Huîtrier pie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Haematopus ostralegus

L'Huîtrier pie (Haematopus ostralegus), ou Pie de mer, est une espèce d'oiseaux de la famille des huîtriers. C'est la seule espèce de cette famille vivant en France.

Morphologie[modifier | modifier le code]

L'huîtrier pie mesure de 40 à 45 centimètres de longueur avec un bec de 8 à 9 cm et une envergure de 80 à 85 centimètres[1]. C'est un oiseau de type pluvier curieux et bruyant, avec un plumage noir et blanc, des pattes rose-rouges, des yeux rouges et un bec orange à rouge et fort car utilisé pour casser ou ouvrir des mollusques comme les moules ou pour trouver des vers de terre[1]. En dépit de son nom, les huîtres ne constituent pas une grande partie de son régime alimentaire.

L'huîtrier pie est facilement reconnaissable en vol, le ventre blanc, les ailes et la queue blanches bordées de noir, la tête et le dos noir. Les jeunes sont bruns avec un collier de cou blanc et un bec plus terne. Leurs appels est comme un son de tuyauterie, fort distinctif.

La forme du bec varie : les huîtriers pie avec un bec large, au bout arrondi consomment des bivalves qu'ils ouvrent en forçant leur ouverture ou en perçant les coques par percussion, tandis que ceux avec un bec plus fin et plus pointu se nourrissent plus préférentiellement de vers qu'ils déterrent. En fait, la forme du bec est en grande partie due à l'usure résultant de l'alimentation. La technique de chaque individu est due à ce qu'ils ont appris de leurs parents[1].

Comportement[modifier | modifier le code]

Alimentation[modifier | modifier le code]

Un adulte et un juvénile huitrier pie en train de manger sous la pluie sur l'ile Skomer, au Royaume-Uni. Juin 2021.

Sur la côte, l'Huîtrier pie se nourrit principalement de bivalves, de polychètes, de crustacés et d'insectes. Parmi les espèces de coquillages qui constituent une grande partie de son alimentation, on compte surtout les Cardiidae, les mytilidés et les Limecola balthica. Il se nourrit également de Patellidae, de Littorinidae et de bulots. A l'intérieur des terres, le ver de terre constitue la nourriture principale de l'huîtrier, qui le capture activement. Contrairement à de nombreux oiseaux côtiers, l'estomac musculaire des Huîtriers pie est peu développé. En raison de la technique d'ouverture de la nourriture, il n'est pas nécessaire pour ces oiseaux d'écraser les crustacés dans le gésier.

Pendant la journée, l'Huîtrier pie s'oriente visuellement pour se nourrir. Les coques enfoncées dans la vase ne sont pas détectées par le toucher, mais par de légères différences de structure et de couleur du sol. Ces limicoles s'orientent par le toucher, surtout la nuit, en fouillant le sol avec leur bec. Leur sens du toucher leur permet de faire très bien la différence entre les coquillages vivants et les coquilles vides.

Les huîtriers-pie peuvent avaler entièrement les petits coquillages. Pour les bivalves, cela est possible jusqu'à un diamètre de huit millimètres, pour les moules jusqu'à 12 millimètres.

Pour les moules plus grandes, la coquille est ouverte afin d'accéder à la chair. Deux techniques différentes sont utilisées à cet effet. Lorsque l'oiseau martèle la coquille, les moules bien fermées sont d'abord amenées sur un support solide, parfois à plusieurs mètres de distance, où elles sont déposées avec la face plate vers le haut. Ensuite, les pieds bien ancrés, le cou rigide, le bec maintenu vertical et fermé, et l'articulation de la hanche se balançant, l'huîtrier martèle le coquillage jusqu'à ce qu'un morceau de coquille se détache. Le martèlement permet de sectionner le sphincter postérieur du mollusque. Il est alors possible de pousser la coquille en la tournant d'un quart de tour et en ouvrant légèrement le bec. L'ouverture et le vidage d'une moule prennent rarement plus de 10 à 15 secondes. Les moules dures sont parfois lâchées d'une hauteur de plusieurs mètres sur une surface dure afin de les ouvrir. La deuxième technique utilisée consiste à glisser le bec entre les deux moitiés de la coquille afin de blesser le sphincter.

Dans les deux techniques, la chair de la coquille est systématiquement ciselée et dégagée dès que la coquille est ouverte. Un seul oiseau n'utilise qu'une seule des deux techniques à la fois. Elle est apprise par les parents et perfectionnée par la pratique[1]. L'utilisation de chaque technique entraîne des formes différentes de la pointe du bec, ainsi, chez les adeptes de la première technique, la pointe du bec est plutôt émoussée, alors que chez les adeptes de la deuxième technique, la pointe du bec est plus pointue. Avec un peu de pratique, c'est également reconnaissable sur le terrain.

Comportement social[modifier | modifier le code]

Sur la côte, l'activité des Huîtriers pie dépend fortement des marées - les animaux sont donc actifs de jour comme de nuit. Sans l'influence de la marée, ils sont diurnes à l'intérieur des terres.

Les Huîtriers pie nagent bien et fréquemment. Des troupes de plusieurs individus ont déjà été observées loin de la terre ferme. Il est probable qu'à marée haute, les oiseaux se reposent sur l'eau pendant les nuits sombres. Les jeunes oiseaux blessés ou qui ne sont pas encore capables de voler s'enfuient sur l'eau pour échapper à leurs ennemis et plongent alors, se déplaçant sous l'eau uniquement en battant des ailes. Avec une profondeur de plongée de 30 à 50 centimètres, les animaux peuvent parcourir des distances allant jusqu'à 15 mètres sous l'eau.

En dehors de la période de reproduction, les Huîtriers pie sont très sociables. Sur le lieu de nidification, ils peuvent en revanche faire preuve d'un comportement très agressif. Cela peut aller jusqu'à ce que des limicoles appartenant ou non à l'espèce soient secoués à mort ou dépecés par l'oiseau nicheur.

Comme de nombreuses autres espèces d'oiseaux nichant au sol, l'Huîtrier pie tente d'éloigner les prédateurs terrestres qui s'approchent du nid en les attirant. Si un prédateur potentiel ne s'approche pas trop du nid par surprise, l'oiseau nicheur s'enfuit le plus discrètement possible en profitant du couvert pour détourner le prédateur du nid en faisant semblant de couver ou en simulant des blessures. Si des animaux de pâturage comme des moutons ou des vaches s'approchent trop près du nid, l'huîtrier pie défend son nid ou sa couvée en piquant contre ces animaux.

Chant[modifier | modifier le code]

Les huîtriers pies sont des oiseaux très vocaux. Le k'tbiik, fort et strident, est leur cri de contact typique. Sur leur lieu de nidification, ils émettent également un kip kip kip kip. Cela s'intensifie parfois jusqu'à devenir un trille bruyant et strident qui s'amplifie et s'éteint. On l'appelle aussi cérémonie du sifflement ou du trille et il se produit particulièrement souvent lorsque des voisins ou des huîtriers sans nid s'approchent trop près des limites du territoire de nidification. L'un des oiseaux nicheurs ou les deux vont alors à la rencontre de l'oiseau intrus, le bec baissé et légèrement ouvert, en trillant et en sifflant sur des tons aigus et en paraissant très excités.

Reproduction[modifier | modifier le code]

La plupart des Huîtriers pies se reproduisent pour la première fois à l'âge de quatre ans et peuvent même être encore sexuellement actifs à l'âge de 36 ans. Les Huîtriers pies sont généralement monogames, mais la bigamie existe[2]. La fidélité au couple est très forte - les séparations sont très rares du vivant des deux partenaires. Toutefois, si l'un des partenaires meurt, l'autre s'accouple à nouveau en l'espace de quelques jours.

Ce nicheur au sol choisit souvent comme site de nidification des plages de sable légèrement surélevées en dehors de la marée haute moyenne. A l'intérieur des terres, il préfère les champs en jachère ou cultivés. La nature du biotope alimentaire est cependant plus importante que la nature du site de nidification. Ainsi, les oiseaux nichent parfois dans des sablières, sur des chantiers, dans le ballast de voies ferrées, sur des toits plats empierrés, sur des toits de chaume ou encore dans des oseraies. Le nid ne représente qu'une cuvette peu profonde, sans grand revêtement, que l'on tourne avec le corps dans le sol mou.

La femelle pond généralement trois œufs; des pontes plus importantes ne sont obtenues que par la "mise en commun" de deux ou plusieurs femelles. Chez les Huîtriers pie, il arrive également que des nids dits mixtes soient construits avec d'autres limicoles étrangers à l'espèce, des sternes et des mouettes, qui sont également couvés en alternance par les deux espèces différentes. Comme pour tous les limicoles, il n'y a qu'une seule couvée annuelle. Cependant, si la première nichée est détruite, par exemple par du bétail en pâture ou par des mouettes, on assiste généralement à des naissances ultérieures plus petites. La durée de la couvaison est de 26 à 27 jours ; le mâle et la femelle couvent à parts égales. Les jeunes sont nourris par les adultes.

Le développement des jeunes est plus rapide chez les oiseaux nicheurs de l'intérieur des terres que chez ceux qui se sont reproduits dans les régions côtières. Les jeunes qui n'ont pas éclos sur la côte, mais dans des champs à l'intérieur des terres, se détachent des adultes jusqu'à six semaines plus tôt, car ils apprennent plus rapidement à se nourrir seuls. Cela est certainement dû en premier lieu à la différence de spectre alimentaire. La nourriture principale des jeunes Huîtriers pie à la côte est constituée de coquillages, d'escargots et de crabes, qui doivent d'abord être "cassés" avant que l'animal puisse les consommer, ce qui nécessite un bec entièrement développé et durci. Les jeunes oiseaux vivant à l'intérieur des terres peuvent se nourrir plus facilement. Leur nourriture principale, le ver de terre, peut être avalée immédiatement sans effort.

Un mois après l'envol, 16% des jeunes éclos sont encore en vie. L'âge moyen des Huîtriers pie est de 14 à 15 ans. En captivité, ils peuvent vivre plus de 30 ans. Le record est toutefois détenu par un animal retrouvé mort en 1993. Son baguage, effectué en 1949 aux Pays-Bas, indique un âge respectable de 44 ans.

Répartition et habitat[modifier | modifier le code]

Répartition[modifier | modifier le code]

Carte de répartition de l'espèce.
En vert : sa zone d'habitat permanent ;
En jaune : ses zones d'habitats d'été ;
En bleu : ses zones d'hivernage.

L'Huîtrier pie est aujourd'hui le seul représentant du genre des huîtriers-pie vivant dans le Paléarctique occidental. Il s'agit d'une espèce migratrice sur la majeure partie de son aire de répartition. La population européenne se reproduit principalement dans le nord de l'Europe et dans les îles Britanniques, mais en hiver, on peut trouver les oiseaux en Afrique du Nord et dans le sud de l'Europe. De petites parties de la population nicheuse d'Islande restent sur la côte islandaise pendant l'hiver. Le reste de la population nicheuse islandaise passe l'hiver sur les côtes de la mer d'Irlande, où se retrouvent également les huîtriers-pie qui nichent dans les îles Féroé. Tant les populations nicheuses norvégiennes que les oiseaux qui se reproduisent dans les Pays baltes et en Russie passent l'hiver dans la mer des Wadden en mer du Nord.

Bien que l'espèce soit présente toute l'année en Irlande, en Grande-Bretagne et sur les côtes européennes adjacentes, il y a toujours des mouvements migratoires: les grandes volées que l'on trouve dans les estuaires du sud-ouest de l'Angleterre en hiver se reproduisent principalement dans le nord de l'Angleterre ou en Écosse.

La sous-espèce Haematopus ostralegus longipes niche en Asie mineure, en Sibérie occidentale et dans le sud de la Russie centrale. Les membres de cette sous-espèce hivernent en Afrique de l'Est, en Arabie et dans l'ouest de l'Inde

La sous-espèce Haematopus ostralegus osculans est en revanche nicheuse au Kamtchatka, en Chine et sur la côte ouest de la péninsule coréenne. Ils étaient notamment nicheurs, avant son endiguement, dans la Saemangeum, située sur la côte ouest de la Corée du Sud, à l'embouchure des fleuves Dongjin et Mangyung, et qui, avec ses 400 kilomètres carrés, faisait partie des plus grandes vasières de la planète. Les individus de cette sous-espèce hivernent dans le sud de la Chine.

En raison de ses effectifs importants et de son comportement facilement identifiable, l'Huîtrier pie est une espèce indicatrice importante de la santé des écosystèmes où il se rassemble. Des études approfondies à long terme ont été menées sur son comportement de recherche de nourriture, dans le nord de l'Allemagne, aux Pays-Bas et en particulier dans l'estuaire de la rivière Exe, dans le sud-ouest de l'Angleterre[3]. Ces études constituent une partie importante des fondements de la discipline moderne de l'écologie comportementale.

Habitat[modifier | modifier le code]

L'Huîtrier pie montre un fort attachement aux côtes soumises à l'influence des marées pour des raisons alimentaires. Il préfère donc les côtes maritimes peu profondes et les îles, les embouchures de fleuves et de rivières. Les parties du littoral utilisées pendant la période de reproduction doivent présenter un substrat permettant de gratter la cuvette du nid. Il niche entre autres sur les plages de rochers, de galets et de sable ainsi que dans les dunes primaires et secondaires. Aux Pays-Bas, dans le nord-ouest de l'Allemagne et en partie aussi en Grande-Bretagne, on le trouve aussi dans les champs et les prairies à herbe rase pendant la période de reproduction; à l'intérieur des terres, il séjourne presque exclusivement dans les pâturages humides[4] où il niche de préférence près des lacs ou des larges rivières avec des rives de gravier. Il occupe notamment les vallées de l'Elbe, de l'Oder, du Rhin et de l'Ems[5]. Les lacs de dragage dans les gravières correspondent également à son habitat.

Migration[modifier | modifier le code]

Les oiseaux commencent à migrer vers leurs quartiers d'hiver à la fin de la période de reproduction. Les populations nicheuses européennes commencent leurs mouvements migratoires à partir de la mi-juillet. Elles s'intensifient en août et en septembre. Le retour dans les zones de nidification commence dès la fin janvier et se poursuit jusqu'en avril. Pour les oiseaux qui nichent en Asie centrale, le retour se termine encore plus tard. Lors de leur migration, les oiseaux suivent le tracé des côtes et ne se retrouvent qu'exceptionnellement à l'intérieur des terres.

Effectifs et évolution des effectifs[modifier | modifier le code]

A partir du milieu du 19e siècle, les populations d'Huîtriers pies ont connu un net recul en raison des persécutions et des perturbations sur les sites de nidification. La population de ces oiseaux s'est lentement reconstituée depuis 1920 environ, après que les premières mesures de protection ont été prises. Depuis les années 1930, une colonisation a eu lieu le long des plaines fluviales. L'extension de l'agriculture herbagère, la diminution du ramassage des œufs des huîtriers, le recul de la chasse, l'augmentation des proies due à l'eutrophisation ainsi que la colonisation des terres agricoles ont notamment contribué à l'augmentation des effectifs[6]. Cela a en partie conduit à une augmentation exponentielle des effectifs. Ainsi, en 1955, les Pays-Bas comptaient entre 8'000 et 12'000 couples nicheurs. Au début du 21e siècle, la population nicheuse était passée de 80'000 à 130'000 couples nicheurs[6]. 72% des huîtriers pie appartenant à la forme nominale passent l'hiver dans seulement treize régions[7].

L'UICN estime la population totale d'Huîtriers pies à 1,1-1,2 million d'individus et classe l'espèce dans la catégorie des espèces non menacées (least concern). En Europe centrale, les fluctuations actuelles de la population sont principalement dues à la persécution, aux dérangements et à la modification du biotope d'une part, et d'autre part aux mesures de protection intensives et aux endiguements dont bénéficie l'Huîtrier pie. L'élément déclencheur de l'implantation à l'intérieur des terres a probablement été la modernisation et l'intensification de l'agriculture. Ainsi, depuis le milieu des années 2000, les effectifs dans les districts de Grafschaft Bentheim et d'Emsland, où l'on observait auparavant une forte population à l'intérieur des terres, sont en net recul, la diminution drastique des surfaces en herbe et l'exploitation fortement plus intensive des surfaces en herbe restantes, associées à une pression accrue des prédateurs et aux perturbations de la nidification par les promeneurs, les chiens et les cavaliers, en étant probablement les principales causes. En raison de la diminution des surfaces de nidification appropriées et exemptes de perturbations, on constate dans ces régions comme ailleurs en Basse-Saxe une augmentation des nids d'huîtriers sur les toits plats, même dans les villes.

Parmi les pays européens qui comptent plus de 20'000 couples nicheurs, on trouve, outre les Pays-Bas, l'Allemagne, la Norvège et la Grande-Bretagne. En Europe centrale, entre 112'000 et 168'000 couples nicheurs se sont reproduits au début du 21e siècle. La population hivernale en Europe se situe entre 900'000 et 1'100'000 individus[8].

Les Huîtriers pies sont considérés comme l'une des espèces les plus touchées par les conséquences du réchauffement climatique. Une équipe de recherche mandatée par l'Agence britannique pour l'environnement et la RSPB pour étudier l'évolution future de la répartition des oiseaux nicheurs européens sur la base de modèles climatiques estime que l'huîtrier pie verra ses populations nicheuses s'éteindre en grande partie d'ici la fin du 21e siècle en Europe occidentale et centrale. Le Svalbard et la Nouvelle-Zemble deviendront certes des zones de distribution pour les huîtriers pies, mais cette extension de l'aire de répartition au nord ne pourra pas compenser les pertes d'aire de répartition prévues au sud[9].

Systématique[modifier | modifier le code]

L'huîtrier d'Europe a été répertorié par le naturaliste suédois Carl von Linné en 1758 dans la dixième édition de son Systema naturae sous le nom binomial Haemotopus ostralegus[10]. Le nom de genre Haematopus combine le grec ancien haima αἳμα signifiant "sang" et pous πούς signifiant "pied". L'épithète spécifique ostralegus combine le latin ostrea signifiant "huître" et legere signifiant "rassembler"[11].

Le nom d'huîtrier a été inventé par Mark Catesby en 1731 comme nom commun pour l'espèce nord-américaine Haemotopus palliatus, décrite comme mangeant des huîtres[12]. William Yarrell l'a établi en 1843 comme le nom le plus commun, remplaçant l'ancien nom de pie de mer[12].

Temporairement considérées, dans la classification de Sibley-Ahlquist, comme appartenant à une tribu (Haematopodini) de la famille des charadriidés (dans la même sous-famille que les avocettes et les échasses), les 11 espèces d'huîtriers ont actuellement une famille qui leur est propre : les haematopodidés.

Sous-espèces[modifier | modifier le code]

D'après Alan P. Peterson, cette espèce est constituée des sous-espèces suivantes :

  • Haematopus ostralegus buturlini Dementiev 1941 ;
  • Haematopus ostralegus longipes Buturlin 1910 ;
  • Haematopus ostralegus osculans Swinhoe 1871 ;
  • Haematopus ostralegus ostralegus Linnaeus 1758.

Deux sous-espèces supplémentaires ont un temps été reconnues, mais ce n'est plus le cas aujourd'hui. Il s'agissait de H. o. occidentalis et H. o. malacophaga.

L'Huîtrier pie et l'être humain[modifier | modifier le code]

Oiseau national des Îles Féroé[modifier | modifier le code]

Aux îles Féroé, dans l'Atlantique Nord, l'Huîtrier pie, sous le nom indigène de Tjaldur, est l'oiseau national dont le retour annuel des quartiers d'hiver le 12 mars, jour de Grækarismessa, est célébré par les Féroïens comme le début du printemps.

Dans la chanson Fuglakvæði, le héros national féroïen Nólsoyar Páll a chanté au 19e siècle cet oiseau qui est depuis devenu le symbole de la quête d'indépendance des Féroé. Il doit ce statut à son comportement qui consiste à avertir tous les autres animaux en cas de danger.

L'huîtrier pie est strictement protégé aux îles Féroé. Des dizaines de milliers de couples s'y reproduisent. Quelques spécimens passent également l'hiver aux îles Féroé, mais la plupart migrent vers le sud.

La langue féroïenne connaît également un mot pour désigner le son émis par l'huîtrier pie : klipp klipp !

Divers[modifier | modifier le code]

En Allemagne, en raison de son apparence similaire, l'Huîtrier pie est également appelé "cigogne de Frise" dans le langage populaire.

L'astéroïde de la ceinture principale intérieure (8442) Ostralegus porte le nom de l'Huîtrier pie (nom scientifique : Haematopus ostralegus). Au moment où l'astéroïde a été nommé, le 2 février 1999, l'Huîtrier pie figurait sur la liste bleue néerlandaise des oiseaux importants, publiée en 1994 en même temps que la liste rouge néerlandaise des espèces d'oiseaux menacées.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d The Birds of the Western Palearctic [Abridged], OUP, 1997. (ISBN 0-19-854099-X).
  2. (en) Joan Roughgarden, Evolution's rainbow : diversity, gender, and sexuality in nature and people, University of California Press, (ISBN 0-520-24073-1, 978-0-520-24073-5 et 0-520-24679-9, OCLC 53375995, lire en ligne), p. 134
  3. John Goss-Custard, The oystercatcher : from individuals to populations, Oxford University Press, (ISBN 0-19-854647-5 et 978-0-19-854647-4, OCLC 33818077, lire en ligne)
  4. (de) Martin Flade, Die Brutvogelgemeinschaften Mittel- und Norddeutschlands : Grudlagen für den Gebrauch vogelkundlicher Daten in der Landschaftsplanung, IHW, (ISBN 3-930167-00-X et 978-3-930167-00-5, OCLC 36279772, lire en ligne), p. 542
  5. (de) Martin Flade, Die Brutvogelgemeinschaften Mittel- und Norddeutschlands : Grudlagen für den Gebrauch vogelkundlicher Daten in der Landschaftsplanung, IHW, (ISBN 3-930167-00-X et 978-3-930167-00-5, OCLC 36279772, lire en ligne), p. 543
  6. a et b (de) Hans-Günther Bauer, Einhard Bezzel et Wolfgang Fiedler, Nonpasseriformes - Nichtsperlingsvögel, (ISBN 3-89104-647-2 et 978-3-89104-647-0, OCLC 299973988, lire en ligne), p. 418
  7. (en) Simon Delaney, Derek A. Scott, Timothy Dodman et D. A. Stroud, An Atlas of wader populations in Africa and western Eurasia, Wetlands International, (ISBN 978-90-5882-047-1 et 90-5882-047-5, OCLC 423256690, lire en ligne), p. 49
  8. (de) Hans-Günther Bauer, Einhard Bezzel et Wolfgang Fiedler, Nonpasseriformes - Nichtsperlingsvögel, (ISBN 3-89104-647-2 et 978-3-89104-647-0, OCLC 299973988, lire en ligne), p. 417
  9. (en) Rhys Green, Yvonne C. Collingham et Stephen G. Willis, A climatic atlas of european breeding birds, (ISBN 978-84-96553-14-9 et 84-96553-14-0, OCLC 870601605, lire en ligne), p. 164
  10. (la) Carl von Linné et Lars Salvius, Caroli Linnaei...Systema naturae per regna tria naturae :secundum classes, ordines, genera, species, cum characteribus, differentiis, synonymis, locis, vol. 1, Impensis Direct. Laurentii Salvii, (lire en ligne), p. 152
  11. (en) James A. Jobling, The Helm dictionary of scientific bird names : from aalge to zusii, Christopher Helm, (ISBN 978-1-4081-3326-2, 1-4081-3326-1 et 978-1-4081-2501-4, OCLC 659731768, lire en ligne), p. 184
  12. a et b (en) W. B.. Lockwood, The Oxford dictionary of British bird names, Oxford University Press, (ISBN 0-19-866196-7 et 978-0-19-866196-2, OCLC 28291415, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :