Squiffiec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Squiffiec
Squiffiec
La chapelle de Kermaria.
Blason de Squiffiec
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Guingamp
Intercommunalité Guingamp-Paimpol Agglomération
Maire
Mandat
Yvon Le Moigne
2020-2026
Code postal 22200
Code commune 22338
Démographie
Gentilé Squiffiécois, Squiffiécoise
Population
municipale
763 hab. (2018 en diminution de 4,86 % par rapport à 2013)
Densité 71 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 37′ 41″ nord, 3° 09′ 10″ ouest
Altitude 114 m
Min. 25 m
Max. 123 m
Superficie 10,8 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Guingamp
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Bégard
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Squiffiec
Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor
Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Squiffiec
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Squiffiec
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Squiffiec

Squiffiec [skifjɛk] est une commune française située dans le département des Côtes-d'Armor en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

La plus grande partie de la commune se situe sur un plateau d'une altitude moyenne de 74 mètres formé d'un pluton de métagabbros. Le point culminant est près de la gare. Le versant est de la commune est bordé par le Trieux (fleuve), petit fleuve côtier qui se jette dans la Manche et qui court le long de Squiffiec du sud vers le nord. Les limites nord et sud de la commune sont deux petits ruisseaux qui se jettent dans le Trieux. La commune est bordée par la départementale Guingamp-Tréguier, à l'ouest.

De nombreux moulins à eau se trouvaient le long du Trieux. Certains existent toujours mais reconvertis en habitation, d'autres ne laissent leur trace que par la présence de leur bief, seuil ou autres murs de pierres.

Liste des moulins à eau, d'amont en aval :

  • moulin de Kermanac'h, dit moulin Durand ;
  • moulin de Kerbellec : est visible une culée sur la berge droite près du village de Traou Beslay sur la commune de Saint-Clet ;
  • moulin Kernavanez.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique franc », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[1]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Ce type de climat se traduit par des températures douces et une pluviométrie relativement abondante (en liaison avec les perturbations venant de l'Atlantique), répartie tout au long de l'année avec un léger maximum d'octobre à février[2].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[3]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[1]

  • Moyenne annuelle de température : 11,1 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 0,8 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 0,5 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 10,6 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 2] : 863 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 14,6 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 7,7 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[5] complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Plouisy », sur la commune de Plouisy, mise en service en 1971[7] et qui se trouve à 6 km à vol d'oiseau[8],[Note 3], où la température moyenne annuelle est de 11 °C et la hauteur de précipitations de 950,2 mm pour la période 1981-2010[9]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 4], « Saint-Brieuc », sur la commune de Trémuson, mise en service en 1985 et à 25 km[10], la température moyenne annuelle évolue de 11 °C pour la période 1971-2000[11] à 11,2 °C pour 1981-2010[12], puis à 11,4 °C pour 1991-2020[13].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Squiffiec est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[14],[15],[16].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Guingamp, dont elle est une commune de la couronne[Note 6]. Cette aire, qui regroupe 15 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[17],[18].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (87,5 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (88,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (46,7 %), terres arables (40,1 %), forêts (7,5 %), zones urbanisées (5,1 %), prairies (0,7 %)[19].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[20].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes ecclesia de Sciffiec vers 1330, parochia de Schifiec en 1380, Squiffryec en 1389, Squiffiec à la fin du XIVe siècle, Squiviec en 1464[21].

Squiffiec, Skinvieg en breton, signifie littéralement « l'endroit où abonde le sureau » et vient du breton « sfcav » (sureau)[22].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

Les guerres du XXe siècle[modifier | modifier le code]

Le monument aux Morts porte les noms des 72 soldats morts pour la Patrie[23] :

  • 60 sont morts durant la Première Guerre mondiale.
  • 12 sont morts durant la Seconde Guerre mondiale.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
De sinople aux trois fleurs de sureau d'argent boutonnées d'or, à la bordure cousue d'azur, au chef d'hermine.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
19 mai 1945 19 décembre 1970 Aristide Dumoigne    
19 décembre 1970 13 juillet 1980 Louis Pouder    
13 juillet 1980 19 mars 1983 François Ollivier DVG Agriculteur
19 mars 1983 24 mars 1989 Eugène Bouget   Agriculteur
24 mars 1989 En cours Yvon Le Moigne MoDem-UDI Professeur retraité
Les données manquantes sont à compléter.


Frise chronologique de la succession des maires de Squiffiec.

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[24]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[25].

En 2018, la commune comptait 763 habitants[Note 7], en diminution de 4,86 % par rapport à 2013 (Côtes-d'Armor : +0,42 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9099118709369801 0131 0281 0471 080
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0581 0331 0451 0151 0301 0151 017978875
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
881856786718745744681675613
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
621581527629560587711728798
2017 2018 - - - - - - -
762763-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[26] puis Insee à partir de 2006[27].)
Histogramme de l'évolution démographique

Écoles[modifier | modifier le code]

