Savoie-Nemours

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Armoiries Savoie-Nemours.svg

La famille de Savoie-Nemours ou Genevois-Nemours constitue une branche cadette de la Maison de Savoie, qui dirige l'apanage du Genevois. Ces princes de 1514 à 1659 sont comtes, puis ducs apanagistes de Genevois et portent également les titres de « duc de Nemours » et « duc d'Aumale » du royaume de France voisin.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'apanage de Genevois est créé en 1424, puis recréé en 1534. Il fait suite au comté de Genève, acheté en 1401 par le comte de Savoie, Amédée VIII[1],[2].

En 1514, le duc de Savoie Charles II donne a son frère Philippe l'apanage du Genevois, auquel sont adjoints les baronnies de Beaufort (Beaufortain) et du Faucigny[2],[3]. Ce dernier obtient au même moment (en 1528) du roi de France le titre de duc de Nemours, donnant naissance à une nouvelle branche de la Maison de Savoie[4].

Entretenant des liens étroits avec la Maison royale de France et les Guise, ils participent activement aux nombreux évènements politiques et alliances des XVIe siècle et XVIIe siècle, telles la Ligue et la Fronde[4]. Leur implication dans le cours des évènements aboutit à leurs difficultés financières et à de lourdes dettes malgré leurs importantes possessions en Savoie et en France.

La branche s'éteint en 1659[3].

Liste des Savoie-Nemours[modifier | modifier le code]


Armoiries Savoie-Nemours 1652.svg

Références[modifier | modifier le code]

  1. Perrillat 2015, p. 12-14.
  2. a et b Catherine Santschi, « Genevois » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne.
  3. a et b Paul Guichonnet, Nouvelle encyclopédie de la Haute-Savoie : Hier et aujourd'hui, Montmélian, La Fontaine de Siloé, , 399 p. (ISBN 978-2-84206-374-0, lire en ligne).
  4. a et b Guy Gavard (préf. Paul Guichonnet), Histoire d'Annemasse et des communes voisines : les relations avec Genève de l'époque romaine à l'an 2000, Montmélian, La Fontaine de Siloé, coll. « Les Savoisiennes », , 439 p. (ISBN 978-2-84206-342-9, lire en ligne), p. 78.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Réjane Brondy, Bernard Demotz, Jean-Pierre Leguay, Histoire de Savoie : La Savoie de l'an mil à la Réforme, XIe-début XVIe siècle, Ouest France Université, , 626 p. (ISBN 2-85882-536-X). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article.
  • Henri Baud, Jean-Yves Mariotte, Jean-Bernard Challamel, Alain Guerrier, Histoire des communes savoyardes. Le Genevois et Lac d'Annecy (Tome III), Roanne, Éditions Horvath, , 422 p. (ISBN 2-7171-0200-0).
  • Pierre Duparc, Le comté de Genève, IXe-XVe siècle, t. XXXIX, Genève, Société d'histoire et d'archéologie de Genève, coll. « Mémoires et Documents », , 128 p..
  • Laurent Perrillat, « Les apanages de Genevois au XVe siècle. quelques résultats de recherches sur les institutions et les hommes », Etudes savoisiennes, no halshs-01023760,‎ (lire en ligne)
  • Laurent Perrillat, L'apanage de Genevois aux XVIe et XVIIe siècles : pouvoirs, institutions, société (tome I), vol. 113, t. 1, Académie salésienne, , 540 p. (lire en ligne).
  • Laurent Perrillat, L'apanage de Genevois aux XVIe et XVIIe siècles : pouvoirs, institutions, société (tome II), vol. 113, t. 2, Académie salésienne, , 1070 p. (lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]