Saint-Laurent (Côtes-d'Armor)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Laurent
Saint-Laurent (Côtes-d'Armor)
L'église Saint-Laurent.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Guingamp
Intercommunalité Guingamp-Paimpol Agglomération
Maire
Mandat
Annie Le Gall
2020-2026
Code postal 22140
Code commune 22310
Démographie
Gentilé SaintLaurentais, SaintLaurentaise
Population
municipale
512 hab. (2021 en augmentation de 2,4 % par rapport à 2015)
Densité 57 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 37′ 11″ nord, 3° 13′ 53″ ouest
Altitude 115 m
Min. 55 m
Max. 155 m
Superficie 8,96 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Bégard
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Saint-Laurent
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Saint-Laurent
Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor
Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
Saint-Laurent
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
Saint-Laurent

Saint-Laurent [sɛ̃lɔʁɑ̃] est une commune française située dans le département des Côtes-d'Armor en région Bretagne. Elle se situe en pays trégorrois.

Ses habitants sont appelés les Saint-Laurentais et les Saint-Laurentaises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte de la commune de Saint-Laurent (Côtes-d'Armor)
Communes limitrophes de Saint-Laurent
Bégard Brélidy
Landebaëron
Saint-Laurent Kermoroc'h
Pédernec Plouisy

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique franc, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[1]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Finistère nord, caractérisée par une pluviométrie élevée, des températures douces en hiver (°C), fraîches en été et des vents forts[2]. Parallèlement l'observatoire de l'environnement en Bretagne publie en 2020 un zonage climatique de la région Bretagne, s'appuyant sur des données de Météo-France de 2009. La commune est, selon ce zonage, dans la zone « Intérieur », exposée à un climat médian, à dominante océanique[3].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 11,1 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 10,8 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 964 mm, avec 15,2 jours de précipitations en janvier et 7,4 jours en juillet[1]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de La Roche-Jaudy à 14 km à vol d'oiseau[4], est de 11,8 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 887,1 mm[5],[6]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[7].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saint-Laurent est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[8],[9],[10]. La commune est en outre hors attraction des villes[11],[12].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (85,7 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (81,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (71,7 %), terres arables (14 %), forêts (12,3 %), zones urbanisées (2 %)[13]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes ecclesia de Lanlouren à la fin du XIVe siècle, parochia de Lanleuran en 1414, Lanlouran en 1427, 1442 et en 1461, Lanlaurens en 1481, Sainct Lorans en 1496[14].

Saint-Laurent est cité comme paroisse en 1427 sous le nom de Lanlouran [15]. Lanlouran est formé du mot breton lann qui signifie ermitage et du nom du saint breton Louran (Lauron ou Laurent)[14].

Histoire[modifier | modifier le code]

Saint-Laurent est cité comme paroisse en 1427 sous le nom de Lanlouran (archives de Loire Atlantique, B2980).

Les Hospitaliers[modifier | modifier le code]

La commanderie du Palacret, dépendant de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, située à Saint-Laurent, possédait près de 300 fermes, 6 églises, 10 chapelles, 6 moulins, répartis dans 21 paroisses et trèves (Saint-Laurent, Louargat, Moustéru, Prat, Runan, Plouisy, Squiffiec , Saint-Gilles, Boqueho, Lannion, Ploumilliau, Ploulec'h, Plounévez-Moëdec, Plounérin, Loguivy-Plougras, Penvénan, Coatréven, Locquirec, Lannéanou, Saint-Jean-du-Temple) des actuels départements des Côtes-d'Armor et du Finistère. Son existence est attestée dès le XIVe siècle ; elle fut rasée peu après la Révolution française[16].

Entre 1312 et 1792 trente commandeurs se sont succédé à la tête du Palacret, dont Léonor de Beaulieu de Bethomas à partir du .

La commanderie du Palacret possédait au XVIIe siècle 6 moulins banaux en activité, bénéficiait de droits perçus sur les foires et marchés de Louargat (y compris sur les halles de Saint-Éloi) et Runan, percevaient la dîme et les lods et ventes sur les quévaises des paysans vassaux et disposait des droits de haute, moyenne, et basse justice[17].

La commanderie est vendue comme bien national (la chapelle en 1795, le manoir en 1797 [il servit de carrière] et le moulin du Paraclet en 1806).

Révolution française[modifier | modifier le code]

Au cours de la Révolution française, la commune porta provisoirement le nom de Brolan[18].

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

Les guerres du XXe siècle[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts porte les noms des 41 soldats morts pour la Patrie[19] :

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1981 ? Aimé Perchec DVG  
mars 1989 mars 2001 François Godest PCF  
mars 2001 mars 2014 Yves Chesnot PS Agriculteur
mars 2014 en cours Annie Le Gall PS Agricultrice

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[20]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[21].

En 2021, la commune comptait 512 habitants[Note 2], en augmentation de 2,4 % par rapport à 2015 (Côtes-d'Armor : +1,26 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
646618634685801854823803861
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
864887970951921854853816775
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
765737673573535518528524445
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
393333330361437418409502490
2021 - - - - - - - -
512--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[22].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Saint-Laurent - Côtes-d'Armor.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  3. « Les zones climatiques en Bretagne. », sur bretagne-environnement.fr, (consulté le )
  4. « Orthodromie entre Saint-Laurent et La Roche-Jaudy », sur fr.distance.to (consulté le ).
  5. « Station Météo-France « Pommerit-Jaudy » (commune de La Roche-Jaudy) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  6. « Station Météo-France « Pommerit-Jaudy » (commune de La Roche-Jaudy) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  7. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  8. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  9. « Commune rurale-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  10. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  11. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  12. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  13. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  14. a et b infobretagne.com, « Étymologie et Histoire de Saint-Laurent ».
  15. Archives de Loire Atlantique, B2980
  16. Yves Le Moullec, "Le Palacret. Histoire d'une commanderie en Basse-Bretagne, voir http://www.palacret.com/home
  17. Yves Le Moullec, Le Palacret, histoire d'une commanderie des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem en Basse-Bretagne, in "Bulletin de l'Association bretonne 2016", 2017, Liv'éditions, (ISBN 9-782-84497-420-4).
  18. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. « MémorialGenWeb Relevé », sur memorialgenweb.org (consulté le ).
  20. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  21. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :