Aller au contenu

Brélès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Brélès
Brélès
Le château de Kergroadès.
Blason de Brélès
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Brest
Intercommunalité Communauté de communes du Pays d'Iroise
Maire
Mandat
Guy Colin
2020-2026
Code postal 29810
Code commune 29017
Démographie
Gentilé Brélésiens
Population
municipale
860 hab. (2021 en diminution de 2,6 % par rapport à 2015)
Densité 61 hab./km2
Population
agglomération
43 267 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 28′ 44″ nord, 4° 42′ 44″ ouest
Altitude Min. 0 m
Max. 99 m
Superficie 14,06 km2
Type Commune rurale à habitat dispersé
Unité urbaine Porspoder
(banlieue)
Aire d'attraction Brest
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Saint-Renan
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Brélès
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Brélès
Géolocalisation sur la carte : Finistère
Voir sur la carte topographique du Finistère
Brélès
Géolocalisation sur la carte : Bretagne (région administrative)
Voir sur la carte administrative de Bretagne (région administrative)
Brélès
Liens
Site web https://breles.fr/

Brélès [bʁelɛs] (en breton : Brelez) est une commune du département du Finistère, dans la région Bretagne, en France.

Géographie

[modifier | modifier le code]
Carte de la commune de Brélès.

Brélès est une commune littorale de la partie maritime amont de l'Aber Ildut, lequel se jette dans la partie occidentale de la Manche, non loin de sa limite avec l'océan Atlantique. Brélès est à 10 km au nord-ouest de Saint-Renan.

Le bourg de Brélès dominant la partie maritime amont de l'Aber Ildut.

Communes limitrophes

[modifier | modifier le code]
Communes limitrophes de Brélès
Plourin
Lanildut Brélès Lanrivoaré
Plouarzel

La commune est limitée au sud par la partie fluviale de l'Aber Ildut, qui est un fleuve côtier et au sud-ouest par sa partie maritime, qui est à cet endroit un aber et sépare Brélès de Plouarzel. Au nord-ouest, un autre minuscule fleuve côtier, qui se jette dans la partie maritime de l'Aber Ildut, lui sert de limite communale avec Lanildut. Un autre tout petit fleuve côtier traverse la partie centrale du finage communal, passant juste au sud du bourg avant de se jeter dans l'Aber Ildut. La présence de ces trois cours d'eau explique que Brélès ait un relief vallonné assez accidenté, les altitudes allant de 98 mètres dans la partie orientale de la commune, près de Kerdréanton, jusqu'au niveau de la mer.

Le bourg est situé à une certaine distance de la côte, sur un plateau : c'est là une caractéristique commune à de nombreuses communes littorales bretonnes (par exemple à Plouguerneau, Ploudalmézeau, Landunvez, Plouarzel, Ploumoguer, etc.), les premiers émigrants bretons fixèrent le centre de leurs plous à l'intérieur des terres, probablement par crainte des pirates saxons[1]. Il est excentré dans la partie occidentale du territoire communal.

L'habitat rural est dispersé en un certain nombre d'écarts formés de hameaux et fermes isolées. Brélès étant éloigné des grands centres urbains, la commune n'a connu que peu de création de lotissements périurbains, uniquement au sud-est du bourg traditionnel , et ait échappé à la périurbanisation.

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique franc, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[2]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Finistère nord, caractérisée par une pluviométrie élevée, des températures douces en hiver (°C), fraîches en été et des vents forts[3]. Parallèlement l'observatoire de l'environnement en Bretagne publie en 2020 un zonage climatique de la région Bretagne, s'appuyant sur des données de Météo-France de 2009. La commune est, selon ce zonage, dans la zone « Littoral », exposée à un climat venté, avec des étés frais mais doux en hiver et des pluies moyennes[4].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 11,8 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 9,5 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 911 mm, avec 15,6 jours de précipitations en janvier et 7,4 jours en juillet[2]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Ploudalmézeau à 8 km à vol d'oiseau[5], est de 12,1 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 997,1 mm[6],[7]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d’émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[8].

Au , Brélès est catégorisée commune rurale à habitat dispersé, selon la nouvelle grille communale de densité à 7 niveaux définie par l'Insee en 2022[9]. Elle appartient à l'unité urbaine de Porspoder, une agglomération intra-départementale dont elle est une commune de la banlieue[10],[11]. Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Brest, dont elle est une commune de la couronne[Note 1],[11]. Cette aire, qui regroupe 68 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[12],[13].

La commune, bordée par la mer d'Iroise, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[14]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[15].

Occupation des sols

[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (89,5 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (90,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (62,7 %), terres arables (14,9 %), prairies (11,9 %), forêts (5,6 %), zones urbanisées (4,8 %), eaux maritimes (0,1 %)[16]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Brélès, en breton Brelez.

Brelez : Bre (colline) et Lez (justice) et doit son nom au fait qu'elle était une hauteur sur laquelle autrefois la justice était rendue.

Préhistoire et Antiquité

[modifier | modifier le code]

Brélès ne possède pas de monument mégalithique mais des urnes funéraires furent trouvées en 1840 à Kerelegou (dont le nom signifie en breton "village des ossements").

Selon Charles Nodier, Justin Taylor et Alphonse de Cailleux, le roi semi-légendaire Conan Mériadec aurait abordé en Bretagne sur les rives de l'Aber Ildut où il aurait fait construire une demeure connue sous le nom de "Castel Mériadec", située entre Plouarzel et Brélès (dans les parages de Bel-Air selon le Chevalier de Fréminville, mais aucune trace archéologique ne vérifie cette assertion), dont des ruines étaient encore visibles au début du XIXe siècle ; les débris des murailles auraient servi à la construction d'un moulin[17]. Jean-Baptiste Ogée en 1778 l'avait déjà affirmé : « On remarque à Plourin [en fait à Brélès] le plus ancien monument qui soit connu en Bretagne [sic]. C'est le château que Conan Mériadec y fit bâtir vers l'an 387, qu'il appela de son nom Castel-Meriadec ; ce monarque y séjournait assez souvent »[18].

Époque moderne

[modifier | modifier le code]

Au XVIe siècle, Brélès faisait partie de la sénéchaussée de Brest et Saint-Renan[19].

Le manoir de Brescanvel est construit en style gothique au milieu du XVIe siècle par la famille Le Roux (parmi ses membres, Guillaume Le Roux, écuyer, est seigneur de Brescanvel à la fin du XVIIe siècle). Le décès le de l'abbé Louis-Charles Le Roux, seigneur de Brescanvel et curé de Guilers, fit passer la seigneurie aux mains de son cousin François de Poulpiquet, originaire de Tréménech ; en raison du mariage la même année de son fils Louis de Poulpiquet avec l'héritière de Lesmel (en Plouguerneau), la famille vécut à Lesmel, mais accola le suffixe "de Brescanvel" à son nom de famille.

Le manoir de Bel-Air, une maison noble, a été édifié en 1599 par un seigneur de Kerangar. Son architecture n'a pas été modifiée depuis le XVIe siècle ; sur sa façade ouest des échauguettes et un fossé le défendaient, la cale et le quai, qui donnaient un accès direct à la mer, étant protégés par des canons. L'endroit est si secret qu'on ne l'atteignait par la rive qu'à marée basse ; ce site discret permettait, probablement à des corsaires, de décharger leurs prises à l'abri des regards. Selon la légende Bel-Air fut un repaire de contrebandiers pendant la Révolution française ; plus tard Victor Hugo serait venu y retrouver Juliette Drouet qui séjournait à Saint-Renan[20].

Le moulin de Bel-Air, situé à proximité, a été construit en 1617 ; ce moulin à marée était alimenté en eau par un étang à marée descendante.

Le château de Kergroadès [Kergroadez] est construit au début du XVIIe siècle par François III de Kergroadez.

Révolution française

[modifier | modifier le code]

La commune de Brélès est créée le . Brélès fut même à partir du 5 fructidor an III () chef-lieu d'un canton, la nouvelle commune formé par, outre Brélès, les communes de Larret, Plourin, Lanildut, Porspoder et Lampaul-Plouarzel, mais ce canton fut dissout le 28 pluviôse an VIII () et Brélès fut rattachée au canton de Ploudalmézeau[21].

De nombreux prêtres réfractaires furent cachés par les habitants ; la majorité des paroissiens se refusait à assister aux offices des prêtres constitutionnels ; le , jour du pardon, des paroissiennes manifestèrent bruyamment contre le prêtre assermenté de Plourin qui célébrait la messe.

Le XIXe siècle

[modifier | modifier le code]

Auparavant trève de Plourin, Brélès devint une paroisse autonome en 1802, à la suite du Concordat de 1801.

A. Marteville et P. Varin, continuateurs d'Ogée, présentent en 1843 Brélès de manière très succincte : « Brélès, commune formée de l'ancienne trève de Plourin ; aujourd'hui succursale ; chef-lieu de perception. Il y a foire le 26 novembre ; le lendemain si ce jour est férié. Géologie : constitution granitique »[22].

Une loi datée du remania de manière importante les limites des communes de Plourin, Landunvez, Lanrivoaré, Lanildut et Brélès afin de mettre fin à un découpage très complexe issu des paroisses d'Ancien Régime[23].

Une épidémie de variole frappa Brélès et des communes avoisinantes en 1882[24].

Benjamin Girard décrit en ces termes Brélès en 1889 :

« Ancienne trève de Plourin, la commune de Brélès, située à l'extrémité du petit estuaire formé par la rivière de l'Aber-Ildut, est traversée par la route départementale n°6. Le bourg, qui est placé sur cette route,a une population agglomérée de 249 habitants. Ce bourg, aujourd'hui sans importance, était autrefois le siège de la juridiction de la seigneurie de Kergroadès,ayant haute, moyenne et basse justice[25] »

Le XXe siècle

[modifier | modifier le code]

La Belle Époque

[modifier | modifier le code]

En 1903 la famille De Taisne, alors propriétaire du manoir de Bel-Air, vendit le moulin de Bel-Air à un ingénieur chimiste, Vienne, qui le transforma en brûlerie à goémon, puis en fabrique artisanale de savon ("savon Lechien", par analogie au "savon Lechat" fabriqué à Marseille).

L'échec de la première tentative de l'inventaire des biens d'église à Brélès le face aux protestations des paroissiens (journal L'Ouest-Éclair du 18 mars 1906).

Les Frères de Lamennais se virent refuser le droit de poursuivre leur enseignement à l'école des garçons de Brélès le [26]. Le , Marie Le Pape, religieuse de la Congrégation du Saint-Esprit et directrice de l'école ds filles de Brélès, fut condamnée à 80 francs d'amende par le tribunal correctionnel de Brest « pour avoir dirigé après le , sans autorisation, un établissement congréganiste » ; les autres sœurs furent acquittés, mais Louise Rivoal, propriétaire des locaux de l'école fut condamnée à 25 francs d'amende et à la moitié des dépens, solidairement avec Marie Le Pape[27].

L'inventaire des biens d'église à Brélès ne put se faire comme prévu le en raison des manifestations des paroissiens, mais put finalement se faire sans trop de difficultés en novembre 1906 car trois agents surprirent le sacristain et lui dérobèrent de force la clef de l'église[28].

En mai 1912 sept sœurs de la Congrégation des Filles du Saint-Esprit furent condamnées pour « reconstitution de congrégation » à Brélès[29].

En 1913, la voie ferrée à voie étroite projetée entre Saint-Renan et Porspoder vit le tracé retenu suivre le bord de l'Aber Ildut entre Brélès et Lanildut ; mais cette voie ferrée projetée ne fut finalement jamais construite en raison de la Première Guerre mondiale[30].

La Première Guerre mondiale

[modifier | modifier le code]
Le monument aux morts de Brélès

Le monument aux morts de Brélès porte les noms de 31 soldats et marins morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale; parmi eux 2 au moins sont morts en Belgique (Vincent Poumellec, quartier-maître fusilier au 1er régiment de fusiliers marins à Zuydcoote le et Pierre de Lorgeril, maître pointeur au 175e régiment d'artillerie de tranchée, à Poperinghe le ) ; François Guenneguès, canonnier au 274e régiment d'artillerie de campagne, est mort de maladie à Salonique (Grèce) alors qu'il participait à l'expédition de Salonique ; la plupart des autres sont morts sur le sol français[31].

L'Entre-deux-guerres

[modifier | modifier le code]

Guillaume Le Gall, brigadier au 4e régiment d'artillerie coloniale, est mort le à Hanoï (Tonkin), victime d'une insolation ; son nom figure aussi sur le monument aux morts de Brélès[31].

En décembre 1936, les époux Forest[Note 2], fermiers à Lanambroas, qui avaient douze enfants, reçurent un « prix de vertu » décerné par l'Académie française[32]. Ils reçurent aussi le prix Cognacq-Jay.

La Seconde Guerre mondiale

[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de Brélès porte les noms de 4 personnes mortes pour la France pendant la Deuxième Guerre mondiale dont Jean Cornen, mort en captivité le à Versitorben (Allemagne)[31].

Michel Chevillotte[33], vivant à Brélès, est un militant nationaliste breton gravement compromis dans la collaboration avec l'Allemagne. Il fut sous l'Occupation chef cantonal du PNB à Plougonvelin. Il s'engagea dans la Bezen Perrot en décembre 1943 et surnommé « Bleiz » [« Loup » en breton], il devint rapidement chef du groupe cantonné au château du Bouéxic en Guer. Il participa activement à la lutte contre la Résistance, notamment à Scrignac, Callac, Trébrivan et Saint-Nicolas-du-Pélem. Au moment de la débâcle allemande, en juillet 1944, en route vers l'Allemagne, il participa à l'exécution de 49 résistants à Creney-près-Troyes (Aube) et s'engagea dans les Waffen SS. Il fut condamné à mort par contumace et à la confiscation de tous ses biens par la Cour de justice de Rennes lors de la Libération[réf. souhaitée], mais en fait ne fut jamais inquiété[34].

Les résistants FFI de Lanildut et Brélès étaient abrités à Pérénévez en Brélès[35]. En août 1944, des combats se déroulèrent à Bel-Air entre des résistants FFI et des troupes allemandes. Une stèle au bord de la D27 rappelle l’événement.

Politique et administration

[modifier | modifier le code]
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1952 Jules Perhirin[Note 14]   Menuisier.
1965 1989 François Lenaff[Note 15]    
1989 2001 Jean L'Hostis[36]    
mars 2001 En cours
(au 25 mai 2020)
Guy Colin[37]
Réélu pour le mandat 2020-2026
PS Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie

[modifier | modifier le code]
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
6437099368889269209461 001908
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
862844894818913966921962876
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
861890901921822828778808720
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
689624528600763749779792832
2014 2019 2021 - - - - - -
885861860------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[38] puis Insee à partir de 2006[39].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments

[modifier | modifier le code]
  • Le château de Kergroadès, construit entre 1602 à 1613 par François de Kergroadès, seigneur du dit lieu. En ruine vers 1860, il est alors acheté par Le Jeune, notaire à Saint-Renan. Au XXe siècle, il devient la propriété de la famille Chevillotte qui l'a restauré.
  • Le château de Keroulas, habité en 1640 par Jehan de Keroulas. Selon une gwerz recueillie par Théodore Hersart de La Villemarqué dans son Barzaz Breiz, Marie de Keroulas, que l'on obligea en 1565 à se marier avec le peu séduisant François du Chastel, seigneur de Mezle et Chateaugal[Note 16], en serait morte de chagrin en 1582. Le château a été reconstruit au XVIIIe siècle dans le style classique.
  • L'église paroissiale Notre-Dame, en forme de croix latine, fut fondée en tant que chapelle au XIVe siècle par les seigneurs de Kergroadès, avant de devenir église tréviale, puis église paroissiale en 1802. Les armoiries en kersanton d'Olivier du Chastel et Jeanne de Plœuc se trouvent sur son portail ouest. L'église a été largement reconstruite et agrandie en 1855, comprenant désormais une nef avec bas-côtés et deux chapelles latérales en guise de transept ornées de quatre anges musiciens[41]. L'église a conservé son enclos paroissial dont l'entrée est décorée par une porte triomphale qui date du début du XVIIe siècle et porte une dédicace de François de Keringar, seigneur de Bel-Air[42].

Bibliographie

[modifier | modifier le code]
  • Chanoine Henri Pérennès, Plourin (Ploudalmézeau) et Brélès. Monographie des deux paroisses, Le livre d'histoire, réédition 2004, (ISBN 2-84373-484-3).

Articles connexes

[modifier | modifier le code]

Liens externes

[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références

[modifier | modifier le code]
  1. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  2. Louis Marie Forest, né le à Plourin, décédé le à Brélès et son épouse Anne-Marie Lamour (1900-1967).
  3. François Léaustic, né le à Plouguin, décédé le à Brélès.
  4. Jérôme Bougaran, né le à Brélès, décédé le à Brélès.
  5. Deux Jean Salaün possibles, soit Jean Salaün (1766-1833), soit plus probablement Jean-François Salaün (né le à Pors Névez en Lanildut et décédé le à Bel-Air en Brélès ; meunier.
  6. Alain Leven, baptisé le à Brélès, décédé le au bourg de Brélès.
  7. Gabriel Malaboux, né le à Plouzané, décédé le à Brélès.
  8. François-Nicoles Le Borgne de Keroullas, décédé âgé de 55 ans le à Keroullas en Brélès.
  9. René Jacques Constant Fallier, né le à Brest.
  10. Gabriel Larvor, né le à Saint-Pol-de-Léon, décédé le à Brélès.
  11. Jean Marc, né le au Cruguel en Brélès, décédé le au bourg de Brélès.
  12. Vincent Quéméneur, né le à Kerigilou en Brélès, décédé le à Kerigilou en Brélès.
  13. Hamon-Marie Kérébel, né le à Kerdivichan Vras en Brélès, décédé le à Brélès.
  14. Jules Perhirin, né le à La Franchise en Brélès, décédé le à Brlélès.
  15. François Lénaff, né le à Lesven en Brémlès, décédé le à Brest.
  16. Mezle est en Plonévez-du-Faou et Chateaugal en Landeleau. François du Chastel est mort en 1599 à Landeleau.
  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références

[modifier | modifier le code]
  1. René Largillière, Les saints et l'organisation chrétienne primitive dans l'Armorique bretonne, (lire en ligne).
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  4. « Les zones climatiques en Bretagne. », sur bretagne-environnement.fr, (consulté le )
  5. « Orthodromie entre Brélès et Ploudalmézeau », sur fr.distance.to (consulté le ).
  6. « Station Météo-France « Ploudalmezeau » (commune de Ploudalmézeau) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  7. « Station Météo-France « Ploudalmezeau » (commune de Ploudalmézeau) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  9. « La grille communale de densité », sur le site de l’Insee, (consulté le ).
  10. « Unité urbaine 2020 de Porspoder », sur insee.fr (consulté le ).
  11. a et b Insee, « Métadonnées de la commune ».
  12. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Brest », sur insee.fr (consulté le ).
  13. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  14. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le ).
  15. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  16. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  17. Charles Nodier, Justin Taylor et Alphonse de Cailleux, "Voyages pittoresques et romantiques dans l'ancienne France. Bretagne", 1845-1846, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97223066/f462.image.r=Plouarzel?rk=2682416;4
  18. Jean-Baptiste Ogée, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne" (article "Plourin"), tome 3, 1778, consultable https://archive.org/details/dictionnairehist03og/page/430
  19. Jean Kerhervé, Anne-Françoise Pérès, Bernard Tanguy, Les biens de la Couronne dans la sénéchaussée de Brest et Saint-Renan, d'après le rentier de 1544, Institut culturel de Bretagne, 1984.
  20. Alix Delalande et Marie Le Goaziou, "Bretagne. 500 coups de cœur", éditions Ouest-France, 2008, (ISBN 978-2-7373-4244-8).
  21. « Brélès », sur estran.infini.fr (consulté le ).
  22. A. Marteville et P. Varin, Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, tome 1, (lire en ligne), p. 110.
  23. "Bulletin des lois de la République française", 1850, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k486124w/f400.image.r=Brélès
  24. Rapport général sur les épidémies de 1882, "Mémoires de l'Académie de médecine", 1887, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6361334q/f171.image.r=Brélès
  25. Benjamin Girard, "La Bretagne maritime", 1889, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5744832r/f252.image.r=Lanildut?rk=3218900;0
  26. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 24 avril 1903, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k639952p/f2.image.r=Br%C3%A9l%C3%A8s?rk=236052;4
  27. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 11 juin 1904, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k640366f/f4.image.r=Br%C3%A9l%C3%A8s?rk=42918;4
  28. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 18 mars 1906, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6410115/f4.image.r=Br%C3%A9l%C3%A8s?rk=150215;2 et n° du 22 novembre 1906, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k641264n/f4.image.r=Br%C3%A9l%C3%A8s?rk=64378;0
  29. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 19 mai 1912, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k643265k/f5.image.r=Br%C3%A9l%C3%A8s?rk=1309019;2
  30. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 29 août 1913, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k643728w/f5.image.r=Br%C3%A9l%C3%A8s?rk=386268;0
  31. a b et c http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?idsource=15037
  32. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 18 décembre 1936, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6607453/f6.image.r=Br%C3%A9l%C3%A8s?rk=1888421;2
  33. Originaire de Plougonvelin (mais vivant à Brélès), fils d'Olivier Chevillotte, ingénieur agronome (qui fut candidat du Parti national breton à Morlaix en 1936), frère d'Emmanuel Chevillotte (qui fut chef du PNB pour les arrondissements de Brest et de Morlaix pendant l'Occupation) et beau-frère de Joseph de Parcevaux (qui fut chef cantonal du PNB à Saint-Renan)
  34. voir Françoise Morvan, "Miliciens contre maquisards : enquête sur un épisode de la Résistance en Centre-Bretagne", éditions Ouest-France, 2013, [ (ISBN 978-2-7373-5063-4)]
  35. Georges-Michel Thomas et Alain Legrand, Le Finistère dans la guerre (1939-1945) - tome 2, (lire en ligne), p. 128.
  36. https://www.ouest-france.fr/bretagne/breles-29810/jean-lhostis-et-quatre-adjoints-salues-3102333
  37. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  38. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  39. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  40. http://fr.topic-topos.com/manoir-de-brescanvel-breles
  41. jean-yves cordier, « Église de Brélès : anges musiciens et Isidore en costume breton. », sur Aile.com, Le blog de jean-yves cordier, (consulté le ).
  42. https://www.patrimoine-iroise.fr/culturel/religieux/Breles-ND.php