Gottfried Wilhelm Leibniz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur les redirections « Leibniz » redirige ici. Pour les autres significations, voir Leibniz (homonymie).
Gottfried Wilhelm Leibniz
Gottfried Wilhelm von Leibniz.jpg
Portrait de Leibniz peint par Christoph Bernhard Francke.
Naissance
Décès
Sépulture
Neustädter Kirche (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Alte Nikolaischule (d) (-)
Université de Leipzig (-)
Université d'Iéna ()
Université d'Altdorf (-)Voir et modifier les données sur Wikidata
École/tradition
Principaux intérêts
Idées remarquables
Œuvres principales
Influencé par
A influencé
Célèbre pour
Adjectifs dérivés
leibnizien, leibnizienne
Père
Mère
Catharina Schmuck (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions
Leibniztempel (d)
Leibniz-Denkmal (d)
Leibnizdenkmal (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
signature de Gottfried Wilhelm Leibniz
signature

Gottfried Wilhelm Leibniz[n 1] (prononcer [ˈlaɪbnɪts]), né à Leipzig le [n 2] et mort à Hanovre le , est un philosophe, scientifique, mathématicien, logicien, diplomate, juriste, bibliothécaire et philologue allemand. Esprit polymathe, personnalité importante de la période Frühaufklärung, il occupe une place primordiale dans l'histoire de la philosophie et l'histoire des sciences (notamment des mathématiques) et est souvent considéré comme le dernier « génie universel ».

Il naît en 1646 à Leipzig dans une famille luthérienne ; son père, Friedrich Leibnütz, est professeur de philosophie morale à l'université de la ville. Après la mort de celui-ci en 1652, Leibniz, parallèlement à son éducation supervisée par sa mère et son oncle, étudie dans la bibliothèque léguée par son père. Entre 1661 et 1667, il étudie dans les universités de Leipzig, d'Iéna et d'Altdorf et obtient des diplômes en philosophie et en droit. À partir de 1667, il est employé par Johann Christian von Boyneburg et l'électeur de Mayence Johann Philipp von Schönborn. Entre 1672 et 1676, il séjourne à Paris et voyage à Londres et à La Haye, rencontrant les scientifiques de son époque et s'initiant aux mathématiques. À la suite de la mort de ses deux employeurs, en 1676, il accepte la proposition d'emploi par la maison de Hanovre régnant sur le duché de Brunswick-Lunebourg et s'installe à Hanovre où il occupe les postes de bibliothécaire et conseiller politique. Il y mène des recherches sur des domaines très diversifiés, voyageant à travers toute l'Europe et correspondant jusqu'en Chine, jusqu'à sa mort en 1716.

En philosophie, Leibniz est, avec René Descartes et Baruch Spinoza, l'un des principaux représentants du rationalisme. Au principe de non-contradiction, il ajoute trois autres principes à la base de ses réflexions : le principe de raison suffisante, le principe d'identité des indiscernables et le principe de continuité. Concevant les pensées comme des combinaisons de concepts de base, il théorise la caractéristique universelle, une langue hypothétique qui permettrait d'exprimer la totalité des pensées humaines, et qui pourrait résoudre des problèmes par le calcul grâce au calculus ratiocinator, anticipant l'informatique de plus de trois siècles. En métaphysique, il invente le concept de monade. Enfin, en théologie, il établit deux preuves de l'existence de Dieu, appelées preuves ontologique et cosmologique. Au contraire de Spinoza, qui pensait Dieu immanent, Leibniz le conçoit transcendant, à la manière traditionnelle des religions monothéistes. Pour concilier l'omniscience, l'omnipotence et la bienveillance de Dieu avec l'existence du mal, il invente, dans le cadre de la théodicée, terme qu'on lui doit, le concept de meilleur des mondes possibles, qui sera raillé par Voltaire dans le conte philosophique Candide. Il aura une influence majeure sur la logique moderne développée à partir du XIXe siècle ainsi que sur la philosophie analytique au XXe siècle.

En mathématiques, la contribution principale de Leibniz est l'invention du calcul infinitésimal (calcul différentiel et calcul intégral). Si la paternité de cette découverte a longtemps fait l'objet d'une controverse l'opposant à Isaac Newton, les historiens des mathématiques s'accordent aujourd'hui pour dire que les deux mathématiciens l'ont développé plus ou moins indépendamment. Il travaille également sur le système binaire comme remplaçant du système décimal, s'inspirant des vieux travaux chinois. Par ailleurs, il introduit la notation qui porte son nom et travaille également sur la topologie.

Écrivant en permanence — principalement en latin, français et allemand —, il lègue un immense patrimoine littéraire — Nachlass en allemand —, conservé à la bibliothèque de Hanovre. Il est composé d'environ 50 000 documents dont 15 000 lettres avec plus de mille correspondants différents, et n'est toujours pas entièrement publié.

Sommaire

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse (1646-1667)[modifier | modifier le code]

Premières années (1646-1661)[modifier | modifier le code]

Gottfried Wilhelm Leibniz[n 1] naît à Leipzig le [n 2], deux ans avant la fin de la Guerre de Trente Ans, dans une famille luthérienne[A 1],[3], « sans doute d'ascendance slave lointaine »[n 3],[R 2]. Son père, Friedrich Leibnütz, est juriste et professeur de philosophie morale à l'université de la ville, sa mère, Catherina Schmuck, troisième épouse de Friedrich[R 1], est la fille du professeur de droit Wilhelm Schmuck[A 1],[3],[4]. Leibniz a un demi-frère, Johann Friedrich (mort en 1696), une demi-sœur, Anna Rosine, et une sœur, Anna Catherina (1648-1672) — dont le fils, Friedrich Simon Löffler, est l'héritier de Leibniz[R 1],[R 2]. Il est baptisé le [R 3].

Son père meurt le [R 4] alors que Leibniz est âgé de six ans, et son éducation est alors supervisée par sa mère et son oncle, mais le jeune Leibniz apprend également en autodidacte dans l'importante bibliothèque qu'a laissée son père[A 1],[3]. En 1653, à l'âge de 7 ans, Leibniz est scolarisé à la Nikolaischule, où il restera jusqu'à son entrée à l'université en 1661[3],[5],[6],[7]— selon Yvon Belaval, il est néanmoins possible que Leibniz fut scolarisé avant même la mort de son père ; selon lui son parcours scolaire semble se dérouler ainsi : grammaire (1652-1655), humanités (1655-1658), philosophie (1658-1661)[R 4]. Bien qu'il apprenne le latin à l'école, il semble que vers l'âge de douze ans, Leibniz ait appris de lui-même le latin à un niveau avancé ainsi que le grec, semble-t-il afin de pouvoir lire les livres de la bibliothèque de son père[5]. Parmi ces livres, il s'intéresse surtout à la métaphysique et à la théologie, aussi bien d'auteurs catholiques que protestants[5]. Au fur et à mesure de son apprentissage, il s'estime insatisfait de la logique d'Aristote et commence à développer ses propres idées[5]. Comme il le rappellera plus tard dans sa vie, il était là en train de retrouver sans le savoir les idées logiques derrière les démonstrations mathématiques rigoureuses[5]. Le jeune Leibniz se familiarise avec les œuvres d'auteurs latins comme Cicéron, Quintilien, Sénèque, Hérodote, Xénophon et Platon, mais aussi des philosophes et théologiens scolastiques[4].

Formation et premiers travaux (1661-1667)[modifier | modifier le code]

En 1661, âgé de 14 ans (un âge pas exceptionnellement jeune à l'époque[5]), Leibniz entre à l'université de Leipzig[A 1], pour un baccalauréat en arts[R 5]. Son enseignement concerne surtout la philosophie et très peu les mathématiques ; il étudie aussi la rhétorique, le latin, le grec et l'hébreu[5]. Les penseurs modernes (Descartes, Galilée, Gassendi, Hobbes...) n'ayant pas encore eu d'impact sur les pays germanophones, Leibniz étudie surtout la scolastique, bien qu'on retrouve aussi des éléments de la modernité, notamment de l'humanisme de la Renaissance et des travaux de Francis Bacon[A 1],[3].

Il est l'élève de Jakob Thomasius qui supervise son premier travail philosophique, qui lui permet d'obtenir son baccalauréat en 1663[7] : Disputatio metaphysica de principio individui[A 1],[3]. Dans son travail, il « souligne la valeur existentielle de l'individu, qui ne peut être expliqué par sa matière seule ou sa forme seule mais plutôt dans son être tout entier »[5]. On retrouve ici les prémices de sa notion de monade[5].

Après son baccalauréat, il doit se spécialiser pour l'obtention d'un doctorat : ayant le choix entre théologie, droit et médecine, il choisit le droit[R 5]. Avant le début de ses cours, durant l'été 1663, il étudie quelque temps à Iéna, où il est exposé à des théories moins classiques, et a entre autres, comme professeur de mathématiques, le mathématicien et philosophe néopythagoricien Erhard Weigel, qui amènera Leibniz à commencer à s'intéresser aux preuves de type mathématique pour des disciplines telles que la logique et la philosophie[R 5],[5]. Les idées de Weigel, comme le fait que le nombre est le concept fondamental de l'Univers, auront une influence considérable sur le jeune Leibniz[5].

En octobre 1663, il est de retour à Leipzig pour son doctorat en droit[5]. Il doit à chaque étape de son cursus, travailler sur des « disputatio » et obtient un baccalauréat (en 1665[R 6],[7]) et une maîtrise[R 5]. Par ailleurs, en 1664, il obtient une maîtrise en arts en philosophie pour une dissertation combinant philosophie et droit en étudiant les relations entre ces domaines selon des idées mathématiques, comme il a appris de Weigel[5],[7].

Quelques jours après sa maîtrise en arts, sa mère meurt[5].

Après avoir obtenu son baccalauréat en droit, Leibniz se lance dans l'obtention d'une habilitation en philosophie[5]. Son travail, la Dissertatio de arte combinatoria (« Dissertation sur l'art combinatoire »), est publié en 1666[5]. Dans ce travail, Leibniz entend réduire tous les raisonnements et toutes les découvertes à une combinaison d'éléments de base, comme des nombres, des lettres, des couleurs, des sons[5]. Bien que l'habilitation lui donne le droit d'enseigner, il préfère se lancer dans l'obtention d'un doctorat en droit[R 5].

Malgré sa scolarité reconnue et sa réputation croissante, le doctorat en droit lui est refusé, pour des raisons partiellement inexpliquées[5]. Il est vrai qu'il était l'un des plus jeunes candidats et qu'il n'y avait que douze tuteurs en droit disponibles, mais Leibniz suspecta la femme du doyen d'avoir persuadé celui-ci de s'opposer au doctorat de Leibniz, pour une raison inexpliquée[R 5],[5]. Leibniz n'étant pas enclin à accepter un quelconque délai, il part pour l'université d'Altdorf où il est inscrit en [5],[R 5]. Sa thèse étant déjà prête, il devient docteur en droit dès avec sa thèse De Casibus Perplexis in Jure (« Des cas perplexes en droit »)[5],[R 5],[7],[8]. Les universitaires d'Altdorf sont impressionnés par Leibniz (il est applaudi lors de sa soutenance de thèse, en prose et en vers, sans notes, avec tant de facilité et de clarté que ses examinateurs peinent à croire qu'il ne l'a pas apprise par cœur[R 7]), et lui proposent un poste de professeur, qu'il refuse[5],[R 5],[R 7],[3].

Alors qu'il est encore peut-être étudiant à Altdorf, Leibniz obtient son premier emploi, plus solution provisoire que véritable ambition : secrétaire d'une société alchimique de Nuremberg (dont l'affiliation ou non à la Rose-Croix fait débat)[R 8],[R 9]. Il occupera ce poste pendant deux ans[R 9]. La nature exacte de son obédience est encore fort discutée par les historiens[R 8]. Il parlera de son passage comme d'un « doux rêve » dès 1669, et sur le ton de la plaisanterie dans une lettre à Gottfried Thomasius (de) de 1691[R 9]. De son appartenance à cette société, il espérait probablement des renseignements sur sa combinatoire[R 9].

Début de carrière (1667-1676)[modifier | modifier le code]

Francfort et Mayence (1667-1672)[modifier | modifier le code]

Quand il quitte Nuremberg, Leibniz ambitionne de voyager, au moins jusqu'en Hollande[R 10],[9]. Il rencontre peu après le baron Johann Christian von Boyneburg, ancien ministre en chef de l'électeur de Mayence Johann Philipp von Schönborn, qui l'emploie : en , Leibniz s'installe dans la ville de Boyneburg, Francfort-sur-le-Main, à proximité de Mayence[R 10],[5]. Rapidement, Boyneburg obtient pour Leibniz un poste d’assistant auprès du conseiller juridique de Schönborn[R 10], après que Leibniz ait dédié à Schönborn un essai sur la réforme du pouvoir judiciaire[4]. Ainsi, en 1668, il déménage à Mayence[5],[10]. Cependant, continuant à travailler pour Boyneburg, il passe autant de temps à Francfort qu'à Mayence[R 10]. Avec le conseiller juridique, il travaille sur le projet d'une grande recodification du droit civil[R 10],[4]. C'est dans cette optique qu'il compose son Nova methodus discendæ docendæque jurisprudentiæ.[réf. nécessaire] Un an et demi plus tard environ, Leibniz est promu assesseur à la cour d'appel[R 10].

Par ailleurs, Leibniz travaille sur plusieurs ouvrages concernant des thèmes politiques (Modèle de démonstrations politiques pour l’élection du roi de Pologne) ou scientifiques (Hypothesis physica nova (« Nouvelles Hypothèses physiques »), 1671).

Séjour à Paris (1672-1676)[modifier | modifier le code]

Il est envoyé en 1672 à Paris par Boyneburg en mission diplomatique pour convaincre Louis XIV de porter ses conquêtes vers l'Égypte plutôt que l'Allemagne[5]. Il y restera jusqu’en 1676[5]. Son plan échouera avec l'éclatement de la guerre de Hollande en 1672[4]. En attendant une opportunité de rencontrer le gouvernement français, il peut rencontrer les grands savants de l’époque[5]. Il est notamment en contact avec Nicolas Malebranche et Antoine Arnauld[5]. Avec ce dernier il parle particulièrement de la réunification des Églises[5]. À partir de l'automne 1672, il étudie les mathématiques et la physique sous l'égide de Christian Huygens[5]. Par conseil de ce dernier, il s'intéresse aux travaux de Grégoire de Saint-Vincent[5]. Il se consacre aux mathématiques et laisse à Paris son manuscrit sur la quadrature arithmétique du cercle (donnant π sous forme d'une série alternée). Il travaille également sur ce qui sera le calcul infinitésimal. Il conçoit en 1673 une machine à calculer qui permet d'effectuer les quatre opérations, et qui inspirera bien des machines à calculer des XIXe et XXe siècles (arithmomètre, Curta). Avant de rejoindre Hanovre, il se rend à Londres pour étudier certains écrits d’Isaac Newton ; tous deux posent les bases du calcul intégral et différentiel.

Par deux fois, en 1673 et en 1676, Leibniz se rend à Londres où il rencontre les mathématiciens et physiciens de la Royal Society[11]. Il devient lui-même fellow de la Royal Society le [5],[12].

Leibniz, ayant entendu parler des compétences en optique de Baruch Spinoza, philosophe rationaliste comme lui, envoie à ce dernier un traité d'optique ; Spinoza lui envoya ensuite une copie de son Traité théologico-politique qui intéressa fortement Leibniz[13]. Par ailleurs, par l'intermédiaire de son ami Ehrenfried Walther von Tschirnhaus, Leibniz est informé d'une grande partie des travaux de Spinoza sur l'Éthique (bien que Tschirnhaus ait interdiction d'en montrer une copie avancée)[11].

Hanovre (1676-1716)[modifier | modifier le code]

Maison de Leibniz, où il vécut entre 1698 et sa mort en 1716[D 1], ici vers 1900. Leibniz vivait au premier étage[D 1]. La maison fut détruite durant la Seconde Guerre mondiale, puis reconstruite à un autre emplacement[D 1].

Premières années à Hanovre (1676-1687)[modifier | modifier le code]

Après la mort de ses deux employeurs, Boyneburg en 1672 puis Schönborn en 1673, Leibniz cherche à s'installer à Paris ou à Londres, mais, ne trouvant aucun employeur, il accepte finalement après deux ans d'hésitation la proposition du duc Jean-Frédéric de Brunswick-Calenberg, qui le nomme bibliothécaire du duché de Brunswick-Lunebourg (puis, suite aux demandes de Leibniz dès , conseiller auprès de la maison de Hanovre en 1678), poste qu'il occupera pendant 40 ans, jusqu'à sa mort en 1716[D 2],[14],[4],[15]. Sur le chemin pour Hanovre, il fait étape à Londres, Amsterdam et La Haye, où il rencontre Spinoza, entre les et qui vit alors les derniers mois de sa vie, atteint de tuberculose[16],[17],[A 1]. Avec Spinoza, ils parlent de l'Éthique de ce dernier prête à la publication, de la physique cartésienne et de la version améliorée par Leibniz de l'argument ontologique sur l'existence de Dieu[A 1]. Il y rencontre également les microscopistes Jan Swammerdam et Antoni van Leeuwenhoek, entrevues qui auront une grande influence sur la conception des animaux de Leibniz[4]. Leibniz arrive finalement à Hanovre en par la malle-poste[D 2]. La ville est alors peuplée de 6 500 habitants de la vielle ville et 2 000 dans la nouvelle ville, de part et d'autre de la Leine[D 2].

En tant que bibliothécaire, Leibniz doit s'acquitter de tâches d'ordre pratique : administration générale de la bibliothèque, achat de nouveaux livres et de livres d'occasion, et inventaire des livres[R 11]. En 1679, il doit gérer le transfert de la bibliothèque du palais de Herrenhausen à Hanovre même[R 11].

Dans les années 1680 à 1686, il fait de nombreux voyages dans le Harz pour s'occuper de l'exploitation des mines. Leibniz a consacré l'équivalent de trois années au métier d'ingénieur des mines. Il s'occupa principalement de mettre au point des dispositifs d'extraction des eaux des mines grâce à des moulins à vent. Il entra en conflit avec les exploitants qui n'acceptaient pas ses nouvelles idées. Cela le conduisit à se poser des questions sur l'origine des fossiles, qu'il attribuait initialement à l'effet du hasard, mais dont il reconnut plus tard l'origine vivante. Son livre Protogæa ne sera publié qu'après sa mort, car les théories qu'il y développe sur l'histoire de la terre pouvaient déplaire aux autorités religieuses.

En 1682, il fonde à Leipzig le journal Acta Eruditorum avec Otto Mencke[15],[18]. L'année suivante, il y publie son article sur le calcul différentiel — Nova Methodus pro Maximis et Minimis[5]. Cependant, l'article ne contient aucune démonstration, et Jacques Bernoulli l'appellera une énigme plutôt qu'une explication[5]. Deux ans plus tard Leibniz publie son article sur le calcul intégral[5].

En 1686, il rédige un « Court discours de métaphysique », maintenant connu comme le Discours de métaphysique[11]. Le Discours est généralement considéré comme sa première œuvre philosophique mûre[11]. Il envoie un résumé du discours à Arnauld, entamant ainsi une riche correspondance qui traitera principalement de la liberté, de la causalité et de l'occasionnalisme[11].

Voyage en Autriche et en Italie (1687-1690)[modifier | modifier le code]

Le successeur du duc Jean-Frédéric après la mort de celui-ci en 1679, son frère Ernest-Auguste, cherchant à légitimer historiquement ses ambitions dynastiques, demande à Leibniz la réalisation d'un livre sur l'histoire de la maison de Brunswick[R 12]. Leibniz, occupé par les mines du Harz, ne peut s'en occuper tout de suite[R 12]. En , les expérimentations de Leibniz s'avérant être un échec, le duc, peut-être dans le but d'éloigner Leibniz des mines, l'emploie pour qu'il écrive l'histoire de la maison Welf, dont celle de Brunswick était une branche, depuis les origines jusqu'à l'époque contemporaine, lui promettant un salaire permanent[R 12]. Ce n'est qu'en que Leibniz quitte le Harz, pour se lancer pleinement dans ses recherches historiques[R 12].

Rapidement, Leibniz traite tout le matériel contenu dans les archives locales, et obtient la permission de partir en voyage en Bavière, en Autriche et en Italie, qui durera de à [R 12]. Leibniz est à Munich en 1687[7].

À Vienne, où il fait étape en attendant l'autorisation de François II de Modène de consulter les archives, il tombe malade et doit y rester quelques mois[19]. Pendant ce temps, il lit le compte-rendu des Philosophiæ Naturalis Principia Mathematica d'Isaac Newton, paru dans les Acta Eruditorum en [19]. En , il publie le Tentamen de motuum coelestium causis (« Essai sur les causes des mouvements célestes »), où il tente d'expliquer le mouvement des planètes à l'aide de la théorie des vortex de René Descartes, pour fournir une alternative à la théorie newtonienne qui recourt aux « force à distance »[19]. Par ailleurs, il rencontre l'empereur Léopold Ier, mais échoue à obtenir un poste de conseilleur impérial ou d'historien officiel, ou l'autorisation de fonder une « bibliothèque universelle »[R 12]. À la même époque, il obtient un succès diplomatique en parvenant à négocier le mariage entre la fille du duc Jean-Frédéric, Charlotte-Félicité, et du duc de Modène Renaud III[R 12].

En , Leibniz part pour Ferrare, en Italie[19]. En cette période de tensions religieuses, Leibniz, qui se rend dans un pays catholique en étant protestant, est vigilant et prévoyant[19]. Son secrétaire, Johann Georg von Eckhart, raconte ainsi qu'au moment de traverser le , les passeurs, sachant que Leibniz était allemand et donc fort probablement protestant, prévoient de le jeter par-dessus bord et de s'emparer de ses bagages[19]. Leibniz, s'apercevant du complot, sort de sa poche un rosaire et fait semblant de prier[19]. Les passeurs, voyant cela, pensent qu'il est catholique, et abandonnent leur plan[19].

De Ferrare, Leibniz part pour Rome, où il arrive le [19]. Outre son travail d'étude des archives, il prend le temps de rencontrer ses universitaires et des scientifiques[R 12]. Il a beaucoup de discussions à propos de l'union des Églises et rencontre le missionnaire chrétien Claudio Filippo Grimaldi, qui lui donne des renseignements sur la Chine (voir section Sinologie)[R 12],[19]. Il est élu membre de l'Académie physico-mathématique[R 12] et fréquente des académies et des cercles, prenant notamment la défense de l'héliocentrisme de Nicolas Copernic, qui n'est pas encore accepté par tous[19]. Il compose un dialogue, Phoranomus seu de potentia et legibus naturae (« Phoronomie ou La puissance et les lois de la nature »), la phoronomie étant l'ancêtre de ce qu'on appelle aujourd'hui cinématique, c'est-à-dire l'étude du mouvement sans prendre en compte les causes qui le produisent ou le modifient, autrement dit par rapport au temps et à l'espace uniquement[19].

En 1690, Leibniz séjourne à Florence[7], où il rencontre Vincenzo Viviani, qui fut élève de Galilée, avec qui il parle de mathématiques. Il se lie d'amitié avec Rudolf Christian von Bodenhausen, précepteur des fils du grand-duc de Toscane Cosme III, à qui il confie le texte encore inachevé de la Dynamica (« Dynamique »), où il définit la notion de force et formule un principe de conservation[19]. Après un bref passage à Bologne, Leibniz se rend à Modène où il poursuit ses recherches historiques[19].

1690-1711[modifier | modifier le code]

Leibniz voit ses efforts dans ses recherches historiques récompensés : en 1692, le duché de Brunswick-Lunebourg est élevé au rang d'électorat[R 12]. En récompense, le duc Ernest-Auguste le fait conseiller privé[R 12],[7]. Les autres branches de la maison de Brunswick lui sont également reconnaissantes : les co-ducs Rodolphe-Auguste et Antoine-Ulrich de Brunswick-Wolfenbüttel le nomment bibliothécaire à la Herzog August Bibliothek de Wolfenbüttel en 1691, s'engagent à payer un tiers du coût de publication de l'histoire de la maison Welf, et en 1696, le nomment conseiller privé[D 2],[R 13],[7]. Par ailleurs, le duc de Celle Georges-Guillaume accorde un salaire à Leibniz pour ses recherches historiques[R 13]. Les salaires annuels de Leibniz sont maintenant de 1 000 thalers à Hanovre, 400 de Brunswick-Wolfenbüttel, et 200 de Celle[R 13]. Leibniz est donc très bien payé, puisque même le plus bas salaire, celui de Celle, est supérieur à ce qu'un ouvrier qualifié peut espérer gagner[R 13]. À partir de ce moment et jusqu'à la fin de sa vie, il passera autant de temps à Brunswick, Wolfenbüttel et Celle qu'à Hanovre[R 13] — les allers-retours faisant 200 km, Leibniz passera beaucoup de temps à voyager, possédant sa propre voiture, et profitant des voyages pour écrire ses lettres[R 13].

En 1691, il publie à Paris, dans le Journal des savants, un Essai de dynamique où il introduit les termes énergie et action[20].

Le , Ernest-Auguste meurt et son fils Georges-Louis lui succède. Leibniz se voit de plus en plus écarté de son rôle de conseiller par le nouveau prince bien loin de l'homme cultivé que représentait Jean-Frédéric aux yeux de Leibniz qui y voyait le « portrait de Prince ». À l'inverse, l'amitié qu'il entretient avec Sophie de Hanovre et sa fille Sophie-Carlotte, reine de Prusse, se renforce[2],[4]

Le , il s'installe dans la maison où il résidera jusqu'à sa mort, située Schmiedestraße, nouvelle adresse de la bibliothèque de Hanovre[C 2],[D 1].

Il convainc le prince-électeur de Brandebourg (futur roi de Prusse) de fonder une Académie des sciences à Berlin dont il devient en le premier président[2],[21].

En 1710, il publie ses Essais de Théodicée, résultats de discussions avec le philosophe Pierre Bayle.

Reconnu comme le plus grand intellectuel d'Europe, il est pensionné par plusieurs grandes cours (Pierre le Grand en Russie, Charles VI en Autriche qui le fait baron), et correspondant des souverains et souveraines — notamment de Sophie-Charlotte de Hanovre.

Dernières années (1711-1716)[modifier | modifier le code]

La fin de la vie de Leibniz est peu réjouissante[A 1].

Il doit faire face à une controverse qui l'oppose à Isaac Newton sur la question de savoir lequel des deux a inventé le calcul infinitésimal, et se voit même accusé d'avoir volé les idées de Newton[A 1]. La plupart des historiens des mathématiques s'accordent aujourd'hui à considérer que les deux mathématiciens ont développé leurs théories indépendamment l'un de l'autre : Newton a commencé à développer ses idées le premier, mais Leibniz fut le premier à publier ses travaux[A 1].

À la cour, il est moqué pour l'apparence désuète (typique du Paris des années 1670) que lui donnent sa perruque et ses vêtements démodés[A 1].

En , il rencontre le tsar à Dresde, puis, se sentant à l'étroit à Hanovre, part pour Vienne (sans en demander l'autorisation à Georges-Louis) où il séjourne jusqu'à l'automne 1714[R 14].

En 1714, il doit faire face à la mort de deux proches : le , Antoine-Ulrich de Brunswick-Wolfenbüttel, et le , Sophie de Hanovre[R 14].

Quand, le , à la mort de la reine Anne, Georges-Louis devient roi de Grande-Bretagne, Leibniz demande à le rejoindre à Londres et demande même à devenir historien officiel d'Angleterre[R 15], mais au vu de la mauvaise réputation que le philosophe s'est acquise en Angleterre, le nouveau souverain refuse que Leibniz le suive et lui ordonne de rester à Hanovre[A 1].

Il envisage de partir à Paris, où Louis XIV l'a invité, mais la mort de ce dernier, ainsi que le fait qu'il lui faille se convertir, lui font abandonner cette proposition[R 15],[R 14]. Il envisage aussi sérieusement de s'installer à Vienne, où il va jusqu'à commencer des recherches pour se trouver une propriété[R 15]. Il songe également à Berlin, où il est président de l'Académie royale des sciences de Prusse, et à Saint-Pétersbourg, où il occupe un poste de conseiller[R 15]. Mais Leibniz, qui a alors plus de soixante ans, n'a plus l'état de santé pour continuer à voyager comme il l'a fait, ou pour commencer une nouvelle vie ailleurs[R 15]. Son dernier voyage est une rencontre avec le tsar à Pyrmont en , après quoi il ne quitte plus Hanovre[R 14].

Très préoccupé par l'histoire de la maison Welf qu'il n'avait pas écrite malgré tout le temps qu'il y avait consacré, et espérant toujours pouvoir la finir avant sa mort pour pouvoir se consacrer à ses travaux philosophiques[R 15], il se remet à y travailler activement[R 14].

Peu avant sa mort, durant les années 1715 et 1716, il entretient une correspondance avec le théologien anglais Samuel Clarke, un disciple de Newton, à propos de physique, présentant sous sa forme définitive sa conception de l'espace et du temps[5],[4],[R 14]. Il écrit également beaucoup au jésuite français Barthélemy Des Bosses[R 15].

Mort et funérailles[modifier | modifier le code]

Le , à neuf heures du soir, après avoir passé une semaine bloqué dans son lit atteint de la goutte et d'une colique, il subit un accès de goutte ; on lui fait alors boire une tisane qui plutôt que de le soigner lui cause des convulsions et d'importantes douleurs ; moins d'une heure après il meurt à l'âge de 70 ans dans la ville où il résidait depuis 40 ans, en présence de son copiste et de son cocher, mais dans l'indifférence générale, alors que sa pensée a révolutionné l'Europe[A 1],[3],[R 15],[R 16],[1]. Personne ne se préoccupe de ses funérailles à l'exception de son secrétaire personnel[4].

On peut néanmoins noter deux éloges, se recoupant en partie car écrits d'après les renseignements de Johann Georg von Eckhart : le premier, intitulé Elogium Godofredi Guilelmi Leibnitii, est l'œuvre de Christian Wolff, rédigé en latin et publié en dans les Acta Eruditorum[22] ; le second est un éloge prononcé à l'Académie royale des sciences de Paris par Bernard Le Bouyer de Fontenelle en , un an après la mort de Leibniz[4].

À la mort de Leibniz, Georges-Louis, craignant la révélation de secrets, confisque le patrimoine littéraire (Nachlass) de Leibniz, permettant ainsi sa préservation[C 3],[D 2].

Contexte de travail[modifier | modifier le code]

Portrait[modifier | modifier le code]

Leibniz a toute sa vie eu l'ambition insatisfaisable d'exceller dans tous les domaines intellectuels et politiques[R 15]. Travailleur infagitable[14], il aimait la conversation, quoique lent à la répartie et peu éloquent[R 17], mais plus encore la lecture et la méditation solitaires, travailler la nuit ne le dérangeait pas[23]. Il pouvait aussi bien rester à penser plusieurs jours sur la même chaise, que voyager à travers l'Europe par tous les temps[14].

Leibniz dormait peu, souvent assis sur une chaise ; dès le réveil il reprenait ses travaux[1]. Il mangeait beaucoup et buvait peu, prenait ses repas souvent seul, à heure irrégulière, en fonction de son travail[1].

Son savoir était immense, si bien que Georg Ludwig disait de lui qu'il était son « dictionnaire vivant »[R 17]. Il parlait le latin (la langue des savants, langue la plus commune au XVIIe siècle) (40 %), le français (la langue de la cour en Allemagne) (30 %) et l'allemand (15 %), langues de la majeure partie de ses écrits, mais aussi l'anglais, l'italien, le néerlandais, l'hébreu et le grec ancien (il a traduit des ouvrages de Platon[R 18]) et avait quelques notions de russe et de chinois[C 3],[C 1],[D 2].

Leibniz ne fut jamais marié[4], prétendument parce qu'il n'en eut jamais le temps[D 2]. Il est dit qu'il se plaignait de ne pas avoir trouvé la femme qu'il cherchait[D 2]. Vers l'âge de 50 ans, il pensa sérieusement à se marier, mais la personne qu'il désirait épouser voulut un délai pour prendre sa décision ; et pendant ce temps Leibniz se ravisa[1].

Comme était l'usage à la cour, il portait une longue perruque noire[D 2]. Fait rare pour l'époque, il attachait une grande importance à son hygiène et fréquentait régulièrement les bains, ce qui lui valut de nombreuses lettres d'admiratrices féminines[D 2].

L'apparence physique de Leibniz nous est indiqué par une description écrite par lui-même pour une consultation médicale, ainsi que grâce à une autre de son secrétaire Johann Georg von Eckhart, qui l'a transmise à Fontenelle pour son Éloge[R 16]. Leibniz était un homme de taille moyenne, se tenant courbé, plutôt maigre, large d'épaules et aux jambes arquées[14],[22]. Il fut peu malade, excepté des vertiges de temps en temps, avant d'être atteint de la goutte qui causa sa mort[1].

Opinions religieuses et politiques[modifier | modifier le code]

Sur les questions religieuses, Leibniz est considéré comme étant un théiste philosophique (en). Bien qu'il ait été élevé dans le protestantisme, il a appris à apprécier certains aspects du catholicisme auprès de ses employeurs et collègues[24], notamment Boyneburg, lui et ses proches étant d'anciens luthériens convertis au catholicisme[R 10]. Bien que resté fidèle au luthéranisme, et ayant refusé la conversion au catholicisme, il fréquentait sans problème les cercles catholiques[R 10]. Un de ses grands projets était d'ailleurs la réunification des Églises catholiques et protestantes[R 10]. Il n'a jamais agréé à la vision protestante du pape comme un Antéchrist[24].

Leibniz était un nationaliste convaincu mais également un cosmopolite[14]. Pacifiste, il désirait que l'on cherche à apprendre des autres nations plutôt que de leur faire la guerre[D 2]. Il est en cela un pionner des Lumières, qui croyaient en la supériorité de la raison sur les préjugés et les superstitions[D 2]. Il tenta de promouvoir l'usage de l'allemand, bien qu'écrivant peu dans cette langue car elle était peu adaptée à l'écriture philosophique[2],[R 19] (voir la section Littérature).

Il lui est arrivé de nourrir des sentiments anti-français[R 20]. Il s'est ainsi moqué du caractère belliqueux de Louis XIV dans un écrit anonyme satirique de 1684 intitulé Mars Christianissimus (jeu de mots avec Mars, dieu de la guerre, et l'expression Rex Christianissimus (« roi très chrétien »), qui désignait Louis XIV)[R 20].

Concerné par les questions politiques pratiques, Leibniz tenta de convaincre les Hanovriens de mettre en place une assurance contre les incendies, et proposa cette mesure à la cour de Vienne pour l'appliquer à tout l'empire, mais dans les deux cas, ce fut en vain[2].

Emplois[modifier | modifier le code]

Le premier emploi de Leibniz, alors qu'il est encore peut-être étudiant à Altdorf, est plus une solution provisoire que véritable ambition : secrétaire d'une société alchimique de Nuremberg (dont l'affiliation ou non à la Rose-Croix fait débat)[R 8],[R 9].

Il rencontre peu après le baron Johann Christian von Boyneburg, ancien ministre en chef de l'électeur de Mayence Johann Philipp von Schönborn, qui l'emploie : en , Leibniz s'installe dans la ville de Boyneburg, Francfort-sur-le-Main, à proximité de Mayence[R 10],[5]. Rapidement, Boyneburg obtient pour Leibniz un poste d'assitant auprès du conseiller juridique de Schönborn[R 10]. Ainsi, en 1668, il déménage à Mayence[5],[25]. Cependant, continuant à travailler pour Boyneburg, il passe autant de temps à Francfort qu'à Mayence[R 10]. Un an et demi plus tard environ, Leibniz est promu assesseur à la cour d'appel[R 10].

Après la mort de ses deux employeurs, Boyneburg en 1672 puis Schönborn en 1673, Leibniz cherche à s'installer à Paris ou à Londres, mais, ne trouvant aucun employeur, il accepte finalement après deux ans d'hésitation la proposition du duc Jean-Frédéric de Brunswick-Calenberg, qui le nomme bibliothécaire du duché de Brunswick-Lunebourg et conseiller auprès de la maison de Hanovre, poste qu'il occupera pendant 40 ans, jusqu'à sa mort en 1716[D 2],[4],[15].

Après ses recherches historiques récompensés permettant en 1692 l'élévation du duché de Brunswick-Lunebourg au rang d'électorat, le duc Ernest-Auguste le fait conseiller privé[R 12],[7]. Les autres branches de la maison de Brunswick lui sont également reconnaissantes : les co-ducs Rodolphe-Auguste et Antoine-Ulrich de Brunswick-Wolfenbüttel le nomment bibliothécaire à la Herzog August Bibliothek de Wolfenbüttel en 1691, s'engagent à payer un tiers du coût de publication de l'histoire de la maison Welf, et en 1696, le nomment conseiller privé[D 2],[R 13],[7]. Par ailleurs, le duc de Celle Georges-Guillaume accorde un salaire à Leibniz pour ses recherches historiques[R 13]. Les salaires annuels de Leibniz sont donc à cette époque de 1 000 thalers à Hanovre, 400 de Brunswick-Wolfenbüttel, et 200 de Celle[R 13]. Leibniz est donc très bien payé, puisque même le plus bas salaire, celui de Celle, est supérieur à ce qu'un ouvrier qualifié peut espérer gagner[R 13]. À partir de ce moment et jusqu'à la fin de sa vie, il passera autant de temps à Brunswick, Wolfenbüttel et Celle qu'à Hanovre[R 13]

Place dans le monde savant et politique[modifier | modifier le code]

Leibniz devient fellow de la Royal Society le [5]. En 1674, il refuse la nomination en tant que membre de l'Académie royale des sciences, puisqu'elle nécessite qu'il se convertisse[7] ; finalement il sera nommé associé étranger de l'Académie royale des sciences par Louis XIV le [26]. En 1689, il est nommé membre de l'Académie physico-mathématique à Rome[R 12],[7].

Il convainc le prince-électeur de Brandebourg (futur roi de Prusse) de fonder une Académie des sciences à Berlin dont il devient en le premier président[2],[21],[D 2]. Il tente aussi de manière similaire des académies à Dresde en 1704 (son idée échouera à cause de la grande guerre du Nord)[7],[27], à Saint-Pétersbourg (idée qui ne sera concrétisée qu'avec la fondation de l'Académie des sciences de Saint-Pétersbourg en 1724-1725, neuf ans après la mort de Leibniz)[27],[28] et à Vienne en 1713 (idée qui ne sera concrétisée qu'avec la fondation de l'Académie autrichienne des sciences en 1846-1847)[29].

Leibniz ne remit jamais en cause le système féodal, mais était assez désinvolte dans l'exercice de ses obligations, et fut parfois à la limite de la désobéissance, voire du manque de loyauté[2]. Si après la mort du duc Jean-Frédéric, ses relations étaient moins bonnes avec ses successeurs Ernest-Auguste et George-Louis, il entretenait une amitié avec Sophie de Hanovre et sa fille Sophie-Carlotte, reine de Prusse, et était toujours le bienvenu et fréquemment invité chez l'une comme chez l'autre[2],[4]. Elles appréciaient l'intelligence de Leibniz, qui pouvait trouver du soutien auprès d'elles, et c'est suite à leurs discussions que Leibniz écrivit deux de ses principaux ouvrages : les Nouveaux Essais sur l'entendement humain et les Essais de Théodicée[4]. Proche des personnalités politiques puissantes, il fut également, dans ses dernières années, nommé conseiller privé auprès du tsar russe Pierre Ier le Grand ainsi qu'à la cour impériale à Vienne[2]. Cependant, sa volonté d'être anobli ne fut jamais satisfaite[2].

Il n'a jamais accepté de poste universitaire[21], n'appréciant pas la structure inflexible des universités allemandes[4].

Leibniz voyageait fréquemment — notamment entre sa résidence principale, Hanovre, et les villes voisines de Brunswick, Wolfenbüttel et Celle, les allers-retours faisant 200 km[R 13] —, et a parcouru environ 20 000 km par voiture à cheval[D 2]. Il possédait sa propre voiture, et profitait des voyages pour écrire ses lettres[R 13]. Durant ses voyages, il a pu rencontrer des scientifiques et des personnalités politiques, mettre en place des relations diplomatiques, s'informer à propos des nouvelles découvertes et inventions, et continuer ses recherches sur l'histoire de la maison Welf[D 2].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Page manuscrite de la Monadologie.

Leibniz fut un auteur très prolifique, composant environ 50 000 textes, dont 20 000 lettres avec plus de mille correspondants de seize pays différents[C 3],[C 4],[D 2]. Il lègue environ 100 000 pages manuscrites[C 3]. Son œuvre est écrite majoritairement en latin (la langue des savants, langue la plus commune au XVIIe siècle) (40 %), en français (la langue de la cour en Allemagne) (30 %) et en allemand (15 %), mais il a aussi rédigé en anglais, en italien et en néerlandais[C 3],[C 1],[D 2]. Il parlait également couramment l'hébreu et le grec ancien (il a traduit des ouvrages de Platon[R 18]) et avait quelques notions de russe et de chinois[D 2].

Au contraire des autres grands philosophes de son temps, Leibniz n'a pas réalisé de magnum opus, ouvrage exprimant à lui seul tout le cœur de la pensée d'un auteur[A 1]. Il n'écrira que deux livres, les Essais de Théodicée (1710) et les Nouveaux Essais sur l'entendement humain (1704 - publié posthumément en 1765)[A 1].

Il utilisa parfois les pseudonymes Caesarinus Fürstenerius et Georgius Ulicovius Lithuanus[B 3].

Leibniz écrivait sur des pages in-folio qu'il séparait en deux colonnes : l'une lui servait à écrire son brouillon original, l'autre à annoter ou ajouter certaines portions de texte à son brouillon[R 21]. Il lui arrivait souvent d'annoter ses propres annotations[R 21]. La colonne des annotations était fréquemment autant remplie que celle du texte original[R 21]. Par ailleurs, son orthographe et sa ponctuation étaient très fantaisistes[R 21].

Esprit toujours en ébullition, il était tout le temps en train de noter ses idées sur le papier, stockant ses notes dans un grand placard pour les récupérer plus tard[D 2]. Notamment, il prenait des notes sur tout ce qu'il lisait[1]. Néanmoins, étant donné qu'il écrivait tout le temps, l'accumulation de ses brouillons l'empêchait de retrouver celui qui l'intéressait, et pour cette raison il le réécrivait ; ce qui fait qu'on a plusieurs ébauches d'un même opuscule, qui s'ils ont les mêmes idées de fond, n'ont pas le même développement et parfois même pas le même plan[R 22]. Si on peut en général constater une certaine progression d'un brouillon à l'autre, les premières versions contiennent souvent des détails ou des vues manquant aux versions ultérieures[R 22]. Ces répétitions entre brouillons ont toutefois un avantage : ils permettent de mettre en évidence l'évolution dans la pensée de Leibniz[R 22].

Correspondance[modifier | modifier le code]

La correspondance de Leibniz fait partie intégrante de son œuvre[C 4]. Elle s'étend sur plus de 50 ans, de 1663 à 1716[C 4]. Elle est peut-être la plus vaste parmi les érudits du XVIIe siècle. Activité centrale pour Leibniz lui-même, le philosophe l'a soigneusement classée ce qui a facilité sa préservation[C 4].

Leibniz a composé environ 20 000 lettres, échangeant ainsi avec environ 1 100 correspondants de seize pays différents, non seulement en Europe occidentale et centrale, mais également en Suède, en Russie, et jusqu'à la Chine ; ses correspondants étaient de milieux très différents, de la famille impériale aux artisants[C 4]. Parmi ses très nombreux correspondants, Leibniz compte Baruch Spinoza, Thomas Hobbes, Antoine Arnauld, Jacques-Bénigne Bossuet, Nicolas Malebranche, Jacques Bernoulli, Pierre Bayle ou encore Samuel Clarke[3], mais aussi les personnalités politiques de son temps : princes, électeurs et empereurs du Saint-Empire romain germanique ou encore le tsar Pierre le Grand[4].

Si les correspondances sont souvent éphémères, environ 40 % d'entre elles ont été entretenues pendants au moins trois ans, certaines pendant plus de 30 ans (jusqu'à 42 ans)[C 4]. Dès son passage à Mayence, il comte un réseau de correspondants d'environ 50 personnes[C 4]. À partir des années 1680, son nombre de correspondants croît jusqu'à 200 en 1700 et ne descend pas en dessous de 120 jusqu'à sa mort[C 4]. Toute sa vie, Leibniz enrichit ce réseau grâce aux rencontres qu'il fait dans les centres de la République des Lettres (Paris, Londres, Vienne, Florence, Rome), comme Henry Oldenburg, Christian Huygens, Bernardino Ramazzini ou Antonio Magliabechi[C 4].

La correspondance de Leibniz est inscrite au registre international Mémoire du monde de l'UNESCO[D 2]. Elle est dans un état de conservation exceptionnelle grâce à la confiscation opérée par George Ier, électeur de Hanovre et roi de Grande-Bretagne qui craignait la révélation de secrets[D 2]. L'édition complète de la correspondance de Leibniz est prévue pour l'année 2048[D 2].

Publication[modifier | modifier le code]

Le patrimoine (Nachlass) de Leibniz n'est toujours pas entièrement publié[C 1]. Le projet d'édition complète des écrits de Leibniz mené par la bibliothèque Gottfried Wilhelm Leibniz de Hanovre, commencé au début du XXe siècle, prévoit de classer son patrimoine en huit séries[C 3],[Q 1] :

  1. Correspondance générale, politique et historique (Allgemeiner, politischer und historischer Briefwechsel)
  2. Correspondance philosophique (Philosophischer Briefwechsel)
  3. Correspondance mathématique, scientifique et technique (Mathematischer, naturwissenschaftlicher und technischer Briefwechsel)
  4. Écrits politiques (Politische Schriften)
  5. Écrits historiques et linguistiques (Historische Schriften und sprachwissenschaftliche Schriften)
  6. Écrits philosophiques (Philosophische Schriften)
  7. Écrits mathématiques (Mathematische Schriften)
  8. Écrits scientifiques, médicaux et techniques (Naturwissenschaftliche und technische Schriften)

Il est à noter que l'idée de classer les opuscules et ouvrages en fonction de leur contenu ne fait l'unanimité. Ainsi Louis Couturat dans la préface de son édition des Opuscules et fragments inédits de Leibniz affirme que le seul classement objectif est le classement chronologique, et que tout autre classement revient à créer des divisions dans son œuvre là où il n'y en a pas, au risque d'oublier certains fragments ou de mal les classer et ainsi de fournir une vision déformée de l'œuvre[R 23]. Il s'oppose également à faire des choix parmi les manuscrits ; selon lui, l'objectif de l'édition projetée est de mettre au jour l'intégralité des écrits, aux commentateurs ensuite de faire leur choix parmi les morceaux qui les intéressent[R 23].

Principales œuvres[modifier | modifier le code]

Œuvres de Leibniz
Nom Date d'écriture Date de publication Langue originale Série dans l'édition complète Notes Accès en ligne
De principio individui[t 1] 1663[4] 1663[4] latin Thèse de baccalauréat[14] ; première publication de Leibniz[4].
De arte combinatoria[t 2] 1666[B 2] 1666[5] latin Rédigée dans le but de l'obtention de son habilitation en philosophie[R 5],[5]. disponible sur Gallica
De Casibus Perplexis in Jure[t 3] 1666[8] latin Rédigée dans le but de l'obtention de son doctorat « dans les deux droits »[8].
Nova methodus discendæ docendæque jurisprudentiæ 1667
Ratio corporis iuris reconcinnandi 1668
Confessio naturæ contra atheistas 1668
Defensio Trinitatis per nova Reperta Logica 1669
Théorie du mouvement concret et du mouvement abstrait 1670
Hypothesis physica nova 1671 VI-2[Q 2]
Confessio philosophi 1673
Quadrature arithmétique du cercle, de l’ellipse et de l’hyperbole vers 1674
De corporum concursu 1678[B 4] latin[B 4] Essai scientifique resté longtemps inédit[B 4].
Specimen calculi universalis 1678-1684
Nova Methodus pro Maximis et Minimis[t 4] 1684[30] Publié dans les Acta Eruditorum[30]. Pose les bases du calcul différentiel[30].
Meditationes de cognitione, veritate et ideis[t 5] 1684[A 1] [31]
Recherches générales sur l'analyse des notions et des vérités 1686
Brevis demonstratio erroris memorabilis Cartesii 1686
Discours de métaphysique 1686[B 5] français[B 5] VI-4[Q 3] [lire sur Wikisource]
Correspondance avec Arnauld. vers 1686[A 1]
De Geometria Recondita et analysi indivisibilium atque infinitorum[t 6] 1686[30] Publié dans les Acta Eruditorum[30]. Pose les bases du calcul intégral[30].
Discours touchant la méthode de la certitude et l’art d’inventer pour finir les disputes et faire en peu de temps de grands progrès 1688-1690 [lire sur Wikisource]
Primæ veritates[t 7] 1689[A 1]
Dynamica de potentia et legibus naturæ corporeæ 1689
Essai de dynamique 1691 Publié dans le Journal des savants.
Animadversiones ad Cartesii principia philosophiæ 1691
Protogæa[t 8] entre 1690 et 1693 après sa mort Préface à son travail inachevé sur l'histoire de la maison de Brunswick[4].
Système nouveau de la nature et de la communication des substances 1695[A 1] [lire sur Wikisource]
Novissima Sinica[t 9] [B 6],[19] latin[B 6] Écrit politique et religieux sur la Chine, consistant en un recueil de lettres et de rapports de missionnaires jésuites rassemblés par Leibniz, également auteur de la préface[B 6],[19].
Matheis rationis vers 1700
Nouveaux Essais sur l'entendement humain 1704[B 7] 1765 (posthume)[B 7] français[B 7] VI-6[Q 4] Critique de l'Essai sur l'entendement humain de John Locke[B 7]. [lire sur Wikisource]
Explication de l'Arithmétique Binaire[t 10] au plus tard 1703[B 8] Présent dans l'Histoire de l'Académie royale des sciences en 1703[B 8]. disponible sur Gallica (Mémoires, p.85)
Essais de Théodicée[t 11] 1710[B 9] français[B 9] Traduit en latin en 1712[B 9]. [lire sur Wikisource]
Monadologie[t 12] 1714[B 10] 1720 (1re, en allemand)
1840 (original en français)[32]
français[B 10] Rédigé en vue de l'offrir au prince Eugène de Savoie-Carignan[n 4],[33]. [lire sur Wikisource]
Principes de la nature et de la grâce fondés en raison 1714[B 11] français[B 11] Peut-être rédigé en vue de l'offrir au prince Eugène de Savoie-Carignan[n 4]. [lire sur Wikisource]

Philosophie[modifier | modifier le code]

Souvent dépeint comme le dernier « génie universel », faisant partie des plus grands penseurs des XVIIe et XVIIIe siècles, Leibniz écrira sur des domaines extrêmement variés[3], et contribuera de manière importante à la métaphysique, à l'épistémologie, à la logique et à la philosophie de la religion, mais aussi hors du champ proprement philosophique, aux mathématiques, à la physique, à la géologie, à la jurisprudence et à l'histoire[A 1],[11]. Sa pensée n'est pas groupée au sein d'un magnum opus mais formée d'un ensemble considérable d'essais, de travaux non publiés et de lettres[A 1].

Denis Diderot, qui pourtant s'oppose en de nombreux points aux conceptions de Leibniz, écrit à son sujet dans l'Encyclopédie : « peut-être jamais un homme n'a autant lu, étudié, médité et écrit que Leibniz »[A 1]. Bernard Le Bouyer de Fontenelle dira lui que « pareil en quelque sorte aux Anciens qui avaient l'adresse de mener jusqu'à huit chevaux attelés de front, il mena de front toutes les sciences »[3].

Leibniz est classé, avec René Descartes et Baruch Spinoza, comme l'un des principaux représentants du rationalisme, continental, du début de l'Époque moderne[11], par opposition aux trois principaux représentants de l'empirisme, britannique : John Locke, George Berkeley et David Hume[R 24].

La philosophie de Leibniz est indissociable de son travail mathématique ainsi que de la logique, qui assure l'unité de son système[R 25].

« Les mathématiciens ont autant besoin d'être philosophes que les philosophes d'être mathématiciens. »

— Gottfried Wilhelm Leibniz, Lettre à Malebranche du 13/23 mars 1699[R 25]

Influences[modifier | modifier le code]

Leibniz fut formé dans la tradition scolastique[A 1]. Il fut aussi exposé à des éléments de la modernité, notamment de l'humanisme de la Renaissance et des travaux de Francis Bacon[A 1],[3].

Son professeur à l'université de Leipzig, Jakob Thomasius, lui transmet un grand respect envers la philosophie antique et médiévale[A 1]. Quant à son professeur à Iéna, Erhard Weigel, il l'amènera à considérer les preuves de type mathématique pour des disciplines telles que la logique ou la philosophie[5].

De la philosophie antique, il hérite notamment de l'aristotélisme (notamment la logique (syllogistique) et la théorie des catégories[5]) et du platonisme[A 1]. On retrouve chez Leibniz également une influence du christianisme orthodoxe[A 1].

Il s'inspirera beaucoup de Raymond Lulle et Athanasius Kircher pour sa thèse d'alphabet de la pensée, de combinaison des idées, et de caractéristique universelle[3].

Leibniz rencontre des figures majeures de la philosophie de l'époque comme Antoine Arnauld, Nicolas Malebranche (à qui il doit notamment son intérêt pour la Chine[34]), et surtout le mathématicien et physicien néerlandais Christian Huygens, qui lui enseigne la philosophie, les mathématiques et la physique[A 1].

La relation de Leibniz avec les grands penseurs de l'époque lui permet d'accéder aux manuscrits impubliés de Descartes et Pascal[A 1].

Leibniz s'opposera à Spinoza et Hobbes sur l'aspect matérialiste et nécessitariste ainsi que sur leur conception de Dieu de leurs doctrines respectives[A 1].

Tout comme Spinoza, Leibniz est héritier de Descartes tout en le critiquant largement également[35],[36]. Leibniz dira de Niels Stensen (Nicolas Sténon) qu'il « nous a désabusé du cartésianisme »[37].

Spinoza et Leibniz, malgré un héritage commun, s'opposent aussi fortement : notamment, le premier pense Dieu immanent (Deus sive Natura), le second le pense transcendant[35],[36]. Mais Leibniz étudiera tant le spinozisme pour le critiquer — on retrouvera beaucoup d'annotations et de commentaires critiques par Leibniz sur l'Éthique de Spinoza écrits après qu'il eut reçu les publications posthumes de Spinoza[16] — et si longtemps — on a connaissance de notes écrites par Leibniz en 1708 sur des propositions de Spinoza, preuve que le système spinozien ne fût pas qu'un intérêt de jeunesse pour le philosophe allemand[38] — que les commentateurs ultérieurs se demanderont dans quelle mesure cette étude finira par influencer le système leibnizien[35],[36].

