Pontrieux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pontrieux
Pontrieux
Le port de Pontrieux
Blason de Pontrieux
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Guingamp
Intercommunalité Guingamp-Paimpol Agglomération
Maire
Mandat
Samuel Le Gaouyat
2020-2026
Code postal 22260
Code commune 22250
Démographie
Gentilé Pontrivien, Pontrivienne
Population
municipale
1 009 hab. (2019 en diminution de 1,18 % par rapport à 2013)
Densité 989 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 41′ 57″ nord, 3° 09′ 29″ ouest
Altitude Min. 7 m
Max. 77 m
Superficie 1,02 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Bégard
Législatives 5e circonscription des Côtes-d'Armor
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Pontrieux
Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor
Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Pontrieux
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pontrieux
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pontrieux
Liens
Site web https://www.pontrieux.bzh/

Pontrieux [pɔ̃tʁijø] est une commune du département des Côtes-d'Armor, dans la région Bretagne, en France.

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville se trouve au fond de l'estuaire du Trieux. Elle est située pratiquement à mi-chemin entre Guingamp et la mer, sur un plateau mollement ondulé de 80 à 100 m d'altitude NGF.

Communes limitrophes de Pontrieux
Ploëzal Quemper-Guézennec
Pontrieux
Plouëc-du-Trieux Saint-Clet

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique franc », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[1]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Ce type de climat se traduit par des températures douces et une pluviométrie relativement abondante (en liaison avec les perturbations venant de l'Atlantique), répartie tout au long de l'année avec un léger maximum d'octobre à février[2].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[1]

  • Moyenne annuelle de température : 11,2 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 0,7 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 0,3 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 10,2 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 816 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 14,3 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 7 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[5] complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Lanleff », sur la commune de Lanleff, mise en service en 1987[7] et qui se trouve à 8 km à vol d'oiseau[8],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 11,6 °C et la hauteur de précipitations de 839,3 mm pour la période 1981-2010[9]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 5], « Saint-Brieuc », sur la commune de Trémuson, mise en service en 1985 et à 30 km[10], la température moyenne annuelle évolue de 11 °C pour la période 1971-2000[11] à 11,2 °C pour 1981-2010[12], puis à 11,4 °C pour 1991-2020[13].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Pontrieux est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[14],[15],[16]. La commune est en outre hors attraction des villes[17],[18].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires artificialisés (78,5 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (66,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones urbanisées (78,5 %), terres arables (16,5 %), zones agricoles hétérogènes (3,1 %), forêts (1,9 %)[19].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[20].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Pont Treu en 1306 et en 1308, Pontrieu en 1317 et en 1386, Pontreff en 1394, Pontreu en 1405 et en 1408[21].

Pontrev en breton[22].

Pontrieux tire son origine d'un pont placé sur le Trieux entre les paroisses de Ploëzal et de Quemper-Guézennec[21].

Histoire[modifier | modifier le code]

Période moderne[modifier | modifier le code]

Pontrieux fut, du XVe siècle au XIXe siècle, une ville commerciale active. Il s'y échangeait notamment des céréales, des toiles, de lin principalement, et des chevaux. Jusqu'au XIXe siècle, le pont Saint-Yves de Pontrieux était le seul, entre Guingamp et la mer, qui permettait de franchir le Trieux et de passer ainsi du Trégor sur la rive gauche, au Goëlo sur la rive droite.

Une cartonnerie qui s'y trouvait, se rendit célèbre en imprimant les premiers tickets du métro de Paris. Pontrieux fut chef-lieu de district de 1790 à 1800.

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Les guerres[modifier | modifier le code]

Le monument aux Morts porte les noms de 91 soldats morts pour la Patrie[23] :

  • 62 sont morts durant la Première Guerre mondiale.
  • 25 sont morts durant la Seconde Guerre mondiale.
  • 3 sont morts durant la Guerre d'Algérie.
  • 1 est mort durant la Guerre d'Indochine.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Guingamp du département des Côtes-d'Armor.

