Runan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Runan (homonymie).
Runan
L'église Notre-Dame
L'église Notre-Dame
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Guingamp
Canton Bégard
Intercommunalité Guingamp Paimpol Armor Argoat Agglomération
Maire
Mandat
Yvon Le Bianic
2014-2020
Code postal 22260
Code commune 22269
Démographie
Gentilé Runanais, Runanaise
Population
municipale
229 hab. (2014)
Densité 45 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 41′ 38″ nord, 3° 12′ 37″ ouest
Altitude 78 m (min. : 25 m) (max. : 102 m)
Superficie 5,12 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte administrative des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Runan

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Runan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Runan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Runan
Liens
Site web Runan sur site de la C.C

Runan [ʁynɑ̃](Runan, prononcé Ru-nan-n en breton) est une commune du département des Côtes-d'Armor, dans la région Bretagne, en France. Son nom vient de run arc'hant (« colline d'argent »)

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Runargant en 1182, Runargan en 1414 et en 1421, Runazhan en 1439, Runargan en 1444, Runazgan en 1465, Runargan en 1572[1].

Runan (Runargan en 1414) vient du breton « run ar gan » (« colline d’argent »)[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Runan (à l’origine « Runargan ») tire son origine d’une chapelle, auprès de laquelle sont créée des foires à partir de 1414. Au début, le territoire appartient aux Templiers. La ville est mentionnée parmi leurs possessions en dans une charte de 1182. Elle appartient ensuite aux chevaliers de Rhodes, à partir de 1312[2]. Elle est fusionnée avec Ploëzal en 1973[3] , pour redevenir une commune propre en 1986[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1837 1839 Charles Le Borgne   cultivateur
1857 1867 François Le Coz   cultivateur
1945 1965 Paul Henry PSU Agriculteur
1986 2001 Pierrette Boucher PS Commerçante
2001 2008 Jean-Pierre Le Bihan UMP Agriculteur
2008 en cours Yvon Le Bianic PS Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Au mois de janvier 2014 la commune comptait 257 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 229 habitants, en diminution de -9,49 % par rapport à 2009 (Côtes-d'Armor : 1,65 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
557 662 627 608 682 688 678 718 735
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
737 737 732 746 766 735 646 606 629
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
549 549 473 450 468 416 392 386 358
1962 1968 1990 1999 2008 2013 2014 - -
314 276 227 225 252 234 229 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Notre-Dame de Runan
  • Église Notre-Dame de Runan commencée au XVe siècle, propriété des Templiers, classée (église en 1907 et calvaire en 1951) et inscrite (clôture en 1951) au titre des Monuments historiques[8] ;
  • Accolé à l'église subsiste un ossuaire du XVIIIe siècle. Autrefois utilisé, cela fait des décennies que celui-ci avait perdu sa fonction. Grâce au travail de l'équipe municipale, de la fondation de France et des services de la DRAC, cet ossuaire va être restauré. C'est le projet de l'artiste Tania MOURAUD qui a été sélectionné. Ainsi ce lieu deviendra un lieu de recueillement pour les familles des disparus dont les ossements ont été ou seront déposés à l'intérieur d'un sarcophage en granit. Les travaux débuteront au cours du deuxième semestre 2014.
  • Runan est un ancien site païen dédié à Belenos.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :