Ligne de Quimper à Douarnenez - Tréboul

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ligne de
Quimper à Douarnenez - Tréboul
Pays Drapeau de la France France
Gares desservies Quimper, Douarnenez
Historique
Mise en service 1884
Fermeture 1988
Concessionnaires PO (1884 – 1933)
État (Non concédée) (1934 – 1937)
SNCF (1938 – 1991)
Ligne déclassée (à partir de 1991)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 478 000
Longueur 23,6 km
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification

Non électrifiée

Pente maximale 20 ‰
Nombre de voies Ligne déposée
(Anciennement à voie unique)
Trafic
Propriétaire CG Finistère
Trafic Voie verte

La ligne de Quimper à Douarnenez - Tréboul est une ancienne ligne de chemin de fer française à écartement standard et à voie unique non électrifiée. Elle constitue un embranchement de la ligne ferroviaire radiale « sud » de la Bretagne, permettant la desserte de l’importante ville portuaire de Douarnenez.

Elle constituait la ligne 478 000[1] du réseau ferré national.

Chronologie[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

La ligne de desserte « sud » de la Bretagne, concédée à la compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans, dite « Paris-Orléans », vit naître plusieurs embranchements destinés à la desserte des villes portuaires égrenant la côte bretonne. L’embranchement de desserte de Douarnenez, classé no 77 dans le Plan Freycinet[3], est de ceux-là.

La ligne est déclarée d'utilité publique par une loi le 23 juillet 1879[4].

La ligne est concédée à titre définitif par l'État à la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans par une convention signée entre le ministre des Travaux publics et la compagnie le 28 juin 1883. Cette convention est approuvée par une loi le 20 novembre suivant[5].

S’embranchant sur la radiale en gare de Quimper, traversant ensemble le tunnel de Quimper, long de 310 m, et laissant d'abord à gauche l’embranchement vers Pont-l’Abbé, la ligne se dirige vers l’ouest-nord-ouest, desservant au passage Guengat, situé à un kilomètre et demi de sa gare, et le Juch, que la ligne tangente. La ligne arrive ensuite à Douarnenez, récupérant sur la gauche la ligne des chemins de fer départementaux du Finistère en provenance d’Audierne, et ensemble aboutissent en gare, située en surplomb de Port-Rhu. Les voies ne desservaient pas le port.

Ouverte le même jour que celle de Pont-l’Abbé, la ligne de Douarnenez connut une desserte voyageurs plus tardive, la ville de Douarnenez étant plus importante que sa consœur bigoudenne, mais l’absence d'industrie importante le long de son parcours conduisit à une fin de service dès 1988 et à la dépose intégrale des rails, l’infrastructure étant récupérée par le conseil général pour l’établissement d’une voie verte, qui aujourd’hui parcourt la ligne dans son intégralité.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Journal Officiel de la République Française du 20 décembre 1991, page 16 642.
  2. Collectif, Encyclopédie générale des transports - Chemins de fer, éditions de l'Ormet, Valignat, 1992, p. 29
  3. Les lignes Quimper - Douarnenez et Quimper - Pont-l’Abbé étant regroupées sous le même numéro. Journal officiel de la République française, p.3344 lire (consulté le 25 juillet 2011).
  4. « N° 8232 - Loi qui déclare d'utilité publique l'établissement des chemins de fer de Concarneau à Rosporden, Morlaix à Roscoff et de Quimper à Douarnenez : 23 juillet 1879 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 19, no 460,‎ , p. 78 - 79 (lire en ligne).
  5. « N° 14217 - Loi qui approuve la convention passée, le 28 juin 1883, entre le ministre des Travaux publics, et la Compagnie des chemins de fer de Paris à Orléans : 20 novembre 1883 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 28, no 834,‎ , p. 352 - 359 (lire en ligne).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Pierre Nennig, « Quimper - Douarnenez-Tréboul », dans Le chemin de fer de Bretagne sud, JPN éditions, 2008 (ISBN 2-9519898-5-7), pp. 193-198

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]