Magoar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Magoar
Magoar
Mairie de Magoar.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Guingamp
Canton Callac
Intercommunalité Guingamp Paimpol Armor Argoat Agglomération
Maire
Mandat
Yannick Dolo
2014-2020
Code postal 22480
Code commune 22139
Démographie
Population
municipale
85 hab. (2016 en diminution de 3,41 % par rapport à 2011)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 23′ 51″ nord, 3° 11′ 09″ ouest
Altitude 260 m
Min. 223 m
Max. 296 m
Superficie 7,79 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte administrative des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Magoar

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Magoar

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Magoar

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Magoar

Magoar [magwaʁ] est une commune française située dans le département des Côtes-d'Armor en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

La paroisse fait partie du territoire breton traditionnel du pays Fañch.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes ecclesia Sancti Gildasii de Ploetmagoer en 1190, parrochia de Magoer en 1284, Magoer en 1434 et en 1459, Magouer en 1543[1], Magouard en 1779[2].

Magoar vient d'une variante du breton moger (« murs en ruines »)[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Magoar, enclavée dans l'évêché de Cornouaille, était une trève de Coadout (enclavée dans l'évêché de Tréguier) faisait partie du doyenné de Lanmeur relevant de l'évêché de Dol et était sous le vocable de saint Gildas.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995 en cours Yannick Dolo DVG Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[5].

En 2016, la commune comptait 85 habitants[Note 1], en diminution de 3,41 % par rapport à 2011 (Côtes-d'Armor : +0,77 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
425402434321435428421453459
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
436447404369463414452459472
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
461384403365359392348276254
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
25622017215511496908885
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

C’est la deuxième commune la moins peuplée des Côtes-d'Armor après Loc-Envel.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Saint-Gildas.
  • L’église Saint-Gildas (XVe-XVIe siècle). Le clocher date de 1587 et elle comprend 2 chapelles latérales : une au nord, appelée « du Duc », et l'autre au sud, appelée « de Kerbastard » (nom d'une seigneurie de Lanrivain). Logo monument historique Classé MH (1929)[8].
  • La fontaine Saint-Gildas (XVIIIe siècle). On y pratiqua un culte pour préserver les chiens de la rage.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Photos[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]