Bulat-Pestivien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Bulat-Pestivien
Bulat-Pestivien
Vue de l'église Notre-Dame (XIVe siècle).
Blason de Bulat-Pestivien
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Guingamp
Canton Callac
Intercommunalité Guingamp Paimpol Armor Argoat Agglomération
Maire
Mandat
Yvette Le Maître-Le Bars
2014-2020
Code postal 22160
Code commune 22023
Démographie
Gentilé Bulatois, Bulatoise
Population
municipale
423 hab. (2015 en diminution de 9,03 % par rapport à 2010)
Densité 14 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 25′ 46″ nord, 3° 19′ 46″ ouest
Altitude 200 m
Min. 189 m
Max. 307 m
Superficie 31,23 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte administrative des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Bulat-Pestivien

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Bulat-Pestivien

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bulat-Pestivien

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bulat-Pestivien
Liens
Site web Site internet officiel de la commune

Bulat-Pestivien [bylatpɛstivjɛ̃] est une commune française située dans le département des Côtes-d'Armor en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Bulat-Pestivien fait partie du pays Pays Fañch, territoire traditionnel de Bretagne. La commune est la dernière au Nord avant le Trégor. Les nombreux ruisseaux du Nord et de l'Est de son territoire alimentent le Léguer qui prend sa source sur la commune voisine de Mael-Pestivien avant de traverser le Trégor jusqu'à la mer.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Bulad-Pestivien en breton[1].

Bulat est attestée sous la forme Buzglat en 1465[2], de bud signifiant le bénéfice et gulat qui veut dire, « pays, richesse »[3].

Le nom de Pestivien est lui attestée sous la forme Penstiffyen en 1368, nom provenant de Penn-stivien qui signifie le « bout des sources »[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le pèlerinage de Bulat[modifier | modifier le code]

La localité est un lieu de pèlerinage toujours très fréquenté, notamment le samedi soir avec les vêpres, la procession et la messe. On y sort alors la Vierge d'argent qui est d'abord placée sur la table d'offrande (face au porche ouest) ; traditionnellement deux hommes se tenaient de part et d'autre de la statue du samedi soir au lundi soir (le lundi, la foire aux chevaux)…Lorsqu'un pèlerin déposait une offrande, l'un des gardien agitait une sonnette... La statue d'argent est portée en procession par deux jeunes filles. Le Pardon de Bulat a lieu le dimanche suivant le 8 septembre (fête de la Vierge), sauf si le 8 tombe un dimanche... Le cantique de Notre-Dame de Bulat qui comporte de très nombreux couplets a été accommodé sur la musique de "Dont a ra tudou yoank war hentou Breiz-Izel... De plus les derniers couplets furent composés vers 1960 par Mab Sulon, alias le Père Loriquer, missionnaire diocésain (sic!) mais composa nombre de cantiques et ou d'extensions de cantiques.

"Bulat" tient son nom de "bugelat" (=enfantement) ; en effet, les seigneurs de Pestivien (Pestivien était alors le sège de la paroisse), désespérés de n'avoir pas d'enfant, firent un vœu : si un descendant leur venait, ils construiraient un oratoire sur le promontoire qu'est devenu Bulat et, l'enfant étant né, c'est ce qu'ils firent. L'oratoire qui a connu de nombreuses extensions est devenu l'église actuelle avec sa flèche rivalisant avec celle de Saint-Pol de Léon...Une copie de l'esquisse du clocher et de la flèche de Bulat a donné l’Église de Bourbriac à 15 km plus à l'est… La sacristie comporte un mystère architectural, à savoir la loggia de style Renaissance italienne donnant sur l'église et d'où, dit-on, mais rien n'est avéré, les compagnons bâtisseurs suivaient les offices… Dans les richesses entourant l'église, la "fontaine au lait" ou Fontaine de la Vierge dont l'eau était censée redonner vigueur aux glandes mammaires des jeunes mères. Ladite fontaine alimente un petit bassin dans ce qui était le presbytère.

Le cimetière de Bulat possède deux particularités rares : un triangle pour les petits anges (les bébés morts très jeunes) avec au milieu la tombe des prêtres. Pestivien, avec sa chapelle Saint-Blaise et son calvaire classé, voit se tenir deux pardons annuels dont celui dit du Coq ; en effet, à l'issue de la messe, le sacristain montait l'escalier de la tour et lançait un coq (un vrai, en chair et en plumes!) ; les jeunes gens se précipitaient sur le volatile, écartant, à qui mieux mieux les concurrents; celui qui arrivait à saisir le pauvre animal pouvait le ramener à la maison.

