Louargat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Louargat
Louargat
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Guingamp
Intercommunalité Guingamp-Paimpol Agglomération
Maire
Mandat
Hervé L’Hévéder
2020-2026
Code postal 22540
Code commune 22135
Démographie
Gentilé Louargatais, Louargataise
Population
municipale
2 329 hab. (2019 en stagnation par rapport à 2013)
Densité 41 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 33′ 59″ nord, 3° 20′ 14″ ouest
Altitude Min. 100 m
Max. 301 m
Superficie 57,23 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Callac
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Louargat
Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor
Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Louargat
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Louargat
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Louargat
Liens
Site web Site officiel de Louargat

Louargat [luaʁgat] est une commune française située dans le département des Côtes-d'Armor en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Très étendue, la commune de Louargat englobe, au nord, le bourg de Saint-Eloi. Au sud, elle descend jusqu'aux forêts de Coat an Noz et Coat an Hay[1]. À l'est, elle est en bordure du Menez Bré, sommet du Trégor, où le Guindy prend sa source et sépare la commune de celle de Pédernec.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique franc », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[2]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Ce type de climat se traduit par des températures douces et une pluviométrie relativement abondante (en liaison avec les perturbations venant de l'Atlantique), répartie tout au long de l'année avec un léger maximum d'octobre à février[3].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[2]

  • Moyenne annuelle de température : 10,7 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 1,1 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 0,6 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 11,3 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 1 061 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 15,5 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8,4 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[6] complétée par des études régionales[7] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. La station météorologique de Météo-France installée sur la commune et mise en service en 1987 permet de connaître l'évolution des indicateurs météorologiques[8]. Le tableau détaillé pour la période 1981-2010 est présenté ci-après.

Statistiques 1981-2010 et records LOUARGAT (22) - alt : 148 m 48° 33′ 06″ N, 3° 22′ 36″ O
Statistiques établies sur la période 1987-2010 - Records établis sur la période du 01-05-1987 au 13-11-2016
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 3,2 3 4 4,6 7,6 9,9 12 11,9 9,8 8,1 5,1 3,1 6,9
Température moyenne (°C) 6,1 6,3 7,9 9,1 12,4 14,9 16,8 17 14,7 12 8,5 6,1 11
Température maximale moyenne (°C) 9 9,7 11,9 13,6 17,2 19,9 21,6 22,1 19,6 15,8 11,8 9,1 15,1
Record de froid (°C)
date du record
−11,1
02.01.1997
−9,3
12.02.1991
−8,1
01.03.04
−5
05.04.1990
−2,9
13.05.10
−0,3
04.06.1991
2,9
16.07.01
2,3
29.08.1993
0,2
14.09.1996
−4,7
29.10.1997
−6,9
29.11.10
−8,8
11.12.1991
−11,1
1997
Record de chaleur (°C)
date du record
16,5
24.01.16
19,4
14.02.1998
23,1
19.03.05
27,8
15.04.15
29,5
20.05.1989
33,2
30.06.15
36,1
19.07.16
38,4
09.08.03
30,9
04.09.13
29,1
02.10.11
20,9
01.11.15
17,8
19.12.15
38,4
2003
Précipitations (mm) 117,4 104,8 79,6 86,4 66,7 50,5 52,3 50,5 65,3 103,8 113,9 122,1 1 013,3
Source : « Fiche 22135001 » [PDF], sur donneespubliques.meteofrance.fr, édité le : 06/01/2022 dans l'état de la base

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Louargat est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[9],[10],[11]. La commune est en outre hors attraction des villes[12],[13].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (82,2 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (83,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (55,6 %), terres arables (23,4 %), forêts (13,1 %), zones urbanisées (3,9 %), prairies (3,2 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (0,7 %)[14].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[15].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestée sous les formes Louergat en 1160, Loeargal en 1170 puis Louargat dès 1330 [16].

Le nom de Louargat dérive du saint breton Ergat (Boscat, Ouergat, Gouergat ou Wergat)[17] (cf. Tréouergat, Tréogat et Pouldergat)[18]. Louargat pourrait aussi dériver de l'ancien breton loer ou loar (lune) et cat (combat); ou de loc ar goat (lieu du bois); ou encore loar goat (lune du bois), en raison de la situation de la commune au milieu de la foret de Coat-an-Hay[19].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les Hospitaliers[modifier | modifier le code]

L'église Notre-Dame-des-Neiges est l'église primitive de Louargat avec pour fondateurs les Hospitaliers de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem. Comme toute la paroisse, Louargat dépendait de la commanderie de Palacret. C'est le elemosina de Louargat de la Charte de 1170.

L'ancienne église ayant besoin d'être restaurée et agrandie, les plans de ces travaux furent dressés en 1858 par M. Eugène Dar, architecte à Guingamp, marié à Eugénie Troussel, mais ne furent pas approuvés par l'architecte diocésain qui fit dresser de nouveaux plans par M. Guépin. Devant les lenteurs administratives, les paroissiens démolirent leur église sans autorisation, en 1866, à l'exception de la tour avec ses gargouilles et ses fonts baptismaux qui datent du XVIe siècle, sur une base du XVe siècle. Une nef neuve remplace l'ancienne qui avait des débris des XIVe siècle, XVe siècle et XVIe siècle, elle conserve quatre enfeus aux armes des familles de Guébriant, Raison du Cleuziou et du Largez. L'édifice actuel a été terminé en 1869, il abrite une statue de saint Isidore datée du XXe siècle.

Le XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Les guerres du XXe siècle[modifier | modifier le code]

Le monument aux Morts porte les noms de 207 soldats morts pour la Patrie[20] :

  • 182 sont morts durant la Première Guerre mondiale.
  • 21 sont morts durant la Seconde Guerre mondiale.
  • 3 sont morts durant la guerre d'Algérie.
  • 1 est mort durant la guerre d'Indochine.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
août 1944 octobre 1947 Louis Lalès[21] PCF Cantonnier aux Ponts et Chaussées, résistant FN
Conseiller général (1945-1951)
octobre 1947 mai 1952 Yves Nicol Rad. Boucher
Conseiller général (1951-1952)
Décédé en fonction
juillet 1952 avril 1966 Robert Cozanet[22] Centre gauche Charcutier, ancien premier adjoint
Décédé en fonction
mai 1966 juin 1995 Henri Le Moil[23] PCF app. Instituteur itinérant
juin 1995 mars 2008 Michel Guillou DVG Cadre France Télécom retraité
mars 2008 mars 2014 Gilbert Le Blévennec PS app.[24] Cadre de santé, ancien adjoint
mars 2014 23 mai 2020 Brigitte Le Guesclou-Godfroy PCF app. Salariée du secteur médical
Première femme élue maire de Louargat
23 mai 2020 En cours
(au 19 janvier 2021)
Hervé L’Hévéder[25] PS[26] Agriculteur

Sources : état-civil, archives départementales des Côtes d'Armor et mairie de Louargat[27].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[28]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[29].

En 2019, la commune comptait 2 329 habitants[Note 5], en stagnation par rapport à 2013 (Côtes-d'Armor : +0,59 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
4 0313 5294 4195 0055 0043 8334 0424 2494 428
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
4 2774 3284 3574 5804 6124 3114 4164 3754 346
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 0713 9703 7793 4663 5173 1043 0672 7622 570
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
2 4282 3402 1792 2242 1282 1262 2082 2302 329
2018 2019 - - - - - - -
2 3312 329-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[30] puis Insee à partir de 2006[31].)
Histogramme de l'évolution démographique

Langue bretonne[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune en breton est Louergad.

L’adhésion à la charte Ya d'ar brezhoneg a été votée par le conseil municipal le . Le a été remis à la commune le label Ya d'ar brezhoneg de niveau 1.

À la rentrée 2021, 61 élèves étaient scolarisés dans les filières bilingues publiques (soit 28,5 % des enfants de la commune inscrits dans le primaire)[32].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Hauteurs[modifier | modifier le code]

  • Menez Bré, haut de 302 m. Au sommet, chapelle Saint-Hervé siège de foires renommées (chevaux).
  • Méné Hoguené, haut de 304 m : « Lande Supplice », lieu de haute et basse justice et d’exécutions (les suppliciés étaient pendus sur ce point culminant).

Architecture religieuse[modifier | modifier le code]

L'église Notre-Dame-des-Neiges.
Préhistoire
Édifices chrétiens
  • Église Notre-Dame-des-Neiges[34].
  • Église Saint-Éloi (bourg de Saint-Eloi)/
  • Chapelles Saint-Jean et Saint-Fiacre (XVIIe siècle),
  • Chapelle Saint-Paul (XVIIIe siècle),
  • Chapelle Saint-Sylvestre (XVIIIe siècle),
  • Chapelle Saint-Hervé sur le Menez-Bré.
  • Chapelle Sainte-Marguerite, près du manoir du Cleuziou.
  • Monument aux Morts[35]

Architecture civile[modifier | modifier le code]

  • Motte féodale de Pen Ar Stang, dite « tumulus An Dossen », 114 m de haut.
  • Manoir du Cleuziou, construction du XVe siècle au XVIIe siècle par la famille du Cleuziou, puis à la suite du mariage au XVe siècle de Gillette du Clauziou par la famille Raison qui en porte le nom. C'est actuellement un restaurant et un hôtel.
  • Manoir de Plouserf.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

  • Forêt de Coat An Hay.  
  • Lande Supplice. 

Équipements de proximité[modifier | modifier le code]

La ville de Louargat est équipée d'un terrain multisports en aluminium depuis [36].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Événements liés à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[4].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[5].
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Description de la forêt sur le site de l'Office du Tourisme
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  4. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  5. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  6. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  7. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Bretagne », sur www.chambres-agriculture-bretagne.fr, (consulté le )
  8. « Fiche du Poste 22135001 » [PDF], sur donneespubliques.meteofrance.fr, (consulté le )
  9. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  10. « Commune rurale-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  11. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  12. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  13. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  14. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  15. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  16. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France - Volume 2 - Page 1049.
  17. Google Books - Page 52 Malo-Joseph de Garaby - Vie des bienheureux et des saints de Bretagne, pour tous les jours de l'année - 1839
  18. J. de La Passardière, "Topologie des paroisses du Léon", Revue de Bretagne de Vendée & d'Anjou, janvier-février 1911, volumes 45 à 46, pages 179-180, consultable https://books.google.fr/books?id=uJAVAAAAYAAJ et Joseph Loth, Les noms de saints bretons", "Revue celtique", 1908, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6573818q/f302.image.r=Tr%C3%A9ogat?rk=1416316;0
  19. Le patrimoine des communes des Cotes-d'Armor, t. 2, Charenton-le-Pont, Flohic Éditions, coll. « Le Patrimoine des Communes de France », (ISBN 978-2842340308).
  20. « MémorialGenWeb Relevé », sur www.memorialgenweb.org (consulté le ).
  21. Notice LALES Louis par Christian Bougeard, version mise en ligne le 10 octobre 2010, dernière modification le 20 avril 2022
  22. « Nécrologie. M. Robert Cozanet, maire de Louargat », Ouest-France (archives du journal),‎
  23. Notice LE MOIL Henri par Alain Prigent, version mise en ligne le 17 décembre 2011, dernière modification le 17 décembre 2011
  24. [1]
  25. « Municipales à Louargat. L’écharpe tricolore pour Hervé L’Hévéder », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  26. Extrait de la fiche de M. Hervé L'HEVEDER, sur LesBiographies.com
  27. pour en savoir plus sur les maires de Louargat
  28. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  29. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  30. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  31. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  32. http://www.opab-oplb.org/98-kelenn.htm
  33. « Tumulus dit An Dossen », notice no PA00089317, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  34. Selon Jean-Claude Even, l'appellation proviendrait d'une traduction erronée du breton Itron-Varia an Nec'h qui signifie Notre-Dame-du-Mont ou de la Hauteur. La plaque descriptive apposée sur l'église indique cependant bien « Itron-Varia an Erc'h ».
  35. http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?act=view&insee=22135&pays=France&dpt=22&idsource=29538&table=bp&lettre=&fusxx=&debut=100
  36. « Louargat, le terrain multisports prend forme », sur 3R Playground, (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :