Charles Spearman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Charles Spearman
Portrait de Charles Spearman
Biographie
Naissance Voir et modifier les données sur Wikidata
à LondresVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès Voir et modifier les données sur Wikidata (à 82 ans)
à LondresVoir et modifier les données sur Wikidata
Pays de nationalité Royaume-UniVoir et modifier les données sur Wikidata
Thématique
Profession Psychologue, statisticien et professeur d'université (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Employeur University College de LondresVoir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions Membre de la Royal Society (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Membre de Royal Society et LeopoldinaVoir et modifier les données sur Wikidata

Charles Edward Spearman, né le à Londres où il meurt le , est un psychologue anglais connu pour son travail sur l'intelligence et facteur g. Il fait des recherches en statistique et analyse factorielle. La corrélation de Spearman est nommée d'après lui.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fait ses études secondaires au Leamington College (Warwickshire)[1], puis des études d'ingénieur. Il exerce sa profession dans l'armée britannique, avec le grade d'officier pendant quinze ans[2]. Il démissionne de l'armée et prépare un doctorat de psychologie sous la direction de Wilhelm Wundt, à l'Institut de psychologie expérimentale de l'université de Leipzig, cursus interrompu par la guerre des Boers, durant laquelle il est officier formateur à Guernesey. Il fait à nouveau plusieurs séjours d'étude en Allemagne, entre 1997 et 1907. Il est nommé à l'[[University College, d'abord comme maître de conférences (Reader) en psychologie expérimentale où il succède à William McDougall, de Londres]] (1907-1911), puis comme professeur titulaire de la chaire Grote Professor of Mind and Logic (1911-1928), et comme professeur de psychologie (1928-1932). C'est à l'University College qu'il fait école en psychologie, en menant des recherches en psychologie expérimentale et en statistiques, tout en gardant des attaches avec la philosophie. Il publie deux livres importants, The Nature of Intelligence and the Principles of Cognition (1923) et The Abilities of Man (1927). Sa première théorisation de la « théorie des deux facteurs » est publié dans un article de l'American Journal of Psychology en 1904, puis il la retravaille après sa retraite universitaire à l'université de Chicago, avec Karl J. Holzinger[3],[4]. D'autres développements des travaux de Spearman sont dus au psychologue et psychométricien Louis Leon Thurstone, de l'université de Chicago.

Recherches[modifier | modifier le code]

Graphique de la corrélation de Spearman

Il élabore en 1904 une méthode statistique, l'analyse factorielle, permettant de dégager des facteurs communs à des variables observées. Cette méthode lui permet de postuler un facteur unique, le facteur g (pour général) qui sous-tendrait les performances à des tâches intellectuelles diverses.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • « General Intelligence objectively dtermined and measured », American Journal of Psychology 15, 201-293, 1904 [lire en ligne].
  • The Nature of Intelligence and the Principles of Cognition, London: Macmillan, 1923.
  • The Abilities of Man, London: Macmillan, 1927.
  • Creative Mind, New York: Appleton, 1931.
  • Psychology down the Ages, 1937.
  • Human ability, avec L. W. Jones, London: Macmillan, 1950.

Notoriété[modifier | modifier le code]

La médaille Spearman, créée en 1965 par la British Psychological Society pour récompenser les travaux de jeunes chercheurs en psychologie du Royaume-Uni, est nommée en son honneur.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Notice bibliographique, British Psychological Society [1].
  2. Godfrey Thomson, « Charles Spearman », The Royal Society, February 1947, Volume 5, issue 15, p. 373-385, DOI:10.1098/rsbm.1947.0006 [PDF].
  3. Karl J Holzinger & Charles Edward Spearman, Preliminary report of Spearman-Holzinger unitary trait study, 1934.
  4. Karl J. Holzinger, Statistical résumé of the Spearman two-factor theory, University of Chicago, Statistical Laboratory, Dept. of Education 1934 [2]
  5. Notice sur le site de la Leopoldina [3].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles Spearman, « Autobiography », in C. Murchison (éd.), A History of Psychology in Autobiography, vol.1, p.199-333, Worcester, MA: Clark University Press.
  • Georges Thinès, « Spearman Charles Edward (1863-1945) », Encyclopaedia Universalis, [lire en ligne].
  • « Charles Spearman », sur le site Human Intelligence, [lire en ligne].
  • A. R. Jensen, « Spearman, Charles Edward », in R. J. Sternberg (éd.), Encyclopedia of intelligence, vol. 1, p. 1007-1014, New York: Macmillan, 1994.
  • P. Lovie A. D. Lovie, Spearman, « Charles Edward (1863–1945) », Oxford Dictionary of National Biography DOI:10.1093/ref:odnb/36205.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]