Leibniz s'oppose à Descartes en ce qu'il préserve les acquis de l'aristotélisme ; et affirme, contrairement à Descartes et selon une inspiration aristotélicienne, que Dieu doit respecter les principes de la logique[39].

Enfin, Leibniz rédigera les Nouveaux Essais sur l'entendement humain et les Essais de Théodicée en opposition à des philosophes contemporains, respectivement John Locke et Pierre Bayle[A 1],[40].

Principes[modifier | modifier le code]

Dans la Monadologie, Leibniz écrit[A 1],[B 12] :

«  Nos raisonnements sont fondés sur deux grands principes, celui de la contradiction [...] [et] celui de la raison suffisante. »

— Gottfried Wilhelm Leibniz, Monadologie

Cependant, on peut, au fil de ses écrits, trouver quatre autres grands principes : le principe du meilleur, le principe du prédicat inhérent au sujet, le principe d'identité des indiscernables et le principe de continuité[A 1].

Ces six principes consistent en[A 1] :

Logique et art combinatoire[modifier | modifier le code]

Combinaison des quatre éléments selon Leibniz.
Œuvres sur ce thème : De arte combinatoria.
Article connexe : Caractéristique universelle.

La logique occupe une part importante du travail de Leibniz, bien qu'elle fut délaissée par les philosophes et les mathématiciens qui s'intéressaient chacun aux travaux de Leibniz sur leurs disciplines respectives, et ce bien que chez Leibniz ces matières forment un tout indissociable dont la logique assure la cohésion[R 25].

« La Logique est pour Leibniz la Clef de la Nature[n 5]  »

— Yvon Belaval, Leibniz : introduction à sa philosophie[R 9]

La logique que développa Leibniz en fait pour certains le plus grand logicien depuis Aristote[11].

Leibniz estime qu'Aristote est le « premier qui ait écrit mathématiquement en dehors des mathématiques[41],[42] ». Il avait une grande admiration pour son œuvre[R 26]. Cependant, il l'estimait imparfaite[R 27] ; il trouvait que la logique aristotélicienne présentait des lacunes[R 28] et souhaitait l'améliorer[43]. Il s'intéressa particulièrement à la syllogistique et ses premières contributions dans ce domaine se trouvent dans le De arte combinatoria[R 28].

La logique de Leibniz est inspirée de celle du philosophe médiéval Raymond Lulle[44]. Celui-ci, dans les Ars magna, avance l'idée que les concepts et les propositions peuvent être exprimées sous la forme de combinaisons[44]. S'inspirant de Lulle, Leibniz explique dans le De arte combinatoria comment on pourrait, dans un premier temps constituer un « Alphabet des pensées humaines », composé de toutes les idées de base[R 29], puis découvrir de nouvelles vérités en combinant les concepts pour former des jugements de manière exhaustive et évaluer méthodiquement leur vérité[44].

Sur ce principe, Leibniz théorise un langage universel qu'il nomme caractéristique universelle ((lingua) characteristica universalis), qui permettrait d'exprimer les concepts sous la forme des concepts de base dont ils sont composés, et de le représenter de manière à les rendre compréhensibles par tous les lecteurs, quelle que soit leur langue maternelle[44]. Leibniz a étudié les hiéroglyphes égyptiens et les idéogrammes chinois en raison de leur méthode pour représenter les mots, sous forme de dessins[44]. La caractéristique universelle est censée exprimer non seulement les connaissances mathématiques, mais aussi la jurisprudence (il établit les correspondances à la base de la déontique), l’ontologie (Leibniz critiqua la définition que René Descartes donnait de la substance), voire la musique.[réf. souhaitée] Leibniz n'est pas le premier à théoriser ce type de langage : avant lui, le mathématicien français François Viète (XVIe siècle), le philosophe français René Descartes et le philologue anglais George Dalgarno (XVIIe siècle) avaient déjà suggéré un tel projet, notamment dans le domaine des mathématiques, mais aussi pour Viète pour la communication[44]. Par ailleurs, le projet leibnizien inspirera les projets de langue universelle de la fin du XIXe siècle avec l'interlingue, version non dégradée du latin créée par Giuseppe Peano, puis l'espéranto[44]. Il inspirera aussi l'idéographie de Gottlob Frege, le langage logique loglan et le langage de programmation Prolog[44].

Leibniz a aussi rêvé d’une logique qui serait calcul algorithmique et donc mécaniquement décidable : le calculus ratiocinator[44]. Un tel calcul pourrait être effectué par des machines et ne serait donc pas sujet aux erreurs[44]. Leibniz annonce ainsi les mêmes idées que celles qui inspireront Charles Babbage, William Stanley Jevons, Charles Sanders Peirce et son étudiant Allan Marquand au XIXe siècle, et qui seront à la base du développement des ordinateurs après la Seconde Guerre mondiale[44].

« Leibniz croit pouvoir inventer, pour la vérification des calculs logiques, des procédés techniques analogues à la preuve par 9 employée en Arithmétique. Aussi appelle-t-il sa Caractéristique le juge des controverses, et la considère-t-il comme un art d'infaillibilité. Il fait un tableau séduisant de ce que seront, grâce à elle, les discussions philosophiques de l'avenir. Pour résoudre une question ou terminer une controverse, les adversaires n'auront qu'à prendre la plume, en s'adjoignant au besoin un ami comme arbitre, et à dire « Calculons ! ». »

— Louis Couturat, La Logique de Leibniz[R 30]

Il a en même temps eu conscience des limites de la logique formelle en affirmant que toute modélisation, pour être correcte, nécessite d'être faite strictement en analogie avec le phénomène modélisé.[réf. nécessaire]

Leibniz est pour beaucoup le logicien le plus important entre Aristote et les logiciens du XIXe siècle à l'origine de la logique moderne : Auguste De Morgan[réf. nécessaire], George Boole, Ernst Schröder et Gottlob Frege[A 2]. Pour Louis Couturat, la logique leibnizienne anticipait les principes des systèmes logiques modernes, voire les dépassait sur certains points[A 2].

Néanmoins, la plupart de ses textes sur la logique consistent en des esquisses[réf. nécessaire] qui n'ont été publiées que très tardivement voire oubliées[n 6],[R 25]. Se pose donc la question de savoir si Leibniz a juste anticipé la logique moderne ou s'il a influencé celle-ci[A 2]. Il semble que la logique du XIXe siècle s'est effectivement inspirée de la logique leibnizienne[A 2].

Métaphysique[modifier | modifier le code]

Œuvres sur ce thème : Discours de métaphysique et Monadologie.

Rédigée en français en 1714 et non publiée du vivant de l'auteur, la Monadologie représente une des dernières étapes de la pensée de Leibniz. En dépit de ressemblances apparentes avec des textes antérieurs, la Monadologie se distingue assez fortement d'ouvrages comme le Discours de métaphysique ou le Système nouveau de la nature et de la communication des substances. La notion de substance individuelle présente dans le Discours de métaphysique ne doit en effet pas être confondue avec celle de monade.

La force[modifier | modifier le code]

Pour Leibniz, la physique a sa raison dans la métaphysique. Si la physique étudie les mouvements de la nature, quelle réalité est ce mouvement ? Et quelle cause a-t-il ? Le mouvement est relatif, c'est-à-dire qu'une chose se meut selon la perspective d’où nous la regardons. Le mouvement n’est donc pas la réalité elle-même ; la réalité est la force qui subsiste en dehors de tout mouvement et qui en est la cause : la force subsiste, le repos et le mouvement étant des différences phénoménales relatives.

Leibniz définit la force comme « ce qu’il y a dans l’état présent, qui porte avec soi un changement pour l’avenir. » Cette théorie entraîne un rejet de l’atomisme ; en effet, si l’atome est une réalité absolument rigide, alors il ne peut perdre de force dans les chocs. Il faut donc que ce que l’on nomme atome soit, en réalité, composé et élastique. L’idée d’atome absolu est contradictoire :

« Les atomes ne sont que l’effet de la faiblesse de notre imagination, qui aime à se reposer et à se hâter à venir dans les sous divisions ou analyses. »

Ainsi la force est-elle la réalité : la force est substance, et toute substance est force. La force est dans un état, et cet état se modifie suivant des lois du changement. Cette succession d’états changeants possède un ordre régulier, c’est-à-dire que chaque état a une raison (cf. principe de raison suffisante) : chaque état s’explique par celui qui précède, il y trouve sa raison. À cette notion de loi se rattache également l’idée d’individualité : l’individualité est pour Leibniz une série de changements, série qui se présente comme une formule :

« La loi du changement fait l’individualité de chaque substance particulière. »

La monade[modifier | modifier le code]

Toute substance se développe ainsi suivant des lois intérieures, en suivant sa propre tendance : chacune a donc sa loi propre. Ainsi, si nous connaissons la nature de l’individu, pouvons-nous en dériver tous les états changeants. Cette loi de l’individualité implique des passages à des états non seulement nouveaux, mais aussi plus parfaits.

Ce qui existe est donc pour Leibniz l’individuel ; il n’existe que des unités. Ni les mouvements, ni même les corps n’ont cette substantialité : la substance étendue cartésienne suppose en effet quelque chose d’étendu, elle est seulement un composé, un agrégat qui ne possède pas par lui-même la réalité. Ainsi, sans substance absolument simple et indivisible, n’y aurait-il aucune réalité. Leibniz nomme monade cette réalité. La monade est conçue selon le modèle de notre âme :

« l’unité substantielle demande un être accompli, indivisible et naturellement indestructible, puisque sa notion enveloppe tout ce qui lui doit arriver, ce qu’on ne saurait trouver ni dans la figure ni dans le mouvement… Mais bien dans une âme ou forme substantielle, à l’exemple de ce que l’on appelle moi. »

Nous faisons l’observation de nos états internes, et ces états (sensations, pensées, sentiments) sont en un perpétuel changement : notre âme est une monade, et c’est d’après son modèle que nous pouvons concevoir la réalité des choses, car il y a sans doute dans la nature d’autres monades qui nous sont analogues. Par la loi de l’analogie (loi qui se formule « tout comme ceci »), nous concevons toute existence comme n’étant qu’une différence de degré relativement à nous. Ainsi, par exemple, il y a des degrés inférieurs de conscience, des formes obscures de la vie psychique : il y a des monades à tous les degrés de clarté et d’obscurité. Il y a une continuité de toutes les existences, continuité qui trouve son fondement dans le principe de raison.

Dès lors, puisqu’il n’existe que des êtres doués de représentations plus ou moins claires, dont l'essence est dans cette activité représentative, la matière se trouve réduite à l’état de phénomène. La naissance et la mort sont également des phénomènes dans lesquels les monades s’obscurcissent ou s’éclaircissent. Ces phénomènes ont de la réalité dans la mesure où ils sont reliés par des lois, mais le monde, d’une manière générale, n’existe qu’en tant que représentation.

Ces monades, en se développant selon une loi interne, ne reçoivent aucune influence de l’extérieur :

« 7. II n’y a pas moyen aussi d’expliquer comment une Monade puisse être altérée ou changée dans son intérieur par quelque autre créature, puisqu’on n’y saurait rien transposer, ni concevoir en elle aucun mouvement interne qui puisse être excité, dirigé, augmenté ou diminué là-dedans, comme cela se peut dans les composés ou il y a du changement entre les parties. Les Monades n’ont point de fenêtres par lesquelles quelque chose y puisse entrer ou sortir. » (Monadologie)

Ajoutons que le concept de monade a été influencé par la philosophie de Pierre Gassendi[46], lequel reprend la tradition atomiste incarnée par Démocrite, Épicure et Lucrèce. En effet l'atome, du grec « atomon » (indivisible) est l'élément simple dont tout est composé. La différence majeure avec la monade étant que celle-ci est d'essence spirituelle, alors que l'atome est d'essence matérielle ; et donc l'âme, qui est une monade chez Leibniz, est composée d'atomes chez Lucrèce.

L'harmonie préétablie[modifier | modifier le code]

Dès lors, comment expliquer que tout se passe dans le monde comme si les monades s’influençaient réellement mutuellement ? Leibniz explique cette concordance par une harmonie préétablie universelle entre tous les êtres, et par un créateur commun de cette harmonie :

« Aussi Dieu seul fait la liaison et la communication des substances, et c’est par lui que les phénomènes des uns se rencontrent et s’accordent avec ceux des autres, et par conséquent qu’il y a de la réalité dans nos perceptions. » (Discours de métaphysique)

Si les monades semblent tenir compte les unes des autres, c’est parce que Dieu les a créées pour qu’il en soit ainsi. C’est par Dieu que les monades sont créées d’un coup par fulguration, à l’état d’individualité qui les fait être comme de petits dieux. Chacune possède un point de vue singulier sur le monde, une vue de l’univers en miniature, et toutes ses perspectives ont ensemble une cohérence interne, tandis que Dieu possède l’infinité des points de vue qu’il crée sous la forme de ces substances individuelles. La force et la pensée intimes des monades sont donc une force et une pensée divines. Et l’harmonie est dès l’origine dans l’esprit de Dieu : elle est préétablie.

Si certains commentateurs (par exemple Alain Renaut, 1989) ont voulu voir dans l'harmonie préétablie un schème abstrait qui rétablit, seulement après coup, la communication entre les monades, monades qui seraient alors les signes d'une fragmentation du réel en unités indépendantes, cette interprétation a été rejetée par l'un des commentaires les plus importants de l'œuvre de Leibniz, celui de Dietrich Mahnke, intitulé La synthèse de la Mathématique universelle et de la Métaphysique de l'individu (1925). Inspirant celui de Michel Fichant, Mahnke souligne que l'harmonie universelle précède la monade : le choix de chaque monade se fait non par des volontés particulières de Dieu, mais par une volonté primitive, qui choisit l'ensemble des monades : chaque notion complète d'une monade individuée est ainsi enveloppée dans le choix primitif du monde. Aussi, « l'universalité harmonique (…) est inscrite dans la constitution interne primitive de chaque individu. »[47].

Il ressort enfin de cette idée de la monade que l’univers n’existe pas en dehors de la monade, mais qu’il est l’ensemble de toutes les perspectives. Ces perspectives naissent de Dieu. Tous les problèmes de la philosophie sont ainsi déplacés dans la théologie.

Cette transposition pose des problèmes qui ne sont pas vraiment résolus par Leibniz :

  • comment une substance absolue peut-elle naître ?
  • comment Dieu peut-il avoir une infinité de perspectives et en faire des substances au sein d’une harmonie préétablie ?

Malebranche résumera tous ces problèmes en une formule : Dieu ne crée pas des dieux.

L'union de l'âme et du corps[modifier | modifier le code]

Sa théorie de l’union de l’âme et du corps suit naturellement son idée de la monade. Le corps est un agrégat de monades, dont les rapports avec l’âme sont réglés dès le départ comme deux horloges que l’on aurait synchronisées. Leibniz décrit ainsi la représentation du corps (c’est-à-dire du multiple) par l’âme :

« Les âmes sont des unités et les corps sont des multitudes. Mais les unités, quoiqu’elles soient indivisibles, et sans partie, ne laissent de représenter des multitudes, à peu près comme toutes les lignes de la circonférence se réunissent dans le centre. »

Épistémologie[modifier | modifier le code]

Bien que n'étant pas aussi traitée en termes de quantité que la logique, la métaphysique, la théodicée et la philosophie naturelle, l'épistémologie (ici au sens anglo-saxon du terme : étude de la connaissance) reste un thème d'important travail de la part de Leibniz[A 1]. Leibniz est innéiste, et assume pleinement s'inspirer de Platon, sur la question de l'origine des idées et de la connaissance[A 1].

Le principal ouvrage de Leibniz en la matière sont les Nouveaux Essais sur l'entendement humain, rédigés en français[B 7], commentaire de l'Essai sur l'entendement humain de John Locke[A 1],[48]. Les Nouveaux essais sont achevés en 1704[B 7]. Mais la mort de Locke convainc Leibniz de reporter leur publication, ce dernier trouvant malvenu de publier une réfutation d'un homme ne pouvant se défendre[B 1]. Ils ne paraîtront finalement que de manière posthume, en 1765[B 7].

Le philosophe anglais défend une position empiriste, selon laquelle toutes nos idées nous viennent de l’expérience[A 1]. Leibniz, sous la forme d’un dialogue imaginaire entre Philalèthe, qui cite les passages du livre de Locke, et Théophile, qui lui oppose les arguments leibniziens, défend une position innéiste : certaines idées sont en notre esprit dès la naissance. Ce sont des idées qui sont constitutives de notre entendement même, comme celle de causalité. Les idées innées peuvent être activées par l'expérience, mais il a fallu pour cela qu’elles existent d’abord potentiellement dans notre entendement.

Théologie philosophique[modifier | modifier le code]

Œuvres sur ce thème : Essais de Théodicée.

Existence et transcendance de Dieu[modifier | modifier le code]

Leibniz s'est beaucoup intéressé à l'argument ontologique de l'existence de Dieu à partir des années 1670, et a échangé à ce sujet avec Baruch Spinoza[A 1]. Il réfute l'argumentation de René Descartes dans la cinquième méditation des Méditations métaphysiques : Dieu a toutes les perfections, or l'existence est une perfection, donc Dieu existe[A 1]. Pour Leibniz, il s'agit surtout de montrer que toutes les perfections sont compossibles, et que l'existence est une perfection. Leibniz montre la première prémisse dans son essai Quod ens perfectissimum existit (1676), et la seconde dans un autre court écrit de la même période[A 1].

La démonstration de Leibniz, qui a des ressemblances avec la preuve ontologique de Gödel, établie par Kurt Gödel dans les années 1970[A 1] :

  1. Dieu est un être ayant toutes les perfections (par définition) ;
  2. une perfection est une propriété simple et absolue (par définition) ;
  3. l'existence est une perfection ;
  4. si l'existence fait partie de l'essence d'une chose, alors c'est un être nécessaire ;
  5. s'il est possible pour un être nécessaire d'exister, alors il existe nécessairement ;
  6. il est possible pour un être d'avoir toutes les perfections ;
  7. donc, un être nécessaire (Dieu) existe.

Leibniz s'est également intéressé à l'argument cosmologique[A 1]. L'argument cosmologique chez Leibniz découle de son principe de raison suffisante[A 1]. Chaque vérité a une raison suffisante, et la raison suffisante de l'ensemble des séries de vérités est nécessairement située hors des séries, et c'est cette raison ultime que nous appelons Dieu[A 1].

