Maël-Pestivien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Maël-Pestivien
Maël-Pestivien
L'église Saint-Laurent.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Guingamp
Canton Callac
Intercommunalité Guingamp Paimpol Armor Argoat Agglomération
Maire
Mandat
Joseph Bernard
2014-2020
Code postal 22160
Code commune 22138
Démographie
Population
municipale
390 hab. (2016 en diminution de 3,23 % par rapport à 2011)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 23′ 43″ nord, 3° 17′ 44″ ouest
Altitude 273 m
Min. 223 m
Max. 302 m
Superficie 31,29 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte administrative des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Maël-Pestivien

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Maël-Pestivien

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Maël-Pestivien

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Maël-Pestivien

Maël-Pestivien [mɛl pɛstivjɛ̃] est une commune française située dans le département des Côtes-d'Armor en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

La paroisse fait partie du territoire breton traditionnel du pays Fañch.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Mael en 1160, Mel en 1433, Mael en 1444, 1535 et en 1536[1], Mael Pestivien en 1591, Mahel-Pistien en 1630[2], Maël-Pestivien dès 1790[1].

Maël-Pestivien vient de Maël (saint breton)[1].

Pestivien : nom provenant de Penn-stivien , de penn (bout) et de stivien (sources), le « bout des sources »[3]. Ce nom, issu de l'ancien nom de la commune voisine Bulat-Pestivien, a été ajouté pour différencier Maël-Pestivien de Maël-Carhaix, proche de Carhaix.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le , un parachutage d'armes au profit des résistants FTP la compagnie Tito eut lieu à Maël-Pestivien[4].

Le , les SS, appuyés par la Milice bretonne du Bezen Perrot, raflent une vingtaine d’hommes à Maël-Pestivien, dont le maire[5]. 9 d'entre eux (P.Moisan, L.L'Horset, C.Gallais, L.Bertrand, M.Bertrand, G.Launay, L.Le Moigne, L.Guéguan, L.Champion) seront abattus en cours de route ou mourront en déportation (une rue au nom de deux d’entre eux, Louis et Michel Bertrand, a été inaugurée en 1988).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1805 1832 Jean Le Graet    
         
mars 1959 mars 1989 Lucien Le Verge PCF Conseiller général du canton de Callac (1958-1964)
mars 1989 mars 2001 Henri Hernin DVG Enseignant
mars 2001 en cours Joseph Bernard PCF Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[7].

En 2016, la commune comptait 390 habitants[Note 1], en diminution de 3,23 % par rapport à 2011 (Côtes-d'Armor : +0,77 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 1681 2041 3611 3291 5951 5071 5031 6081 491
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 4061 4321 4621 5011 5931 5731 6321 6131 551
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 6071 6921 7411 6371 5181 4331 3551 1451 013
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
917800650567514449414409403
2013 2016 - - - - - - -
401390-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique


Dolmen de Roc'h Du

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Laurent (XIe siècle). Elle possède une tour de 1875.
  • Dolmen de Roc'h Du, appelé aussi dolmen de Roch Toul ou dolmen de Kerroland, classé au titre des monuments historiques en 1969[10],[11] et à peu de distance la Stèle protohistorique de Maël-Pestivien classée en 1964[12] qui n'est pas un menhir.
  • La Chaire des Druides : pierre comportant des dépressions naturelles dans laquelle la tradition populaire a voulu voir une pierre de sacrifice.
  • Men-Sul : pierre probablement naturelle mentionnée en 1853 par A.-L Harmois comme menhir[13] qui selon la tradition populaire danse aux douze coups de midi lors des solstices.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Le père de l'écrivain Auguste de Villiers de L'Isle-Adam était originaire de Maël-Pestivien. Il habitait le manoir de Kérohou où il était né en 1802. Personnage fantasque, il passa une partie de sa vie à chercher d'hypothétiques trésors enfouis.
  • La journaliste Inès Léraud, installée sur la commune depuis 2015, consacre une série de reportages au Centre-Bretagne, dans la série « Journal breton» diffusée sur France Culture [14],[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c infobretagne.com, « Étymologie et Histoire de Maël-Pestivien »
  2. Office Public de la Langue Bretonne, « Kerofis »
  3. Hervé Abalain, « Noms de lieux bretons - Page 60, Editions Jean-paul Gisserot, ([[International Standard Book Number|ISBN]] [[Spécial:Ouvrages de référence/2877474828|2877474828]]) » (consulté le 19 novembre 2016)
  4. Jean-Jacques Monnier, "Résistance et conscience bretonne", Yoran Embanner, Fouesnant, 2007, [ (ISBN 978-2-916579-09-2)]
  5. https://www.ouest-france.fr/bretagne/mael-pestivien-22160/une-plaque-commemorative-de-la-rafle-du-16-mai-1944-1878341
  6. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  10. Notice no PA00089319, base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. Notice no PA00089321, base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. Notice no PA00089320, base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. Loïc Langouët, Les mégalithes de l'arrondissement de Guingamp, Institut Culturel de Bretagne, , 92 p. (ISBN 9782868221018), p. 48
  14. « Journal breton, saison 1 », sur franceculture.fr,
  15. « Journal breton, saison 2 », sur France Culture (consulté le 30 novembre 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :