Saint-Cyprien (Dordogne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Cyprien.
Saint-Cyprien
Le clocher-donjon de l'église Saint-Cyprien.
Le clocher-donjon de l'église Saint-Cyprien.
Blason de Saint-Cyprien
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Sarlat-la-Canéda
Canton Vallée Dordogne
(bureau centralisateur)
Intercommunalité Communauté de communes Vallée de la Dordogne et Forêt Bessède
(siège)
Maire
Mandat
Christian Six
2014-2020
Code postal 24220
Code commune 24396
Démographie
Gentilé Cypriotes
Population
municipale
1 581 hab. (2012)
Densité 74 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 52′ 14″ N 1° 02′ 40″ E / 44.8705555556, 1.0444444444444° 52′ 14″ Nord 1° 02′ 40″ Est / 44.8705555556, 1.04444444444
Altitude Min. 55 m – Max. 240 m
Superficie 21,50 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de Dordogne
City locator 14.svg
Saint-Cyprien

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de Dordogne
City locator 14.svg
Saint-Cyprien

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Cyprien

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Cyprien

Saint-Cyprien est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Aquitaine. C'est le chef-lieu du canton de Saint-Cyprien.

Ses habitants sont appelés les Cypriotes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Saint-Cyprien fait partie du Périgord noir et se situe en rive droite de la vallée de la Dordogne. Elle est implantée au flanc d'un coteau.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Cyprien
Campagne Les Eyzies-de-Tayac-Sireuil Meyrals
Coux-et-Bigaroque Saint-Cyprien Castels
Mouzens Berbiguières

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom du lieu se réfère à l'ermite Cyprien, fondateur sur place d'un monastère[1].

En occitan, la commune porte le nom de Sent Cíbran[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Petite ville née autour d'une abbaye de chanoines réguliers de Saint-Augustin, qui aurait été bâtie sur la tombe d'un ermite appelé Cyprien. Cet ermite se serait installé en l'an 620 dans les grottes de Fages qui surplombent l'actuel village. Il y aurait fondé un monastère. Les invasions barbares, à partir de 848, obligent les religieux à s’entourer de remparts, dont le clocher-donjon est un vestige.

En 1076, le monastère, rattaché à l’ordre des Augustins, devient si florissant que Bertrand de Got, archevêque de Bordeaux et futur pape Clément V, le place sous sa juridiction.

Pendant la guerre de Cent Ans, Saint-Cyprien va souffrir de sa position avancée sur la frontière entre l’Aquitaine d'Aliénor et le Royaume de France.

Le Château des Fages et le prieuré sont incendiés par les armées calvinistes pendant les Guerres de religion, en 1568. En 1685, le monastère est reconstruit. Déclaré « bien national », il est vendu le 23 avril 1791 à la commune pour la somme de 8 125 francs. En 1871, la Régie française des tabacs le transforme en entrepôt après avoir abattu le cloître et fait murer les portes de communication avec l’église qui était devenue « temple de la Raison consacré à l'Être Suprême » en 1792.

La commune porta, au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), le nom de Cyprien-sur-Dordogne[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1790 1797 Joseph Prunis    
1797 1801 Guillaume Lanceplene    
1801 1810 Plassial    
1810 1819 Guillaume Lavergne Demarqueyssac    
1819 1820 Ludovic de Beaumont    
1820 1827 de Carbonnier de Marzac    
1827 1830 de Beaumont    
1830 1831 Beynac    
1831 1836 Careymat    
1836 1846 Eugène Lacroix    
1846 1848 Jean Huard    
1848 1849 Pierre Lasserre    
1849 1868 Pierre La Velle    
1868 1875 Anatole Lanceplene    
1875 1876 François Hodemon    
1876 1878 Jean Rantet    
1878 1884 (Antoine) Georges Escande   Député
1884 1890 Julien Gueyne    
1890 1903 Léon Pestillat    
1903 1919 Clément Chartroule    
1919 1929 Ernest Monset    
1929 1935 André Deboord    
1935 1941 Léon Delrieux    
1941 1941 Gabriel Delfour    
1941 1944 Joseph Costes   Président de la délégation spéciale
1944 1953 Maurice Janot   Conseiller général
1953 1957 Jean Bru    
1957 1976 Jean Ladignac MRG Conseiller général
1976 1989 Yvonne Ladignac MRG  
1989 1995 Aymar de Beaumont    
1995 mars 2014 Pierre Mounet SE Retraité agricole
mars 2014[4] en cours Christian Six   Artisan

Jumelages[modifier | modifier le code]

Panneau de jumelage de Saint-Cyprien.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués à Saint-Cyprien depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (2007, 2012, 2017, etc. pour Saint-Cyprien[5]). Depuis 2006, les autres dates correspondent à des estimations légales. En 2012, Saint-Cyprien comptait 1 581 habitants.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 300 1 746 2 055 2 065 2 375 2 287 2 324 2 535 2 426
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 412 2 415 2 374 2 364 2 430 2 571 2 281 2 134 2 064
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 117 2 111 2 064 2 013 2 056 1 875 1 837 1 862 1 600
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 617 1 649 1 763 1 708 1 593 1 522 1 562 1 567 1 581
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Péchalou, laiterie artisanale bio, est implantée à Saint-Cyprien où elle emploie 16 personnes en 2014[7].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Cyprien
L'église Saint Cyprien

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Joséphine Baker était la marraine de Saint-Cyprien Athletic club » (SCAC) rugby
  • Bertrand de Got : (1264-1314), archevêque de Bordeaux, futur pape Clément V, place le monastère de Saint-Cyprien sous sa juridiction.
  • Christophe de Beaumont du Repaire, (1703-1781), prélat français dont le cœur repose dans une chapelle de Saint-Cyprien.
  • Joseph Prunis (1742-1816), clerc et homme politique, fut maire de Saint-Cyprien et y est décédé[17]
  • Pierre Boissel (1872-1939), médecin à Saint-Cyprien et poète occitan, il exerçait autrefois son activité dans les communes du canton. Ses poèmes écrits en patois périgordin ont été édités dans le recueil : Lou Ser ol Contou (« Le soir devant la cheminée »)[18].
  • Alberte Sadouillet-Perrin (1899-1999), historienne et écrivain local. A publié Mémoires d’une centenaire en Périgord sarladais[19] et Saint-Cyprien, sa plaine et ses coteaux.
  • Jean-Pierre Bouchard, psychologue, criminologue et acteur, a suivi le premier cycle d’études secondaires au collège d’enseignement général de Saint-Cyprien. Il a été licencié au « Saint-Cyprien Athletic club » (SCAC) rugby ainsi qu'aux clubs de handball et de cyclisme de Saint-Cyprien.
  • Arthur Cobalet (1855-1901), chanteur d'opéra, né à Saint-Cyprien
  • Élie Marty (1930-2003), est un homme politique français, né à Saint-Cyprien.
  • Louis de Carbonnier de Marzac (1810-1875) est un homme politique français né à Saint-Cyprien.
  • (Antoine) Georges Escande (1847-1928) est un homme politique français, conseiller général du canton de Saint-Cyprien, il devient maire de Saint-Cyprien de 1878 à 1884.

Héraldique et devise[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Cyprien Blason Parti de gueules à la croix pattée d'or et d'azur à saint Cyprien debout mitré, tenant de sa dextre une crosse contournée, le tout d'argent.
Détails Blason officiel présent sur le site internet de la commune.

Devise[modifier | modifier le code]

La devise de Saint-Cyprien est : Quid sucitabit telum qui signifie littéralement « qui osera tirer un trait » et que l'on peut traduire par « qui osera me défier »[20].

Associations culturelles[modifier | modifier le code]

L'association du Pont du Garrit se mobilise pour préserver, réhabiliter et animer le patrimoine du Pont du Garrit, qui traverse la Dordogne, entre les communes de Berbiguières et de Saint-Cyprien, ainsi que son environnement. Elle est aidée par Georges Pernoud ou Francis Cabrel[réf. nécessaire].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Abbé Carles, Dictionnaire des paroisses du Périgord, éditions du Roc de Bourzac, Bayac, 2004, (réédition à l'identique de celle de 1884 : Les titulaires et patrons du diocèse de Périgueux et de Sarlat), (ISBN 2-87624-125-0), p. 122-124.
  2. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 4 novembre 2013.
  3. a et b « Notice communale de Saint-Cyprien », sur la base Ehess-Cassini (consulté le 1 juillet 2012)
  4. Union départementale des maires de la Dordogne, consultée le 27 août 2014.
  5. « Calendrier de recensement », sur Insee (consulté le 24 mars 2014)
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2012.
  7. Eurydice Baillet, Il croit en Péchalou, Sud Ouest édition Périgueux du 8 décembre 2014, p. 11.
  8. « Château de Fages », base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 17 février 2011.
  9. « Château de Saint-Cyprien », base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 17 février 2011.
  10. « Église Saint-Cyprien », base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 17 février 2011.
  11. « Buffet d'orgue », base Palissy, ministère français de la Culture, consultée le 17 février 2011.
  12. « Autel, tabernacle (autel secondaire, tabernacle à ailes et dais d'exposition) », base Palissy, ministère français de la Culture, consultée le 17 février 2011.
  13. « Autel, tabernacle (maître-autel, tabernacle à dais d'exposition) », base Palissy, ministère français de la Culture, consultée le 17 février 2011.
  14. « Stalles », base Palissy, ministère français de la Culture, consultée le 17 février 2011.
  15. « Chaire à prêcher », base Palissy, ministère français de la Culture, consultée le 17 février 2011.
  16. « Presbytère de Saint-Cyprien », base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 17 février 2011.
  17. Fiche de Joseph Prunis sur le site de l'Assemblée nationale, consulté le 12 juin 2012.
  18. Docteur Boissel, Lou Ser ol Contou, 1936, éditions Michelet, Sarlat
  19. Alberte Sadouillet-Perrin, Mémoires d’une centenaire en Périgord saraladais, Éditions du Roc de Bourzac, 1998, (ISBN 2-87624-102-1)
  20. Selon la bannière sous le blason sur le site officiel de la commune, consulté le 1er juillet 2012.