Dans les Essais de Théodicée, Leibniz parvient à démontrer l'unicité de Dieu, son omniscience, son omnipotence et sa bienveillance[A 1].

Théodicée[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Meilleur des mondes possibles.

Le terme de « théodicée » signifie étymologiquement « justice de Dieu » (du grec Θεὸς / théos (« Dieu ») et δίϰη / dikè (« justice »))[49]. Il s'agit d'un néologisme inventé par Leibniz lui-même[50]. S'il ne l'a jamais rigoureusement défini[n 7], le terme est généralement compris comme une « partie de la théologie naturelle qui traite de la justice de Dieu »[49], un discours se proposant de « justifier la bonté de Dieu par la réfutation des arguments tirés de l’existence du mal dans ce monde, et par suite la réfutation des doctrines athées ou dualistes qui s'appuient sur ces arguments »[52]. Il est essentiel de souligner le principal enjeu de la théodicée leibnizienne. La question est d’abord : comment accorder l’existence du mal avec l’idée de la perfection générale de l’univers ? Mais, par-delà les difficultés internes à la métaphysique leibnizienne, on trouve le problème suivant : comment accorder l’idée de la responsabilité ou de la culpabilité de l’homme dans le mal avec le sentiment que cet homme agit de la seule manière dont il était possible qu’il agît. La réponse de Leibniz au conflit entre nécessité et liberté est originale.

L’exemple de Judas le traître, tel qu’il est analysé dans la section 30 du Discours de Métaphysique, est éclairant : certes, il était prévisible de toute éternité que ce Judas-là dont Dieu a laissé l’essence venir à l’existence, pècherait comme il a péché, mais il n’empêche que c’est bien lui qui pèche. Le fait que cet être limité, imparfait (comme toute créature) entre dans le plan général de la création, et donc tire en un sens son existence de Dieu, ne le lave pas en lui-même de son imperfection. C’est bien lui qui est imparfait, de même que la roue dentée, dans une montre, n’est rien d’autre qu’une roue dentée : le fait que l’horloger l’utilise pour fabriquer une montre ne rend pas cet horloger responsable du fait que cette roue dentée n’est rien d’autre, rien de mieux qu’une roue dentée.

Le principe de raison suffisante, parfois nommé principe de « la raison déterminante » ou le « grand principe du pourquoi », est le principe fondamental qui a guidé Leibniz dans ses recherches : rien n’est sans une raison qui explique pourquoi il est, plutôt qu’il n’est pas, et pourquoi il est ainsi, plutôt qu’autrement. Leibniz ne nie pas que le mal existe. Il affirme toutefois que tous les maux ne peuvent pas être moindres : ces maux trouvent leur explication et leur justification dans l’ensemble, dans l’harmonie du tableau de l’univers. « Les défauts apparents du monde entier, ces taches d’un soleil dont le nôtre n’est qu’un rayon, relèvent sa beauté bien loin de la diminuer » (Théodicée, 1710 – parution en 1747).

Répondant à Pierre Bayle, il établit la démonstration suivante : si Dieu existe, il est parfait et unique. Or, si Dieu est parfait, il est « nécessairement » tout-puissant, toute bonté et toute justice, toute sagesse. Ainsi, si Dieu existe, il a, par nécessité, pu, voulu et su créer le moins imparfait de tous les mondes imparfaits ; le monde le mieux adapté aux fins suprêmes.

En 1759, dans le conte philosophique Candide, Voltaire fait de son personnage Pangloss le prétendu porte-parole de Leibniz[39]. En vérité, il y déforme volontairement[réf. nécessaire] sa doctrine en la réduisant à la formule[réf. nécessaire] : « tout est au mieux dans le meilleur des mondes possibles »[39]. Cette formule est une mauvaise interprétation : Leibniz n'affirme nullement que le monde est parfait mais que le mal est réduit à son minimum[39]. Jean-Jacques Rousseau rappellera à Voltaire l’aspect contraignant de la démonstration de Leibniz : « Ces questions se rapportent toutes à l’existence de Dieu. (…) Si l’on m’accorde la première proposition, jamais on n’ébranlera les suivantes ; si on la nie, il ne faut pas discuter sur ses conséquences. » (Lettre du ).[réf. nécessaire] Toutefois, le texte de Voltaire ne s'oppose pas à Leibniz sur un plan théologique ni métaphysique : le conte de Candide trouve son origine dans l'opposition entre Voltaire et Rousseau, et son contenu cherche à montrer que « ce ne sont pas les raisonnements des métaphysiciens qui mettront fin à nos maux », faisant l'apologie d'une philosophie volontariste invitant les hommes à « organiser eux-mêmes la vie terrestre » et où le travail est présenté comme « source de progrès matériels et moraux qui rendront les hommes plus heureux »[53].

Éthique[modifier | modifier le code]

Si l'éthique constitue le seul champ traditionnel de la philosophie pour lequel Leibniz n'est généralement pas considéré comme un important contributeur, comme Spinoza, Hume ou Kant, Leibniz fut fort intéressé par ce domaine[11]. Il est vrai qu'en comparaison avec sa métaphysique, la pensée éthique de Leibniz ne se distingue pas particulièrement par sa portée ou son originalité[11]. Pour autant, il s'est engagé dans des débats centraux de l'éthique sur les fondements de la justice et la question de l'altruisme[11].

Pour Leibniz, la justice est la science a priori du bien, c'est-à-dire qu'il y a des bases rationnelles et objectives de la justice[11]. Il rejette la position selon laquelle la justice est le décret du plus fort, position qu'il associe à Thrasymaque qui la défend face à Socrate dans la République de Platon, mais également à Samuel von Pufendorf et Thomas Hobbes[11]. En effet, appliquant cette conception, on en arrive à la conclusion que les commandements divins sont justes uniquement parce que Dieu est le plus puissant de tous les législateurs[11]. Pour Leibniz, cela revient à rejeter la perfection de Dieu ; pour lui, Dieu agit selon la meilleure manière, et pas seulement de façon arbitraire[11]. Dieu n'est pas parfait seulement dans son pouvoir, mais également dans sa sagesse[11]. Le standard de justice a priori et éternel auquel adhère Dieu doît être la base de la théorie du droit naturel[11].

Leibniz définit la justice comme la charité de la personne sage[11]. Bien que cette définition puisse paraître étrange à ceux qui sont habitués à une distinction entre justice et charité, la véritable originalité de Leibniz est sa définition de la charité et de l'amour[11]. En effet, au XVIIe siècle se pose la question de la possibilité d'un amour désintéressé. Il semble que chaque être agisse de manière à persévérer dans l'existence, ce que Hobbes et Spinoza désignent sous le terme de conatus à la base de leurs psychologies respectives[11]. Selon ce point de vue, celui qui aime est celui qui voit dans cet amour un moyen d'améliorer son existence ; l'amour est alors réduit à une forme d'égoïsme, et quand bien même il serait bienveillant, il lui manquerait une composante altruiste[11]. Pour résoudre cette incompatibilité entre l'égoïsme et l'altruisme, Leibniz définit l'amour comme le fait de prendre du plaisir au bonheur d'autrui[11]. Ainsi, Leibniz ne nie pas le principe fondamental de la conduite de chaque individu, la recherche du plaisir et de l'intérêt personnel, mais parvient à le lier à la préoccupation, altruiste, du bien-être d'autrui[11]. Ainsi, l'amour est défini comme la coïncidence entre l'altruisme et l'intérêt personnel ; la justice est la charité de la personne sage ; et la personne sage, dit Leibniz, est celle qui aime tout[11].

Mathématiques[modifier | modifier le code]

Les travaux mathématiques de Leibniz se trouvent dans le Journal des savants de Paris, les Acta Eruditorum de Leipzig (qu'il a contribué à fonder) ainsi que dans son abondante correspondance avec Christian Huygens, les frères Jean et Jacques Bernoulli, le marquis de L'Hôpital, Pierre Varignonetc.

Calcul infinitésimal[modifier | modifier le code]

On attribue souvent à Isaac Newton et à Leibniz l'invention du calcul infinitésimal. En vérité, on retrouve dès Archimède (IIIe siècle av. J.-C.), les prémices de ce type de calcul[54]. Il sera développé par la suite par Pierre de Fermat, François Viète et sa codification de l'algèbre[réf. nécessaire], et René Descartes et son algébrisation de la géométrie[réf. nécessaire][54].

Tout le XVIIe siècle étudie l’indivisible et l’infiniment petit. Comme Newton, Leibniz domine tôt les indéterminations dans le calcul des dérivées. De plus il développe un algorithme qui est l’outil majeur pour l’analyse d’un tout et de ses parties, fondé sur l’idée que toute chose intègre des petits éléments dont les variations concourent à l’unité. Ses travaux sur ce qu’il appelait la « spécieuse supérieure » seront poursuivis par les frères Bernoulli, le marquis de L'Hôpital, Euler et Lagrange.

Notation[modifier | modifier le code]

Article détaillé : notation de Leibniz.

Selon Leibniz, la symbolique mathématique n'est rien de plus qu'un échantillon concernant l'arithmétique et l'algèbre de son projet plus général de caractéristique universelle[R 31]. Selon lui, le développement des mathématiques dépend avant tout de l'utilisation d'un symbolisme approprié ; ainsi considère-t-il que les progrès qu'il a fait faire aux mathématiques sont dus à ce qu'il a réussi à trouver des symboles adéquats à la représentation des quantités et de leurs relations[R 31]. Le principal avantage de sa méthode de calcul infinitésimal sur celle de Newton (méthode des fluxions) est en effet son utilisation de signes plus judicieuse[R 31].

Il est à l’origine de plusieurs termes :

Il crée également plusieurs nouvelles notations :

  • introduit en 1692 en même temps que le terme « fonction »[55] ;
  • pour la différentielle ;
  • pour l'intégrale.

On lui doit aussi une définition logique de l'égalité.

Il fait également évoluer la notation en arithmétique élémentaire :

Système binaire[modifier | modifier le code]

Joachim Bouvet envoya à Leibniz un diagramme représentant les 64 hexagrammes de Fuxi (1701).

Leibniz s'est intéressé de près au système binaire. Il est parfois vu comme en étant l'inventeur, bien que ce ne soit pas le cas. En effet, Thomas Harriot, mathématicien et scientifique anglais, avait déjà travaillé sur des systèmes non décimaux : binaire, ternaire, quaternaire et quinaire, mais également des systèmes de base plus élevée[58]. Selon Robert Ineichen, de l'université de Fribourg, Harriot est « probablement le premier inventeur du système binaire »[58]. Selon Ineichen, Mathesis biceps vetus et nova de l'homme d'Église espagnol Juan Caramuel y Lobkowitz est la première publication connue en Europe sur les systèmes non décimaux, dont le binaire[58]. Enfin, John Napier traite de l'arithmétique binaire dans les Rabdologiæ (1617) et Blaise Pascal affirme dans le De numeris multiplicibus (1654 / 1665) que le système décimal n'est pas obligatoire[58].

Leibniz cherche un remplacement au système décimal à partir de la fin du XVIIe siècle[59]. Il découvre l'arithmétique binaire dans un livre chinois vieux de 5000 ans, le Yi Jing (« Classique des changements »)[59]. Il écrit un article qu'il nomme « Explication de l'arithmétique binaire, qui utilise seulement les caractères 1 et 0, avec quelques remarques sur son utilité, et sur la lumière qu'elle jette sur les anciennes figures chinoises de Fu Xi » — Fu Xi étant l'auteur légendaire du Yi Jing[59]. Son article est présent dans l'Histoire de l’Académie royale des sciences de 1703[B 8], ainsi qu'un compte-rendu rédigé par un contemporain, « Nouvelle Arithmétique binaire »[B 13]. Reconnaissant cette manière de représenter les nombres comme un héritage très lointain du fondateur de l’Empire chinois « Fohy », Leibniz s’interroge longuement sur l’utilité des concepts qu’il vient de présenter, notamment en ce qui concerne les règles arithmétiques qu’il développe. Finalement, il semble conclure que la seule utilité qu’il voit dans tout ceci est une sorte de beauté essentielle, qui révèle la nature intrinsèque des nombres et de leurs liens mutuels.

Autres travaux[modifier | modifier le code]

Leibniz s’intéresse aux systèmes d’équations et pressent l’usage des déterminants. Dans son traité sur l’art combinatoire, science générale de la forme et des formules, il développe des techniques de substitution pour la résolution d’équations. Il travaille sur la convergence des séries, le développement en série entière des fonctions comme l’exponentielle, le logarithme, les fonctions trigonométriques (1673). Il découvre la courbe brachistochrone et s’intéresse à la rectification des courbes (calcul de leur longueur). Il a étudié le traité des coniques de Pascal et écrit sur le sujet. Il est le premier à créer la fonction (conspectus calculi). Il étudie les enveloppes de courbes et la recherche d’extremum pour une fonction (Nova methodus pro maximis et minimis, 1684).

Il tente aussi une incursion dans la théorie des graphes et la topologie (analysis situs).

Autres travaux[modifier | modifier le code]

Physique[modifier | modifier le code]

Leibniz, comme de nombreux mathématiciens de son temps, était aussi physicien. Bien qu'il soit aujourd'hui connu pour sa métaphysique et sa théorie de l'optimisme, Leibniz s'est imposé comme une des principales figures de la révolution scientifique au même titre que Galilée, Descartes, Huygens, Hooke et Newton[A 3]. Leibniz est devenu très tôt mécaniste, vers 1661, alors qu'il étudiait à Leipzig, comme il le relate dans une lettre à Nicolas Rémond (de)[A 3]. Cependant, une différence profonde le sépare d'Isaac Newton : si Newton considère que « la physique se garde de la métaphysique » et cherche à prévoir les phénomènes par sa physique, Leibniz cherche à découvrir l'essence cachée des choses et du monde, sans chercher à obtenir des calculs précis à propos de phénomènes quelconques. D'ailleurs jamais il n'employa son calcul infinitésimal pour expliquer les lois de la nature. Il en est venu ainsi à reprocher à René Descartes et à Newton de ne pas savoir se passer d'un Deus ex machina (une raison divine cachée) dans leurs physiques, car celles-ci n'expliquaient pas tout ce qui est, ce qui est possible et ce qui n'est pas[60].

Leibniz a inventé le concept d'énergie cinétique, sous le nom de « force vive ». Il s'oppose à l'idée de Descartes que la quantité mv (qu'on appelait à cette époque force motrice ou quantité de mouvement) se conservait dans les chocs, indépendamment des directions du mouvement[61].

« Il se trouve par la raison et par l’expérience que c’est la force vive absolue [mv2] qui se conserve et nullement la quantité de mouvement. »

— Gottfried Wilhelm Leibniz, Essai de dynamique (1691)

Le principe de moindre action a été découvert en 1740 par Maupertuis. En 1751, Samuel König affirma avoir une lettre de Leibniz, datée de 1707, dans laquelle il énonçait ce même principe, donc bien avant Maupertuis. L'Académie de Berlin chargea Leonhard Euler de se pencher sur le problème de l'authenticité de cette lettre. Euler fit un rapport, en 1752, où il conclut à un faux[62] : König aurait inventé l'existence de cette lettre de Leibniz. Ce qui n'empêche pas Leibniz d'avoir, en optique, avancé un énoncé (sans formalisme mathématique) proche du principe de Fermat[63], vers 1682[n 9].

Dans ses Philosophiae naturalis principia mathematica, Isaac Newton conçoit l'espace et le temps comme des choses absolues[A 3]. Dans sa correspondance avec Samuel Clarke, qui se fait l'avocat des idées de Newton, Leibniz réfute ces idées et propose un système alternatif[A 3]. Selon lui, l'espace et le temps ne sont pas des choses dans lesquelles se situent les objets, mais un système de relations entre ces objets[A 3]. L'espace et le temps sont des « êtres de raison », c'est-à-dire des abstractions à partir des relations entre objets[A 3].

« J'ai marqué plus d'une fois que je tenais l'espace pour quelque chose de purement relatif, comme le temps ; pour un ordre de coexistences comme le temps est un ordre de successions… Je ne crois pas qu’il y ait aucun espace sans matière. Les expériences qu’on appelle du vide, n'excluent qu'une matière grossière »

— Troisième écrit de M. Leibniz ou réponse à seconde réplique de M. Clarke, 27 février 1716, trad. L. Prenant[n 10].

Biologie[modifier | modifier le code]

Leibniz fut très intéressé par la biologie[4]. Sa rencontre avec les microscopistes Jan Swammerdam et Antoni van Leeuwenhoek à La Haye en 1676 auront une grande influence sur ses conceptions du corps animal[4].

Dans les années 1670 et le début des années 1680, Leibniz se consacre à des vivisections à échelle macroscopique et étudie principalement les fonctions et les relations entre organes[4]. À cette époque, il conçoit les animaux à la manière de René Descartes, c'est-à-dire tels des machines obéissant à des principes mécaniques, les parties étant structurées et ordonnées pour le bon fonctionnement du tout[4]. Selon Leibniz, les caractéristiques déterminantes d'un animal sont la nutrition et la locomotion autonomes[4]. Leibniz croit que ces deux facultés sont le résultat de processus thermodynamiques internes : les animaux sont donc des machines hydrauliques, pneumatiques et pyrotechniques[4].

La vision de Leibniz change radicalement dans les années 1690 quand il se consacre à l'étude microscopique des différentes parties d'un corps animal en tant que micro-organisme à part entière[4]. Inspiré par les découvertes de Swammerdam et Leeuwenhoek, qui révèlent que le monde est peuplé d'organismes vivants invisibles à l'œil nu[4], et adoptant le point du vue commençant à se répandre à l'époque, selon lequel les organismes vivant à l'intérieur d'un plus grand ne sont pas seulement des « habitants », mais des parties constituantes de l'organisme hôte, Leibniz conçoit maintenant l'animal comme une machine constituée elle-même de machines, cette relation étant vraie à l'infini[4]. À la différence des machines artificielles, les machines animales, que Leibniz appelle « machine divine », ne possèdent donc aucune partie individuelle[4]. Pour répondre à la question de l'unité d'un tel imbriquement infini, Leibniz répond que les constituants de la machine divine sont dans une relation de dominant à dominé[4]. Par exemple, le cœur est la partie du corps chargée de pomper le sang pour maintenir le corps en vie, et les parties du cœur sont chargées de maintenir le cœur en activité[4]. Cette relation de domination assure l'unité de la machine animale[4]. Il est à noter que ce sont les corps des animaux, et non les animaux eux-mêmes, qui comprend les autres animaux[4]. En effet, dans le cas contraire, cela entrerait en contradiction avec la conception leibnizienne de la substance, puisque les animaux, constituées de parties autonomes, perdraient leur unité en tant que substances corporelles[4].

Géologie[modifier | modifier le code]

Dans le cadre de son travail inachevé sur l'histoire de la maison de Brunswick, Leibniz rédigea une préface intitulée Protogaea traitant de l'histoire naturelle et de la géologie[4].

Bibliothéconomie[modifier | modifier le code]

Leibniz fut bibliothécaire à Hanovre à partir de 1676 et à Wolfenbüttel à partir de 1691[R 32]. On lui proposa également ce poste au Vatican en 1686 et à Paris en 1698 (ainsi que peut-être à Vienne), mais il refusa par fidèlité au luthéranisme, ces postes nécessitant la conversion au catholicisme[R 10].

Dans sa Représentation à S.A.S. le duc de Wolfenbüttel pour l'encourager à l'entretien de sa Bibliothèque, Leibniz explique comment il entendait l'exercice ses fonctions[R 32]. À son mémoire il joint deux plans de classification de bibliothèque fondée sur la classification des sciences, qui devait aussi servir de base à l'Encyclopédie — Leibniz dit à ce propos dans une lettre au duc Jean-Frédéric en 1679 : « Il faut qu'une Bibliothèque soit une Encyclopédie »[R 32] :

Louis Couturat, dans La Logique de Leibniz, fait remarquer l'ordre et la distinction des trois parties de la philosophie (métaphysique, mathématique et physique), distinction fondée sur celle de leurs objets, c'est-à-dire de nos facultés de connaître : objets de l'entendement pur, de l'imagination, des sens[R 32].

Il a conçu le projet d’une encyclopédie ou « bibliothèque universelle » :

« Il importe à la félicité du genre humain que soit fondée une Encyclopédie, c’est-à-dire une collection ordonnée de vérités suffisant, autant que faire se peut, à la déduction de toutes choses utiles.  »

— Gottfried Wilhelm Leibniz, Initia et specimina scientiæ generalis, 1679-1680[B 14]

Histoire[modifier | modifier le code]

Leibniz, dès les années 1670, a aussi une importante activité d'historien[65]. Elle est au début liée à son intérêt pour le droit, qui le conduit à développer des travaux d'histoire du droit, et à publier, dans les années 1690, un important recueil de documents juridiques médiévaux. Elle est aussi liée à la commande que lui passe en 1685 l'électeur de Hanovre : une histoire de la maison de Brunswick. Convaincu que cette famille aristocratique a en partie des origines semblables à la maison italienne des Este, Leibniz entreprend d'importants travaux sur l'histoire de l'Europe du IXe au XIe siècle. Leibniz se rend alors en Italie, de 1687 à 1690, pour réunir la documentation nécessaire à son enquête. Leibniz participe ainsi aux travaux de l'époque, qui fondent, avec Jean Mabillon, Étienne Baluze ou Papebrocke, la critique historique ; il apporte des éléments importants aux questions de chronologie et de généalogie des familles souveraines d'Europe. Son travail ne sera pas achevé à son décès en 1716. Il engage au sujet de la maison des Este une polémique fameuse avec le grand savant italien Antonio Muratori.

Politique et diplomatie[modifier | modifier le code]

Leibniz était très intéressé par les questions politiques[R 20].

Peu après son arrivée à Mayence, il publie un court traité où il cherche à régler par déduction la question de la succession au trône de Pologne[5],[R 20].

En 1672, Boyneburg l'envoya en mission diplomatique à Paris pour convaincre Louis XIV de porter ses conquêtes vers l'Égypte plutôt que l'Allemagne, selon le plan conçu par Leibniz lui-même[R 20].

Iréniste, Leibniz chercha la réunification des Églises chrétiennes catholiques et protestantes[R 6], ainsi que l'unification des branches du protestantisme que constituent le luthéranisme et Églises réformées[2].

Droit[modifier | modifier le code]

Technologie et ingénierie[modifier | modifier le code]

Machine de Leibniz (1690)
Calculatrice mécanique de Leibniz (original). Première machine de l'histoire à faire des multiplications (1690).

Leibniz, en tant qu'ingénieur, a conçu de nombreuses inventions[2].

Il conçoit une machine arithmétique capable de multiplier, et invente pour cela la mise en mémoire du multiplicande grâce à ses fameux cylindres cannelés, utilisés jusque dans les années 1960. Après avoir construit trois premiers modèles, il en construit un quatrième plus tard, en 1690, celui-ci ayant été retrouvé en 1894 à l'université de Göttingen et est maintenant conservé à la bibliothèque Gottfried Wilhelm Leibniz à Hanovre[D 3].

Par ailleurs, il fut un pionnier dans l'utilisation de l'énergie éolienne, tentant, sans succès, de remplacer les roues hydrauliques actionnées par pompe utilisées depuis longtemps en Allemagne[C 5], par des moulins à vent pour drainer les mines du Harz[2]. Dans le domaine de l'industrie minière, il est également l'inventeur de la technique de la chaîne sans fin[2].

Leibniz a également conçu la plus haute fontaine d'Europe dans les jardins royaux de Herrenhausen[D 2]. Il a aussi amélioré le transport sur terrain accidenté grâce à des roues recouvertes de fer[D 2].

Leibniz a également dessiné les plans pour un sous-marin[2], pour une cotte de mailles, ou pour une sorte de cheville consistant en un clou aux bords tranchants[D 2].

Linguistique et philologie[modifier | modifier le code]

Au-delà de l'intérêt philosophique pour le langage idéal des savants du XVIIe siècle, Leibniz pratique la linguistique avant tout en tant que science auxiliaire de l'histoire[C 5]. Son objectif est d'identifier les groupes ethniques et leurs migrations afin de reconstituer l'histoire avant la tradition écrite[C 5]. Par ailleurs, Leibniz, dans le cadre de son histoire de la maison de Brunswick, prévoit d'écrire deux préfaces à celle-ci, la première, Protogæa, traitant de géologie, la seconde des migrations des tribus européennes, à partir de recherches linguistiques[R 13].

Son but est d'établir des parentés entre les langues, en se basant sur le postulat que la langue d'un peuple dépend de son origine[C 5]. Son intérêt se porte donc surtout sur l'étymologie et la toponymie[C 5],[R 13].

Leibniz pratique la linguistique à une échelle bien plus large que ses contemporains[C 5]. Son matériel lexical va des dialectes allemands à des langues lointaines comme le mandchou[C 5]. Il se base pour réunir tout ce matériel sur la bibliographie préexistante, sur ses observations personnelles ou sur ces correspondants, notamment les missionnaires chrétiens en Chine ou les membres de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales[C 5]. Il réunit ce matériel lexical au sein de ses Collectanea etymologica[C 5].

Si cette volonté d'universalité est la force du projet leibnizien, elle en est aussi sa faiblesse, car l'étude d'une telle quantité de matériel dépasse les capacités d'un seul individu[C 5]. Cependant, les collections lexicales qu'il a pu établir ont permis de sauvegarder des témoignages de langues qui se seraient perdues sans le travail de Leibniz[C 5].

L'état définitif des ses théories sur la filiation des langues nous est connu par un tableau de 1710 : à partir de la langue originelle (Ursprache), deux branches se détachent : la japhétique (couvrant le nord-ouest de l'Asie et l'Europe) et l'aramique (couvrant le sud-ouest de l'Asie et l'Afrique) ; le persan, l'araméen et le géorgien descendant des deux[R 33]. La branche aramique se divise en arabe et en égyptien (se divisant eux-mêmes en d'autres groupes plus petits), tandis que la branche japhétique se sépare en scythe et celtique ; le scythe donne le turc, le slave, le finnois et le grec, et le celtique donne le celte et le germain ; quand les deux se mélangent, ils donnent les langues apennines, pyrénéennes, et les langues d'Europe de l'Ouest (dont le français et l'italien) qui ont repris des éléments du grec[R 33].

Leibniz pensait initialement que toutes les langues européennes provenaient d'une langue unique, peut-être l'hébreu[R 13]. Finalement, ses recherches le conduiront à abandonner l'hypothèse d'un groupe linguistique européen unique[R 13]. Par ailleurs, Leibniz a réfuté l'hypothèses des universitaires suédois selon laquelle le suédois était la plus ancienne (et donc la plus noble) des langues européennes[R 13].

Sinologie[modifier | modifier le code]

Les écrits et lettres de Leibniz durant un demi-siècle témoignent de son intérêt fort et durable pour la Chine[C 6].

Nicolas Malebranche, un des premiers Européens à s'intéresser à la sinologie vers la fin de sa carrière, jouera un rôle primordial dans l'intérêt que Leibniz portera envers la Chine[34]. En 1689, sa rencontre avec le jésuite Claudio Filippo Grimaldi, missionnaire chrétien à Pékin de passage à Rome, élargit et renforce l'intérêt de Leibniz pour la Chine[C 6],[19].

Initialement, il s'intéressait surtout sur la langue chinoise : l'utilisation de ce système par les sourds-muets, l'idée qu'il s'agissait peut-être du souvenir d'un calcul oublié depuis longtemps, et la question de savoir si sa construction suivait des lois logico-mathématiques similaires à celles du projet de Leibniz de caractéristique universelle[C 6]. La rencontre avec Grimaldi permet à Leibniz de prendre conscience de l'importance de l'échange intellectuel qui peut avoir lieu entre l'Europe et la Chine grâce aux voyages des missionnaires[C 6].

En , il publie les Novissima Sinica (« Dernières nouvelles de Chine »), un recueil de lettres et d'essais des missionnaires jésuites en Chine[19].

Psychologie[modifier | modifier le code]

La psychologie a été un des principaux centres d'intérêt de Leibniz[66],[67]. Il apparaît comme un « précurseur sous-estimé de la psychologie »[68]. Il s'intéresse à plusieurs thèmes faisant maintenant partie de la psychologie : l'attention et la conscience, la mémoire, l'apprentissage, la motivation, l'individualité ou encore le rôle de l'évolution. Il a fortement influencé le fondateur de la psychologie en tant que discipline à part entière, Wilhelm Wundt, qui publiera une monographie sur Leibniz[69], et reprendra le terme d'aperception introduit par Leibniz.

Jeux[modifier | modifier le code]

Dès 1670, des textes montrent l'intérêt pour Leibniz envers les jeux, et à partir de 1676 et jusqu'à sa mort, il se livrera à une étude approfondie des jeux[R 34].

Leibniz était un excellent joueur d'échecs ; il s'est notamment intéressé à l'aspect scientifique et logique du jeu (par opposition aux jeux qui comportent une part de hasard), et fut le premier à considérer celui-ci comme une science[70].

Il a également inventé un jeu de solitaire à rebours[R 35].

Littérature[modifier | modifier le code]

Leibniz tenta de promouvoir l'usage de la langue allemande et proposa la création d'une Académie pour l'enrichissement et la promotion de l'allemand[2],[R 19]. Malgré ces opinions, il n'écrivait que peu en allemand mais surtout en latin et en français[2], en raison du manque de termes techniques abstraits en allemand[R 19]. Ainsi, quand il écrivait en allemand, il était souvent contraint d'utiliser des termes latins, bien qu'il ait occasionnellement tenté de s'en passer, dans l'esprit des mouvements pour la pureté linguistique du XVIIIe siècle[R 19].

Bien qu'ayant eu une carrière scientifique, Leibniz continuait de rêver d'une carrière littéraire[R 18]. Il écrivit de la poésie (surtout en latin) dont il tirait une grande fierté, et se vantait de pouvoir réciter la majeure partie de l'Énéide de Virgile[R 18]. Il avait un style d'écriture du latin très élaboré, typique des humanistes de la Renaissance tardive[R 18].

Il est l'auteur d'une édition de l'Antibarbarus de l'humaniste italien du XVIe siècle Mario Nizzoli[R 18]. En 1673, il s'engagea à la réalisation de l'édition ad usum Delphini des œuvres de Martianus Capella, auteur du XVe siècle[R 18]. En 1676, il traduit vers le latin deux dialogues de Platon, le Phédon et le Théétète[R 18].

Il est le premier moderne à constater les profondes différences entre la philosophie de Platon et les questions mystiques et superstitieuses du néoplatonisme — qu'il apelle « pseudo-platonisme »[R 18].

Postérité[modifier | modifier le code]

Héritage, critiques et controverses[modifier | modifier le code]

À sa mort, Leibniz ne jouit pas d'une bonne image. Il est en effet accusé d'avoir volé à Isaac Newton les idées à la base du calcul infinitésimal. Newton et Leibniz avaient trouvé l'art de lever les indéterminations dans le calcul des tangentes ou dérivées. Mais Newton a publié tard (son procès intervient en 1713, presque 30 ans après les publications de Leibniz : 1684 et 1686) et, surtout, Newton n'a ni l’algorithme différentio-intégral fondé sur l’idée que les choses sont constituées de petits éléments, ni l’approche arithmétique nécessaire à des différentielles conçues comme « petites différences finies ».

Leibniz et son disciple Christian Wolff influenceront fortement Emmanuel Kant[n 11],[R 36]. Il n'est cependant pas clairement établi de quelle manière les idées leibniziennes influenceront les thèses kantiennes[R 36]. Notamment, on ne sait pas vraiment si Kant, dans le commentaire qu'il fait des thèmes leibniziens, commente directement Leibniz ou ses héritiers[R 36].

En 1765, la parution des Nouveaux Essais sur l'entendement humain offre pour la première fois un accès direct à la pensée leibnizienne, indépendamment de l'image transmise par Wolff[21]. Cet événement a un effet décisif sur la philosophie de Kant et sur les Lumières allemandes (Aufklärung)[21].

Chez les Lumières, les points de vue sur Leibniz sont partagés. D'un côté, Jean-Jacques Rousseau puise une partie de son apprentissage chez Leibniz[71],[72] ; Denis Diderot en fait l'éloge dans l'Encyclopédie, et malgré de nombreuses oppositions entre les deux philosophes[A 1], on retrouve des similarités notables entre les Nouveaux Essais sur l'entendement humain de Leibniz et les Pensées sur l'interprétation de la nature de Diderot[73]. Cependant, à la même époque, la théodicée de Leibniz, et son idée de meilleur des mondes possibles, seront fortement critiquées de manière satirique par Voltaire dans son conte philosophique Candide à travers le personne de Pangloss[A 4].

Leibniz a également fortement influencé le neurophysiologue, psychologue et philosophe Wilhelm Wundt, connu comme le fondateur de la psychologie en tant que discipline expérimentale[74]. Ce dernier lui consacrera une monographie en 1917[74].

Au XXe siècle, le logicien Kurt Gödel a été fortement influencé par Leibniz (ainsi que par Kant et Husserl) et a étudié de manière intensive les travaux de ce dernier entre 1943 et 1946[A 5]. Il était par ailleurs persuadé qu'une conspiration était à l'origine de la suppression de certains travaux de Leibniz[75]. Gödel considérait que la caractéristique universelle était réalisable[76].

Selon le Mathematics Genealogy Project, Leibniz compte plus de 110 000 descendants en mathématiques, dont deux étudiants : Nicolas Malebranche (à qui il a fait part de son calcul infinitésimal lors de leurs entretiens à Paris en 1672[77]) et Christian Wolff[78].

Distinctions et hommages[modifier | modifier le code]

Plusieurs institutions ont été nommées en son hommage :

Par ailleurs, un prix nommé en son honneur, le prix Gottfried-Wilhelm-Leibniz, décerné chaque année depuis 1986 par la Fondation allemande pour la recherche, est l'une des plus prestigieuses récompenses en Allemagne dans le domaine de la recherche scientifique[81].

En mathématiques, il a donné son nom :

En astronomie, il a donné son nom :

À Paris, il a donné son nom à la rue Leibniz et au square Leibniz dans le 18e arrondissement[5].

La biscuiterie Bahlsen vend depuis 1891 des biscuits appelés « Leibniz-Keks »[D 4], la biscuiterie étant basée à Hanovre[84] où le philosophe a vécu pendant 40 ans[5].

La maison dans laquelle il vécut du à son mort en 1716, datant de 1499, fut détruite par des bombardements aériens dans la nuit du au . Une reproduction fidèle (Leibnizhaus, « maison de Leibniz ») — non située à l'emplacement original qui n'était pas disponible, mais quand même à proximité dans la vieille ville — fut édifiée entre 1981 et 1983[D 1].

À l'occasion des 370 ans de sa naissance et du 300e anniversaire de sa mort, année qui correspond aussi aux 10 ans du renommage de l'université de Hanovre et aux 50 ans de la société Gottfried Wilhelm Leibniz, la ville de Hanovre déclare l'année 2016 « Année de Leibniz »[D 5].

Deux monuments sont dédiés à sa mémoire à Hanovre : le mémorial Leibniz, une plaque de bronze taillée pour représenter son visage[D 6], et le temple Leibniz, situé dans le parc Georgengarten (en)[D 7]. Par ailleurs, des mentions du philosophe peuvent être rencontrées en différents endroits de la ville[D 2].