Deux autres chapelles subsistent sur le territoire de la paroisse : Saint-Joseph et Sainte-Anne ; la première faisait partie de la communauté des Sœurs de la Divine Providence de Créhen qui tenaient l'école des filles, tout en assurant la cantine des garçons de l'école publique ! Sainte-Anne, dite Santez Anna Radennek (Sainte Anne des Fougères) doit son nom au fait qu'une statue de la sainte fut trouvée… parmi les fougères ; près de la chapelle ; dans l'enclos, un calvaire et une fontaine.

Révolution française[modifier | modifier le code]

Pendant la Révolution française, la Vierge d'Argent de Bulat-Pastivien fut cachée sous des fagots, puis enterrée[4] et le vicaire de la paroisse, Jean Touboulic, se réfugia à l'Île de Man où il survécut comme tailleur[5].

La famille de Kerouartz[modifier | modifier le code]

La famille de Kerouartz, grands propriétaires de la commune, a longtemps tenu la mairie.

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

La Résistance[modifier | modifier le code]
Plaque hommage à Yves Kermen à Boulogne-Billancourt.
  • Yves Kermen, né à Bulat-Pestivien, émigré à Clamart où il travaille comme mécanicien ainsi que son frère Joseph Kermen, adhère au Parti communiste en 1935 et exerce des responsabilités syndicales à partir de 1938 aux usines Renault. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il entre en clandestinité dès octobre 1940 et occupe un rôle dirigeant dans l'Organisation spéciale à partir de novembre 1941. Arrêté le à la station de métro « Quai de la Rapée », la police française trouva chez lui lors d'une perquisition de nombreux plans d'attentats et il fut livré aux autorités allemandes. Il fut fusillé le au Mont-Valérien en même temps que d'autres camarades résistants du MOI[6].
  • Louis le Meur alias Commandant Rolland, né à Kergrist-Moëlou le 18 mai 1906 fut Directeur de l'école publique de Bulat-Pestivien d'octobre 1943 à la Libération, avec sa femme Noëmie Le Meur née Guyomard. Louis Le Meur, résistant de la première heure ayant fondé le réseau « Comité de Libération Nationale » avec le Docteur Pierre Sécardin[8], Trémeur Burlot, Alexis Chauvel, Pierre Morin (mort en déportation) notamment dès octobre 1942, est officiellement en congé pour maladie, à partir du 5 mars 1943, il est nommé (par Pichouron, chef régional FTP, et Jean Devienne) Chef du secteur FTP de tout le canton de Callac (11 communes dont Bulat-Pestivien), ayant plusieurs centaines de résistants FTP sous son autorité. Par la suite, il rejoint l'État-major FTP puis FFI des Côtes-du-Nord (anc. Côtes-d'Armor) qu'il commande à partir de juin 1944, avant d'être nommé à l'État-Major FFI régional (4e bureau)[9].
  • Guillaume Le Verge, ancien maire de Bulat-Pestivien, alias Commandant Denis[10],[11],[12].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Vairé d'argent et de sable.

Langue bretonne[modifier | modifier le code]

La chanteuse traditionnelle Anne Auffret, interprète notamment de chants religieux en langue bretonne, est originaire de la commune.

L'écrivain de langue bretonne Yann Gerven réside dans la commune.

L'Inspection académique s'est opposée en 2006 à l'ouverture d'une classe maternelle bilingue dans l'école communale. Une classe a été ouverte en définitive à la rentrée 2007. À la rentrée 2017, 38 élèves étaient scolarisés dans la filière bilingue (soit 100% des enfants de la commune inscrits dans le primaire) [13].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  vers 1820 Guillaume Jean Joseph de Keranflech    
vers 1930   Oswen de Kerouartz    
mars 2001 2008 Louis Cojean    
mars 2008 2014 Martial Lorguillous   Comptable
mars 2014 en cours Yvette Le Maître-Le Bars SE Retraitée
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[15].

En 2015, la commune comptait 423 habitants[Note 1], en diminution de 9,03 % par rapport à 2010 (Côtes-d'Armor : +1,14 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 1831 2131 1931 3031 3581 5431 5031 6031 544
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 4781 4501 5921 6081 6961 9211 7471 6801 719
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 6691 7111 7551 6971 6051 5121 3571 1861 038
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
970812658531446432464465423
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

La répartition des différents métiers de la population de Bulat est la suivante :

  • 60 agriculteurs
  • 16 commerçants
  • 4 cadres
  • 20 professions intermédiaires
  • 36 employés
  • 28 ouvriers

Il y a 164 personnes actives au total.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Notre-Dame de Bulat. L'église a été élevée aux XVe et XVIe siècle. La tour Renaissance, la plus ancienne de cette période en Bretagne, a été, au XIXe siècle, surmontée d'une flèche. On peut y voir des porches remarquables. À l'intérieur, la sacristie monumentale, ornée d'une frise macabre, fait saillie en loggia ; un curieux lutrin représente un paysan en costume vannetais. Il y a aussi une belle table de 1583, à dessins géométriques et longue de cinq mètres. L'église dispose d'un retable latéral très richement décoré du au sculpteur de Tréguier Yves Corlay [18]. L'église est classée au titre des monuments historiques en 1907[19],[20].
  • Chapelle Saint-Blaise, calvaire de Pestivien.
  • Chapelle Sainte-Anne Radenek.
  • Fontaine de la Vierge (1718).
  • Fontaine du Coq (XVIe siècle).
  • Fontaine des Sept-Saints (1683).
  • Le chêne de Tronjoly (+ de 1000 ans), situé sur une propriété privée[21],[22].
  • Manoir de Bodilio (XVe-XVIe siècles) : musée du Manoir breton

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Bulat-Pestivien », Geobreizh
  2. a et b Hervé Abalain, « Noms de lieux bretons - Page 60, Editions Jean-paul Gisserot, ([[International Standard Book Number|ISBN]] [[Spécial:Ouvrages de référence/2877474828|2877474828]]) »
  3. « Étymologie de Bulat-Pestivien », infobretagne
  4. http://callac.joseph.lohou.fr/viergeargentbulat.html
  5. André Mussat, "Arts et cultures en Bretagne", éditions Ouest-France, 1995, [ (ISBN 2-7373-1932-3)]
  6. http://almrd22.fr/IMG/pdf/8-RESISTANCE_20CALLAC.pdf
  7. http://www.resistance-ftpf.net/chimie/pages/yves-kermen.html
  8. Micheline Eskenazy-Burlot, Une Famille de Callac dans la Résistance, Callac, Kaier ar Poher n°31 Décembre 2010, , 30-35 p., page 33
  9. Archives Service Historique de la Défense de Vincennes, cote GR 16P 360965, et GR 8Ye 103857.
  10. « anacr »
  11. « Les amis de la resistance »
  12. « les amis de la resistance (page 7, photo, lire vers pdf) »
  13. http://www.opab-oplb.org/98-kelenn.htm
  14. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  18. les retables bretons, Yannick Pelletier, ed. Ouest-France, 1984, (ISBN 2-85882-450-9)
  19. « Église Notre-Dame de Bulat », notice no PA00089044, base Mérimée, ministère français de la Culture
  20. Henri Waquet, Bulat-Pestivien, dans Congrès archéologique de France. 107e session. Saint-Brieuc. 1949, Société française d'archéologie, 1950, p. 262-272
  21. Guide des arbres remarquables de France p. 50, il convient de respecter la tranquillité des propriétaire qui laissent accès au chêne
  22. Ce chêne a fait office de chambre pour un prédicateur : Les Côtes du Nord : histoire et géographie de toutes les villes et communes par Benjamin-Philibert Jollivet, Guingamp, imprimerie Rouquette, 1853 p. 373. « Bulat a eu dans les temps anciens une école ecclésiastique. Au XVIIIe siècle, quatre ou cinq prêtres habitués vivaient au sein de leur famille, dans la paroisse de Pestivien. Parmi eux on cite M. Le Graët, prédicateur distingué, qui habitait le village de Tréjoly, où il était né. Il s'était fait, dans le tronc d'un vieux chêne, une chambre où il avait fait transporter son lit, sa table et sa bibliothèque. »

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :