Jack Dempsey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jack Dempsey
Image illustrative de l’article Jack Dempsey
Fiche d’identité
Nom de naissance Jack Dempsey
Surnom Le Tigre de Manassa
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Naissance
Manassa, Colorado
Décès (à 87 ans)
New York, État de New York
Taille 1,80 m (5 11)
Catégorie Poids lourds
Palmarès
  Professionnel
Combats 83
Victoires 66
Victoires par KO 51
Défaites 6
Matchs nuls 11
Titres professionnels Champion du monde poids lourds (1919-1926)
Dernière mise à jour : 7 février 2014
Une partie des 120 557 spectateurs du stade de l'Exposition à Philadelphie le 23 septembre 1926, pour le premier match Dempsey-Tunney.

Jack Dempsey est un boxeur américain né le à Manassa dans le Colorado et mort le à New York. Icône culturelle des années 1920, il détient le titre de champion du monde poids lourds du 4 juillet 1919 (victoire face à Jess Willard) à 1926[1]. Le style de combat agressif de Dempsey et sa puissance de frappe exceptionnelle font de lui l'un des boxeurs les plus populaires de l'histoire[2],[3].

Beaucoup de ses combats ont établi des records à la fois financiers et d'affluence. Première grande star de la boxe moderne, il participe notamment au premier combat de boxe à plus d'un million de dollar face à Georges Carpentier[4] dans un combat désigné à l'époque comme le « match du siècle ». Il a également été un pionnier de la diffusion en direct de combats de boxe[5].

Il perd son titre de champion du monde devant 120 557 spectateurs face à Gene Tunney, le [6].

Surnommé « Le Tigre de Manassa », Dempsey est classé dixième sur la liste des poids lourds de tous les temps du magazine The Ring et septième parmi ses 100 meilleurs frappeurs. En 1950, l'Associated Press l'a élu meilleur combattant des cinquante dernières années. Il est membre de l'International Boxing Hall of Fame et figurait dans le précédent Boxing Hall of Fame[2].

Il succombe à une attaque cardiaque le , à New York, à l'âge de 87 ans.

Biographie[modifier | modifier le code]

Début de vie[modifier | modifier le code]

William Harrison Dempsey est né le 24 juin 1895 à Manassa dans le Colorado. Il grandit dans une famille pauvre[7]. Fils de Mary Celia (née Smoot) et de Hiram Dempsey, il est en partie d'origine irlandaise. Il a également prétendu être partiellement Cherokee[8],[9]. À la suite de la conversion de ses parents à l'Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours[10], Dempsey a été baptisé dans cette Église en 1903 à l'âge de huit ans, ce qui correspond, selon la doctrine à « l'âge de responsabilité »[11].

Parce que son père avait des difficultés à trouver du travail, La famille voyageait souvent afin que Hiram puisse trouver du travail. Dempsey arrête ses études à l'école primaire pour travailler et quitte la maison à l'âge de 16 ans. Manquant d'argent, il voyage illégalement en train et dort dans des camps pour sans-abri[12]. Pour gagner un peu d'argent, Dempsey défiait occasionnellement des hommes dans des bars, pour de l'argent. Si le combat se faisait, des paris étaient lancés. Dans son autobiographie, il précise qu'il a rarement perdu ces bagarres de bar[13].

Dempsey a également été, pendant un court moment, garde du corps à temps partiel pour Thomas F. Kearns, président du Salt Lake Tribune et fils du sénateur américain de l'Utah Thomas Kearns[13].

Dempsey a souvent combattu sous les pseudonymes de "Kid Blackie" ou de "Young Dempsey"[14]. Une grande partie du débuts de sa carrière n'a pas été déclarée et n'est donc pas enregistrée de manière officielle.

Carrière de boxeur professionnel[modifier | modifier le code]

Il combat la première fois sous le nom de Jack Dempsey en novembre 1914 à Cripple Creek dans le Colorado. Son frère Bernie devait combattre George Copelin, sous le pseudonyme de Jack Dempsey, surnom pris en référence à Jack "Nonpareil" Dempsey. En apprenant que Copelin s'était battu contre le champion du monde des poids lourds Jack Johnson, Bernie, vieillissant, se retire du combat et laisse sa place à son frère qui monte sur le ring sous le même pseudonyme[15]. Ce changement de boxeur à la dernière minute n'a pas ravi le promoteur du combat, qui a menacé de l'annuler, ni les spectateurs[14]. La différence de poids entre les deux boxeurs était également significative : 165 livres contre 145. L'opposition est néanmoins maintenue. Dempsey envoie Copelin six fois au tapis à la première reprise et deux fois à la deuxième[16]. Le combat se poursuit sous la forme d'un combat d'usure jusqu'à la septième reprise où Copelin est arrêté par l'arbitre après une dernière mise au sol, bien que Copelin se soit relevé. Selon les dires de Dempsey, « À cette époque, ils n'arrêtaient pas les combats dans les villes minières tant qu'un homme pouvait bouger. »[16]. Dempsey remporte 100 $ pour sa victoire et décide de poursuivre sa carrière dans la boxe à partir de 1915, dans la mesure où il était bon dans ce domaine.

Dempsey est dans un premier temps managé par John J. Reisler puis par Jack Kearns[17]

Ascension vers le titre[modifier | modifier le code]

Il remporte six combats d'affilée par KO avant de perdre aux points contre Jack Downey. Au début de sa carrière, il combat essentiellement dans l'Utah, participant fréquemment à des rencontres dans des villes proche de la chaîne de montagnes Wasatch. Il remporte de nombreux combats par KO contre des boxeurs locaux. Il rencontre Johnny Sudenberg au Nevada à deux reprises ; les deux rencontres se soldent par un nul. Il prendra plus sa revanche sur Jack Downey en le battant par KO en 1916. Il poursuit son ascension en remportant de nombreuse victoires. Il connait deux défaites en 1917 contre deux boxeurs plus expérimentés : Fireman Jim Flynn et Willie Meehan. Flynn est un des rares boxeurs à avoir battu Dempsey par KO[18]. Il prendra sa revanche sur les deux. Plusieurs combats se sont soldés par une absence de décision : à cette époque, les juges étaient peu répandus et bien souvent un combat qui durait se transformait en match nul ou en une égalité. Après la guerre, Dempsey passe deux ans à Salt Lake City, pour se reposer, avant de retourner sur le ring[19],[20]. Il a été accusé par certains d'avoir utilisé la boxe comme prétexte pour ne pas s'enrôler dans l'armée. Cela pèsera sur sa réputation jusqu'en 1920, lorsque les preuves montreront qu'il s'était bien fait enregistrer dans l'armée américaine, mais avait été exempté car il avait une femme à charge[21].

Combat pour le titre[modifier | modifier le code]

En 1918, Dempsey combats à 17 reprises et ne perd qu'une fois contre Willie Meehan. Il bat successivement de grands noms de la boxe de l'époque : le champion des poids lourds légers Battling Levinsky, Bill Brennan, Fred Fulton, Carl E. Morris, Billy Miske, le poids lourd Lefty Jim McGettigan et Homer Smith[20]. Ces bons résultats lui offrent un combat pour le titre.

Jack Dempsey sort donc de sa pause pugilistique le 4 juillet 1919 pour un combat contre le champion du monde des poids lourds Jess Willard[22]. Le combat, prévu en douze reprises, se déroule à Bay View Park Arena à Toledo dans l'Ohio[23]. Williard, surnommé le "Pottawatamie Giant", est bien plus lourd et massif que Dempsey : 245 livres contre 187.Pour autant le combat tourne vite à l'avantage du challenger : Willard est mis au sol 7 fois dans la première reprise[22]. Dempsey quitte le ring à la fin du premier round, pensant que le combat est terminé. Ce n'est toutefois pas le cas. Cela a été considéré comme une violation des règles, mais le coin de Willard n'a pas demandé l'application du règlement à l'arbitre (disqualification)[19]. Le combat est finalement arrêté à la troisième reprise, Willard n'arrivant plus à rester debout. Jack Demspey est alors sacré champion du monde des poids lourds.

Controverse[modifier | modifier le code]

Willard aurait subi une fracture de la mâchoire, des côtes cassées, plusieurs dents cassées et un certain nombre de fractures profondes aux os du visage. Cette victoire écrasante a éveillé des soupçons de triche, certaines personnes se demandant comment Dempsey avait été capable de causer de tels dommages sans se blesser[19]. La théorie de gants renforcés fait son apparition. D'autres sources ne mentionnent cependant pas de telles blessures[24]. Le récit du combat du New York Times décrit un gonflement sévère visible d'un côté du visage de Willard, mais ne mentionnait aucun os cassé.[24] Une photographie fixe de Willard après le combat semble montrer une décoloration et un gonflement sur son visage.

Après le combat, Willard aurait déclaré: "Dempsey est un frappeur remarquable. C'était la première fois que je me faisais mettre au sol. J'ai renvoyé de nombreux oiseaux chez eux dans le même état que moi, et maintenant je sais ce qu'ils ont ressenti. Je souhaite sincèrement à Dempsey toute la chance possible [pour la suite] et j'espère qu'il profitera de toutes les avantages qui viennent avec le championnat. J'ai eu mon aventure avec le titre. J'ai été champion pendant quatre ans[24].

Après avoir été licencié par Dempsey, son manager Jack Kearns a évoqué le combat dans le numéro du 20 janvier 1964 de Sports Illustrated. Dans l'interview, Kearns a abordé la théorie des gants chargés. Il aurait informé Dempsey qu'il avait misé sa part de la bourse en faveur d'une victoire de Jack par KO au premier round. Kearns a en outre déclaré qu'il avait appliqué du plâtre de Paris sur les bandes de Dempsey.

Toutefois, l'historien de la boxe J. J. Johnston ne croit pas à cette théorie. Les images du combat montrent Willard entrant sur le ring et se dirigeant vers Dempsey pour examiner ses mains. Le champion aurait vu le plâtre. De plus, une expérience avait été menée par un magazine de boxe dont le but visait à pour rejouer le combat. Ces éléments tendent à prouver que l'histoire de Kearns était fausse[24]. Par ailleurs, le fondateur et rédacteur en chef du Ring, Nat Fleischer, a déclaré qu'il avait été présent lors du bandage des mains de Dempsey et que les gants n'étaient pas chargés et les bandes n'étaient pas recouvertes de plâtre[25].

Dans le Los Angeles Times du 3 juillet 1979, Joe Stone, un ancien arbitre de boxe, a affirmé que dans un film du combat, un objet pouvait être vu sur le sol à la fin du combat. L'objet aurait été enlevé par quelqu'un du coin de Dempsey. Dans le même film, il est cependant possible de voir Dempsey à différents moments du combat pousser et tenir avec Willard avec la paume du gant en question et tenir les cordes à deux mains, ce qui est impossible s'il tenait un objet comme Stone l'affirme[24].

Défenses du titre[modifier | modifier le code]

Après sa victoire, Dempsey profite de sa célébrité pour voyager à travers le pays, en faisant des apparitions publicitaires dans des cirques, organisant des expositions et apparaissant dans un film hollywoodien à petit budget.

Dempsey ne défend son titre que le 6 septembre 1920 dans un combat contre Billy Miske à Benton Harbor dans le Michigan[26]. Le combat est prévu en dix reprises. Miske est battu par KO en trois rounds.

La deuxième défense du titre de Dempsey eut lieu le 14décembre 1920 contre Bill Brennan au Madison Square Garden à New York[27]. Le combat est prévu en quinze reprises. Le combat n'est pas aussi facile que le précédent. À la dixième reprises, Brennan est en avance aux points ; l'oreille gauche de Dempsey saigne abondamment. Dempsey réussit néanmoins à mettre Brennan KO au douzième round.

Le 2 juillet 1921, Dempsey défend son titre contre le français Georges Carpentier

Opposition face à Georges Carpentier : le combat du siècle[modifier | modifier le code]

La troisième défense de titre de Dempsey l'oppose au héros français de la Première Guerre mondiale Georges Carpentier, un combattant populaire des deux côtés de l'Atlantique[28]. L'opposition est très vite qualifiée de combat du siècle. Les promoteurs du combat sont Tex Rickard et George Bernard Shaw, pour qui Carpentier est "le plus grand boxeur du monde"[29]. Le combat se déroule le 2 juillet 1921 à Boyle's Thirty Acres à Jersey City dans le New Jersey[30].

