Plésidy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune des Côtes-d'Armor
Cet article est une ébauche concernant une commune des Côtes-d'Armor.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Plésidy
Le menhir de Cailouan.
Le menhir de Cailouan.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Guingamp
Canton Callac
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Bourbriac
Maire
Mandat
Guy Gautier
2014-2020
Code postal 22720
Code commune 22189
Démographie
Gentilé Plésidien, Plésidienne
Population
municipale
621 hab. (2013)
Densité 24 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 26′ 54″ Nord 3° 07′ 14″ Ouest / 48.4483333333, -3.12055555556
Altitude 120 m (min. : 95 m) (max. : 268 m)
Superficie 25,79 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte administrative des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Plésidy

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Plésidy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Plésidy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Plésidy

Plésidy [plezidi] est une commune française située dans le département des Côtes-d'Armor en région Bretagne.


Géographie[modifier | modifier le code]

Plésidy se trouve à une dizaine de kilomètres au sud de Guingamp, sous-préfecture des Côtes-d’Armor.

Hameaux[modifier | modifier le code]

La commune de Plésidy comporte 27 hameaux :

  • Cailouan, Croaselen, Claudrain, Garlouet, Garsmeur, Goas Caradec, Guernognon, Kerbouret Huelan, Kerbouret Izélan, Kerbanel, Kerdanet, Kerfinit, Kerhars, Kerhenry, Kerlan, Kersière, Kervenou, Kervoisiou, Kernon, Lanlez, La Villeneuve, Guern an Mern, le Moulin du Roz, le Medic, Lavancel, Lan Manguy, Lanleze, Pors Chevance, Rumenet, Ruemorvan, Saint-Alors, Saint-Yvonnec, Trévelost, Trolan, Trinité.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Adrien Saint-Péver Saint-Péver Rose des vents
Bourbriac N Saint-Fiacre, Senven-Léhart
O    Plésidy    E
S
Magoar Kerpert, Saint-Connan Saint-Connan

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen-Âge[modifier | modifier le code]

Le château d'Avaugour se dressait sur un éperon dominant le cours du Trieux à l'extrémité occidentale de Plésidy, dans l'actuelle commune de Saint-Péver.

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de Plésidy porte les noms de 90 soldats et marins originaires de la commune morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale[1].

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de Plésidy porte les noms de 20 personnes mortes pour la France pendant la Seconde Guerre mondiale. Parmi elles Francis Le Blanc[2], quartier-maître canonnier, fut décoré de la Médaille militaire et de la Croix de guerre[3].

Le maquis de Plésidy-Saint-Connan[4], dit aussi maquis de Coat-Mallouen[5], est formé en juin 1944, avec le concours du groupe Jedburgh Frederick commandé par le sergent Robert, après la défaite des maquisards de Saint-Marcel, et dépasse rapidement 120 hommes[6]. Attaqué par 400 soldats allemands et miliciens, venus de Scrignac, Guingamp et Pontivy, le [7], les maquisards résistèrent (les combats firent 13 morts parmi les résistants) avant d'abandonner le terrain pour aller se réfugier dans la forêt de Duault et les Allemands renoncèrent à les poursuivre[8]. Les maquisards libérèrent Guingamp le [9]. Un "Musée de la résistance en Argoat" a ouvert en 2014 à Saint-Connan afin de rappeler les actions de ce maquis[10].

L'après Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Un soldat originaire de Plésidy, F. Cocguen, est mort pendant la Guerre d'Indochine[11].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1803 1808 Olivier le Diouron    
1891 1896 Pierre Louis Derrien    
 ?  ? M Le Bahers PCF Conseiller général du Canton de Bourbriac (1979-1985)
         
juin 1995 2014 Yolande Barbedette PS Animatrice
mars 2014 en cours Guy Gautier DVD Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 621 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 520 1 298 1 317 1 362 1 452 1 509 1 520 1 506 1 717
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 638 1 602 1 639 1 562 1 585 1 587 1 599 1 577 1 579
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 658 1 658 1 709 1 520 1 549 1 506 1 390 1 115 1 051
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2008 2010
956 870 737 709 636 635 656 697 640
2013 - - - - - - - -
621 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2004[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Langue bretonne[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune en breton est Plijidi.

Le seul collège de la commune est un collège Diwan. Il a été créé en 1995. À la rentrée 2013, 221 élèves étaient scolarisés au collège Diwan [14].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Chapelle et calvaire de Saint-Yves.

La commune compte cinq monuments historiques :

Par ailleurs :

  • Hameau de Kerlan : vestiges du manoir du Fresne de Kerlan et de sa chapelle (XIIe siècle).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Olivier du Fresne de Kerlan, natif de Plésidy, constructeur du manoir de Goasfroment (XVII° siècle) en Plouezec.
  • Colonel Roland François du Fresne de Kerlan, originaire de Plésidy,officier de la Légion d'Honneur, commandant le 85° Régiment d'infanterie(1851-1854), Campagnes d'Afrique et d'Orient.
  • Colonel Théophile Marie Brébant né à Plésidy en 1889, commandeur de la Légion dHonneur.
  • Emmanuel Le Peillet, né à Plésidy en 1928, poète.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?idsource=3239
  2. Francis Le Blanc, né le à Saint-Bihy, mort le lors du naufrage du cargo charbonnier S.N.A. 1 par abordage avec le cargo anglais Thosrton
  3. http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?idsource=3239
  4. http://memoiredeguerre.pagesperso-orange.fr/lib-gp/pages/guing10.htm
  5. http://almrd22.fr/Plesidy-Saint-Connan-le-maquis-de
  6. http://almrd22.fr/Le-maquis
  7. http://almrd22.fr/L-attaque-du-maquis-par-l-armee
  8. Claude Geslin,Patrick Gourlay, Jean-Jacques Monnier, René Le Coadic et Michel Denis, "Histoire d'un siècle Bretagne 1901-2000, Skol Vreizh, 2010, [ISBN 978-2915-62362-8]
  9. http://memoiredeguerre.pagesperso-orange.fr/lib-gp/pages/guing10.htm
  10. http://musee-etangneuf.fr/index.php/musee1.html
  11. http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?idsource=3239
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2008, 2010, 2013.
  14. http://www.opab-oplb.org/98-kelenn.htm
  15. « Notice no PA00089421 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. « Notice no PA00089422 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  17. « Notice no PA00089419 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  18. « Notice no PA00089418 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  19. « Notice no PA00089420 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  20. http://fr.topic-topos.com/chapelle-saint-alor-plesidy
  21. Site officiel du collège.
  22. Collège Diwan. Réflexion sur le projet d'extension, Le Télégramme, 30 novembre 2010.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :