Lampaul-Ploudalmézeau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lampaul.
Lampaul-Ploudalmézeau
L'église paroissiale Saint-Pol-Aurélien.
L'église paroissiale Saint-Pol-Aurélien.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Brest
Canton Plabennec
Intercommunalité Communauté de communes du Pays d'Iroise
Maire
Mandat
Anne Apprioual
2014-2020
Code postal 29830
Code commune 29099
Démographie
Gentilé Lampaulais
Population
municipale
794 hab. (2012)
Densité 125 hab./km2
Population
aire urbaine
43 267 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 33′ 40″ N 4° 39′ 14″ O / 48.561111, -4.65388948° 33′ 40″ Nord 4° 39′ 14″ Ouest / 48.561111, -4.653889
Altitude Min. 0 m – Max. 62 m
Superficie 6,35 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte administrative du Finistère
City locator 14.svg
Lampaul-Ploudalmézeau

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte topographique du Finistère
City locator 14.svg
Lampaul-Ploudalmézeau

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lampaul-Ploudalmézeau

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lampaul-Ploudalmézeau
Liens
Site web Site de la commune

Lampaul-Ploudalmézeau [lɑ̃pɔl pludalmezo] (en breton : Lambaol-Gwitalmeze) est une commune du département du Finistère, dans la région Bretagne, en France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Toponymie et origines[modifier | modifier le code]

Le nom de Lampaul-Ploudalmézeau provient du mot breton lann ("monastère"), et de Paol, « Le monastère de Paul »: Saint Pol Aurélien, auquel on a ajouté le suffixe « Ploudalmézeau », du nom de la commune voisine, pour différencier la commune d'autres « Lampaul », entre autres Lampaul-Plouarzel [1].

Lampaul-Ploudalmézeau doit en effet son origine à la création d’un ermitage par saint Pol Aurélien au VIe siècle, à l’emplacement de l’église actuelle[1] .
Saint Pol Aurélien est un des sept saints fondateurs de la Bretagne (avec saint Brieuc, saint Tugdual, saint Patern, saint Corentin, saint Samson et saint Malo). Originaire de Glamorgan au Pays de Galles, saint Pol Aurélien est le fondateur de l'évêché du Léon. Né en l'an 492 (ou en 480), Pol Aurélien aurait appartenu à la famille britto-romaine des « Aurelianus » (Ve-VIe siècles) ; il est présenté comme un disciple de saint Ildut. Le roi franc Childebert Ier (511-588) le fit ordonner évêque et le plaça à la tête de l’évêché de Léon à Kastell-Paol (Saint-Pol-de-Léon). Suite à son retrait, vers l'an 553, sur l’île de Batz, trois évêques lui succédèrent de son vivant : Jaoua, Ternvael (ou Tiernomallus) et Keveren (ou Cetomerinus). Il meurt semble-t-il vers 580 (ou 594).

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Lampaul était une ancienne trève de Ploudalmézeau. Elle a été érigée en paroisse entre 1330 et 1427. La paroisse de Lampaul-Ploudalmézeau dépendait autrefois de l'ancien évêché de Léon.

On rencontre les appellations suivantes : Monasterium sive vulgato nomine Lanna Pauli in Plebe Telmedovia (en 884), Landapauli Ploedalmezeu (en 1467), Lambaol Guitalmezeau (en 1787).

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de Lampaul-Ploudalmézeau porte les noms de 36 soldats morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale. Deux d'entre eux au moins (Jean Gouzien[3], Jean Le Roux[4]) sont des marins disparus en mer ; la plupart des autres sont des soldats décédés sur le sol français[5].

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Jean Le Roux[6], Jean Milon[7], Robert Alaterre[8] et Daniel Lomenech[9] débarquèrent le à Lampaul-Ploudalmézeau avec deux postes émetteurs pour créer le réseau Johnny, chargé principalement de surveiller les mouvements de la Kriegsmarine autour du port de Brest.

L'après-Seconde-Guerre-mondiale[modifier | modifier le code]

La première école Diwan[modifier | modifier le code]

