Saint-Mars-la-Réorthe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Mars.

Saint-Mars-la-Réorthe
Saint-Mars-la-Réorthe
L’église Saint-Médard en .
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Vendée
Arrondissement La Roche-sur-Yon
Canton Les Herbiers
Intercommunalité Communauté de communes du Pays-des-Herbiers
Maire
Mandat
Gérard Préaud
2014-2020
Code postal 85590
Code commune 85242
Démographie
Gentilé Marsiréorthais
Population
municipale
965 hab. (2016 en augmentation de 3,99 % par rapport à 2011)
Densité 104 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 51′ 45″ nord, 0° 55′ 28″ ouest
Altitude 156 m
Min. 101 m
Max. 262 m
Superficie 9,28 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte administrative de la Vendée
City locator 14.svg
Saint-Mars-la-Réorthe

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte topographique de la Vendée
City locator 14.svg
Saint-Mars-la-Réorthe

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Mars-la-Réorthe

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Mars-la-Réorthe
Liens
Site web Site officiel

Saint-Mars-la-Réorthe est une commune française située dans le département de la Vendée en région Pays de la Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire municipal de Saint-Mars-la-Réorthe s’étend sur 928 hectares. L’altitude moyenne de la commune est de 156 mètres, avec des niveaux fluctuant entre 101 et 262 mètres[1],[2].

La commune est arrosée par le Petit Lay qui la limite en partie au sud-ouest.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Saint-Mars-la-Réorthe a obtenu sa deuxième fleur au Concours des villes et villages fleuris lors du palmarès 2008.

Économie[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal de Saint-Mars a décidé début 2009 de lancer une construction nouvelle, regroupant restaurant scolaire et centre périscolaire. Les travaux ont débuté début 2011, rue du Pouët, juste à côté de l'école Saint-Médard. L'ensemble est édifié sur une surface de 1 728 m2, 603 m2 étant occupés par les bâtiments. La surface du centre périscolaire permettra d'accueillir 55 enfants et celle du restaurant scolaire au moins 120 pensionnaires.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Durant la Révolution, la commune porte le nom de Le Val-la-Réorthe[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Sur les collines du Haut-Bocage, un site mésolithique et chalcolithique a été étudié par Olivier Gandriau au lieudit le Bois des Jarries. Cet archéologue a publié les résultats de ses travaux dans le bulletin du Groupe vendéen d'études préhistoriques (GVEP)[4]. L'occupation mésolithique révèle la présence des derniers chasseurs-cueilleurs et se situe chronologiquement entre -10000 et -6000. Plus tardivement au troisième millénaire avant notre ère, au Chalcolithique, plus précisément le Campaniforme a laissé des traces d'un habitat.

Au lieu-dit la Boutarlière, une vierge a été placée tout en haut d'une colonne de huit mètres, pour protéger la commune de la foudre. C'était en 1855.

La colonne est aussi le point de départ d'un sentier pédestre fléché qui permet de découvrir Saint-Mars, le poumon vert du canton des Herbiers. La balade peut se terminer avec la visite de l'église Saint-Médard, reconstruite en 1887.

Des vitraux illustrant les épisodes douloureux des guerres de Vendée dans la commune, le chemin de croix peint sur cuivre, la statue de saint Roch inscrite au titre des monuments historiques y sont à découvrir. Un vitrail raconte également l'histoire de « Notre-Dame de la Colonne ».

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Article connexe : Histoire des maires de France.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1936 1977 Charles Gaschignard    
1977 1983 Gérard Beaucamp    
1983 1995 Joseph Halleux[Note 1]    
1995 2014 Jean-Claude Ageneau[Note 2],[5]   enseignant
2014 En cours Gérard Préaud[6]   chef d'entreprise
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[8].

En 2016, la commune comptait 965 habitants[Note 3], en augmentation de 3,99 % par rapport à 2011 (Vendée : +4,51 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
600473642694693726814707736
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
753741738742784785812825834
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
790773757637637637629580636
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
684648636752797760776895958
2016 - - - - - - - -
965--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (17,3 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (25,1 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,4 % contre 48,4 % au niveau national et 49 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50,4 % d’hommes (0 à 14 ans = 17,6 %, 15 à 29 ans = 25,8 %, 30 à 44 ans = 20,2 %, 45 à 59 ans = 21,7 %, plus de 60 ans = 14,6 %) ;
  • 49,6 % de femmes (0 à 14 ans = 16,4 %, 15 à 29 ans = 22,3 %, 30 à 44 ans = 19 %, 45 à 59 ans = 22,3 %, plus de 60 ans = 20 %).
Pyramide des âges à Saint-Mars-la-Réorthe en 2007 en pourcentage[10]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90 ans ou +
0,0 
3,8 
75 à 89 ans
8,3 
10,5 
60 à 74 ans
11,7 
21,7 
45 à 59 ans
22,3 
20,2 
30 à 44 ans
19,0 
25,8 
15 à 29 ans
22,3 
17,6 
0 à 14 ans
16,4 
Pyramide des âges du département de la Vendée en 2007 en pourcentage[11]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ans ou +
1,2 
7,3 
75 à 89 ans
10,6 
14,9 
60 à 74 ans
15,7 
20,9 
45 à 59 ans
20,2 
20,4 
30 à 44 ans
19,3 
17,3 
15 à 29 ans
15,5 
18,9 
0 à 14 ans
17,4 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Médard reconstruite en 1887.

À découvrir : les vitraux illustrant les épisodes douloureux des guerres de Vendée à Saint-Mars-la-Réorthe, le chemin de croix peint sur cuivre, la statue de saint Roch inscrite au titre des Monuments Historiques.

  • La Vierge de la colonne : placée sur une colonne de huit mètres, elle domine le bourg sur les hauteurs de la Boutarlière. Elle fut érigée en 1855 pour protéger la commune des orages.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Réélu en 1989.
  2. Réélu en 2001 et 2008.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Commune 23159 », Géofla, version 2.2, base de données de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la France métropolitaine, 2016 [lire en ligne].
  2. « Saint-Mars-la-Réorthe », Répertoire géographique des communes, fichier de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la Métropole, 2015.
  3. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Bulletins du Groupe vendéen d'études préhistoriques
  5. Site officiel de la préfecture de la Vendée - liste des maires(doc pdf)
  6. Ouest France
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  10. « Évolution et structure de la population », sur insee.fr (consulté le 6 mai 2011)
  11. « Résultats du recensement de la population de la Vendée en 2007 » [archive du ], sur insee.fr (consulté le 11 juin 2011)