Ernst Hähnel a réalisé une statue de Leibniz à Leipzig (ville natale du philosophe), le Leibniz Forum, en 1883[85]. D'abord exposée à l'église Saint-Thomas, elle est déplacée dans la cour de l'université de la ville en 1896-1897, et survit miraculeusement aux bombardements de [85]. En 1968, lors de la construction du nouveau bâtiment de l'université, la statue est de nouveau déplacée[85].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Plusieurs remarques sur le nom de Leibniz :
    • originellement, son nom s'écrivait Leibnütz ; Leibniz adopte l'orthographe en -iz alors qu'il a une vingtaine d'années[R 1] ;
    • il existe une autre orthographe, Leibnitz avec -tz, si, comme le fait remarquer Kuno Fischer, cette orthographe est plus conforme à l'origine slave du nom de Leibniz, l'orthographe en -z est celle que Leibniz lui-même utilisait (bien que l'orthographe en -tz était devenue l'orthographe courante de son nom de son vivant , il ne l'a jamais utilisée[R 1]) ; par ailleurs il n'y a en allemand aucune différence de prononciation[B 1] ;
    • le nom est également anciennement francisé en Godefroi Guillaume Leibnitz (voir par exemple l'éloge funèbre de Fontenelle[1]) ;
    • le nom fut parfois latinisé en Gottfredo Guiliemo Leibnüzio (voir par exemple la première page du De arte combinatoria[B 2]) ;
    • Leibniz se nommait souvent lui-même « Gottfried von Leibniz » (« de Leibniz »), et de nombreuses éditions posthumes de ses œuvres le présentent comme le Freiherr G.W. von Leibniz[réf. souhaitée] ; néanmoins, Leibniz, malgré sa volonté d'être anobli, ne le fut jamais[2].
  2. a et b Selon le calendrier julien alors en vigueur, Leibniz est né le [C 1].
  3. Note d'Yvon Belaval dans Leibniz : initiation à sa philosophie : « Leibniz, Leibnitz, Leibnüzius, Leibnütz, Leubnutz, Lubeniecz, etc., autant d'orthographes, chez notre auteur même, à ce nom d'origine slave : « Leibniziorum sive Lubeniccziorum nomen Slavonicum » (K. I. xxxu). Et, au sujet d'un certain Lubiniszki : « Je me suis toujours imaginé que son nom est le même avec le mien, et il faut que je sache un jour ce que cela veut dire en slavonois » (K. III. 235). »[R 2].
  4. a et b Selon une opinion de l'éditeur Gerhardt partagée par Bertrand Russell, le texte dédié à être offert au prince Eugène n'est pas la Monadologie mais les Principes de la Nature et de la Grâce[33].
  5. Citation complète : « Qu'on n'oublie pas que la Logique est pour Leibniz la Clef de la Nature : « neque enim aliud est Naturæ quam Ars quædam Magna. », souligne-t-il dans l'Appendice du De Complexionibus. »[R 9]
  6. Il fallut attendre l'édition de Louis Couturat au début du XXe siècle pour que les travaux logiques de Leibniz deviennent facilement accessibles[45].
  7. Dans les écrits de Leibniz, le terme « théodicée » peut signifier soit l'attribut divin qu'est la justice, soit la doctrine concernant ce sujet, soit son livre, les Essais de Théodicée (abrégés en « la » ou « ma » Théodicée)[51]
  8. Voir aussi Pensées sur la religion et la morale, la Ve Nyon, (lire en ligne), « Considérations des Causes finales, propres à faire connaître et prouver l'Existence de Dieu », p. 85 ; Pensées de Leibnitz sur la religion et la morale disponible sur Gallica.
  9. 1er volume des Acta Eruditorum[64] :

    « la cause finale suffit pour deviner quelles lois la lumière suit, car si on fait l’hypothèse que la nature a eu pour but de conduire les rayons lumineux d’un point à un autre par le chemin le plus facile, on trouve admirablement bien toutes ces lois. »

    — Leibniz[n 8]

  10. Voir aussi l'extrait de la Troisième lettre de Leibniz à Clarke du 25 février 1716 dans l'article Principe de relativité.
  11. On compte ainsi 495 mentions de Leibniz dans les écrits de Kant (hors notes) et 200 pour Wolff, contre 275 pour Isaac Newton, 225 pour René Descartes et 95 pour David Hume[R 36].

Notes sur les titres[modifier | modifier le code]

  1. Traduction : « Du principe d'individuation ». Le titre complet est « Disputatio metaphysica de principio individui »[4], soit « Discussion métaphysique sur le principe d'individuation ».
  2. Traduction : « De l'art combinatoire ». Le titre complet est : « Dissertatio de arte combinatoria »[B 2] soit « Dissertation sur l'art combinatoire ».
  3. Traduction : « Des cas perplexes en droit »[8]. Le titre complet est : « Disputatio de Casibus Perplexis in Jure » soit « Discussion sur les cas perplexes en droit »[8].
  4. Traduction : « nouvelle méthode pour les maxima et les minima ». Le titre complet est : « Nova methodus pro maximis et minimis, itemque tangentibus, quae nec fractas nec irrationales quantitates moratur, et singulare pro illis calculi genus. », soit « Nouvelle méthode pour les maxima et minima, ainsi que les tangentes, qui ne bute ni sur les fractions ni sur les irrationnelles, avec un mode original de calcul. ».
  5. Traduction : « Méditations sur la connaissance, la vérité, et les idées ».
  6. Traduction : « De la géométrie cachée et analyse des indivisibles et des infinis »
  7. Traduction : « Vérités premières ».
  8. Connu en France sous le nom de Protogée, ou de la formation et des Révolutions du globe.
  9. Traduction : « Dernières nouvelles de Chine »[19].
  10. Le titre complet est : « Explication de l'arithmétique binaire, qui utilise seulement les caractères 1 et 0, avec quelques remarques sur son utilité, et sur la lumière qu'elle jette sur les anciennes figures chinoises de Fu Xi »[B 8]
  11. Le titre est complet est « Essais de théodicée sur la bonté de Dieu, la liberté de l'homme et l'origine du mal ». Il y est souvent fait référence avec les titres plus courts « Essais de Théodicée » et « Théodicée »[B 9].
  12. Ce terme n'a jamais été utilisé par Leibniz, on le doit à Heinrich Koehler, qui édita une traduction allemande en 1720[32]. Titre alternatif : « Principes de la philosophie »[32].
  13. Traduction : « Plan de Leibniz pour une bibliothèque publique ordonnée selon la classification des sciences »[R 32]
  14. Traduction : « Plan de Leibniz plus limité pour une bibliothèque ordonnée »[R 32]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x, y, z, aa, ab, ac, ad, ae, af, ag, ah, ai, aj, ak, al, am, an, ao, ap, aq, ar, as, at, au et av (en) Université Stanford, « Gottfried Wilhelm Leibniz », sur Stanford Encyclopedia of Philosophy, 22 décembre 2007 (révisé le 24 juillet 2013) (consulté le 19 décembre 2017).
  2. a, b, c et d (en) Université Stanford, « Leibniz's Influence on 19th Century Logic », sur Stanford Encyclopedia of Philosophy, (consulté le 4 janvier 2018).
  3. a, b, c, d, e et f (en) Université Stanford, « Leibniz's Philosophy of Physics », sur Stanford Encyclopedia of Philosophy (consulté le 12 janvier 2018).
  4. (en) Université Stanford, « Leibniz on the Problem of Evil », sur Stanford Encyclopedia of Philosophy, 4 janvier 1998 (révisé le 27 février 2013) (consulté le 21 décembre 2017).
  5. (en) Université Stanford, « Kurt Gödel », sur Stanford Encyclopedia of Philosophy, (consulté le 15 janvier 2018).
  1. a et b Henri Lachelier, « Introduction - Avant-propos - Histoire des Nouveaux Essais », dans Gottfried Wilhelm Leibniz, Nouveaux Essais sur l'entendement humain, (lire en ligne).
  2. a, b et c Bibliothèque nationale de France, « Dissertatio de arte combinatoria - Gottfried Wilhelm Leibniz (1646-1716) », sur bnf.fr (consulté le 14 janvier 2018).
  3. Bibliothèque nationale de France, « Notice de personne - Leibniz, Gottfried Wilhelm (1646-1716) », sur bnf.fr (consulté le 14 janvier 2018).
  4. a, b et c Bibliothèque nationale de France, « De corporum concursu - Gottfried Wilhelm Leibniz (1646-1716) », sur bnf.fr (consulté le 21 décembre 2017).
  5. a et b Bibliothèque nationale de France, « Discours de métaphysique - Gottfried wilhelm Leibniz (1646-1716) », sur bnf.fr (consulté le 21 décembre 2017).
  6. a, b et c Bibliothèque nationale de France, « Novissima Sinica - Gottfried Wilhelm Leibniz (1646-1716) », sur bnf.fr (consulté le 21 décembre 2017).
  7. a, b, c, d, e, f et g Bibliothèque nationale de France, « Nouveaux essais sur l'entendement humain - Gottfried Wilhelm Leibniz (1646-1716) », sur bnf.fr (consulté le 21 décembre 2017).
  8. a, b, c et d Gottfried Wilhelm Leibniz, « Explication de l'arithmétique binaire, qui utilise seulement les caractères 1 et 0, avec quelques remarques sur son utilité, et sur la lumière qu'elle jette sur les anciennes figures chinoises de Fu Xi », dans Histoire de l'Académie royale des sciences, Paris, Charles-Estienne Hochereau, (lire en ligne).
  9. a, b, c et d Bibliothèque nationale de France, « Essais de théodicée - Gottfried Wilhelm Leibniz (1646-1716) », sur bnf.fr (consulté le 21 décembre 2017).
  10. a et b Bibliothèque nationale de France, « Monadologie - Gottfried Wilhelm Leibniz (1646-1716) », sur bnf.fr (consulté le 21 décembre 2017).
  11. a et b Bibliothèque nationale de France, « Principes de la nature et de la grâce fondés en raison - Gottfried Wilhelm Leibniz (1646-1716) », sur bnf.fr (consulté le 21 décembre 2017).
  12. Gottfried Wilhelm Leibniz, Monadologie, Paris, Théophile Desdouits, coll. « Gallica » (notice BnF no FRBNF42065807, lire en ligne), p. 10-11.
  13. Histoire de l'Académie royale des sciences, Paris, Charles-Estienne Hochereau, (lire en ligne), « Nouvelle Arithmétique binaire », p. 58-62.
  14. Bibliothèque nationale de France, « Gottfried Wilhelm Leibniz : Le philosophe des merveilles », sur classes.bnf.fr (consulté le 12 janvier 2018).
  1. a, b, c et d (de) Bibliothèque Gottfried Wilhelm Leibniz, « Leben und Werk », sur gwlb.de (consulté le 11 janvier 2018) (version française : Bibliothèque Gottfried Wilhelm Leibniz, « Vie de Leibniz », sur gwlb.de (consulté le 2 juin 2018)).
  2. a et b (de) Bibliothèque Gottfried Wilhelm Leibniz, « Geschichte der Gottfried Wilhelm Leibniz Bibliothek », sur gwlb.de (consulté le 5 janvier 2018).
  3. a, b, c, d, e et f (de) Bibliothèque Gottfried Wilhelm Leibniz, « Leibniz-Nachlass », sur gwlb.de (consulté le 3 janvier 2018).
  4. a, b, c, d, e, f, g, h et i (de) Bibliothèque Gottfried Wilhelm Leibniz, « Korrespondenz », sur gwlb.de (consulté le 3 juin 2018) (version française : Bibliothèque Gottfried Wilhelm Leibniz, « La correspondance », sur gwlb.de (consulté le 3 juin 2018)).
  5. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k (de) Bibliothèque Gottfried Wilhelm Leibniz, « Leibniz' sprachwissenschaftliche Forschungen », sur gwlb.de (consulté le 25 janvier 2018) (version française : Bibliothèque Gottfried Wilhelm Leibniz, « Les recherches linguistiques leibniziennes », sur gwlb.de (consulté le 2 juin 2018)).
  6. a, b, c et d (de) Bibliothèque Gottfried Wilhelm Leibniz, « Leibniz und China », sur gwlb.de (consulté le 12 janvier 2018) (version française : Bibliothèque Gottfried Wilhelm Leibniz, « Leibniz et la Chine », sur gwlb.de (consulté le 2 juin 1018)).
  • Site officiel de la ville de Hanovre
  1. a, b, c, d et e (en) « House of Leibniz », sur site officiel de la ville de Hanovre (consulté le 9 janvier 2018).
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x, y, z, aa et ab (en) « Gottfried Wilhelm Leibniz », sur site officiel de la ville de Hanovre (consulté le 9 janvier 2018).
  3. (en) « Leibniz Calculating Machine », sur site officiel de la ville de Hanovre (consulté le 9 janvier 2018).
  4. (de) « Leibniz-Keks », sur site officiel de la ville de Hanovre (consulté le 5 janvier 2018).
  5. (en) « Year of Leibniz 2016 », sur site officiel de la ville de Hanovre (consulté le 9 janvier 2018).
  6. (en) « Leibniz Memorial », sur site officiel de la ville de Hanovre (consulté le 9 janvier 2018).
  7. (en) « Leibniz Temple », sur site officiel de la ville de Hanovre (consulté le 9 janvier 2018).
  • Références relatives à la classification de l'édition complète
  1. (de) Gottfried-Wilhelm-Leibniz-Gesellschaft, « Leibniz-Edition » (consulté le 4 janvier 2018).
  2. (de) Gottfried Wilhelm Leibniz Sämtliche Schriften und Briefe - Achte Reihe, Naturwissenschaftliche, Medizinische und Technische Schriften, Erster Band, Académie des sciences de Berlin-Brandebourg (présentation en ligne, lire en ligne), « « Schiften Verzeichnis » (« Catalogue des écrits ») », p. 643-654.
  3. (de) Gottfried Wilhelm Leibniz Sämtliche Schriften und Briefe - Sechste Reihe, Philosophische Schriften, Vierter Band : Inhalt, Vorwort, Einleitung, unverlinkte Verzeichnisse, Université de Münster (présentation en ligne, lire en ligne), « « Inhaltsverzeichnis » (« Sommaire ») », p. 4-32.
  4. (de) Gottfried-Wilhelm-Leibniz-Gesellschaft, « Leibniz-Edition - Reihe VI » (consulté le 20 février 2018).
  • Renvois à la bibliographie
  1. a, b, c et d MacDonald Ross 1984, p. 3.
  2. a, b et c Belaval 2005, p. 21.
  3. Belaval 2005, p. 22.
  4. a et b Belaval 2005, p. 23.
  5. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j MacDonald Ross 1984, p. 4.
  6. a et b Look 2011, p. 3-6.
  7. a et b Belaval 2005, p. 46.
  8. a, b et c MacDonald Ross 1984, p. 5.
  9. a, b, c, d, e, f et g Belaval 2005, p. 47.
  10. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m et n MacDonald Ross 1984, p. 6.
  11. a et b MacDonald Ross 1984, p. 15.
  12. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m et n MacDonald Ross 1984, p. 18.
  13. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q et r MacDonald Ross 1984, p. 19.
  14. a, b, c, d, e et f Belaval 2005, p. 191.
  15. a, b, c, d, e, f, g, h et i MacDonald Ross 1984, p. 25.
  16. a et b Belaval 2005, p. 192.
  17. a et b Belaval 2005, p. 194.
  18. a, b, c, d, e, f, g, h et i MacDonald Ross 1984, p. 10.
  19. a, b, c et d MacDonald Ross 1984, p. 9.
  20. a, b, c, d et e MacDonald Ross 1984, p. 11.
  21. a, b, c et d Couturat 1903, préface, p. 4-5.
  22. a, b et c Couturat 1903, préface, p. 8-9.
  23. a et b Couturat 1903, préface.
  24. MacDonald Ross 1984, p. 1.
  25. a, b, c et d Couturat 1901, préface.
  26. Knecht 1981, p. 37.
  27. Couturat 1901, p. 2.
  28. a et b Knecht 1981, p. 38-39.
  29. Couturat 1901, p. 35
  30. Couturat 1901, p. 98.
  31. a, b et c Couturat 1901, p. 81-87.
  32. a, b, c, d, e et f Couturat 1901, Note XIV - Sur Leibniz bibliothécaire, p. 573 (traduction des termes latins : (en) Louis Couturat (trad. Donald Rutherford et Timothy Monroe), « Note XIV - On Leibniz as Librarian », sur site officiel de l'Université de Californie à San Diego (consulté le 12 janvier 2018).).
  33. a et b Belaval 2005, p. 190.
  34. Leroux 2015, p. 4.
  35. Couturat 1901, Note XVII - Sur la théorie mathématique des jeux, p. 581-583.
  36. a, b, c et d Look 2011, Aftermath - Kant, the Leibnizians and Leibniz.
  • Autres références
  1. a, b, c, d, e, f et g Bernard Le Bouyer de Fontenelle, « Éloge de M. Leibnitz », sur site officiel de l'Académie des sciences, (consulté le 9 janvier 2018).
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q et r (de) Leibniz-Gemeinschaft, « Gottfried Wilhelm Leibniz » (consulté le 5 janvier 2018) (version en anglais : (en) Leibniz-Gemeinschaft, « Gottfried Wilhelm Leibniz » (consulté le 2 juin 2018)).
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m « Gottfried Wilhelm Leibniz », sur Encyclopédie Larousse (consulté le 21 décembre 2017).
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x, y, z, aa, ab, ac, ad, ae, af, ag, ah, ai, aj, ak et al (en) Sarah Tietz, « Leibniz Biography », sur Academia.edu, (consulté le 26 décembre 2017).
  5. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x, y, z, aa, ab, ac, ad, ae, af, ag, ah, ai, aj, ak, al, am, an, ao, ap, aq, ar, as, at et au (en) « Leibniz biography », sur MacTutor History of Mathematics archive sur site officiel de l'université de St Andrews (consulté le 25 décembre 2017).
  6. (en) Donald Rutherford, « Brief Chronology of Leibniz's Life », sur site officiel de la faculté de philosophie de l'université de Californie à San Diego, (consulté le 11 juin 2018).
  7. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m et n (en) « Leibniz, Gottfried Wilhelm », sur « the Galileo Project » sur le site officiel de l'université Rice (consulté le 11 juin 2018).
  8. a, b, c, d et e Librairie philosophique J. Vrin, « Des cas perplexes en droit » (consulté le 20 février 2018).
  9. Marine Picon, Doctrine des habitus et ordonnancement encyclopédique des disciplines chez Leibniz : la Nova Methodus discendae docendaeque iurisprudentiae, 30 p. (lire en ligne), p. 402-404.
  10. Gottfried Wilhelm Leibniz (auteur original), Jakob Thomasius (auteur original) et Richard Bodéüs (auteur de l'édition), Correspondance, 1663-1672, Vrin, (ISBN 978-2-7116-1145-4, lire en ligne), p. 53.
  11. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w et x Université du Tennessee à Martin, « Gottfried Wilhelm Leibniz (1646-1716) », sur Internet Encyclopedia of Philosophy (consulté le 3 janvier 2018).
  12. (en) Royal Society, « Portrait of Gottfried Wilhelm Leibniz » (consulté le 25 décembre 2017).
  13. (en) « Benedict de Spinoza », sur Encyclopædia Britannica (consulté le 3 juin 2018).
  14. a, b, c, d, e et f (en) Yvon Belaval, « Gottfried Wilhelm Leibniz », sur Encyclopædia Britannica (consulté le 21 février 2018).
  15. a, b et c « Leibniz », sur Imago mundi (consulté le 4 janvier 2018).
  16. a et b « Leibniz et Spinoza I », sur Université d'Helsinki, (consulté le 22 décembre 2017).
  17. Daniel Pimbé, « Spinoza », sur Académie de Grenoble, (consulté le 22 décembre 2017).
  18. (sv) « Nordisk familjebok / Uggleupplagan. 16. Lee - Luvua / 77-78 », sur Runeberg (consulté le 5 juin 2018).
  19. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r et s Massimo Mugnai, « De la vive Italie à la morne Hanovre », Pour la Science,‎ (lire en ligne).
  20. André Robinet, Architectonique disjonctive, automates systémiques et idéalité transcendantale dans l'œuvre de G. W. Leibniz, Vrin, 1986 (ISBN 978-2-7116-0914-7), p. 79 [lire en ligne].
  21. a, b, c, d et e (en) « Portrait of Gottfried Leibniz, by Christoph Bernhard Francke, c. 1700. », sur site officiel de l'université Columbia (consulté le 3 juin 2018).
  22. a et b Christian Wolff (auteur original) et Jean-Marc Rohrbasser (traducteur), Elogium Godofredi Guilelmi Leibnitii, Acta Eruditorum, (lire en ligne).
  23. « Gottfried Wilhelm Leibniz », sur Encyclopédie de l'Agora (consulté le 21 février 2018).
  24. a et b (en) Markku Roinila, « Leibniz's Attempts to the Reunification of the Churches », sur site officiel de l'université d'Helsinki (consulté le 14 janvier 2018).
  25. Gottfried Wilhelm Leibniz (auteur original), Jakob Thomasius (auteur original) et Richard Bodéüs (auteur de l'édition), Correspondance, 1663-1672, Vrin, (ISBN 978-2-7116-1145-4, lire en ligne), p. 53.
  26. « Liste des membres depuis la création de l'Académie des sciences - Les membres du passé dont le nom commence par L », sur site officiel de l'Académie des sciences (consulté le 2 juin 2018).
  27. a et b (en) Markku Roinila, G. W. Leibniz And Scientific Societies, 23 p. (présentation en ligne, lire en ligne [PDF]), p. 16-17.
  28. (en) « The Russian/St Petersburg Academy of Sciences », sur MacTutor History of Mathematics archive sur site officiel de l'université de St Andrews (consulté le 12 juin 2018).
  29. (en) « The Austrian Academy of Sciences », sur MacTutor History of Mathematics archive sur site officiel de l'université de St Andrews (consulté le 12 juin 2018).
  30. a, b, c, d, e et f « Calcul différentiel et intégral : sa naissance, sa diffusion et la question de ses fondements » [PDF], sur Université Pierre-et-Marie-Curie (consulté le 4 janvier 2018).
  31. (de) « Leibniz’ Abhandlung ‘Meditationes de cognitione, veritate et ideis` von 1684 – eine Diskussion mit Blick auf den ‘Tractus de intellectus emendatione’ des Baruch Spinoza » [PDF], sur uni-muenster.de, Thomas Kisser, (consulté le 11 novembre 2014).
  32. a, b et c (en) Gottfried Wilhelm Leibniz (auteur du texte), Robert Latta (traducteur) et Donald Rutherford (traducteur), « Monadology », sur site officiel de l'université de Californie à San Diego (consulté le 6 février 2018).
  33. a et b (en) Bertrand Russell, A Critical Exposition of the Philosophy of Leibniz, (lire en ligne), « I.1 (« Reason why Leibniz never wrote a magnum opus ») ».
  34. a et b (en) Gregory M. Reihman, « Malebranche's Influence on Leibniz’s Writings on China », sur site officiel de l'université Johns-Hopkins (consulté le 28 janvier 2018).
  35. a, b et c Presses de l'université Paris-Sorbonne, « Spinoza et Leibniz - Rencontres, controverses, réceptions » (consulté le 22 décembre 2017).
  36. a, b et c Mogens Lærke, « Leibniz et Spinoza. La genèse d’une opposition. », sur École normale supérieure de Lyon (consulté le 22 décembre 2017).
  37. Claire Crignon-De Oliveira, « Niels Stensen (Nicolas Sténon), Discours sur l’anatomie du cerveau », sur OpenEdition Journals, (consulté le 4 juin 2018).
  38. Thibault de Meyer, « Raphaële Andrault, Mogens Lærke, Pierre-François Moreau (dir.), Spinoza/Leibniz. Rencontres, controverses, réceptions », compte-rendu sur l'ouvrage cité, sur OpenEdition, (consulté le 4 janvier 2018).
  39. a, b, c et d Pascal Engel et Jean Birnbaum, « Leibniz, le dernier esprit universel », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  40. Jean-Pascal Anfray, « Leibniz et le meilleur des mondes possibles », sur Le Point, (consulté le 7 janvier 2018).
  41. François Trémolière, « Organon, Aristote : 2. Langage et penser : la naissance de la logique », sur Encyclopædia universalis (consulté le 29 mars 2015).
  42. Jacques Bouveresse, « Descartes, le « bon sens », la logique et les vérités éternelles », dans ESSAI V - DESCARTES, LEIBNIZ, KANT, Marseille, Agone, (lire en ligne), Tradition et innovation : Leibniz et ses prédécesseurs.
  43. Robert Blanché, « Logique : 4. L'ère de la logique dite « classique » », sur Encyclopædia universalis (consulté le 11 mars 2015) : « Il accepte ce qui a été fait, il le reprend, mais pour l'approfondir. La logique traditionnelle n'est qu'un échantillon d'une logique générale, qui reste à établir. »
  44. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k (en) « Modern Logic », sur Encyclopædia Britannica (consulté le 4 janvier 2018).
  45. (en) Université du Tennessee à Martin, « Leibniz : Logic », sur Internet Encyclopedia of Philosophy (consulté le 1er février 2018).
  46. Michel Fichant, « La réception de Gassendi dans l’œuvre de la maturité de Leibniz », dans Sylvia Murr, Gassendi et l’Europe, Paris, Vrin, (ISBN 9782711613069, lire en ligne)
  47. Michel Fichant, Science et métaphysique chez Descartes et Leibniz, PUF, 1998, chap. V, p. 134.
  48. Claire Fauvergue, « Diderot traducteur de Leibniz. », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie,‎ (ISSN 0769-0886, DOI 10.4000/rde.285, lire en ligne).
  49. a et b « Théodicée - définition, citations, étymologie », sur Littré (consulté le 22 décembre 2017).
  50. Henry Duméry, « Théodicée », sur Encyclopædia Universalis (consulté le 22 décembre 2017).
  51. Paul Rateau, L'idée de théodicée de Leibniz à Kant : héritage, transformations, critiques, (ISBN 978-3-515-09351-4, lire en ligne), p. 7, présentation.
  52. André Lalande, Vocabulaire technique et critique de la philosophie, Presses universitaires de France, (ISBN 2-13-036474-8) : entrée « Théodicée ».
  53. Lagarde et Michard, tome XVIIIe siècle, chapitre Voltaire, § Voltaire et la Providence et § Candide.
  54. a et b Catherine Golliau et Daniel Vigneron, « Sciences - Newton-Leibniz : querelle mortelle », Le Point,‎ (lire en ligne) et Daniel Vigneron, « Newton-Leibniz : la guerre des ego », Le Point,‎ (lire en ligne).
  55. a et b Jean-Marie Pruvost-Beaurain, « Fonction, mathématiques », sur Encyclopædia Universalis (consulté le 26 janvier 2018).
  56. (la + fr) Félix Gaffiot, Dictionnaire Latin-Français, Paris, Hachette, , 1701 p. (lire en ligne).
  57. a et b (en) William P. Berlinghoff et Fernando Q. Gouvêa, Math Through the Ages : A Gentle History for Teachers and Others, MAA, coll. « Classroom ressource materials » (1re éd. 2004), 273 p. (ISBN 9780883857366, lire en ligne), « Readind And Writing Arithmetic Where the Symbols Came From », p. 76.
  58. a, b, c et d (en) Herbert Bruderer, « The Binary System Was Created Long Before Leibniz », sur Association for Computing Machinery, (consulté le 31 décembre 2017).
  59. a, b et c (en) « The ancient book of wisdom at the heart of every computer », sur The Guardian (consulté le 31 décembre 2017).
  60. « Histoire de la philosophie » par Émile Bréhier, Tomes I à III, Éditeur PUF, 1931, réédité en 1994 (7e édition) (ISBN 213-044378-8). Tome II, chapitre VIII Leibniz, §V Mécanisme et dynamisme.
  61. Michel Blay et Robert Halleux, La Science classique, XVIe-XVIIIe siècle : Dictionnaire critique, Flammarion, (ISBN 2-08-2115666), p. 528-529.
  62. Histoire du principe de moindre action par F. Martin-Robine, 2006, Vuibert, p. 97-98.
  63. Blay et Halleux 1998, p. 338.
  64. Jean-Jacques Samueli, « Euler en défense de Maupertuis à propos du principe de moindre action », sur Bibnum, (consulté le 22 mars 2015), p. 7-8.
  65. Quelques ouvrages importants : Louis Davillé, Leibniz historien. Essai sur l’activité et la méthode historique de Leibniz, Paris, Alcan, 1909, et « Le développement de la méthode historique de Leibniz », Revue de Synthèse historique, XXIII, 3, 1911, p. 257-268, XXIV, 1, p. 1-31 ; Werner Conze, Leibniz als Historiker, Berlin, de Gruyter, 1951 ; Gunther Scheel, « Leibniz als Historiker des Welfenhauses », dans Wilhelm Totok et Carl Haase (eds.), Leibniz. Sein Leben, sein Wirken, sein Welt, Hanovre, Verl. für Literatur und Zeitgeschehen, 1966, p. 227-276, et « Leibniz historien », dans Georges Bastide (éd.), Leibniz. Aspects de l’homme et de l’œuvre. Journées Leibniz, organisées par le Centre national de Synthèse, les 28, 29 et 30 mai 1966, Paris, Aubier Montaigne, 1968, p. 45-60.
  66. L. E. Loemker: Introduction to Philosophical papers and letters: A selection. Gottfried W. Leibniz (transl. and ed., by Leroy E. Loemker). Dordrecht: Riedel (2nd ed. 1969).
  67. T. Verhave: Contributions to the history of psychology: III. G. W. Leibniz (1646–1716). On the Association of Ideas and Learning. Psychological Report, 1967, Vol. 20, 11–116.
  68. R. E. Fancher & H. Schmidt: Gottfried Wilhelm Leibniz: Underappreciated pioneer of psychology. In: G. A. Kimble & M. Wertheimer (Eds.). Portraits of pioneers in psychology, Vol. V. American Psychological Association, Washington, DC, 2003, p. 1–17.
  69. Wundt: Leibniz zu seinem zweihundertjährigen Todestag, 14. November 1916. Alfred Kröner Verlag, Leipzig 1917.
  70. « Jeu d'Echecs et Histoire de la Raison », sur mjae.com (consulté le 4 janvier 2018).
  71. Victor Donatien Musset, Histoire de la vie et des ouvrages de J.-J. Rousseau, Pélicier, , 38 p..
  72. Géraldine Lepan, Rousseau : une politique de la vérité, Paris, Belin, , 319 p. (ISBN 978-2-7011-9153-9), p. 13
  73. Christian Leduc, Leibniz et Diderot : Rencontres et transformations, Presses de l'Université de Montréal, (lire en ligne), p. 153-171.
  74. a et b (en) Jochen Fahrenberg, « The influence of Gottfried Wilhelm Leibniz on the Psychology, Philosophy, and Ethics of Wilhelm Wundt », sur site officiel de l'université de Fribourg, (consulté le 28 janvier 2018).
  75. (en) John W. Dawson, Jr., Logical Dilemmas: The Life and Work of Kurt Gödel, A K Peters, Ltd., (lire en ligne), p. 166.
  76. (en) Paola Cantù, « The Right Order of Concepts: Graßmann, Peano, Gödel and the Inheritance of Leibniz's Universal Characteristic », Philosophia Scientæ (publié sur OpenEdition), vol. 18-1,‎ (lire en ligne).
  77. (en) « Malebranche biography », sur MacTutor History of Mathematics archive sur site officiel de l'université de St Andrews (consulté le 3 juin 2018).
  78. Gottfried Wilhelm Leibniz sur le Mathematics Genealogy Project.
  79. (de) Université Gottfried Wilhelm Leibniz de Hanovre, « Warum ein neuer Name für die Universität Hannover? » (consulté le 5 janvier 2018).
  80. (de) Gottfried-Wilhelm-Leibniz-Gesellschaft, « Startseite » (consulté le 15 janvier 2018).
  81. (en) Fondation allemande pour la recherche, « Gottfried Wilhelm Leibniz Prize » (consulté le 5 janvier 2018).
  82. (en) Centre des planètes mineures, « (5149) Leibniz » (consulté le 5 janvier 2018).
  83. (en) Jet Propulsion Laboratory, « 5149 Leibniz (6582 P-L) » (consulté le 5 janvier 2018).
  84. (de) Bahlsen, « FAQ », section « Woher kommt der Name „BAHLSEN HANNOVER WAFFELN“ ? » (consulté le 5 janvier 2018).
  85. a, b et c (de + en) « Gottfried Wilhelm Leibniz's alter ego - For Leibniz 2016 », sur site officiel de l'université de Leipzig (consulté le 4 juin 2018).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Éditions des œuvres de Leibniz[modifier | modifier le code]

  • Die Mathematische Schriften,  éd. C. I. Gerhardt, Berlin, 1850-1853, réimpr. Georg Olms Verlag, 1962. Sur Archive : tome 1, tome 2, tome 3,tome 4, tome 5, tome 6, tome 7.
  • Die Philosophischen Schriften,  éd. C. I. Gerhardt, Berlin, 1875-1890, réimpr. Georg Olms Verlag, 1978. Sur Archive : tome 1, tome 2,tome 3, tome 4, tome 5, tome 6, tome 7.
  • Gottfried Wilhelm Leibniz (préf. Louis Couturat, fragments rassemblés par Louis Couturat), Opuscules et fragments inédits de Leibniz : Extraits des manuscrits de la bibliothèque de Hanovre, Paris, Félix Alcan, (lire en ligne).
  • Sämtliche Schriften und Briefe,  éd. Deutsche Akamedie der Wissenschaften, Berlin, 1923 ss.

Traductions en français d’œuvres mathématiques :

  • Leibniz (trad. Marc Parmentier, Eberhard Knobloch), Quadrature arithmétique du cercle, de l’ellipse et de l’hyperbole et la trigonométrie sans tables trigonométriques qui en est le corollaire, Vrin, , 369 p. (ISBN 2-7116-1635-5, lire en ligne).
  • L’estime des apparences. 21 manuscrits de Leibniz sur les probabilités, la théorie des jeux, l’espérance de vie ; texte établi, trad., introd. et annoté par Marc Parmentier. Paris : J. Vrin, 1995. (Mathesis) (ISBN 2-7116-1229-5).
  • La caractéristique géométrique ; texte établi et annoté par Javier Echeverría ; traduit, annoté par Marc Parmentier. Paris : J. Vrin, 1995. (Mathesis) (ISBN 2-7116-1228-7).
  • Leibniz (trad. Marc Parmentier, préf. Marc Parmentier), La naissance du calcul différentiel, Vrin, , 504 p. (ISBN 2-7116-0997-9, lire en ligne).
    Réunion de 26 articles parus dans les « Acta Eruditorum ». – texte en français seul, traduction du latin.

Études sur Leibniz[modifier | modifier le code]

  • Yvon Belaval, Leibniz de l'âge classique aux Lumières, Paris, Beauchesne, 1995.
  • Yvon Belaval, Leibniz : initiation à sa philosophie, Vrin, coll. « Bibliothèque d'histoire de la philosophie », (présentation en ligne).
  • Yvon Belaval, Leibniz, critique de Descartes, Gallimard, « Tel », 1960.
  • Yvon Belaval, Études leibniziennes, de Leibniz à Hegel, Gallimard, « Tel », 1993.
  • Fernand Brunner, Études sur la signification historique de la philosophie de Leibniz, Vrin, Paris, 1950.
  • (la) Israel Gottlieb Canz, Philosophiæ Leibnitianæ et Wolfianæ usus in Theologia (1728).
  • Louis Couturat, La logique de Leibniz, Georg Olms Verlag, (présentation en ligne) — La logique de Leibniz disponible sur Gallica.
  • Gilles Deleuze, Le Pli – Leibniz et le baroque, Les éditions de Minuit (coll. « Critique »), Paris, 1988, 191 p.
  • Claire Fauvergue, Diderot, lecteur et interprète de Leibniz, Honoré Champion, 2006.
  • Michel Fichant, L’invention métaphysique (introduction à l’édition Folio de la Monadologie), Folio, 2004.
  • François Gaquère, Le dialogue Irénique Bossuet - Leibniz, Paris, Beauchesne, 1966.
  • Martial Gueroult, Leibniz, Dynamique et métaphysique, rééd. Aubier, 1967.
  • Herbert H. Knecht, La Logique chez Leibniz : essais sur le rationalisme baroque, L'Âge d'Homme, coll. « Dialectica », (présentation en ligne).
  • Mogens Laerke, Leibniz lecteur de Spinoza. La genèse d'une opposition complexe, Paris, Honoré Champion, coll. Travaux de philosophie, 2008.
  • Vincent Leroux, Le jeu dans la pensée de Leibniz, Université Paris-Diderot, (lire en ligne).
  • (en) Brandon Look, The Continuum Companion to Leibniz, A&C Black, , 334 p. (ISBN 9780826429759, lire en ligne).
  • (en) George MacDonald Ross, Leibniz, Oxford University Press, , 120 p. (lire en ligne).
  • Gottfried Martin, Leibniz. Logique et Métaphysique, Paris, Beauchesne, 1966.
  • Massimo Mugnai, « Leibniz, le penseur de l’universel », Les génies de la science, août 2006, no 28.
  • Jean-Baptiste Rauzy, La doctrine leibnizienne de la vérité. Aspects logiques et ontologiques, Paris, Vrin, 2001.
  • Bertrand Russell, La philosophie de Leibniz (1900), Éditions des archives contemporaines – EAC, 2000.
  • Michel Serfati, La révolution symbolique : La constitution de l'écriture mathématique, Paris, Éditions Pétra, 2005.
  • Michel Serres, Le système de Leibniz et ses modèles mathématiques, Paris, PUF, 1968 ; rééd. en 1 volume.
  • Gabriel Tarde, Monadologie et sociologie, 1893, Les Empêcheurs de penser en rond, 1999.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Gottfried Wilhelm Leibniz.
Présentations générales
Œuvres numérisées
Cours