Pédernec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Pédernec
Pédernec
La chapelle Saint-Hervé.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Guingamp
Canton Bégard
Intercommunalité Guingamp Paimpol Armor Argoat Agglomération
Maire
Mandat
Jean-Paul Le Goff
2014-2020
Code postal 22540
Code commune 22164
Démographie
Gentilé Pédernecois
Population
municipale
1 849 hab. (2016 en diminution de 3,8 % par rapport à 2011)
Densité 68 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 35′ 52″ nord, 3° 16′ 07″ ouest
Altitude Min. 102 m
Max. 302 m
Superficie 27,05 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte administrative des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Pédernec

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Pédernec

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pédernec

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pédernec

Pédernec [pedɛʁnɛk] est une commune du département des Côtes-d'Armor, dans la région Bretagne, en France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Louargat
Bégard Saint-Laurent
Louargat Louargat Plouisy
Tréglamus

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Pedriac en 1160[1], Parochia de Pedernec en 1269, ecclesia de Pedernec vers 1330[2], Pidernec et Bidernec en 1330[1], Pedernec en 1452 et en 1461, Pedernac en 1465, Podernec en 1516[2], Pedernec en 1592[1].

La forme la plus ancienne du nom de la commune est Pederiac en 1160, dont la finale -ac- peut laisser penser à une origine gallo-romaine développée à partir d'un fundus paterniacus. Elle peut aussi être mise en relation avec saint Patern, en breton Padern ou Pedern.

Pederneg en breton[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

La présence humaine sur le territoire de la commune est attestée dès le Néolithique comme en témoignent les menhirs du Minhir et du Botrain encore visibles et ceux de Pellegou et de Pempoul désormais détruit ou disparu.

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

La Première guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de Pédernec porte les noms de 153 soldats morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale. Parmi eux, 5 soldats ou marins[3] sont décédés dans les Balkans car ils faisaient partie de l'Armée française d'Orient, 7 sont décédés en Belgique, 3 alors qu'ils étaient prisonniers en Allemagne, 2 sont disparus en mer ; les autres sont décédés sur le sol français[4].

Alfred Quelen, né en 1888 à Pédernec, soldat au 136e régiment d'infanterie, fut fusillé pour l'exemple le à Sermaize-les-Bains (Marne) pour « abandon de poste par mutilation volontaire »[5].

La Seconde guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de Pédernec porte les noms de 15 personnes mortes pour la France pendant la Seconde Guerre mondiale ; parmi eux Yves Le Roy, quartier-maître à bord du Vauquois, disparu en mer le lorsque ce bateau sauta sur une mine dans le Chenal du Four. Par ailleurs, Jean Le Cornec fut tué accidentellement en service aérien commandé le à Triel-sur-Seine[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 En cours Jean Paul LE GOFF DVD Technicien retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[7].

En 2016, la commune comptait 1 849 habitants[Note 1], en diminution de 3,8 % par rapport à 2011 (Côtes-d'Armor : +0,77 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 2582 3522 6492 5862 9802 8852 9933 1423 135
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 1003 1453 3013 1503 1733 1433 0663 0383 072
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 7052 7102 6282 3072 2452 0422 3002 0141 940
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 7121 6291 5271 6641 6331 6541 7971 9221 849
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La chapelle Saint-Hervé, au sommet du Menez Bré (302 mètres).

Langue bretonne[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Office Public de la Langue Bretonne, « Kerofis »
  2. a et b Bernard Tanguy, Dictionnaire des noms de communes, trèves et paroisses des Côtes-d'Armor : 1992
  3. Alexis Baron, décédé le à l'hôpital Triboudeau de Corfou (Grèce) ; Olivier Bazin, décédé le à Makovo alors en Serbie, désormais en Macédoine ; Eugène Briand, décédé le à bord du navire-hôpital Divona à Salonique (Grèce) ; François Le Du, décédé le à Ohrid (Macédoine) et René Pastol, marsouin au 7e régiment d'infanterie coloniale, décédé le sur le Canada, bateau de transport, à proximité de la côte turque
  4. a et b Memorialgenweb.org - Pédernec : monument aux morts
  5. http://www.letelegramme.fr/histoire/fusilles-pour-l-exemple-ils-furent-51-en-bretagne-15-11-2014-10426033.php
  6. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  10. « Église Saint-Pierre », notice no PA00089368, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  11. « Menhir de Minhir », notice no PA00089370, base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]