Plus de 91 000 personnes font le déplacement pour voir les deux boxeurs s'affronter. C'est le premier combat de boxe qui génèrent plus d'un million de dollar de recette (1.7 million)[7]. Bien que qualifié de " combat du siècle", la plupart des spécialistes prévoient une victoire unilatérale pour Dempsey. Le pionnier de la radio RCA a organisé une couverture en direct du match via KDKA, faisant de l'événement la première émission de radio nationale[3].

Le combat est prévu en douze reprises. Carpentier fait vaciller Dempsey avec un coup droit dur au deuxième round. Dempsey réplique en envoyant 25 coups en un seul échange de 31 secondes peu de temps après[29]. Carpentier se casse le pouce dans cette reprise, ce qui le met en difficulté pour la suite du combat. Dempsey finit par remporter le combat par KO au quatrième round[30].

Dernières défenses du titre[modifier | modifier le code]

Dempsey défend ensuite son titre à nouveau en juillet 1923 contre Tommy Gibbons à Shelby dans le Montana[31]. Il bat Gibbons aux points dans un combat en quinze rounds

Il défend son titre une dernière fois contre Luis Angel Firpo au Polo Grounds à New-York[32] en septembre 1923 dans un combat plutôt violent. 85 000 spectateurs assistent au combat tandis que 20 000 autres essayant d'entrer. Firpo est mis au tapis à plusieurs reprises par Dempsey, mais continue de se battre, allant jusqu'à mettre Dempsey au sol à deux reprises. La deuxième fois qu'il a été mis au tapis, Dempsey a volé la tête la première à travers les cordes du ring, atterrissant sur la machine à écrire d'un journaliste. Il est resté hors du ring pendant environ 14 secondes, ce qui lui a permis de rester dans le combat : la règle précise que le boxeur doit être du ring pendant au moins 20 secondes pour être déclaré KO. Dempsey finit par battre le concurrent argentin avec un KO au deuxième round.

Retrait du ring 1923-1926[modifier | modifier le code]

Dempsey ne défend pas son titre durant les trois années qui suivent le combat contre Firpo. Le public et les médias ont fait pression pour que Dempsey défende son titre contre le concurrent afro-américain Harry Wills. Pour certains, le champion aurait sciemment évité le challenger : il a d'ailleurs déclaré lors de son sacre de champion du monde en 1919 qu'il n'affronterait plus de boxeur noir[33]. Dempsey avait néanmoins affirmé qu'il était prêt à le combattre.

Au lieu de continuer à défendre son titre, Dempsey a gagné de l'argent avec des expositions de boxe, avec la publicité et en apparaissant dans des films, tels que la série de films d'aventure Daredevil Jack.

Dempsey a également beaucoup voyagé, dépensé et fait la fête. Pendant ce temps loin des combats, Dempsey épouse l'actrice Estelle Taylor en 1925 et a licencié son entraîneur et manager de longue date Jack "Doc" Kearns. Kearns a poursuivi à plusieurs reprises Dempsey pour de grosses sommes d'argent après son licenciement.

En avril 1924, Dempsey est nommé à un poste de direction dans l'Irish Worker League (IWL). L'IWL était un groupe communiste soutenu par les Soviétiques et fondé à Dublin par le leader syndical irlandais Jim Larkin.

Perte du titre[modifier | modifier le code]

Le 23 septembre 1926, Dempsey défend son titre face à Gene Tunney dans un combat de dix reprises au Sesquicentennial Stadium à Philadelphie[34]. Le challenger est un boxeur connu qui n'a perdu qu'une fois en carrière. Le jour du combat, le stade est rempli de plus de 120 000 spectateurs qui ont déboursé un total de deux millions de dollars pour assister au combat. Il s'agit de l'événement de boxe qui a réuni le plus de spectateur jusqu'en 1993 : le record n'a en effet été battu que 67 ans plus tard lors du combat opposant Chavez à Haugen. Les bourses sont elles aussi très importantes : celle de Dempsey atteint 770 000 $ et celle de Tunney 200 000 $[34],[35]. Dempsey est largement favori.

Tunney s'est particulièrement bien entraîné en visionnant des combats du champion afin d'y déceler ses faiblesses. Il a également fait appel à des boxeurs qui avaient combattu Dempsey, à la fois adversaires et anciens partenaires d'entraînement. Tunney développe une stratégique de combat lui permettant de gagner. L'entrainement de Tunney finit par porter ses fruits. Dès le premier round, Dempsey est déstabilisé par un coup droit au visage. Tunney conserve cet avantage tout le long du combat, qu'il remporte aux points.

Il s'agit de la première fois qu'un poids lourd remportait un championnat du monde par décision et non par KO.

Lorsque Dempsey, vaincu, retourna dans sa loge, il expliqua sa défaite à sa femme en disant : « Chérie, j'ai oublié de me baisser ». Cinquante-cinq ans plus tard, le président Ronald Reagan empruntera cette citation lorsque sa femme Nancy lui rendit visite à aux urgences après l'attentat dont il avait été victime[36].

Après sa défaite, Dempsey envisage de prendre sa retraite mais décide finalement de revenir pour un combat revanche. C'est à cette période qu'une tragédie s’abat sur famille. Son frère John tue son ex-épouse Edna âgée de 21 ans puis se suicide, laissant son fils de deux ans, Bruce, orphelin. Jack est appelé pour identifier les corps et sera très marqué par cet incident[37].

Avant de revenir pour un combat contre Tunney, Dempsey remonte sur le ring le 21 juillet 1927 au Yankee Stadium. Il est opposé à Jack Sharkey, qui deviendra plus tard champion du monde[38]. Le combat est particulièrement important pour Sharkey qui espère décrocher un combat pour le titre. Ce dernier domine Dempsey au début du combat. La suite du combat est assez controversée. À la septième reprise, Dempsey envoie une série de coups, que Sharkey juge porter sous la ceinture. Il se tourne alors vers l'arbitre pour protester et Dempsey l'a assommé avec un crochet du gauche au menton. Sharkey n'a pas pu se relever dans les dix secondes réglementaires[38].

Le combat revanche : The Long Count Fight[modifier | modifier le code]

Vie après la boxe[modifier | modifier le code]

Les combats pour le titre des poids lourds de Dempsey, les combats d'exposition et les films font de Dempsey l'un des athlètes les plus riches du monde. Il fera la couverture du Time[39].

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Style[modifier | modifier le code]

Il est l'inventeur d'un mouvement utilisé par les meilleurs boxeurs par la suite et qui portera son nom : le Dempsey roll (roulement de Dempsey). Il représente un mouvement « de roulement » exigeant une vitesse et une force considérables au niveau des membres inférieurs. Cette technique commence par une série de mouvements d'esquives. Pendant cette étape, la tête se déplace en un modèle proche d'un huit horizontal. En accélérant son mouvement, le boxeur avance. Une fois proche de l'adversaire, le combattant pousse avec ses jambes et utilise l'élan créé par le mouvement de balancier pour envoyer ses coups, souvent des crochets puissants et précis, au corps et au visage tout en se balançant, toujours dans le sens du « huit horizontal » pour maintenir l'élan et pour éviter les coups. Cependant, la montée verticale (aux extrémités du huit horizontal) est prévisible rendant le Dempsey Roll vulnérable aux contres précis et aux poussés adverses.

Popularisé après la fin du règne de Jack Dempsey dans le monde de la boxe professionnel, le Dempsey Roll a été employé, avec succès, par des boxeurs avec des constructions et modèles physiques semblables aux siens. Le plus notable de ces derniers était Mike Tyson dont l'énorme puissance de frappe ressemblait fortement à celle de Jack Dempsey ainsi que sa stature (1,80 m). Théoriquement, une esquive se fait plus facilement face à un combattant plus grand et dans la catégorie des poids lourds les boxeurs dépassent souvent les 1,90 m.

