Sainte-Hélène (Morbihan)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sainte-Hélène
Sainte-Hélène (Morbihan)
L'église paroissiale Sainte-Hélène.
Blason de Sainte-Hélène
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Lorient
Intercommunalité Communauté de communes de Blavet Bellevue Océan
Maire
Mandat
Jean-Yves Croguennec
2020-2026
Code postal 56700
Code commune 56220
Démographie
Gentilé Hélénois
Population
municipale
1 255 hab. (2018 en augmentation de 8,56 % par rapport à 2013)
Densité 155 hab./km2
Population
agglomération
14 800 hab.
Géographie
Coordonnées 47° 43′ 15″ nord, 3° 12′ 12″ ouest
Altitude Min. 0 m
Max. 20 m
Superficie 8,08 km2
Type Commune rurale et littorale
Aire d'attraction Lorient
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Pluvigner
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Sainte-Hélène
Géolocalisation sur la carte : Morbihan
Voir sur la carte topographique du Morbihan
City locator 14.svg
Sainte-Hélène
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sainte-Hélène
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sainte-Hélène

Sainte-Hélène [sɛ̃telɛn] est une commune française située dans le département du Morbihan, en région Bretagne.

Elle est située dans l'aire urbaine de Lorient.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Sainte-Hélène est une commune du Sud du Morbihan située au bord de la ria d'Étel, entre les communes de Nostang et de Plouhinec, à 12,3 km de Lorient et à 33,9 km de Vannes à vol d'oiseau. Elle est traversée par la route départementale no 158. Les communes limitrophes sont Merlevenez, Nostang, Plouhinec, Belz, Kervignac et Étel[1].

Carte de la commune de Sainte-Hélène.

Les grandes villes les plus proches de Sainte-Hélène sont Rennes (121,3 km) et Brest (121 km)[1].

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Elle possède plus de 13 km de littoral sur la rive droite de la Rivière d'Étel, alternant criques et pointes rocheuses : du nord vers le sud, le Goah Guillerm (ramification de la partie amont nord-ouest de la Rivière d'Étel) sépare Sainte-Hélène de Nostang au niveau de la presqu'île de Kerfrézec ; puis la Rivière de Landévant sépare Sainte-Hélène de la presqu'île de Plec située en Locoal-Mendon ; en allant vers le sud la presqu'île de Kerantréh est l'avancée la plus importante du finage communal en ria d'Étel : grossièrement en forme de croix, elle possède trois pointes, celle de Beg Morzel au nord, celle de Kerantréh à l'est et celle de Mané Hellec au sud, et fait face à l'île de Locoal ; enfin le territoire communal est limité au sud par le chenal de Berringue, autre ramification de la ria d'Étel, dont la partie amont a été transformée en étang (étang de Berringue) pour servir de réserve d'eau au moulin à marée de Berringue (situé en Plouhinec, à la limite de Sainte-Hélène)[2]. Une passerelle mise en place au niveau de la digue du moulin de Berringue en 2014 permet désormais de relier les sentiers côtiers de Plouhinec et de Sainte-Hélène[3].

Côté continent, à l'ouest Sainte-Hélène est séparée un temps de la commune voisine de Merlevenez par le ruisseau de Lézévry, un minuscule fleuve côtier, dont la partie aval se trouve entièrement dans la commune de Merlevenez.

Le relief de la commune est d'une platitude remarquable : l'altitude maximale de la commune est à 20 m et l'altitude minimale est située au niveau de la mer, soit à 0 m d'altitude[4]. Les îlots d'Iniz-Er-Mour et Logoden, au sud de la pointe du Mané Hellec, appartiennent à la commune.

La Rivière d'Étel[modifier | modifier le code]

L'étang de Berringue (partie est) et le moulin de Berringue vus depuis le sentier piétonnier côté Sainte-Hélène.

La rivière d'Étel prend sa source près du village de Penhoët, dans l'est de la commune de Languidic, dans le Morbihan, à environ 100 m d'altitude. L'embouchure se situe dans l'océan Atlantique au niveau de la ville d'Étel et de celle de Plouhinec. Sa longueur totale est de 35,1 km[5]. Sa partie nord-ouest, qui concerne la commune de Sainte-Hélène, se subdivise en plusieurs bras, le Chenal de Berringue et la Rivière de Landévant étant les principaux. Découvrant largement à marée basse, le littoral très indenté s'étend sur 13 kilomètres, alternant petites criques sablonneuses et pointes rocheuses ; il est formé principalement de vasières (par exemple la Vassière du Couarde) utilisées par des ostréiculteurs pour y implanter leurs parcs à huîtres.

La commune ne possède pas de sentier littoral continu le long de la ria d'Étel, mais uniquement de tronçons discontinus ; une large proportion du littoral est propriété privée, et donc inaccessible au public.

Sainte-Hélène : panorama de la Ria d'Etel, avec des parcs à huîtres visibles à marée basse.

La Rivière de Landévant[modifier | modifier le code]

D’une longueur de 4,5 km, elle concerne principalement la commune de Nostang, sa branche nord-ouest séparant cette commune de Sainte-Hélène[6].

Climat[modifier | modifier le code]

Selon la méthode Köppen, le climat de Sainte-Hélène est « tempéré océanique humide » (Cfb), c'est-à-dire un climat doux en hiver et relativement tempéré durant l'été avec d'importantes précipitations par an. La station climatique la plus proche se trouve à Lorient et sert de référence pour les données météorologiques.

Relevé météorologique de Lorient Lann-Bihoué (42 m), période 1961-1990
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 3,2 3,3 4,1 5,8 8,4 11 12,9 12,7 11,4 8,9 5,6 4,1 7,9
Température moyenne (°C) 6 6,3 7,8 9,7 12,5 15,4 17,4 17,2 15,6 12,6 8,8 6,9 11,4
Température maximale moyenne (°C) 8,9 9,4 11,4 13,7 16,6 19,7 22 21,7 19,9 16,4 12 9,7 15,1
Ensoleillement (h) 77 103 148 201 227 249 270 244 191 143 93 73 2 020
Précipitations (mm) 106,5 87,7 78,9 56,5 69,4 52,1 44,2 44,4 69,4 84,7 91,9 109,8 895
Source : Infoclimat[7]
Températures minimales et maximales records[8]
Mois Jan Fév Mar Avr Mai Jui Jui Aou Sep Oct Nov Déc
maximales 16,8 17,6 23,3 27,1 29,6 35,9 34,9 37,5 30,6 27,2 19,5 16,4
date      27/01/2003 14/02/1998 30/03/1965 23/04/1984 25/05/1953 30/06/1976 18/07/2006 10/08/2003 05/09/1991 01/10/1997 13/11/1989 03/12/1953
minimales -13,1 -11,0 -7,4 -4,1 -1,1 1,6 3,4 4,1 1,0 -1,8 -5,0 -8,7
date      20/01/1963 03/02/1956 03/03/1965 12/04/1986 03/05/1967 11/06/1955 08/07/1954 14/08/1956 11/09/1972 18/10/1955 20/11/1971 25/12/1962

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Sainte-Hélène est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[9],[10],[11].

La commune présente un habitat rural dispersé en hameaux et fermes isolées ; son littoral est traditionnellement peu habité, en raison des vasières qui le bordent mais un début de rurbanisation littorale est toutefois sensible en quelques endroits comme aux environs du Moustoir, ou encore à Beg er Vil ; le bourg, d'importance modeste, est excentré dans la partie occidentale du territoire communal ; il s'est étendu depuis quelques décennies en raison de la création de quelques lotissements.

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Lorient, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 31 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[12],[13].

La commune, bordée par l'océan Atlantique, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[14]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[15],[16].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (60,6 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (62,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (57,1 %), forêts (31,2 %), zones urbanisées (5,5 %), terres arables (3,5 %), zones humides côtières (2,7 %)[17].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[18].

Logement[modifier | modifier le code]

En 2009, on dénombrait un total de 614 maisons réparties en 472 résidences principales, 115 résidences secondaires et 27 logements vacants, le tout regroupé en 569 maisons et 27 appartements. Parmi les 472 résidences principales, 388 étaient occupées par leurs propriétaires, 75 par des locataires et 9 par des occupants logés gratuitement[19].

Évolution des résidences principales et secondaires depuis 1968[19]
1968 1975 1982 1990 1999 2009
Résidences principales 205 203 298 321 349 472
Résidences secondaires 17 31 75 92 106 115
Logements vacants 16 33 14 17 9 27

Projets d'aménagement[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Ce lieu était dénommé Locoal-Hennebont avant qu'il ne prenne le nom de l'église paroissiale[20], dédiée à sainte Hélène, sainte patronne des teinturiers, des marchands de clous et d'aiguilles.

Le nom en breton de la commune est Santez-Elen[20].

En 1992 le Conseil d'État a refusé que le suffixe "-sur-Mer" soit ajouté au nom de la commune, ce que la municipalité avait demandé en 1990. L'argument invoqué par le Conseil d'État est «l'absence de littoral au sens propre du texte » alors que la commune est pourtant soumis à la "Loi littoral"[21]. Les habitants de la commune souhaitent toujours que la commune porte le nom de "Sainte-Hélène-sur-Mer" pour mieux la différencier des autres communes de France portant le même nom qu'elle[22]. Le Conseil général du Morbihan a donné un avis favorable[21].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le territoire de la future commune de Sainte-Hélène est encerclé aux trois-quarts par la rivière d'Étel située sur la rive occidentale.

Antiquité[modifier | modifier le code]

Des ruines d'un fortin d'époque romaine et d'une villa gallo-romaine[23] ont été identifies à Mané-er-Hastel près du château de Kerfrezec et des briques romaines dans les environs[24].

Moyen-Âge[modifier | modifier le code]

En 1037, le normand converti Gurki fait don à l'abbaye Saint-Sauveur de Redon, monastère bénédictin, d'un ensemble de sept villages (Kerentreh, Kerguiscoiarn, Kerguellan, Kervigné, Le Moustoir, Kerven et Kercadec), pour former le territoire de Locoal-Hennebont, rattaché à la paroisse de Locoal-Auray. Le village s'appelait alors "Kaer-en-Moustoir" (le "Village du monastère")[25].

Temps modernes[modifier | modifier le code]

Sous le nom de frairie d'Hennebont (ou de Sainte-Hélène), la future paroisse de Sainte-Hélène était l'une des 4 frairies de la paroisse de Locoal[26], mais elle dépendait de la sénéchaussée d'Hennebont alors que le reste de la paroisse de Locoal dépendait de la sénéchaussée d'Auray[27].

La première mention évoquant la présence d'une chapelle Sainte-Hélène remonte seulement à 1588. Une tour-porche lui est ajoutée en 1738[28].

Le , le pape Benoît XIII accorda, à perpétuité, à la confrérie de Sainte-Hélène des indulgences aux visiteurs de l'église, les trois premiers samedis de janvier, le 21 mai et le dimanche le plus près du 18 août ; ces jours-là les pèlerins affluent et font de nombreuses offrandes[29].

Une ordonnance épiscopale en date du érige en trève la frairie de Sainte-Hélène[27].

Révolution française[modifier | modifier le code]

En 1790, la commune est créée en prélevant du territoire à la paroisse de Locoal et en le regroupant avec la paroisse de Sainte-Hélène (dénommée en breton Santez Helen Er Mor) rattachée au doyenné de Port-Louis et prélevée au territoire de Plouhinec.

La commune de Sainte-Hélène fait alors partie du canton de Kervignac et du district d'Hennebont. Supprimée temporairement en 1795 (Sainte-Hélène dépend alors de la commune de Kervignac), la commune est rétablie en 1800, placée dans l'arrondissement de Lorient et, en 1801, rattachée au canton de Port-Louis[27].

Pierre Brevelley, un chef de chouans originaire de Sainte-Hélène, alors âgé de 24 ans, participa à l'expédition de Quiberon et y fut fait prisonnier[30].

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

La paroisse succursale de Sainte-Hélène est créée en 1802, puis supprimée temporairement en 1808. M. Peissel fut le premier recteur de Sainte-Hélène.

L'église reçoit du pape Clément XI en 1817 des reliques de sainte Hélène et de saint Étienne ; elle devint dès lors un lieu de pélerinage encore plus fréquenté [31].

Sainte-Hélène redevient une paroisse succursale le . La chapelle, redevenue église paroissiale, est reconstruite entre 1840 et 1842[28].

Le , un rapport à la chambre des Députés est rendu par M. Roul, député de Gironde, au nom de la "Commission chargée de l'examen des projets de loi d'intérêt local"[Note 3], tendant à distraire 6 villages de la commune de Plouhinec, canton de Port-Louis, arrondissement de Lorient, pour les réunir à la commune de Sainte-Hélène, même canton[32].

Par ordonnance du Roi de 1841, les villages de Kerfresec, Magouerec, Kergourio, Lizardenne, Kerandrun, et Kergoff et leurs territoires, sont distraits de la commune de Plouhinec et réunis à la commune de Sainte-Hélène.

A. Marteville et P. Varin, continuateurs d'Ogée, décrivent ainsi Sainte-Hélène en 1845 :

« Sainte-Hélène : commune formée par l'ancienne paroisse de ce nom, qui nous semble omise par Ogée (...). Moulins à eau de Kercadic, de Berringue. L'église de Sainte-Hélène est récente. Jadis ce n'était guère qu'une chapelle dont on a conservé la flèche élancée et la façade. Un réfugié de Modène a refait l'intérieur selon un plan italien. Secondé par M. Carado, qui l'a orné de statues dont on dit qu'elles ont une certaine valeur ; par M. l'abbé Maury, curé ; par la famille Keridec. M. La Casa est venu à bout de faire de l'église de Sainte-Hélène un joli monument de l'art moderne. Il y a, en outre de cette église, la chapelle de Kerautre [Kerantreh], située à l'est de la commune. Il y a assemblée à Sainte-Hélène les trois premiers samedis de janvier et le dimanche avant l'Ascension, foire le 29 mai et le dimanche le plus près du 16 août. Géologie : granite. On parle le breton[33]. »

La fête de sainte Hélène, « protectrice des laboureurs de la terre et de la mer », le 18 août, rassemblait alors des foules considérables ; on y accourait de toute la région pour honorer la Sainte, mais aussi Intron Varia Druhé ("Notre-Dame de Pitié")[25]. En 1898 Amédée Guillotin de Corson écrit que « les pèlerins se rendent à Sainte-Hélène pour obtenir de Dieu ce qu'ils désirent (...) ; nos bons marins demandent tout simplement à Dieu, par l'entremise de sainte Hélène, la découverte de choses utiles à la vie : un banc de sardines, s'ils sont pêcheurs. On dit même que nombre de jeunes filles viennent au pardon pour trouver de bons maris. C'est aussi l'usage de porter à la fontaine de Sainte-Hélène un morceau de pain pour connaître le sort des absents : on le jette à l'eau et s'il surnage, c'est la preuve que l'absent vit encore ; au contraire, s'il tombe au fond, c'est hélas qu'il est défunt »[34].

Lors des élections législatives du , le curé de Sainte-Hélène aurait dit en chaire : « Tachez de coter chrétiennement pour la bonne liste. D'ailleurs je saurai quels sont ceux qui voteront pour les candidats du diable, car, le 4 octobre, je serai toute la journée dans la salle du scrutin »[35]

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

La Belle Époque[modifier | modifier le code]

Une maison d'école de garçons, financée par un impôt exceptionnel d'une durée de 30 ans pour financer l'emprunt nécessaire, est construite en 1900[36].

Les religieuses de la congrégation des Filles du Saint-Esprit qui tenaient depuis 63 ans une école à Sainte-Hélène en furent chassées en 1903 en vertu de la loi sur les congrégations[37].

Un décret en date du autorise la création dans la commune de Sainte-Hélène d'un bureau de bienfaisance dont la dotation est constituée par les biens ayant appartenu à la fabrique de l'église, lesquels avaient été mis sous séquestre à la suite de la querelle des inventaires[38].

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de Sainte-Hélène.

Le monument aux morts de Sainte-Hélène porte les noms de 35 soldats et marins morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale ; parmi eux deux sont morts en Belgique, l'un à Dixmude (Belgique) dès novembre 1914 et l'autre en 1915 à Nieuport ; un est mort à Salonique (Grèce) en 1915 dans le cadre de l'expédition de Salonique ; un en Turquie, aussi en 1915, lors de la Bataille de Sedd-Ul-Bahr ; un marin est disparu en mer lors du naufrage du croiseur cuirassé Amiral Charner le et un soldat alors qu'il était prisonnier en Allemagne ; la plupart des autres sont morts sur le sol français[39].

La Deuxième Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la commune, qui fait partie en 1944-1945 de la poche de Lorient, et notamment l'église, ont été ravagées lors des combats (l'église, transformée en poste de guet par les résistants, est abattue par les canons allemands et plusieurs habitations du bourg sont détruites par ces tirs ; par la suite l'église paroissiale est incendiée le , pillée, et le clocher détruit le [28]), lors de la Libération[40].

Le monument aux morts de Sainte-Hélène porte les noms de 8 personnes mortes pour la France pendant la Seconde Guerre mondiale ; Jean Corlay, quartier-maître à bord du contre-torpilleur Mogador, a été victime de l'attaque anglaise de Mers el-Kébir le  ; cinq sont des victimes civiles tuées lors de la guerre ; Marie Louise Pélissier, tuée par un tir d'obus allemand le lors des combats de la poche de Lorient, était infirmière dans la Résistance[39].

Marcel Collobert[Note 4], alias René Picard, fut un résistant actif, qui participa notamment à des combats dans le bourg de Sainte-Hélène en 1944, notamment en creusant des trous pour empêcher l'avance allemande[41].

L'après Deuxième Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Les travaux de restauration de l'église Sainte-Hélène furent entrepris en 1950 et 1951 ; l'ancienne charpente en bois largement détruite fut remplacée par une charpente en béton[28].

La commune fait partie de la communauté de communes de Bellevue en 1993[42].

Le XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Actuellement, Sainte-Hélène fait partie de la communauté de communes de Blavet Bellevue Océan, avec Kervignac, Merlevenez, Nostang et Plouhinec.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La mairie de Sainte-Hélène.

Le conseil municipal est composé de 15 membres conformément à l’article L2121-2 du Code général des collectivités territoriales[43]. À l'issue des élections municipales de 2008, Emmanuel GICQUEL a été réélu pour son 6e mandat[44]. Il cède sa place à Pierric Le Fur après les élections municipales de 2014

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Sainte-Hélène fait partie de la communauté de communes de Blavet Bellevue Océan, qui est née de la fusion de la communauté de communes de Bellevue créée en 1993[45] et composée de trois communes dont Sainte-Hélène avec les communes de Kervignac et de Plouhinec pour former une communauté composée de 14 800 habitants en 2006.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
avant 1800 1809 Joseph Jaffré[Note 5]    
1809 1849 Pierre Le Livec[Note 6].    
1849 1862 Joseph Nicol[Note 7]   Cultivateur.
avant 1870 1874 Pierre Le Baron[Note 8]    
1874 1892 Christian de Kéridec[Note 9]   Comte. Propriétaire terrien. Volontaire de l'Ouest pendant la Guerre de 1870.
1892 1899 Jean-Louis Jehanno    
1899 1904 Pierre-Marie Caboureau   Cultivateur à Kerguéro.
1904 après 1929 Alain de Kéridec   Comte. Propriétaire terrien. Armateur.
         
? juillet 1978
(décès)
Jean Davigo   Ostréiculteur
septembre 1978 mars 2014 Emmanuel Giquel[46]. DVD Agent marketing (e.r.)
mars 2014 23 mai 2020 Pierric Le Fur[47] SE Sous-officier supérieur sapeur-pompier (e.r.)
23 mai 2020 En cours Jean-Yves Croguennec[48] SE Attaché principal territorial (e.r.)
Les données manquantes sont à compléter.

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Dans le domaine judiciaire, Sainte-Hélène dépend de la commune de Lorient qui possède un tribunal d'instance et de grande instance, un tribunal de commerce, un conseil des prud'hommes et un tribunal pour enfants. Pour le 2e degré de juridiction, elle dépend de la cour d'appel de Rennes et de la Cour administrative d'appel de Nantes[49].

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Les îlots Logoden et Iniz-Er-Mour bénéficient d'une protection, un arrêté préfectoral de protection de biotope (APPB) visant à protéger les populations de sternes[50],[51].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Au , Sainte-Hélène n'est jumelée avec aucune commune[52].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[53]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[54].

En 2018, la commune comptait 1 255 habitants[Note 10], en augmentation de 8,56 % par rapport à 2013 (Morbihan : +2,32 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
387360414415419415565622648
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
672646661608661695724743725
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
735713711723745743752701693
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
6966626619571 0079061 0241 0911 187
2018 - - - - - - - -
1 255--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[55] puis Insee à partir de 2006[56].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (24,5 %) est en effet supérieur au taux national (21,8 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (25,7 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50 % contre 48,7 % au niveau national et 49,1 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 50 % d’hommes (0 à 14 ans = 19 %, 15 à 29 ans = 10,6 %, 30 à 44 ans = 22,3 %, 45 à 59 ans = 24 %, plus de 60 ans = 24 %) ;
  • 50 % de femmes (0 à 14 ans = 18 %, 15 à 29 ans = 11,4 %, 30 à 44 ans = 16,7 %, 45 à 59 ans = 29 %, plus de 60 ans = 25 %).
Pyramide des âges à Sainte-Hélène en 2008 en pourcentage[57]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90  ans ou +
0,2 
5,7 
75 à 89 ans
7,9 
18,3 
60 à 74 ans
16,9 
24,0 
45 à 59 ans
29,0 
22,3 
30 à 44 ans
16,7 
10,6 
15 à 29 ans
11,4 
19,0 
0 à 14 ans
18,0 
Pyramide des âges du département du Morbihan en 2008 en pourcentage[58].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90  ans ou +
1,2 
6,9 
75 à 89 ans
11,3 
14,9 
60 à 74 ans
16,2 
21,5 
45 à 59 ans
20,7 
20,2 
30 à 44 ans
18,7 
17,4 
15 à 29 ans
15,1 
18,8 
0 à 14 ans
16,9 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Sainte-Hélène : l'école privée Saint-Joseph.

Sainte-Hélène est située dans l'académie de Rennes.

La ville administre l'école primaire publique Georges-Morin (école maternelle et élémentaire). Les Hélénois disposent également d'une école primaire d'enseignement privé : l'école Saint-Joseph[59].

Le collège le plus proche est situé à Étel, commune qui dispose également d'un lycée professionnel maritime. Les lycées d'enseignement généraux sont situés à Hennebont ou Lorient.

Santé[modifier | modifier le code]

Un infirmier exercice son activité à Sainte-Hélène[60]. Le centre hospitalier le plus rapproché est localisé à Lorient.

Sports[modifier | modifier le code]

Il existe une association à but non lucratif sur la pratique de sports nautiques[60].

Lieux de culte[modifier | modifier le code]

Le culte catholique est célébré en l'église Sainte-Hélène[61] qui dépend du doyenné de Port-Louis au sein du diocèse de Vannes[62].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 29 877 €, ce qui plaçait Sainte-Hélène au 14 249e rang parmi les 31 347 communes de plus de 50 ménages en métropole[63].

Emploi[modifier | modifier le code]

Selon les résultats du recensement de 2009[19], la population active (15-64 ans) de la commune compte 707 personnes, soit 68,2 %, ce taux est de 70,6 % au niveau départemental[64]. Les 15-64 ans représentent 7,1 % de chômeurs, 61,1 % de personnes ayant un emploi et 31,8 % d'inactifs. Les inactifs se répartissent de la façon suivante : les retraités ou préretraités représentent 15,3 % de la population active, les scolarisés 6,8 %, les autres inactifs 9,8 %.

En 2009, le taux de chômage (au sens du recensement) parmi les actifs de la commune est de 10,4 %, en diminution par rapport à 1999 (10,9 %). Au , on compte 49 personnes à la recherche d'un emploi dont 16 chômeurs de longue durée[65].

Sur les 432 personnes actives de plus de 15 ans ayant un emploi, 80 travaillent dans cette commune[19].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Au , le village de Sainte-Hélène compte 31 entreprises hors agriculture et quatre ont été créées sur le territoire (trois dans le secteur tertiaire et une administration)

Répartition des entreprises par domaines d'activité

  Ensemble Industrie Construction Commerce et services divers Secteur public
Nombre d'établissements 31 1 7 18 5
% 100 % 3,2 % 22,6 % 58,1 % 16,1 %
Sources des données : Insee[19]

D'après les statistiques des équipements et services en 2011, le nombre d'établissements commerciaux est de trois et sont réparties comme suit : une épicerie, une poissonnerie et un magasin d'articles de sports et de loisirs[66].

Agriculture[modifier | modifier le code]

Au niveau agriculture, la commune compte 12 exploitants actifs et 263 ha de superficies agricoles, généralement utilisés pour l'exploitation des bovins et volailles[19].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église paroissiale Sainte-Hélène[modifier | modifier le code]

Datant du XVIIIe siècle, elle est dotée en 1817 par le pape des reliques de sainte Hélène et de saint Étienne et devient un lieu de pèlerinage[40]. Elle est reconstruite en 1840 par un entrepreneur italien, La Casa, à la suite de l'ancienne tour-porche. L'église de Sainte-Hélène, durement touchée lors de la dernière guerre, a dû être reconstruite. Elle a néanmoins conservé sa tour du XVIIIe siècle très proche de celui du clocher de Kervignac. Son placître, dans lequel se trouvait l'ancien cimetière, contient une stèle christianisée, une croix et le monument aux morts.

Fontaine du bourg[modifier | modifier le code]

La Fontaine du bourg est construite au XVIIIe siècle. Au XIXe siècle, les pêcheurs viennent y prier pour trouver des sardines, et les jeunes filles des maris. Les femmes s'enquéraient du sort des disparus en déposant un morceau de pain sur l'eau de la fontaine : s'il flottait le disparu était en vie, s'il coulait il était mort. Cette fontaine est inscrite à l'inventaire des monuments historiques[67].

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Croix et calvaires[modifier | modifier le code]

La croix du cimetière a été édifiée en 1858 par le recteur Antoine Mary. Une autre croix, avec un Christ en fonte, fut édifiée lors de la mission de 1862 contre le mur sud du clocher-tour ; elle a été détruite en même temps qu'une partie de l'église en 1944 ; un Christ en kersanton a été sculpté à sa place en 1956 par René Letourneur, qui est aussi l'auteur de la fresque en ciment coloré située dans le chœur de l'église[28].

Chapelle Notre-Dame-de-Pitié à Kerdavid[modifier | modifier le code]

Datant du XIXe siècle, cette chapelle est dédiée aux marins. L'autel est en marbre, le tabernacle et le retable en stuc. On y trouve un tableau central : la déploration du Christ. La bannière comportant également cette déploration et le bateau (une maquette du Sainte-Hélène, une frégate trois-mâts en bois peint due au sculpteur Pierre Le Loir est un objet classé[68]) sont portés en procession jusqu'à la mer le jour du pardon.

Manoir de Kerfrezec Goah Guillerm[modifier | modifier le code]

Datant du XVIe siècle, ce manoir faisait partie d'une seigneurie de Locoal-Hennebont appartenant en 1521 à Louis de La Forêt et acquis, en 1637, par Pierre Desmourier, notaire port-louisien et par la suite, en 1653 par R. Douville, en 1700, par René Barde, marchand port-louisien lui aussi et en 1725 par la famille De Langle, avant d'être, au XIXe siècle propriété de la famille de Kéridec[23].

L'autel de la vieille chapelle à la pointe de Kerantréh[modifier | modifier le code]

L'autel de la vieille chapelle Notre-Dame-du-Passage.

L'autel de la première chapelle paroissiale de Sainte-Hélène, Notre-Dame du Passage, date de 590. Les ruines de la chapelle ont servi à la construction de cabanons de pêcheurs.

Le moulin à marée de Kercadic[modifier | modifier le code]

Le moulin à marée de Kercadic dépendait à sa construction du prieuré de Locoal ; il a été reconstruit au XIXe siècle et remanié au XXe siècle.

La fontaine et le lavoir du Magouérec[modifier | modifier le code]

La fontaine et le lavoir du Magouérec ont été restaurés en 2017[69].

Le lavoir et la fontaine de Kerzerh[modifier | modifier le code]

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Îlots[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean Rohu (1771 - 1849), officier chouan, a vécu les dernières années de sa vie et est mort à Sainte-Hélène.
  • En , l'écrivain et photographe Laurent Bourdelas, de Limoges, mais amoureux de Port-Louis et de sa région depuis l'enfance, y achève l'écriture de son nouveau livre inspiré en partie par les lieux : Locmalo (Éditions Gros Textes, 06, 2009). Des textes y sont consacrés à Sainte-Hélène, Nostangetc.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Sainte-Hélène

Elles peuvent se blasonner ainsi aujourd’hui : ...

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Cette Commission était composée de MM. Le Vicomte de Pannat, Comte de Montozon, Abattucci, de Kerbertin, Muteau, Chégaray, Baron de Ladoucette, Oger, Roul.
  4. Marcel Collobert, né le à Lorient, décédé le à Lorient.
  5. Joseph Jaffré, né le à Locoal.
  6. Pierre Le Livec, né le à Sainte-Hélène en Locoal, décédé le à Sainte-Hélène.
  7. Joseph Nicol, né le à Penhoët en Merlevenez, décédé le à Kerzerh en Sainte-Hélène.
  8. Pierre Le Baron, né le à Plouhinec (Morbihan), décédé le à Le Magouër en Sainte-Hélène.
  9. Christian de Kéridec, né le à Hennebont, décédé le à Vannes (fils d'Hippolyte Thomé de Kéridec, député, puis sénateur).
  10. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Sainte-Hélène », sur Lion1906, Lionel Delvarre (consulté le ).
  2. « Moulin à marée du Berringue (Plouhinec-56) », sur L'inventaire du patrimoine culturel en Bretagne, (consulté le ).
  3. « Les propriétaires du moulin de Berringue se sentent « spoliés » », sur Journal Ouest-France, (consulté le ).
  4. « Carte IGN + Informations sur les communes (surface, altitudes, population...) » sur Géoportail..
  5. Sandre, « Cours d'eau : rivière d'étel (J60-030-) » (consulté le ).
  6. « 67 - Rivière de Landévant », sur le site de l'association loi 1901 AudéLor (consulté le ).
  7. « Normales et records des stations météo de France », sur Infoclimat (consulté le ).
  8. Températures minimales et maximales records (°C) source:Météo France
  9. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  10. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  11. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  12. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Lorient », sur insee.fr (consulté le ).
  13. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  14. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le ).
  15. « La loi littoral », sur www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le ).
  16. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  18. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  19. a b c d e et f « Résultats du recensement 2009 de la population », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  20. a et b Geobreizh http://www.geobreizh.bzh/geobreizh/fra/villes-fiche.asp?insee_ville=56220.
  21. a et b « Sainte-Hélène La « Mer » refait surface », sur Journal Le Télégramme, (consulté le ).
  22. « Les habitants de Sainte-Hélène tiennent à leur « sur-Mer » », sur Journal Le Télégramme, (consulté le ).
  23. a et b « Château, Kerfrézec (Sainte-Hélène) », sur L'inventaire du patrimoine culturel en Bretagne, (consulté le )
  24. « Étymologie et histoire de Sainte-Hélène », sur InfoBretagne.com (consulté le ).
  25. a et b Bernard Rio, Le cul bénit. Amour sacré et passions profanes, Coop Breizh, (ISBN 978-2-84346-526-0).
  26. « Étymologie et histoire de Locoal-Mendon », sur InfoBretagne. com (consulté le )
  27. a b et c « Sainte-Hélène (trève et commune) », sur Archives du Morbihan (consulté le ).
  28. a b c d et e « Église paroissiale Sainte-Hélène, rue du 11 septembre 1944 (Sainte-Hélène) », sur L'inventaire du patrimoine culturel en Bretagne, (consulté le ).
  29. « Sainte-Hélène », sur InfoBretagne.com (consulté le ).
  30. Gustave de Closmadeuc, « Quiberon, 1795 : émigrés et chouans, commissions militaires, interrogatoires et jugements », sur Gallica, (consulté le ).
  31. « Sainte-Hélène (trève et commune) », sur Archives du Morbihan (consulté le ).
  32. abbé Frédéric Le Tallec, Histoire de Sainte Hélène : Bulletin paroissial.
  33. A. Marteville et P. Varin, « Dictionnaire historique et géographique de Bretagne (tome 2) », (consulté le ).
  34. Amédée Guillotin de Corson, Pardons et pèlerinages de Basse-Bretagne, Diocèse de Vannes, .
  35. « Le clergé et les élections », sur Journal La Lanterne, (consulté le ).
  36. « Commune de Sainte-Hélène (Morbihan) », sur Journal officiel de la République française. Débats parlementaires, (consulté le ).
  37. « La guerre aux femmes », sur Journal La Croix, (consulté le ).
  38. « Ministère de l'intérieur », sur Journal officiel de la République française. Débats parlementaires, (consulté le ).
  39. a et b « Mémorial GenWeb » (consulté le ).
  40. a et b Michèle Bourret, Le patrimoine des communes du Morbihan, Flohic, , 1101 p. (lire en ligne), p. 799.
  41. « Marcel Collobert Résistant à Saint Hélène Morbihan », sur Les Amis de la Résistance du Morbihan (consulté le ) ; « Résistant à Sainte-Hélène » (consulté le ).
  42. « Fortuné Le Calvé : «À taille humaine » », sur le site du quotidien Le Télégramme, (consulté le ).
  43. « Nombre des membres du conseil municipal des communes », sur Legifrance (consulté le ).
  44. D'après Ouest-France du lundi 24 mars 2008.
  45. Fortuné Le Calvé : «À taille humaine », sur letelegramme.fr, article publié le 22 février 2011, consulté le 18 juillet 2011
  46. « Mairie. Emmanuel Giquel honoré », sur Journal Le Télégramme, (consulté le ).
  47. « Sainte-Hélène. L’ancien maire Pierric Le Fur démissionne », sur Journal Ouest-France, 9mai 2021 (consulté le ).
  48. « Jean-Yves Croguennec, nouveau maire de Sainte Hélène », sur Le Télégramme, (consulté le ).
  49. « Annuaire des juridictions », sur le site du ministère de la justice (consulté le ).
  50. Les îles et îlots, des espaces réglementés
  51. « ZNIEFF 530002801 » (consulté le ).
  52. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du ministère des Affaires étrangères (consulté le ).
  53. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  54. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  55. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  56. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  57. « Évolution et structure de la population à Sainte-Hélène en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  58. « Résultats du recensement de la population du Morbihan en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  59. « Résultats de recherche », sur le site du ministère de l'éducation nationale (consulté le ).
  60. a et b Annuaire Pages jaunes [lire en ligne].
  61. http://patrimoine.region-bretagne.fr/sdx/sribzh/main.xsp?execute=show_document&id=MERIMEEIA56007541
  62. « Doyenné de Port-Louis », sur le site du diocèse de Vannes (consulté le ).
  63. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  64. « Résultats du recensement de la population pour le Morbihan », sur site de l'Insee (consulté le ).
  65. Demandeurs d'emploi de catégorie ABC inscrits à Pôle emploi - D'après Pôle emploi, Dares, et Statistiques du marché du travail.
  66. « Nombre d'équipements et de services dans le domaine du commerce en 2011 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  67. « Fontaine de Sainte-Hélène », notice no PA00091683, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  68. « maquette: le Sainte-Hélène », notice no PM56001100, base Palissy, ministère français de la Culture.
  69. « Sainte-Hélène. La fontaine et le lavoir du Magouérec ont été restaurés », sur Journal Ouest-France, (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]