François d'Escoubleau de Sourdis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

François d'Escoubleau de Sourdis
Image illustrative de l’article François d'Escoubleau de Sourdis
François de Sourdis par Le Bernin vers 1620
Biographie
Naissance
Châtillon-sur-Sèvre (France)
Décès
Bordeaux
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal
par le
pape Clément VIII
Titre cardinalice Cardinal-prêtre de Ss. XII Apostoli
Cardinal-prêtre de S. Marcello
Cardinal-prêtre de S. Pietro in Vincoli
Cardinal-prêtre de S. Prassede
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale par le
card. François de Joyeuse
Fonctions épiscopales Archevêque de Bordeaux

Ornements extérieurs Cardinaux.svg
Blason Escoubleau de Sourdis.svg
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

François d'Escoubleau de Sourdis, né le et mort le , fut archevêque de Bordeaux, cardinal et fondateur du collège d'Irlande en 1603.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Châtillon-sur-Sèvre dans le Poitou, François d'Escoubleau de Sourdis est le fils aîné de François d'Escoubleau et d'Isabeau Babou de la Bourdasière. Son père était seigneur de Jouy, d'Auneau et Mondoubleau, marquis d'Alluye, et gouverneur de Chartres, et François lui-même hérite du titre de comte de La Chapelle. Il était le cousin de Gabrielle d'Estrées (1573-1599), la favorite d'Henri IV.

En tant que fils aîné, il n'était pas destiné à une carrière ecclésiastique. Il fait ses humanités au Collège de Navarre de Paris, prend part au siège de Chartres (1591) et est destiné à épouser Catherine Hurault de Cheverny, fille du chancelier royal. Lors d'une visite à Rome, il rencontre le cardinal Frédéric Borromée (Federico Borromeo) et Filippo Neri (saint Philippe Néri, fondateur des Oratoriens) et décide d'entrer dans les Ordres. Il est nommé abbé commendataire de Preuilly, de Montréal, et d'Aubrac (1597-1600) et il est créé cardinal lors du consistoire du par le pape Clément VIII.

N'ayant pas l'âge requis, il bénéficie d'une dispense pour être nommé archevêque de Bordeaux et primat d'Aquitaine le . Il est consacré le 21 décembre 1599, à Saint-Germain-des-Prés à Paris, par le cardinal François de Joyeuse, archevêque de Toulouse, et reçoit la barrette de cardinal un an plus tard le . Il était le nommé par Sa Majesté pour estre pourvu de l'abbaye de la Roë. Il réforma l'abbaye de la Roë, dont il était abbé commendataire, 1600.

À Bordeaux, le cardinal de Sourdis s'implique dans un certain nombre d'améliorations urbaines en faisant assainir les sites marécageux des faubourgs de la ville, en rénovant le palais archiépiscopal datant du Moyen Âge, en faisant restaurer la basilique Saint-Michel. Il fit aussi construire le cloître des Cordeliers dans la ville de Saint-André-de-Cubzac (qui abrite aujourd'hui la bibliothèque publique locale) et l'église Saint-Bruno de Bordeaux (1611-1620).

En 1603, le cardinal de Sourdis accueille l'abbé Dermit MacCarthy, prêtre du diocèse de Cork, avec ses quarante compagnons, qui ont formé le noyau de la nouvelle Université irlandaise à l'Université de Bordeaux. Il accueille aussi de nombreuses congrégations et fait approuver la Compagnie des Filles de Notre Dame, fondée par sainte Jeanne de Lestonnac.

En 1605, il devient coadjuteur, avec les droits de succession de son oncle Henri d'Escoubleau de Sourdis, évêque de Mallezais, et en 1607 il baptise le duc d'Orléans, second fils d'Henri IV. En 1615, il célèbre lors de la même cérémonie, en la cathédrale Saint-André, les mariages d'Élisabeth de France, sœur de Louis XIII, et de l'Infant Philippe (futur Philippe IV d'Espagne), ainsi que celui de Louis XIII et de l'Infante Anne d'Autriche, sœur de Philippe.

À sa mort, son frère Henri de Sourdis (1593-1645) lui succède, et poursuit son œuvre réformatrice.

Article Interne[modifier | modifier le code]

Famille Babou de La Bourdaisière

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ravenéz, Louis-Waldemar 1813-1866, Histoire du Cardinal François de Sourdis : Du titre de Sainte-Praxède, archevêque de Bordeaux, primat d'Aquitaine, abbé de Mauléon et d'Oyrvaux, Bordeaux, G. Gounouilhou, , 582 p. (lire en ligne)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]