Polatouche de Sibérie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pteromys volans • Écureuil volant

Le Polatouche de Sibérie (Pteromys volans), appelé aussi Écureuil volant, est une espèce de rongeurs de la famille des Sciuridae capables de faire des vols planés.

Description[modifier | modifier le code]

Le Polatouche de Sibérie est un petit mammifère qui mesure entre 120 et 228 mm de long sans la queue. Il a de grands yeux noirs, et une fourrure épaisse et douce. En été le dos est d'un gris plus ou moins foncé, en hiver il devient gris argenté. Le ventre reste blanc toute l'année. La queue est plate et couverte de poils courts. Les membres sont courts et les pattes arrière sont nettement plus grandes que les pattes avants. Le polatouche est doté d'une membrane, le patagium, entre les membres supérieurs et inférieurs. En revanche il n'a pas de membrane entre les membres inférieurs et la queue, contrairement aux espèces d'écureuil volant nord-américaines. Les bords de la membrane sont bordés de fourrure.

Vol plané[modifier | modifier le code]

Le polatouche mérite véritablement le nom d'écureuil volant qu'on lui donne parfois, bien qu'il s'adresse en fait aux espèces nord-américaines. C'est un planeur remarquable, qui, en dépit de sa petite taille, est capable d'effectuer des « vols » de 10 à 15 m, grâce à une membrane appelée le patagium. Le vol plané le plus long observé par un zoologue russe est de 40 m. Le polatouche plane lentement et sans bruit, selon une trajectoire assez faiblement inclinée. Il s'élance du haut d'un arbre, non sans avoir longuement observé le point qu'il désire atteindre. Avant de se poser, l'animal redresse sa trajectoire en effectuant un brusque crochet ascendant pour atterrir contre un tronc la tête en haut. Il ne se pose pas de face, mais toujours latéralement sur l'un des côtés du tronc choisi, comme pour mieux amortir son impact. Il est aussi capable de changer de direction en vol et même d'effectuer des vols ascendants au gré des courants aériens. On ne l'a jamais vu atterrir sur une branche, mais toujours contre un tronc où sa coloration le rend pratiquement invisible.

Ecologie et répartition[modifier | modifier le code]

Les mœurs du polatouche sont encore très imparfaitement connues, en raison de son mode de vie discret. Ils vivent dans les forêts du nord de l'Europe jusqu'à la Sibérie et au Japon. Leur régime alimentaire est composé, suivant les saisons, de bourgeons, de feuilles, de graines d'arbres, de baies, et de champignons. Ils s'abritent dans des anfractuosités ou utilisent fréquemment des trous de pics qui leur servent aussi de garde-mangers. Ils n'hibernent pas.

Ce sont des animaux discrets, nocturnes, difficiles à observer et que l'activité humaine perturbe. Bien que l'espèce ne soit pas considérée comme menacée elle est en déclin dans plusieurs pays de son aire de répartition, particulièrement en Finlande[1].

Remarques[modifier | modifier le code]

De 1990 à 2005 le département de l'Oise a eu une mascotte nommée Polatouche (en fait un mélange entre un écureuil et un lémurien)[2],[3]. Le polatouche est aussi la mascotte du logiciel SPIP.

D'autres espèces de polatouches se rencontrent en Amérique du Nord, elles appartiennent au genre Glaucomys.

Références[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Shar, S., Lkhagvasuren, D., Henttonen, H., Maran, T. & Hanski, I, « Pteromys volans », sur The IUCN Red List of Threatened Species, 2016-errata 2017 (consulté le )
  2. Le Monde, « L'Oise sur la trace du "Polatouche". », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  3. Olivier Beaumont, « Sans une larme, la gauche « liquide » Polatouche. », Le Parisien,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]