La Chapelle-Neuve (Côtes-d'Armor)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Chapelle-Neuve et La Chapelle.

La Chapelle-Neuve
La Chapelle-Neuve (Côtes-d'Armor)
Église Notre-Dame-de-la-Pitié.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Arrondissement de Guingamp
Canton Callac
Intercommunalité Guingamp Paimpol Armor Argoat Agglomération
Maire
Mandat
Jean-Paul Prigent
2014-2020
Code postal 22160
Code commune 22037
Démographie
Gentilé Chapellois, Chapelloise
Population
municipale
404 hab. (2016 en diminution de 6,26 % par rapport à 2011)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 27′ 46″ nord, 3° 25′ 10″ ouest
Altitude Min. 184 m
Max. 304 m
Superficie 23,78 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte administrative des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
La Chapelle-Neuve

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
La Chapelle-Neuve

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Chapelle-Neuve

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Chapelle-Neuve

La Chapelle-Neuve [la ʃapɛl nœv] (Ar Chapel-Nevez en breton) est une commune française située dans le département des Côtes-d'Armor en région Bretagne, plus particulièrement dans le Tregor.

Géographie[modifier | modifier le code]

La Chapelle-Neuve se situe au sud du Trégor, près du Centre-Bretagne en région cornouaillaise. Elle a pour voisines trégorroises :

Communes limitrophes de La Chapelle-Neuve
Loguivy-Plougras Plougonver
Lohuec La Chapelle-Neuve
Calanhel Callac

Économie[modifier | modifier le code]

La principale activité économique est l'agriculture (environ 40 agriculteurs). Beaucoup d'entreprises sont liées à l’agriculture : il y a 3 entreprises de travaux agricoles, 1 dépôt engrais, produits phytosanitaires, semences. Il y a aussi un élevage canin. Il y a 4 commerçants-et 5 artisans.

Toponymie[modifier | modifier le code]

La Chapelle-Blanche doit son nom à une chapelle édifiée au XVIe siècle qui se trouvait à Plougonver[1].

En breton ar chapel-nevez[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le bourg de La Chapelle-Neuve a pris naissance autour d'une chapelle située en Plougonver, construite par les seigneurs de Kerméno, fin du XVe siècle. Il est devenu chef-lieu d'une commune par la loi du 23 juin 1873. C'est par le décret du 5 avril 1862 que la Chapelle-Neuve a été érigée en succursale. Sur un des chaînons des montagnes noires, la chapelle produit le plus singulier effet à l'œil qui le voit pour la première fois. Sa forme générale figure trois tours peu saillantes, liées intimement entre elles en un gros faisceau. Une meurtrière, composée d'un trou, figurant la croix latine, est percée dans la base de chacune de ces tours, d’où part un souterrain. À voir cet appareil militaire, on se demande si l'on est en présence d’un sanctuaire ou d'une forteresse. Mais la richesse de l’église réside dans le retable. Il est dominé, couronné par une grande statue de Notre-Dame de la compassion. On y sent l’influence de Raphaël.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1892   Guillaume Lozach    
2006 en cours Jean-Paul Prigent DVD Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1861. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[4].

En 2016, la commune comptait 404 habitants[Note 1], en diminution de 6,26 % par rapport à 2011 (Côtes-d'Armor : +0,77 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 1521 1521 1521 4481 3941 4721 4221 4181 470
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 5611 5791 5131 5021 4111 3261 1381 016885
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2016
798677527442400421424437404
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Langue bretonne[modifier | modifier le code]

À la rentrée 2007, 100 % des enfants de la commune étaient inscrits dans le primaire bilingue[7].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le centre bourg de la Chapelle-Neuve s’enorgueillit de superbes édifices, dont l'église, classée Monument historique, avec un cœur polygonal élevé dans le premier quart du XVIe siècle.

Fête[modifier | modifier le code]

  • Grand Pardon de Notre-Dame de la Pitié.

Il a lieu le 15 août, avec comme point de départ l'église Notre-Dame-de-la-Pitié. La cérémonie qui réunit environ 200 personnes est célébrée par l'abbé Forget (qui s'occupe des paroisses de Callac, la Chapelle-Neuve, Calanhel, Lohuec, Plusquellec et Carnoet).

Après la messe prononcée par l'abbé, les organisateurs et les bénévoles se préparent pour le parcours religieux. Grande bannière en tête, le cortège descend le bourg jusqu'à "la Fontaine de la Sainte Vierge". Le représentant religieux bénit l'eau de la fontaine et sert un verre d'eau aux croyants. Pendant qu'ils boivent un feu est allumé. La coutume est perpétuée par les nouvelles générations qui se prêtent volontiers à cette tradition.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :