C o a Felice V (antipapa).svg
De modicitate Lunæ. Nicolaus V. Lunenſis de Sarzana, humilibus parentibus natus.
54. Des faibles ressources de la lune Nicolas V
(1447–1455)
Tommaso Parentucelli Un Lunensi[64] de Sarzana, né de parents modestes.
Nicolas V naît à Sarzana, dans le diocèse de Luni dont le nom ancien était Luna[65]. Son père, médecin mais peu fortuné, meurt durant son adolescence.
C o a Nicolaus V.svg
Bos paſcens. Calliſtus. III. Hiſpanus, cuius inſignia Bos paſcens.
55. Le bœuf paissant Calixte III
(1455–1458)
Alfonso Borgia Un Espagnol, dont les armes portent un bœuf paissant.
Les armoiries de Calixte III — celles de la famille Borgia — représentent un bœuf en train de paître[65]. Il est le premier des trois papes Borgia[66].
C o a Callistus III.svg
De Capra & Albergo. Pius. II. Senenſis, qui fuit à Secretis Cardinalibus Capranico & Albergato.
56. De la chèvre et de l'auberge Pie II
(1458–1464)
Enea Silvio Piccolomini Originaire de Sienne, qui fut secrétaire des cardinaux Capranica et Albergati.
Pie II fut effectivement secrétaire des cardinaux Capranica et Albergati avant son élection, et la devise est un jeu de mots sur le nom de ces cardinaux[67]. En outre, il est né à Corsignano, dans la république de Sienne.
C o a Pio II.svg
De cervo et leone. Paulus. II. Venetus, qui fuit Commendatarius eccleſiæ Ceruienſis, & Cardinalis tituli S. Marci.
57. Du cerf et du lion Paul II
(1464-1471)
Pietro Barbo Originaire de Venise, qui fut commendataire de l'église de Cervie et cardinal du titre de Saint-Marc.
Paul II fut évêque de Cervie ainsi que cardinal de Saint-Marc, dont le symbole est le lion[67].
C o a Paulo II.svg
Piscator Minorita. Sixtus. IIII. Piſcatoris filius, Franciſcanus.
58. Le pêcheur et les choses diminuées Sixte IV
(1471-1484)
Francesco della Rovere Fils de pêcheur, franciscain.
Sixte IV est effectivement fils de pêcheur et franciscain, ordre mineur[68].
Le texte latin pose un double problème :
* de sémantique (minoritus n'existe pas : on dit minoratus - diminué, inférieur)
* d'accord selon le genre (le nom masculin pescator appelle l'adjectif minoritus, ou plutôt minoratus).
Minorita (pour minorata) semble donc plutôt un adjectif substantivé au neutre pluriel signifiant les choses diminuées. Mais l'absence de mot de liaison pose problème.
CoA della Rovere popes.svg
Præcursor Siciliæ. Innocentius. VIII. qui uocabatur Ioãnes Baptiſta, & uixit in curia Alfonſi regis Siciliæ.
59. Le Précurseur de Sicile Innocent VIII
(1484-1492)
Jean-Baptiste Cibo Nommé Jean-Baptiste, et ayant vécu à la cour d'Alphonse, roi de Sicile.
Le nom de naissance du pape Innocent VIII est Jean-Baptiste, nom du précurseur du Christ. De plus, il passa sa jeunesse à la cour de Naples[69].
C o a Innocenzo VIII.svg
Bos Albanus in portu. Alexander. VI. Epiſcopus Cardinalis Albanus & Portuenſis, cuius inſignia Bos.
60. Le bœuf d'Albano au port Alexandre VI
(1492-1503)
Rodrigo Borgia Cardinal d'Albano et Porto, dont les armes sont un bœuf.
Cardinal-évêque d'Albano et Porto (signifiant port), les armes de sa famille représentent un bœuf[69].
C o a Alessandro VI.svg
De parvo homine. Pius. III. Senenſis, familia piccolominea.
61. Du petit homme Pie III
(1503)
Francesco Todeschini Piccolomini Siennois, de la famille Piccolomini.
Pie III est issu de la famille siennoise Piccolomini dont le nom est formé des racines piccolo (« petit ») et uomini (« homme »)[70].
C o a Pio II.svg
Fructus Jovis juvabit. Julius. II. antea uocatus Ioannes Maria de monte.
62. Le fruit de Jupiter aidera Jules II
(1503-1513)
Giuliano della Rovere Génois, ses armes représentent un chêne, arbre de Jupiter.
Les armes de Jules II représentent un chêne, arbre sacré de Jupiter[70].
CoA della Rovere popes.svg
De craticula Politiana. Leo. X. filius Laurentii medicei, & ſcholaris Angeli Politiani.
63. Du petit gril de Politien Léon X
(1513-1521)
Jean de Médicis Fils de Laurent de Médicis et élève d'Ange Politien.
Saint Laurent, père de Léon X, fut martyrisé sur un gril en 258 ; et son fils fut éduqué par Ange Politien[71].
Medici popes.svg
Leo Florentius. Adrian. VI. Florẽtii filius, eius inſignia Leo.
64. Le lion Florent Adrien VI
(1522-1523)
Adrien Florenz Fils de Florent, dont les armes sont un lion.
Adrien VI fait partie de la famille Florenz, dont les armes représentent deux lions[72].
C o a Adriano VI.svg
Flos pilæi ægri. Clemens. VII. Florentinus de domo medicea, eius inſignia pila, & lilia.
65. La fleur du globe malade Clément VII
(1523-1534)
Jules de Medicis Florentin de la maison des Médicis, dont les armes sont formés de boules et de lys.
Ses armes représentent six boules, dont l'une comporte trois lys. Le mot malade figurant dans la devise est un jeu de mot sur le nom Médicis (« Medicean » ; « médecin »)[73].
Medici popes.svg
Hiacynthus medicorum. Paulus. III. Farneſius, qui lilia pro inſignibus geſtat, & Card. fuit SS. Coſme, & Damiani.
66. Le lys des médecins Paul III
(1534-1549)
Alexandre Farnèse Farnèse, qui porte des lis dans ses armes, et cardinal de Saints Côme et Damien.
Ses armes représentent des lis bleus, ou hyacinthes, et il fut cardinal de saint Côme et saint Damien, deux médecins martyrs[74]. En outre, l'histoire d'Alexandre Farnèse est liée à celles des papes qui l'ont précédé Léon X et Clément VII, tous deux de la famille Médicis[75].
C o a Paulo III.svg
De corona montana. Iulius. III. antea uocatus Ioannes Maria de monte.
67. De la couronne de la montagne Jules III
(1550-1555)
Giovanni Maria Ciocchi del Monte Autrefois appelé Jean Marie du Mont.
Sur ses armes sont représentées des montagnes et des couronnes[76].
C o a Giulio III.svg
Frumentum floccidum. Marcellus. II. cuius inſignia ceruus & frumẽtum, ideo floccidum, quod pauco tempore uixit in papatu.
68. Le grain de blé insignifiant Marcel II
(1555)
Marcel Cervini dont les armes étaient un cerf et du grain, mais insignifiant, qui ne fut que peu de temps pape.
On retrouve sur les armes de Marcel II un cerf et le grain ; « insignifiant », parce qu'il ne fut pape que quelques jours[76].
C o a Marcello II.svg
De fide Petri. Paulus. IIII. antea uocatus Ioannes Petrus Caraffa.
69. De la foi de Pierre Paul IV
(1555-1559)
Giovanni Pietro Carafa anciennement appelé Jean Pierre Caraffa.
On dit qu'avant d'être élu, Paul IV préférait utiliser son second prénom, Pietro[77].
C o a Paulo II.svg
Æsculapi pharmacum Pius. IIII. antea dictus Io.Angelus Medices
70. Le remède d'Esculape Pie IV
(1559-1565)
Giovanni Angelo de Medici avait étudié la médecine, puis le droit
jeu de mot sur le nom de famille, Esculape étant le dieu de la médecine.
Medici popes.svg
Angelus nemorosus Pius. V. Michael uocatus, natus in oppido Boſchi
71. L'ange des bois Pie V
(1566-1572)
Michel Ghisleri Michel est le nom d'un ange
était né à Bosco (signifiant bois) en Lombardie, en 1504.
Medium corpus pilarum Gregorius. XIII. cujus inſigna medius Draco
72. Le corps au milieu des boules Grégoire XIII
(1572-1585)
Le cardinal Ugo Boncompagni dont les armes représentaient une moitié de corps de dragon
créé cardinal par Pie IV qui portait des boules dans ses armes.
C o a Gregorius XIII.svg
Axis in medietate signi Sixtus. V. qui axem in medio Leonis in armis geſtat
73. L'axe au centre de la prophétie Sixte V
(1585-1590)
Felice Peretti qui portait un axe au milieu d'un lion dans ses armes
Cette devise marque chronologiquement la moitié de la prophétie, qui se dit signum en latin.[78].
C o a Sixtus V.svg
De rore coeli Vrbanus. VII. qui fuit Archiepiſcopus Roſanenſis in Calabria, ubi mana colligitur
74. De la rosée du ciel Urbain VII
(1590-1590
Gianbattista Castagna qui fut archevêque de Rossano en Calabre, où la manne est collectée C o a Urbanus VII.svg
Ex antiquitate Urbis Gregorius XIIII.
75. De l'ancienneté de la Ville (de Rome) Grégoire XIV
(1590-1591)
Niccolo Sfondrati (Nicolas Sfondrato) originaire de Milan, ville ancienne et sénateur, fils de sénateur (senator signifie ancien).
Pia civitas in bello Innocentius. IX.
76. La pieuse cité en guerre Innocent IX
(1591-1591)
Gian Antonio Facchinetti (Antoine Facchinetti) originaire de Bologne, cité célèbre dans les annales de l'Église romaine et souvent appelée à défendre la Papauté. Ce pape envoya en outre des troupes aux ligueurs de France, seul fait important de son pontificat très court.
Crux romulea Clemens. VIII.
77. La croix de Rome Clément VIII
(1592-1605)
Ippolito Aldobrandini (Hippolyte Aldobrandini) de la famille romaine des Aldobrandini (Romulus fut le fondateur de Rome), dont les armes représentaient une série de croix attachées les unes aux autres et qui rappelle la croix du pontife romain à plusieurs croisillons. En outre, c'est sous son pontificat que fut achevé le dôme de la basilique Saint-Pierre, coiffé d'une croix dorée[79].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Roger Duguet, Autour de la Tiare : Essai sur les prophéties concernant la succession des Papes, Sorlot
  2. M. Weiss (sous la direction de), Biographie universelle ou Dictionnaire historique, Furne et cie, (lire en ligne), p. 635.
  3. Papes et Prophéties, éd. Axiome, 2005 (ISBN 978-2-84462-159-7 et 2844621597).
  4. (en) Cavan Sieczkowski, « Saint's Eerie 12th-Century Prophecy Says Next Pope Will Be The Last », sur HuffPost, (consulté le )
  5. a et b « Prophétie de Saint-Malachie : le pape François sera-t-il le dernier souverain pontife ? », Huffington Post, 13 mars 2013.
  6. a et b O'Brien note ceci : « Tout nous porte à penser que l'auteur de la prophétie et celui qui l'a interprété sont en fait une seule et même personne. Le prétendu interprète, qui savait que saint Nicolas était né à Patara, n'a pas songé au fait que d'autres pouvaient ne pas être au courant de ce fait, et que par conséquent l'explication ne leur apporterait rien. »
    « Everything leads us to suspect that the author and interpreter of the prophecy is one and the same person. The pretended interpreter who knew that Patare was the birthplace of St. Nicholas forgot that others may not be aware of the fact, and that therefore the explanation would be thrown away on them. »
    O'Brien 1880, p. 47.
  7. O'Brien 1880, p. 28.
  8. O'Brien 1880, p. 28 ; Bander 1969, p. 19.
  9. Dizionario Biografico degli Italiani, 2007, « Lucio II, papa ».
  10. a et b O'Brien 1880, p. 29 ; Bander 1969, p. 19.
  11. Dizionario Biografico degli Italiani, 2007, « Eugenio III, papa ».
  12. Michael Horn, Studien zur Geschichte Papst Eugens III.(1145-1153), Peter Lang Verlag 1992, p. 28-33.
  13. Enciclopedia dei papi Treccani.
  14. O'Brien 1880, p. 31 ; Bander 1969, p. 23.
  15. Rudolf Hüls, Kardinäle, Klerus und Kirchen Roms: 1049–1130, Bibliothek des Deutschen Historischen Instituts in Rom. Max Niemeyer Verlag. Tübingen 1977, p. 201 (ISBN 978-3-484-80071-7).
  16. O'Brien 1880, p. 31 ; Bander 1969, p. 25.
  17. a et b O'Brien 1880, p. 33 ; Bander 1969, p. 26.
  18. Johannes Matthias Brixius, Die Mitglieder des Kardinalkollegiums von 1130-1181, Berlin : R. Trenkel, 1912, p. 68-69, no 1.
  19. O'Brien 1880, p. 34 ; Bander 1969, p. 24.
  20. O'Brien 1880, p. 36 ; Bander 1969, p. 24.
  21. O'Brien 1880, p. 36 ; Bander 1969, p. 28.
  22. O'Brien 1880, p. 37 ; Bander 1969, p. 28.
  23. Page 557 dans Les Plantagenêts de Jean Favier (2004)
  24. Forme non standard du verbe, qui remplace le classique exibit.
  25. a et b O'Brien 1880, p. 37 ; Bander 1969, p. 29.
  26. Bander 1969, p. 30.
  27. O'Brien 1880, p. 38 ; Bander 1969, p. 30.
  28. O'Brien 1880, p. 39 ; Bander 1969, p. 32.
  29. (it) Agostino Paravicini Bagliani, Cardinali di curia e « familiae »nalizie dal 1227 al 1254, Padoue, Antenore, coll. « Italia sacra », , 611 p., 2 volumes in-8o.