Elle était depuis 1793 le chef-lieu du canton de Pontrieux[24]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Rattachements électoraux[modifier | modifier le code]

Pour les élections départementales, la commune fait partie depuis 2014 du canton de Bégard

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la cinquième circonscription des Côtes-d'Armor.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Pontrieux était membre de la communauté de communes dénommée Pontrieux Communauté, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé en 1992 et auquel la commune avait transféré un certain nombre de ses compétences, dans les conditions déterminées par le code général des collectivités territoriales.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants, cette intercommunalité a fusionné avec ses voisines pour former, le , la communauté d'agglomération dénommée Guingamp-Paimpol Agglomération dont est désormais membre la commune.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1816 1837 Charles Anne Joseph Gaultier   Conseiller général de Pontrieux (1833 → 1839)
1864 1868 Claude Jean-Marie Le Gorrec Gauche puis Droite
puis Majorité Dynastique
Avocat, propriétaire
Conseiller général de Pontrieux (1852 → 1868)
Député des Côtes-du-Nord (1839 → 1851 et 1852 → 1868)
    Gabriel Le Gorrec   Conseiller général de Pontrieux (1871 → 1898)
1892   Jean-Marie Cocard Républicain Négociant
Conseiller général de Pontrieux (1898 → 1919)
1919 1938 Yves Le Trocquer Alliance démocratique Ingénieur
Député des Côtes-du-Nord (1919 → 1930)
Sénateur des Côtes-du-Nord (1930-1938)
Ministre (1919 → 1924)
Conseiller général de Pontrieux (1919 → 1938)
1938 1944 Hervé Le Tacon Gaulliste Commerçant
Conseiller général de Pontrieux (1949 → 1973)
Les données manquantes sont à compléter.
octobre 1947 mars 1971 Hervé Le Tacon Gaulliste Commerçant
Conseiller général de Pontrieux (1949 → 1973)
mars 1971 mars 1983 Albert Weber DvG Dentiste
mars 1983 mars 2014[25] Yves Le Mouer[26] UMP Agent général d'assurances à la retraite
Conseiller général de Pontrieux (1992 → 2004),
Président de Pontrieux Communauté (2001 → 2014)
mars 2014[27],[28] En cours
(au 2 décembre 2020)
Samuel Le Gaouyat DvG Professeur d'éducation physique
Vice-président de Pontrieux Communauté (2014 → 2016)
Vice-président de Guingamp-Paimpol Agglomération (2017[29] → )
Réélu pour le mandat 2020-2026[30],[31]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[32]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[33].

En 2019, la commune comptait 1 009 habitants[Note 7], en diminution de 1,18 % par rapport à 2013 (Côtes-d'Armor : +0,59 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 3041 2761 3721 5861 6471 7941 7501 9482 004
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 1902 2582 3002 1832 1922 2432 2362 0231 990
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 0061 9471 7921 8321 7411 7401 6461 7441 704
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
1 5431 4111 3591 1461 0501 1211 0761 0801 024
2015 2019 - - - - - - -
1 0221 009-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[24] puis Insee à partir de 2006[34].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Festival de musique mécanique 2009
  • Tous les lundis matin : Marché
  • Tous les vendredis durant l'été : « Vendredi de l'été »
  •  : Red Day, fête communale en l'honneur des personnalités de la commune
  • Troisième samedi de juillet : « Pardon Notre dame des Fontaines »
  • Dernier samedi de juillet : Couleur de Bretagne
  • Dernier samedi soir de juillet : Fest-Noz
  • Premier lundi du mois d'août (de 10 h à 23 h) : « Marché d'antan »
  •  : Fête des lavoirs,
  • Tous les 2 ans (années impaires), mi-juillet : Festival de musique mécanique

Économie[modifier | modifier le code]

Sur le territoire communal se situe le port départemental, administré par la Chambre de commerce et d'industrie des Côtes-d'Armor. Il est situé à 800 mètres en aval du bourg. Lors des marées, la mer remonte la ria sur 18 kilomètres environ et des navires de tonnage assez important peuvent s'engager dans la rivière et passer les écluses.

L'activité commerciale du port consiste uniquement en la réception de sabliers qui déchargent chaque année environ 115 000 tonnes de sables et maërl. Les navires appartiennent à la Compagnie armoricaine de navigation filiale de la Secma spécialisée dans la fabrication d'amendements pour l'agriculture.

L'activité du port est surtout tournée vers la plaisance. Ses installations sont prisées des anglo-saxons particulièrement ceux des îles Anglo-Normandes, Jersey et Guernesey. Ils représentent plus de la moitié des quelque 700 bateaux qui ont accosté au port en 2005.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Pontrieux est classé Petites cités de caractère et fait partie du cercle des Villes et villages Fleuris avec ses Quatre fleurs[Quand ?].

  • Promenade des petits lavoirs : de nombreux lavoirs (XVIIIe et XIXe) bordent le Trieux. Ces lavoirs, construits au fond des jardins des maisons bourgeoises, tout le long du fleuve le trieux étaient à l'abandon. L'association "nos lavoirs" créée dans les années 90 fait revivre ce patrimoine historique et organise le une fête annuelle "la Fête des lavoirs", gratuite et qui attire des milliers de personnes, et a aidé, en concertation avec la municipalité, les propriétaires de ces lavoirs à obtenir des subventions pour les remettre en état. La "fête des lavoirs" permet également de découvrir les lavandières et le travail pénible de lavage du linge, des démonstrations ont lieu pendant cette journée.
    À ce jour, pas moins de 50 lavoirs ont été remis à neuf. Des promenades en barques sont organisées pendant toute la saison (de mai à septembre) qui permettent de les découvrir de jour comme de nuit. Un "parcours-lumière" magnifique permet de les admirer lors de promenades nocturnes, toujours à partir des barques.
    Ces promenades en barque sont commentées par les pilotes. Ceux-ci sont pour une partie des étudiants embauchés par la mairie et pour l'autre partie des bénévoles de l'association "nos lavoirs".
    Le [www.association-nos-lavoirs.fr site internet de l'association] a été créé au mois d'.
  • Moulin du Richel (XVIIIe-XIXe)
  • Maison de la Tour Eiffel ou du Roscoat (XVe/XVIe): maison à pans de bois qui abrite maintenant l'Office du tourisme
  • L'hôtel de Keruzec du XVIIIe, place Yves le-Trocquer avec sa tour blanche. Fondé par Pierre François de Kéruzec de Runambert, Il appartint autrefois à la famille d'Acigné, et fut le siège de perception de leurs droits seigneuriaux sur le commerce portuaire, les moulins et les foires.
  • Hautes maisons à colombages ou pierre de taille (XVIe, XVIIe et XVIIIe)
  • La maison de Kerzellec du XVIIe (construction avec étage en avancée et poutrage en bois), place Yves le-Trocquer derrière la fontaine. À l'origine, propriété de M de Kerzellec, gouverneur de Guingamp et justicier des foires aux chevaux.
  • Église Notre-Dame-des-Fontaines , néo-classique (1842), son orgue classé de 1878, un tableau Le Repentir de Saint Pierre de Jean Michel Prosper Guérin (Offert pas Napoléon III), une "Piéta" du XVIIIe, une statue de Saint Yves en bois polychrome et une Vierge à l'Enfant du XVIIIe) Notre-Dame-des-Fontaines portée en procession lors du pardon fin juillet. En raison de la fragilité de la charpente et de la présence de mérule, elle est fermée au public. La Mission Patrimoine 2021 (Loto du patrimoine) de Stéphane Bern va contribuer à sa restauration.
  • Fontaine de granite du XVIIIe appelée en breton La Plomen
  • L'Hôtel de ville du XIXe, place de la liberté.
  • Cartonnerie, route de Plouëc a fonctionné 1886 à 1973. Elle Confectionnait les tickets de métro parisien.
  • Statue en granite de Yves Le Trocquer (ministre des Transports de 1920 à 1924) sur la Place de l'église
  • Viaduc du chemin de fer (1894) de la ligne de Guingamp à Paimpol

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Statue d'Yves Le Trocquer sur la place du même nom à Pontrieux
  • Yves Le Trocquer, homme politique de la IIIe République, radical de gauche, ministre, maire de Pontrieux. Il possède sa statue sur la place qui porte son nom, à proximité de la maison de la Tour Eiffel et de l'église.
  • Eugène Boudin s'est inspiré des paysages de Pontrieux.
  • Joseph Marie Le Bouédec, né à Pontrieux en 1829 et mort à Plounévez-Moëdec en 1899, général français. Héros de la guerre de Crimée, de la campagne d'Italie et du siège de Sébastopol. Commandant du camp de Conlie.
  • Pierre-Marie Le Provost de Launay, homme politique, maire de Pontrieux.
  • Pierre Cavellat, né à Pontrieux en 1901 et mort en 1995 à Carantec, magistrat, artiste peintre et céramiste français.
  • Maodez Glanndour, dit également Loeiz ar Floc'h, Louis Augustin Le Floc'h à l'état-civil (né en 1909 à Pontrieux et mort en 1986 à Louannec), prêtre catholique et écrivain de langue bretonne.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Pontrieux Blason
De gueules à la croix engrêlée d'or.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Leloup (D.), La maison de la Tour Eiffel à Pontrieux, ArMen, no 64, 1995.
  • Thomas (Y.), Pontrieux. Petite cité du Trégor-Goëlo, Ed. La Plomée, Guingamp, 2002.
  • Corlouër L & Thomas (Y.), Pontrieux et Alentours Histoires. Ed. Le Cormoran, Guimaëc, 2021.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • « Pontrieux », Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, .

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[3].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[4].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  3. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  4. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  5. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  6. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Bretagne », sur www.chambres-agriculture-bretagne.fr, (consulté le )
  7. « Station Météo-France Lanleff - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Orthodromie entre Pontrieux et Lanleff », sur fr.distance.to (consulté le ).
  9. « Station Météo-France Lanleff - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  10. « Orthodromie entre Pontrieux et Trémuson », sur fr.distance.to (consulté le ).
  11. « Station météorologique de Saint-Brieuc - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  12. « Station météorologique de Saint-Brieuc - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Saint-Brieuc - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  15. « Commune rurale-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  16. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  18. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  19. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  20. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  21. a et b infobretagne.com, « Étymologie et Histoire de Pontrieux ».
  22. Office Public de la Langue Bretonne, « Kerofis ».
  23. « MémorialGenWeb Relevé », sur www.memorialgenweb.org (consulté le ).
  24. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  25. Fanch Le Pivert, « Maire depuis 31 ans, Yves Le Mouër raccroche : Après 37 ans de vie municipale à Pontrieux, dont 31 comme maire, Yves Le Mouër ne briguera pas un nouveau mandat en mars prochain », L'écho de l'Armor et de l'Argoät,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  26. « Pontrieux. 3e mandat pour Yves Le Mouër », Le Télégramme,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  27. Magali Lelchat, « Pontrieux bascule à gauche », La Presse d'Armor,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Le score est sans appel avec 61,96 des suffrages contre 38,04 à son challenger Christian Tilly qui aura trois représentants au conseil municipal ».
  28. « Le nouveau conseil : Samuel Le Gaouyat a été élu maire », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  29. Gaël Arcuset, « Vincent Le Meaux élu président de Guingamp-Paimpol Armor Argoat Agglomération : CÔTES-D'ARMOR - Le premier conseil d'agglomération de Guingamp-Paimpol Armor Argoat Agglomération (GP3A) a permis d'élire le nouveau président. Il s'agit de Vincent Le Meaux », L'Echo de l'Armor et de l'Argoat,‎ 9/1/2017, (lire en ligne, consulté le ).
  30. Magali Lelchat, « Pontrieux : le maire, Samuel Le Gaouyat, briguera un second mandat : Le maire de Pontrieux a annoncé qu'il sera candidat à sa succession aux municipales de 2020 », La Presse d'Armor,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  31. « À Pontrieux, un deuxième mandat pour Samuel Le Gaouyat : Lundi, Samuel Le Gaouyat a été réélu à l’unanimité maire de Pontrieux. Il sera entouré de trois adjoints », Le Télégramme,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  32. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  33. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  34. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.