Héritage[modifier | modifier le code]

Avec la collaboration de sa fille Barbara, il a rédigé son autobiographie, parue en 1977 sous le titre Dempsey[40].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Anecdotes[modifier | modifier le code]

  • Ippo Makunouchi, le héros du célèbre manga et animé « Hajime no Ippo », utilise le Dempsey roll. Cette technique ainsi présentée maintient ses principes de base, ses forces et ses faiblesses (à noter qu'Ippo est petit pour sa catégorie).
  • Le boxeur de Street Fighter 3, Dudley, a un mouvement spécial appelé « Rolling thunder », qui est en fait un Dempsey Roll. C'est un personnage créé en l'honneur d' Hajime no Ippo.
  • Le personnage Steve Fox, qui apparaît à partir du 4e volet de la série de jeu de combat Tekken, utilise également une technique similaire au "Dempsey Roll" qui s'appelle "Endless Roll".

Filmographie[modifier | modifier le code]

Daredevil Jack
Publicité pour Daredevil Jack

Télévision[modifier | modifier le code]

Jack Dempsey participe le en tant qu'invité surprise à la populaire émission de divertissement What's My Line ? sur CBS[45].

Références culturelles[modifier | modifier le code]

  • Jack Dempsey est interprété par Devin Harjes dans deux épisodes de la série télévisée Boardwalk Empire.
  • Le personnage de Ippo dans le manga Hajime no Ippo utilise la fameuse technique de Dempsey : The Dempsey Roll

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Biography.com Editors, « Jack Dempsey Biography » Accès libre, sur biography.com, (consulté le )
  2. a et b (en) Encyclopaedia Britannica, « Jack Dempsey » Accès libre, sur britannica.com (consulté le )
  3. a et b (en) « Jack Dempsey (1895-1983) » Accès libre, sur archive.org (consulté le )
  4. (en) « Boxe : First Million Fight – Jack Dempsey contre Georges Carpentier », REDACAOEMCAMPO,‎ (lire en ligne Accès libre)
  5. Gilles Dhers, « Jack Dempsey, roi sauvage et fainéant des poids lourds », Libération,‎ (lire en ligne Accès libre)
  6. (en) Boxrec, « Jack Dempsey vs. Gene Tunney (1st meeting) » Accès libre, sur boxrec.com, (consulté le )
  7. a et b (en) Gustkey, Earl, « This Champion Was a Real Bum : Jack Dempsey, the Man Who Inspired Boxing's First Million-Dollar Gate, Was Born 100 Years Ago », Los Angeles Times,‎
  8. (en) Cavanaugh, Jack, Tunney: Boxing's Brainiest Champ and His Upset of the Great Jack Dempsey, New York London: Ballantine Books, Turnaround distributor., (ISBN 978-0812967838, lire en ligne Accès limité)
  9. (en) « Dempsey's rise like flash of meteor; New champion battled his way to pugilistic fame in period of three years. Willard his antithesis giant Kansan disliked fighting and has only one great victory to his credit. Dempsey a powerful hitter. Willard's age camouflaged », The New York Times,‎ (lire en ligne Accès limité)
  10. (en) Kahn, Roger, A Flame of Pure Fire: Jack Dempsey and the Roaring '20s, San Diego: Mariner Books, Harcourt, Inc., (ISBN 0156014149), p. 175
  11. (en) « Accountability, Age of » Accès libre, sur churchofjesuschrist.org (consulté le )
  12. (en) Jack B. Moore, « The champ fights back », South Florida History Magazine,‎ , pp. 4–7, 25–6. (lire en ligne Accès libre)
  13. a et b (en) James Franklin, « Jack Dempsey | The Manassa Mauler | Bio, Record, Fun & Facts » Accès libre, sur http://worldinsport.com (consulté le )
  14. a et b (en) Jack Dempsey, Round by Round. An Autobiography, New York/London: Whittlesey House, /McGraw-Hill Book Company, Inc., , 257 p., p. 84
  15. (en) Toby Smith, Kid Blackie, Ouray, CO: Wayfinder Press., (ISBN 0-9608764-7-2), p. 79.
  16. a et b (en) Jack Dempsey, Bob Considine, Bill Slocum, Dempsey By The Man Himself As Told To Bob Considine and Bill Slocum, New York: Simon & Schuster., , pp. 49-50
  17. (en) « Jack Kearns, Manager of Dempsey, Dies at 80; Earned and Spent a Fortune as Pilot of Six Champions-- Associated With Rickard Life Full of Drama Taught Dempsey Left Hook Dempsey Winner in 15 », The New York Times,‎ (lire en ligne Accès payant)
  18. (en) Boxrec, « Jack Dempsey vs. Fireman Jim Flynn (1st meeting) » Accès libre, sur boxrec.com (consulté le )
  19. a b et c (en) Ferdie Pacheco, The 12 Greatest Rounds Of Boxing: The Untold Stories, London: Robson, Trafalgar Square, (ISBN 9781861058058), p. 208
  20. a et b (en) Boxrec, « Jack Dempsey » Accès libre, sur boxrec.com (consulté le )
  21. (en) « World War I Draft Cards: Jack Dempsey » Accès libre, sur archives.gov (consulté le )
  22. a et b « Jack Dempsey vs Jess Willard (1919) » Accès libre, sur youtube.com, (consulté le )
  23. (en) Boxrec, « Jess Willard vs. Jack Dempsey » Accès libre, sur boxrec.com (consulté le )
  24. a b c et d (en) Monte D. Cox, « Were Dempsey’s Gloves Loaded? You Decide! » Accès libre, sur tripod.com (consulté le )
  25. (en) Fleischer, Nat, 50 Years At Ringside., New York: Fleet Publishing Corp., , p. 118.
  26. (en) Boxrec, « Jack Dempsey vs. Billy Miske (3rd meeting) » Accès libre, sur boxrec.com (consulté le )
  27. (en) Boxrec, « Jack Dempsey vs. Bill Brennan (2nd meeting) » Accès libre, sur boxrec.com (consulté le )
  28. (en) John S. Radosta, « Georges Carpentier, Boxer, Dies in Paris », The New York Times,‎ (lire en ligne Accès payant)
  29. a et b (en) Paul Sann, « The Million Dollar Gate », The Lawless Decade,‎ (lire en ligne Accès libre)
  30. a et b (en) Boxrec, « Jack Dempsey vs. Georges Carpentier » Accès libre, sur boxrec.com (consulté le )
  31. (en) Boxrec, « Jack Dempsey vs. Tommy Gibbons » Accès libre, sur boxrec.com (consulté le )
  32. (en) Boxrec, « Jack Dempsey vs. Luis Angel Firpo » Accès libre, sur boxrec.com (consulté le )
  33. (en) Tex Rickard, « Jack Dempsey, new heavyweight champion, announces he will draw the colour line », The New-York Times,‎ (lire en ligne)
  34. a et b (en) Boxrec, « Jack Dempsey vs. Gene Tunney (1st meeting) » Accès libre, sur boxrec.com (consulté le )
  35. (en) « Tunney, Gene » Accès libre, sur encyclopedia.com (consulté le )
  36. (en) « Ronald Reagan.com The Official Website » Accès libre, sur archive.org, (consulté le )
  37. (en) « DEMPSEY'S BROTHER SLAYS WIFE, SELF; John Dempsey Shoots Woman, Then Commits Suicide, at Schenectady. BOXER IDENTIFIES BODIES He Is Deeply Affected by the Tragedy -- Couple Had Been Estranged for Year. », The New-York Times,‎ (lire en ligne Accès payant)
  38. a et b (en) Boxrec, « Jack Dempsey vs. Jack Sharkey » Accès libre, sur boxrec.com (consulté le )
  39. (en) « The Weekly News Magazine », Time Magazine,‎ (lire en ligne)
  40. Dempsey, Jack Dempsey et Barbara Piattelli Dempsey, éditions HarperCollins, 1977, 320 pages.
  41. (en) Jack Dempsey vs. Luis Angel Firpo (boxrec.com)
  42. (en) Jack Dempsey vs. Gene Tunney I (boxrec.com)
  43. (en) Gene Tunney vs. Jack Dempsey II (boxrec.com)
  44. (en) Biographie de Jack Dempsey sur le site de l'IBHOF (ibhof.com)
  45. What's My Line? Jack Dempsey sur www.archive.org consulté le 12 janvier 2013

Liens externes[modifier | modifier le code]

Galerie d'images[modifier | modifier le code]

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.