  30. a b et c O'Brien 1880, p. 40 ; Bander 1969, p. 33.
  31. O'Brien 1880, p. 40 ; Bander 1969, p. 34.
  32. O'Brien 1880, p. 41 ; Bander 1969, p. 35.
  33. O'Brien 1880, p. 42 ; Bander 1969, p. 35.
  34. O'Brien 1880, p. 42 ; Bander 1969, p. 36.
  35. O'Brien 1880, p. 43 ; Bander 1969, p. 36.
  36. a et b O'Brien 1880, p. 43 ; Bander 1969, p. 37.
  37. Bander 1969, p. 38.
  38. O'Brien 1880, p. 44.
  39. a et b O'Brien 1880, p. 44 ; Bander 1969, p. 39.
  40. Plus correctement Asculanus, mais cela rendrait le jeu de mot incompréhensible.
  41. O'Brien 1880, p. 45 ; Bander 1969, p. 41.
  42. O'Brien 1880, p. 46 ; Bander 1969, p. 42.
  43. O'Brien 1880, p. 47.
  44. Bander 1969, p. 43.
  45. O'Brien 1880, p. 48 ; Bander 1969, p. 44.
  46. O'Brien 1880, p. 48 ; Bander 1969, p. 45.
  47. O'Brien 1880, p. 49 ; Bander 1969, p. 45.
  48. O'Brien 1880, p. 49 ; Bander 1969, p. 46.
  49. O'Brien 1880, p. 49 ; Bander 1969, p. 47.
  50. Bander 1969, p. 47.
  51. O'Brien 1880, p. 50.
  52. O'Brien 1880, p. 50 ; Bander 1969, p. 48.
  53. O'Brien 1880, p. 51 ; Bander 1969, p. 50.
  54. a et b O'Brien 1880, p. 52 ; Bander 1969, p. 51.
  55. O'Brien 1880, p. 53 ; Bander 1969, p. 48.
  56. a et b O'Brien 1880, p. 53 ; Bander 1969, p. 49.
  57. O'Brien 1880, p. 54 ; Bander 1969, p. 50.
  58. a et b O'Brien 1880, p. 54.
  59. Bander 1969, p. 52.
  60. O'Brien 1880, p. 55.
  61. Bander 1969, p. 53.
  62. a et b O'Brien 1880, p. 55 ; Bander 1969, p. 54.
  63. « The Cardinals of the Holy Roman Church: Biographical Dictionary (Gregory XII (1406-1415), Consistory of May 9, 1408) », sur The Cardinals of the Holy Roman Church, Florida International University, (consulté le ).
  64. Gentilé des habitants de Luni en italien.
  65. a et b O'Brien 1880, p. 56 ; Bander 1969, p. 56.
  66. La famille Borgia a compté trois papes : Calixte III, de 1455 à 1458, Alexandre VI, son neveu, de 1492 à 1503, et enfin Innocent X, un parent éloigné du précédent.
  67. a et b O'Brien 1880, p. 56 ; Bander 1969, p. 57.
  68. O'Brien 1880', p. 57 ; Bander 1969, p. 58
  69. a et b O'Brien 1880, p. 57 ; Bander 1969, p. 59.
  70. a et b O'Brien 1880, p. 58 ; Bander 1969, p. 60.
  71. O'Brien 1880, p. 58 ; Bander 1969, p. 61.
  72. O'Brien 1880, p. 58 ; Bander 1969, p. 62.
  73. O'Brien 1880, p. 59 ; Bander 1969, p. 62.
  74. O'Brien 1880, p. 59 ; Bander 1969, p. 63.
  75. Jean-Charles de Fontbrune, Histoire et prophétie des papes, Éditions du Rocher, 1984, p. 183.
  76. a et b O'Brien 1880, p. 60 ; Bander 1969, p. 64.
  77. O'Brien 1880, p. 60 ; Bander 1969, p. 65.
  78. Jean-Charles de Fontbrune, Histoire et prophétie des papes, Éditions du Rocher, 1984, pp. 200-201.
  79. Jean-Charles de Fontbrune, Histoire et prophétie des papes, Éditions du Rocher, 1984, pp. 208.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Ouvrage d'Arnold Wion[modifier | modifier le code]

  • (la) Arnold Wion, (la) Lignum vitæ, Ornamentum et decus Ecclesiæ : Texte original des prophéties, Venise, (lire en ligne), p. 307-311. Document utilisé pour la rédaction de l’article

Ouvrages traitant de la prophétie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :