Katip Çelebi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Katip Çelebi
Biographie
Naissance
Décès
Activités
Autres informations
Religions

Katip Çelebi, Mustafa bin Abdallah, Kalib-Tchélébi, Haji Khalifa ou Kalfa, (1609, Constantinople - 1657, Constantinople), savant turc.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un soldat, il a été lui-même un soldat pendant dix années jusqu'à ce qu'un héritage l'amène à une vie plus contemplative. Il a exécuté son Hajj en 1635. Il est devenu un fonctionnaire de gouvernement (ikindji khalif) tout en continuant à écrire ses contributions encyclopédiques. Il fut premier secrétaire et grand trésorier du sultan Murad IV.

Œuvres[modifier | modifier le code]

La plus connue est le Kashf al-zunun'an asami al-kutub wa al-funun, un dictionnaire bibliographique en langue arabe avec plus de 14 500 entrées dans l'ordre alphabétique. Ce travail a servi de base à la Bibliothèque Orientale de Barthélemy d'Herbelot de Molainville. En 1648, il entreprend la rédaction d'une ambitieuse description du monde connu qu’il intitule Cihân-nümâ, « Cosmorama » et qu'il poursuit jusqu'au 41e chapitre, sur le Caucase et l’Ermeniyye, lorsque la mort l'interrompt[1].

Parmi ses autres travaux :

  • Fadhlakat al-tawarikh (1639), une chronologie jusqu'à 1639, dont la liste des 1 300 sources a été perdue du manuscrit original.
  • Takwim al-tawarikh, une chronologie d'Adam jusqu'en 1648, traduit en italien par Rinaldi Carlo en Cronologia historica... Venise, 1697, traduit en latin par Koehler, et traduit en français, par Antoine Galland.
  • Découverte des pensées touchant les livres et les genres, précieux traité de bibliographie, publié à Leipzig par Gustave Leberecht Flügel, turc-latin, 7 volumes in-4, 1843-1858;
  • Géographie, en arabe ;
  • Histoire de Constantinople, etc., 1732 (traduite en français par Armain, 1743).

Il a également traduit des textes latins en coopération avec un Français converti à l'Islam connu sous le nom de shaykh Mehmed Iklāsī :

On peut noter en outre son étude et sa traduction partielle de l'«Atlas Minor» de Gerardus Mercator et Jodocus Hondius.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (de) Gottfried Hagen, Ein osmanischer Geograph bei der Arbeit. Entstehung und Gedankenwelt von Kâtib Çelebis Cihânnümâ, Berlin, Klaus Schwarz Verlag,

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Encyclopédie de l'Islam tome IV (1978), article Katib Celebi (p.791-792).
  • Jean-Louis BACQUÉ-GRAMMONT, « Un érudit ottoman entre orient et occident : Kâtîb Çelebî (1609-1657) », Rédaction,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]