  • Depuis l'année scolaire 1998/1999, les communes de Kermoroc'h, Landébaëron, Trégonneau et Squiffiec ont regroupé leurs efforts et se sont structurées en R.P.I. (regroupement pédagogique intercommunal). Cette mesure a pour objectif principal de réunir les efforts et les moyens des écoles publiques, dans le but de conserver des écoles viables sur les deux sites encore pourvus, que sont Squiffiec et Trégonneau. Ce RPI permet aussi de maintenir l'emploi (enseignants et assistantes). Le pari a été tenu et le RPI fonctionne. Squiffiec et Trégonneau conservent chacune leur maternelle, par exemple. Les deux sites de l'école publique à Squiffiec, sont la maternelle et le primaire.
  • L'école Sainte Jeanne d'Arc est une école catholique sous contrat et à ce titre dispense l'enseignement général, suivant les programmes de l’Éducation nationale. Un éveil religieux y est également proposé. L'école reçoit tous ses élèves sur le même site : des premières années de maternelle à la dernière année, le CM2. Elle accueille des élèves en majorité squiffiécois, mais aussi des élèves des communes avoisinantes. L'école Jeanne d'Arc a été bâtie entre 1912 et 1913, et a pu ouvrir à la rentrée 1913. Sa présence fait suite à l'école des sœurs, qui se tenait à l'ancien couvent des Sœurs de la Divine Providence, près de l'église.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Initié en 1992 par le déplacement d'une délégation Squiffiécoise en Corrèze, la signature de l'accord de jumelage fut faite en 1993, à Squiffiec, entre les maires de l'époque : M. Poulvelarie pour Altillac et M. Le Moigne pour Squiffiec. La présidente du Comité de Jumelage Squiffiec-Altillac était alors Chantal Richard. Elle a cédé sa place à Gildas Connan, en 2004. La présidente actuelle du Comité de Jumelage Altillac-Squiffiec, en Corrèze, est Mme Valérie Pinsac. Le déplacement de juin 2013 consacrera les 20 ans du jumelage entre les deux communes.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La chapelle de Kermaria.
  • Les Menhirs de Kerdudalou.
  • L'église Saint-Pierre-et-Saint-Paul. Clocher du début du XXe siècle, inauguré en 1901. Voir aussi : Bannière de procession de Squiffiec.
  • La chapelle de Kermaria Lan, inscrite monuments historiques par arrêté du [28]. Elle a fait l'objet d'un programme de rénovation qui a débuté en 1982, sous l'action de l'association Breiz Santel. En 1983, l'association des amis de la chapelle de Kermaria Lan est née et a permis de remonter les murs, remettre une toiture à l'édifice, puis de poursuivre jusqu'à nos jours l'aménagement intérieur et extérieur de l'édifice daté des XIVe siècle - XVe siècles.
  • Le pittoresque corps de ferme de Kercadic datant du XIXe siècle, a été transformé en Gîtes de France.
  • Le Lit de Saint-Jean est une allée couverte datée du Néolithique. A proximité, il existait jusqu'au XIXe siècle une chapelle de Saint Jean, dont il ne reste que des ruines. Elle était associée à deux fontaines monumentales et un bassin à rouir le lin. Cette allée couverte comporte une enceinte de 7 pierres qui supportent 3 blocs ou tables de pierre. Ces monuments avaient un usage funéraire. L'ensemble des fontaines et de la chapelle de Saint Jean faisait partie de la seigneurie de Kermanac'h, dont il reste un édifice, portant encore la trace de son passé glorieux. Un colombier, encore visible sur le cadastre napoléonien complétait le domaine seigneurial, dans le cadre de la féodalité.
  • Le manoir de Kertanguy
  • Le site naturel de la vallée du Trieux.
  • La gare et sa marquise.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Météo[modifier | modifier le code]

Observations météo sur Squiffiec.overblog.net

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[4].
  3. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  4. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le 25 juillet 2021)
  2. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le 25 juillet 2021)
  3. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le 25 juillet 2021)
  4. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  5. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le 12 juin 2021).
  6. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Bretagne », sur www.chambres-agriculture-bretagne.fr, (consulté le 25 juillet 2021)
  7. « Station Météo-France Plouisy - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le 25 juillet 2021)
  8. « Orthodromie entre Squiffiec et Plouisy », sur fr.distance.to (consulté le 25 juillet 2021).
  9. « Station Météo-France Plouisy - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le 25 juillet 2021).
  10. « Orthodromie entre Squiffiec et Trémuson », sur fr.distance.to (consulté le 25 juillet 2021).
  11. « Station météorologique de Saint-Brieuc - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 25 juillet 2021)
  12. « Station météorologique de Saint-Brieuc - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 25 juillet 2021)
  13. « Station météorologique de Saint-Brieuc - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 25 juillet 2021)
  14. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 25 mars 2021).
  15. « Commune rurale-définition », sur le site de l’Insee (consulté le 25 mars 2021).
  16. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 25 mars 2021).
  17. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 25 mars 2021).
  18. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 25 mars 2021).
  19. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 3 mai 2021)
  20. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 3 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  21. infobretagne.com, « Étymologie et Histoire de Squiffiec ».
  22. Hervé Abalain, « Noms de lieux bretons - Page 114, Editions Jean-paul Gisserot, ISBN 2877474828 ».
  23. « MémorialGenWeb Relevé », sur www.memorialgenweb.org (consulté le 6 mars 2021).
  24. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  25. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  26. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  27. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  28. Notice no PA00089663, base Mérimée, ministère français de la Culture.