La première École Diwan (une école maternelle accueillant 5 élèves, l'instituteur étant Denez Abernot), ouvrit à la rentrée 1977, dans une ancienne école fermée depuis 5 ans, à Lampaul-Ploudalmézeau, à l'initiative de René L'Hostis, syndicaliste et militant breton[10].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 21 septembre 2013 Patrice Cottebrune   Ancien colonel de l'armée de l'air
Décédé en cours de mandat[11]
novembre 2013 en cours André le Borgne    
Les données manquantes sont à compléter.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Mougev ar Ribl.
  • L'allée couverte de Pont-ar-Bleiz.
  • L'église dédiée à saint Pol Aurélien (XVIe siècle), détruite en partie par la foudre en 1855 et restaurée en 1856 par Le Guerrannic, tient son originalité de son clocher-porche datant de 1622 (inscrit à l'inventaire des monuments historiques) qui est un des plus beaux de Bretagne. À l'intérieur, on trouve quelques statues remarquables comme la Vierge Marie écrasant une démone mangeant la pomme (XVIe siècle), saint Pol Aurélien, saint Éloi ou sainte Barbe. Annexée à l'église, la fontaine dédiée à saint Pol Aurélien, complète l'ensemble.
  • La chapelle Saint-Egarec[12], conserve des vestiges d'une première chapelle construite au XIIIe siècle, mais l'essentiel date du XVIe siècle ; délabrée et menacée par l'ensablement au milieu du XVIIIe siècle, elle est alors abandonnée, mais elle est reconstruite après avoir été dégagée du sable en 1838 par le curé de la paroisse[13].
  • La commune possède sur son territoire beaucoup de croix et calvaires bretons dont certaines ont plus de mille ans : la croix Croaz-an-Aber (1917), les trois croix de Kergounan (haut Moyen Âge), la croix de Kersquivit (haut Moyen Âge), la croix de Kervidoret ou Croas-Ambich (haut Moyen Âge), la croix du cimetière, la croix Croas-Paul (XIVe siècle), la croix de Ty-Nevez (XIXe siècle).
  • Le manoir de Rocervo.
  • La fontaine Saint-Pol-Aurélien, restaurée en 1952.
  • Elle possède une grande plage de sable blanc d'où on peut admirer de nombreux windsurfers. On peut aussi y pratiquer le kite-surf et le char à voile.
  • L'Île du Bec est située au large de Lampaul Ploudalmézeau.

Événements[modifier | modifier le code]

  • La première école Diwan a été créée à Lampaul-Ploudalmézeau en 1977 à l'initiative de Reun L'Hostis, avec Denez Abernot pour instituteur de cette première école en breton.

Démographie[modifier | modifier le code]

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
772 774 491 599 836 937 941 929 899
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
852 831 845 771 783 723 730 740 702
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
686 698 694 683 671 663 615 608 596
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
594 516 538 548 595 606 664 674 753
2012 - - - - - - - -
794 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2004[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Le manuscrit "Vita Pauli Aureliani" - La vie de Saint Paul-Aurélien, signale la création d'un "Lanna Pauli in plebe Telmedovia" - le Monastère de Paul dans la paroisse de Ploudalmézeau.
  2. Jean Kerhervé, Anne-Françoise Pérès, Bernard Tanguy, Les biens de la Couronne dans la sénéchaussée de Brest et Saint-Renan, d'après le rentier de 1544, Institut culturel de Bretagne, 1984.
  3. Jean Gouzien, né le à Ploudalmézeau, quartier-maître chauffeur à bord du cuirassé Bouvet, coulé victime d'une mine dans les Dardanelles le
  4. Jean Le Roux, né le à Lampaul-Ploudalmézeau, quartier-maître électricien, mort le lors du naufrage du sous-marin Prairial, victime d'un abordage avec un vapeur anglais près du port du Havre
  5. Memorialgenweb.org - Lampaul-Ploudalmézeau : monument aux morts
  6. Jean Le Roux, né à Lanmeur le , s'engagea dans la France libre dès décembre 1940 (il partit clandestinement de Camaret le , embarquant sur l'Émigrant ; il est décédé en octobre 2009, voir http://www.francaislibres.net/liste/fiche.php?index=81105
  7. Jean Milon, né le à Rennes ; il réussit en mars 1941 à s'introduire clandestinement dans la base de sous-marins de Saint-Nazaire alors en construction ; arrêté par les Allemands, il parvint à s'enfuir et embarque clandestinement dans la nuit du 13 au sur le sloop La Madelon pour gagner l'Angleterre, mais le bateau disparut en mer, voir http://auxmarins.net//fiche_marin/6652/Milon
  8. Robert Alaterre, surnommé Johnny, né le à Nantes, embarque le à Douarnenez pour l'Angleterre à bord de la Petite Anna, débarque dans la nuit du à Lampaul-Ploudalmézeau et fut le chef du réseau Johnny jusqu'au n date à laquelle il dût s'enfuir depuis Concarneau pour l'Angleterre, voir http://www.francaislibres.net/liste/fiche.php?index=50766&page=1
  9. Daniel Lomenech, né le à Pont-Aven, participa à de nombreuses actions de renseignements en Bretagne jusqu'en août 1943, date à laquelle il reste en Grande-Bretagne car les Allemands , l'ayant identifié, le recherchent il servit pendant le reste de la guerre à bord de sous-marins anglais, voir http://www.pontaven.com/Daniel-Lomenech
  10. Claude Geslin, Patrick Gourlay, Jean-Jacques Monnier, Ronan Le Coadic et Michel Denis, "Histoire d'un siècle : Bretagne 1901-2000", Skol Vreiz, 2010, [ISBN 978-2-915623-62-8]
  11. Lampaul-Ploudalmézeau. Le maire Patrice Cottebrune est décédé, Ouest-France, 21 septembre 2013.
  12. Saint Egarec serait un abbé breton fort peu connu, honoré aussi à Kerlouan, au Folgoët et à Lesneven, invoqué pour les maux d'oreille et la surdité, voir http://nominis.cef.fr/contenus/saint/12561/Saint-Egarec.html
  13. http://fr.topic-topos.com/chapelle-saint-egarec-lampaul-plouarzel
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2012.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]