Yvias

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Yvias
Le tumulus de Tossen ar Run.
Le tumulus de Tossen ar Run.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Guingamp
Canton Paimpol
Intercommunalité Guingamp Paimpol Armor Argoat Agglomération
Maire
Mandat
Jean-François Guillou
2014-2020
Code postal 22930
Code commune 22390
Démographie
Gentilé Yviasais, Yviasaise
Population
municipale
764 hab. (2014)
Densité 66 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 42′ 51″ nord, 3° 03′ 04″ ouest
Altitude 100 m (min. : 8 m) (max. : 107 m)
Superficie 11,61 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte administrative des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Yvias

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Yvias

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Yvias

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Yvias

Yvias [ivjas] est une commune française située dans le département des Côtes-d'Armor en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Ecclesia de Yvias en 1202 et en 1211, Ivias en 1206, Parochia de Iviaz en 1220, Yvias en 1229 et en 1266, Yvias vers 1330 et Yvyas en 1536[1].

Le toponyme serait un dérivé en -as d'un radical *owi- (mouton), auquel se rattachent le vieil-irlandais oi (mouton), le gallois ewig (biche) mais aussi le vieux-breton ousor (berger)[2].

Autres hypothèses : Yvias viendrait de Saint-Yvi, Saint-Ivy ou d'un chevalier nommé Guillaume de Yvias ou Ivias originaire, semble-t-il, de la paroisse de Yvias, qui aurait possédé des biens à Pléhérel de 1240 à 1264[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs depuis 1793[3]
Période Identité Étiquette Qualité
1793 1794 Jean Richard    
1794 1800 Jean Le Calvez    
1800 1807 Yves Bastiou   Docteur en droit et en théologie. Aumônier Collège Louis Legrand
1807 1810 Jean Allainguillaume    
1810 1826 Jean Le Calvez    
1826 1837 François Le Floc'h    
1837 1848 Yves Marie Le Solleuz    
1848 1855 François Le Floc'h    
1855 1863 François Richard    
1863 1885 Jean Marie Judoce Le Solleuz    
1885 1898 Jean François Marie Richard    
1898 1935 Jean Laurent Rad. ind. Avocat. Député
1935 1947 Yves Marie Hamon   Agriculteur
1947 1971 Alexis Le Luyer   Agriculteur
1971 1983 François Le Normand   Retraité de la Marine Nationale
1983 2001 Joseph Charlès   Agriculteur
mars 2001 en cours Jean-François Guillou   Agriculteur

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 764 habitants, en augmentation de 6,56 % par rapport à 2009 (Côtes-d'Armor : 1,65 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 105 2 166 2 026 2 299 2 176 2 579 2 495 2 400 2 419
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 370 1 584 1 593 1 511 1 502 1 429 1 341 1 209 1 173
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 058 1 152 1 124 986 947 916 925 874 812
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
735 706 616 623 673 661 708 749 764
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint Judoce

L'actuelle église, consacrée le 7 août 1881, remplace l'ancienne église démolie en 1865. La flèche date de 1896-1897.

  • Chapelle du Calvaire (XVIIe et XVIIIe) et sa crypte.
  • Manoir de Kérizel et complainte de la dame de Kerizel (Gwerz, en breton).
  • Tumulus de Tossen-ar-Run, classé le 19 mai 1959 au titre des Monuments historiques[8].
  • Colombier de Pann-Braz (XVIIe siècle), dépendant de l'ancien manoir de ce nom.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jeanne-Marie Kernaonet, auteur de Il est mort le fournil - Maro an ti-forn. Edition Seghers - 1980. Livre de souvenirs.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b infobretagne.com, « Étymologie et Histoire de Yvias »
  2. Bernard Tanguy : Dictionnaire des noms de communes, trèves et paroisses des Côtes-d'Armor; ArMen-Le Chasse-Marée; 1992.
  3. pour période 1793-1905 : Archives mairie de la commune 1906-2001
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  8. Notice no PA00089752, base Mérimée, ministère français de la Culture

Sources[modifier | modifier le code]